Briançon, la « cité imprenable » de Vauban, aujourd’hui livrée aux migrants

L’actualité de Briançon tourne régulièrement autour des nuisances et des crimes causés par  les  migrants.

La ville est envahie.

« Ce n’est pas à nos enfants de se barricader ! » : Insécurité, nuisances… à Briançon (05), les riverains ne supportent plus la cohabitation forcée avec les migrants.

« On ne sert à rien », regrette un policier

L’augmentation du nombre de migrants qui tentent de passer à la frontière avec l’Italie crée des tensions dans cette petite ville des Hautes-Alpes, entre habitants inquiets, associations hyperactives, squatteurs menaçants et policiers débordés.

(…) Sous la direction du commandant divisionnaire fonctionnel Jérôme Boni, les 48 policiers de la PAF de Montgenèvre n’ont pas une tâche facile, c’est un euphémisme. Outre les conditions météo, ils doivent faire face à un afflux massif et inédit de migrants. Depuis le début de l’année, 4600 majeurs et 1200 mineurs ont été contrôlés, 48 passeurs arrêtés.

Certains jours, à la fin de l’été, ils arrivaient par centaines. Impossible de les appréhender tous. Les policiers estiment en interpeller 80 %. Mais ajoutent : « 100 % arrivent à passer ! » Comment expliquer cette équation ?

Les migrants bénéficient de soutiens de part et d’autre de la frontière. En faisant son footing un matin sur l’un des sentiers, l’un des policiers a ramassé un papier par terre sur lequel était inscrite l’adresse d’un refuge à Briançon. « Il a trouvé un véritable roadbook, se désole le maire de Briançon, Arnaud Murgia. On a face à nous des réseaux mafieux complexes. Ils vendent plus cher un séjour à Briançon avec une halte au refuge. C’est le Airbnb des passeurs ! »

(…) Le 30 août, les migrants se sont retrouvés à la rue au moment où la PAF comptait une centaine d’arrivées quotidiennes. Les habitants croisaient des petits groupes de 20 à 30 individus errant dans la ville. Les tentes ont commencé à fleurir sur un terrain prêté par la paroisse pendant quelques jours. Les tensions grandissaient. Les riverains se sont plaints, notamment, des nuisances sonores.

Selon des témoignages, des personnes âgées n’osaient plus sortir le soir et les femmes seules ne se sentaient plus en sécurité à la nuit tombée. D’autant que début août, des militants d’extrême gauche « No Borders » ont squatté une maison en plein centre- ville, en face du commissariat de police pour accueillir les « sans-abri ». Là aussi on refuse d’utiliser le terme de migrants ! Et on est très suspicieux envers ceux qui approchent du bâtiment, leur demandant avec insistance de montrer le contenu de l’appareil photo et du portable, pendant qu’une voiture immatriculée en Allemagne s’engouffre dans la propriété avec ses deux occupants…

L’inquiétude des parents

Le squat jouxte une école primaire et voisine avec deux autres établissements scolaires. De nombreux parents s’en sont inquiétés. Dans une petite ville comme Briançon (12.000 habitants), les rumeurs vont vite. À la Toussaint, certains se sont émus de la présence d’un fiché S parmi les squatteurs. D’autres ont eu peur de la possibilité qu’un des occupants possède un couteau. Des parents ont entendu leurs enfants évoquer la présence d’un homme sur le toit du préau. Une partie de la cour de l’école donne sur le terrain squatté. Des palissades ont été installées pour assurer une séparation.

« Mais ce n’est pas à nos enfants de se barricader, se lamente un parent d’élève, qui assure avoir regardé une vidéo où l’on voit des bagarres à l’intérieur du squat. Je demande juste que mon fils puisse aller à l’école tranquillement. »

(…)

« On ne sert à rien, regrette, fataliste, un policier du coin. C’est comme vider la mer avec une petite cuillère. C’est une perte de sens totale pour les policiers. »

(…) Le Figaro via Fdesouche

 

Briançon, ouverte à tous les criminels de la Terre, fut autrefois la « cité imprenable » de Vauban !

Juchée à 1 326 mètres, la sous-préfecture des Hautes-Alpes est l’une des plus hautes villes, en altitude, d’Europe. Ses fortifications font partie des sites majeurs de Vauban. Car Briançon garde encore, plus de trois siècles après, la trace indélébile de l’architecte militaire de Louis XIV qui s’adapta avec génie à ce relief montagnard. Elle porte haut sa devise : « Petite ville, grand renom ».

Lorsque le visiteur vient du col de Montgenèvre (1850 mètres), Briançon le voit arriver de loin. Les forts qui cernent la ville ont été conçus pour repérer au plus tôt l’envahisseur.

La Vieille-Ville fortifiée s’élève sur son piton rocheux, dans un décor minéral tout simplement grandiose.

Une cité imprenable

Maquette : 

Même si les origines de la ville sont très anciennes – Briançon était déjà fortifiée à l’époque romaine – c’est  l’œuvre de Sébastien Le Prestre de Vauban (1633-1707) que l’on contemple encore aujourd’hui. l’automne 1692, en effet, celui-ci est envoyé par Louis XIV pour protéger la ville des attaques du duc de Savoie Victor-Amédée II, lequel a rallié la Ligue d’Augsbourg contre le royaume de France et, depuis, menace les Alpes.

Car Briançon, point de passage depuis l’Italie,  est très vulnérable : « On ne peut rien imaginer de plus inégal ; ce sont des montagnes qui touchent aux nues et des vallées qui descendent aux abîmes… », constate d’ailleurs l’architecte militaire dans une lettre qu’il adresse au roi. Quoi qu’il en soit, il a su parfaitement s’adapter à ce relief escarpé, « tout bossillé ».

La cité qu’il a dessinée, imprenable, est considérée comme un chef-d’œuvre de fortification en milieu montagnard. Comme les progrès de l’artillerie permettent désormais que les canons atteignent la ville, « il demande la réalisation de deux demi-lunes, ainsi qu’une fausse braie au front d’Embrun, note le service du Patrimoine briançonnais.

Cet ouvrage, rendu obligatoire par la forte déclivité, est une sorte de gradin au tracé bastionné placé en contrebas, qui permet d’obtenir des feux beaucoup plus rasants, donc plus efficaces. » Il approfondit les fossés, consolide les courtines, créé embrasures, traverses et poternes, ajoute des portes de garde.

Il fait aussi renforcer le vieux château médiéval, et y place une poudrière voûtée en berceau plein-cintre, qui est capable d’abriter 60 tonnes de poudre noire ; ce bâtiment est toujours visible.

Un pont spectaculaire

Le pont d’Asfeld construit par Vauban à Briançon

Les forts : un patrimoine militaire exceptionnel !

« Qui tient le haut, tient le bas », formulait Vauban.

Lors de son deuxième voyage à Briançon en 1700, après la fin de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, il a envisagé plusieurs forts sur les hauteurs. La majorité d’entre eux ont été exécutés après la mort de l’ingénieur (survenue en 1707), puis modifiés au gré de l’évolution de l’artillerie.

Le Fort des Salettes

Les autres forts :

Fort de la Croix de Bretagne

Fort de l’Infernet

Forts des Gondrans et du Janus

Fort Des Têtes

Fort du Randouillet

Fort de l’Ancien Château

Jusqu’à une époque récente, avant l’enfer des migrants, la vie y était paisible.

Nostalgie en images…

La Vieille-Ville, malgré sa vocation longtemps militaire, a su conserver un aspect souriant, avec ses cadrans solaires, ses fontaines et ses façades couleur pastel.

On est tout de suite charmé par ses ruelles historiques, pavées, pleines de caractère.

Artère commerçante et piétonne, la Grande-Rue dévale les pentes. En son milieu, une longue « gargouille », pittoresque rigole à ciel ouvert, d’origine médiévale.

Douce France (reportage vidéo).

 

La vieille rue pittoresque de la citadelle fortifiée par Vauban, à différentes époques

 

 

 

 977 total views,  1 views today

image_pdf

21 Commentaires

  1. Quand on voit cet énorme gâchis, on ne peut que se demander ” mais qu’est-ce qu’il se passe dans la tête des connards qui organisent ce chaos ?
    **C’est une destruction systématique de 2000 ans d’histoire et de vies données pour en arriver là.

  2. Quel article ami Jules, mais quel article ! Je sais le temps et les recherches que cela demande.
    Mais tout les auteurs de RR, comme RL sont de grandes qualités. Rien à voir avec les imbéciles propagandistes du Monde, Libération, Médiapart et autres dont le seul objectif est la destruction totale de notre pays.

  3. Trop content, le générald gromalin se prend un claque dans la gueule magistrale, sa loi de p.te est dégagée. Youpiiiiiiiiiiiiii!

    • Ce qui est sorti par la porte revient souvent par la fenêtre…
      Je vous donne un exemple de procédé.
      La loi revient aux sénateurs telle qu’ils l’ont votée, ils la durcisse un peu, le gouv. pratique une défense souple.
      Le gouv. s’arrange qu’elle arrive telle en évitant qu’en commission elle ne soit trop modifiée.
      Désormais, plus de motion de rejet possible… et alors, bataille à l’assemblée où les amendements des macronniens affadissant le projet passeront…
      Et sans vergogne, après, nouveau 49.3 lorsque l’espéré est atteint !

  4. Conseil au Maire de Briançon: si vous voulez retrouver la quiétude et le tourisme à Briançon, il vous suffit de prendre deux mesures. 1) rétablir un solide poste frontière au col du Montgenèvre et 2) Idem au col de l’échelle. Faite gaffe aussi aux commerces de votre rue commerçante qui vend aux touristes toute une panoplie de couteaux. En effet, les nouveaux “touristes” aux pulsions imprévisibles n’ont pas les mêmes codes que nous, du fait de certaines de leurs lectures sulfureuses … (pour ceux qui savent lire évidemment).

  5. Habitant autrefois la Belgique, je me suis rendu en Italie chaque année pendant 20 ans avant de m’y établir définitivement fin 2016. Et nous faisions étape à Briançon, petit paradis alpin. Ensuite le bon peuple français (comme dirait l’ami Cachou) a élu et réélu Macronescu qui s’est empressé de dissoudre Génération identitaire qui avait le toupet de vouloir freiner l’importation de chances pour la France. Ce bon Macronescu, avec son copain Klaus à Davos ont imaginé, pour réduire votre empreinte carbone dans vos projets de vacances à Marrakech, d’importer Marrakech chez vous. Aussitôt dit, aussitôt fait. C’est trop injuste, car Klaus se voit toujours privé de Marrakech chez lui à Davos et je ne peux plus faire étape à Briançon. Vraiment dommage …

  6. Merci pour ce bel article érudit. « Qui tient le haut, tient le bas », formulait Vauban.” Le dicton est toujours en cours à l’armée, même si ceux qui le citent en ignorent l’auteur. Vous me l’apprenez, bien nommé monsieur Jules Ferry. Notre chez vieux pays est assailli, trahi, symboliquement et réellement. L’état organisateur est illégitime. Il faut se révolter.

  7. Oui,en effet;une fois de plus,nous constatons. Et maintenant,que pouvons nous faire,face à ce “peuplement’ de Macron.? Eh,les filles de Briançon; planquez vous..! Et ne sortez plus le soir,après 18h00.

  8. Un si beau pays, livré aux hordes sauvages.Au fur et à mesure de l’envahissement et de l’occupation musulmane le danger devient plus grand.L’Armée a le devoir de RESERVE et est sous le commandement de l’individu de l’Elysée.Quelque fois il ne faut plus obéir…En Allemagne, il y a eu Staufenberg…..

    • Hordes sauvages;que des jeunes hommes, uniquement. C’est une catastrophe… Macron est une sale pourriture. Cet adorateur des vieilles femmes,est complètement fou.

  9. Sujet qui vaut un triple ban

    c est grace a Vauban que j apprendrais a l école ce que sont une courtine et une échauguette

    les zécoliés d ojourdui se demande ou se planké les chouf dans ce fort

    quelle ruine!!

  10. Quel article ! Encore un, magnifique merci !

    -“Briançon …imprenable”-

    Les migrants, prochains nouveaux frencés adorant la France et les Français “protégés de nauséelites avec nos deniers “du culte”.

    Sont à l’abri, nourris, logés, entretenus, pas de taxes… téléphone, connexion internet … Soins gratis ; petite paie : “pas cher, c’est l’État qui paie !”

    En plus, évasion fiscale au pays d’origine -pour aider le clan familial, futurs arrivants- …

    Donc entretien de l’édifice, jusqu’à ce jour, à nos frais et voilà que de forteresse il devient crêche Vauban -elle aussi à nos frais-, abri des envahisseurs ; tandis que bon nombre de français ayant contribué au coût de cet entretien se retrouvent dépourvus et à la rue.

    VAUBAN FORTERESSE IMPRENABLE !!! Magnifique, les armes pourront y être fabriquées (YouTube regorge de vidéos pédagogiques sur le sujet) y être entassées ; des armes lourdes pourront y être envoyées en pièces détachées et stockées ; et le site réaménagé par les envahisseurs selon les besoins militaires de ces troupes. ILS SERONT EN SÉCURITÉ pourront à loisir y installer leur QG.

    Bravo !

    • Bonjour MSDO, quelle imagination ! Mais à la fin de ce scénario catastrophe, les Français se ressaisissent et reprennent la place forte (il faut bien un peu d’espoir pour Noël…)

      • Bonjour @Jules Ferry ;

        RËVE .; RËVER :

        • Le rêve est la meilleure chose qui soit au monde car c’est grâce à lui que nous avançons dans le réel. (Guillaume Appolinaire)

        • La rêverie est le dimanche de la pensée. (Henri-Frédéric Amiel)

        • Le rêve est la vraie victoire sur le temps. (Jean-Claude Carrière)

        • Plus je vieillis, plus je vois que la seule chose qui ne vieillit pas, ce sont les rêves. (Jean Cocteau)

        • […] tant qu’il y aura des hommes, ils aspireront à autre chose. Autre chose que ce qu’ils ont déjà, autre chose que la vie tout court. Ils ne vivent, chacun le sait et l’éprouve, que de rêves et d’espoir. Ils n’ont pas fini de rêver. (Jean d’ Ormesson)

  11. Merci Jules Ferry pour ces beaux clichés. Je regrette ce bon temps de Vauban, où l’on pouvait tirer encore sur l’ennemi. Aujourd’hui on le loge, on le soigne, on le nourrit, on l’habille et on le paie pour qu’il nous égorge . Étrange époque, étranges mœurs.

Les commentaires sont fermés.