Comme pour la Hollande et la France, l’immigration a un coût terrible pour le Danemark

En lisant l’article de Jean-Paul Saint-Marc sur le coût de l’immigration pour la Hollande , (https://resistancerepublicaine.com/2023/12/05/cout-hallucinant-de-limmigration-aux-pays-bas-et-en-france/ ), j’ai fait cette expérience qu’on appelle le déjà-vu. Je me souvenais avoir lu la même étude il y a quelques années, concernant le Danemark, et je me souviens particulièrement d’un néologisme : MENAPT, forgé pour cette étude.
MENAPT est l’acronyme de :
 – Middle East (Moyen-Orient)
 – North-Africa (Maghreb)
 – Pakistan
 – Turquie
Il s’agit d’un ensemble qui regroupe les immigrants qui se sont le moins bien intégrés et coûtent le plus à la société danoise. Le point commun entre tous ces pays ne vous aura bien entendu pas échappé.
Bref, la similitude étant si frappante, je me permets de  vous transmettre l’article ci-dessous  sur le sujet.

Le Danemark affirme que les immigrants « non occidentaux » coûtent à l’État 31 milliards de couronnes

Le coût pour l’État de l’immigration en provenance de pays définis comme « non occidentaux » s’élevait à 31 milliards de couronnes en 2018, selon un rapport annuel du ministère danois des Finances.

Calculé sous forme de coût net ou nettobidrag , ce chiffre est basé sur les dépenses de l’État consacrées aux services publics liés à l’immigration et aux prestations sociales reçues par les immigrants.

Cela signifie qu’outre les dépenses en prestations sociales, les coûts des services publics auxquels tout le monde au Danemark a accès sont inclus dans le calcul.

Ainsi, les coûts par personne de choses comme les soins de santé, la garde d’enfants, l’éducation et la culture sont pris en compte dans le calcul des dépenses de l’État pour des groupes et des individus spécifiques.

Les cotisations fiscales des personnes entrant dans la catégorie « immigrant ou descendant non occidental » sont déduites du total.

Dans un communiqué de presse publié vendredi, le ministère des Finances a indiqué que ce chiffre était inférieur de 2 milliards de couronnes à celui de 2017, et en baisse par rapport aux 42 milliards de couronnes de 2015. Le rapport complet peut être consulté ici .

Les autorités et les agences statistiques danoises classent les personnes considérées comme n’ayant pas d’origine danoise en deux groupes : les « immigrants » et les « descendants » d’immigrants ( « efterkommere » ).

Une personne est considérée comme danoise si elle a au moins un parent citoyen danois et né au Danemark. Les personnes définies comme « immigrants » et « descendants » ne remplissent pas ces critères. La différence entre les deux est qu’un « immigrant » est né hors du Danemark, tandis qu’un « descendant » est né au Danemark. 

Pendant ce temps, tous les pays de l’UE ainsi qu’Andorre, l’Australie, le Canada, l’Islande, le Liechtenstein, Monaco, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, Saint-Marin, la Suisse, le Royaume-Uni, les États-Unis et le Vatican sont considérés comme « occidentaux ».

Partout ailleurs – toute l’Amérique latine, l’Afrique et l’Asie – c’est « non occidental ».

Cependant, les autorités ont désormais également commencé à diviser la classification « non occidentale » entre les pays dits « MENAPT » et les « autres » pays non occidentaux.

MENAPT fait référence aux pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, ainsi qu’au Pakistan et à la Turquie.

Le premier de ces deux groupes a coûté à l’État 24 milliards de couronnes sur les 31 milliards de couronnes dépensés en 2018 pour l’immigration non occidentale, selon le communiqué du ministère.

Les personnes originaires des pays MENAPT représentaient environ 55 % de tous les immigrants et descendants non occidentaux en 2018.

La différence notable dans la contribution nette entre les deux groupes doit être considérée dans le contexte des principales raisons qui les ont poussés à s’installer au Danemark, écrit le ministère.

En effet, une plus grande proportion de personnes originaires des pays MENAPT arrivent au Danemark en tant que réfugiés ou pour le regroupement familial, tandis que celles provenant d’autres pays sont plus susceptibles de s’installer au Danemark en raison d’une offre d’emploi ou d’un lieu d’études.

Présentés comme un coût par personne, les immigrants et descendants des pays MENAPT ont coûté à l’État danois 85 000 couronnes par personne en 2018, selon le ministère. Pour ceux originaires d’autres pays non occidentaux, le chiffre est de 4 000 couronnes par personne.

Les immigrants des pays occidentaux apportent une contribution nette aux finances de l’État à travers le paiement de leurs impôts, écrit également le ministère. Il en va de même pour les ressortissants danois.

Le ministre de l’Immigration et de l’Intégration, Mattias Tesfaye, a cité la baisse globale des dépenses consacrées aux migrants non occidentaux comme une justification de la position stricte du gouvernement en matière d’immigration.

« Le rapport confirme les problèmes que nous connaissons. Il existe encore un important retard d’intégration », a déclaré Tesfaye dans le communiqué.

“Mais je suis heureux que cela montre que les dépenses nettes consacrées aux immigrants et à leurs descendants continuent de baisser”, a-t-il ajouté.

« C’est une bonne nouvelle. Une politique d’immigration stricte fonctionne », a également déclaré Tesfaye.

Des prestations sociales moins élevées pour les réfugiés que pour les autres bénéficiaires de l’aide sociale ( Integrationsydelsen ) ont été introduites par le gouvernement alors libéral en 2015. Elles devaient permettre à l’État d’économiser un milliard de couronnes d’ici 2020, a-t-on appris un an plus tard .

Traduction google

Je pense que toute autre recherche Google sur “Denmark MENAPT immigration” donnerait d’autres sources équivalentes…

 797 total views,  1 views today

image_pdf

5 Commentaires

  1. On se doutait bien que cette immigration folle avec les énormes avantages concédés, devait nous couter très cher.
    Mais c’est mieux quand c’est chiffré par un autre pays, qui ne peut être taxé de racisme.
    Un pays socialiste lucide et pragmatique.
    Loin de l’utopie française des “Chances pour la France”.

  2. En France, les dépenses liées à l’immigration se sont accélérées, le coût total des émeutes par le biais des assurances va peser lourd sur nos cotisations.

  3. En fronce comme dans une majorité de pays européens les migrants ne veulent pas travailler mais juste les aides et la CAF pour notre pays. Ils sont nourris, logés et bénéficient d’argent de poche pendant que nos anciens crèvent avec leurs petites retraites. La seule solution est de tout virer, un point c’est tout et remettre aux travail les fenians.

Les commentaires sont fermés.