Il est des juges à qui je souhaite le plaisir de se retrouver traînés au sol par une voiture…

BREVE

Juste une semaine de Travaux d’Intérêt Général pour avoir traîné un policier au sol avec une voiture… A gerber. A faire la révolution.

 « J’ai failli mourir (…) Au tribunal, on excusait presque le jeune » : Anthony, le policier traîné au sol par une voiture à Nantes, témoigne après la peine de 35h de travaux d’intérêt général infligée à son agresseur (MàJ)

17/11/23

EXCLU RMC. Anthony, policier à Nantes, a été traîné sur 20 mètres par une voiture. Alors que le conducteur a écopé de 35 heures de travaux d’intérêt général, il revient sur les faits ce vendredi sur RMC et se dit “choqué” par le verdict du tribunal.

(…) “Ça part d’un banal contrôle routier, comme on en fait tous les jours, explique le policier. Un véhicule roule bizarrement, avec une conduite imprécise. En amont, juste avant de contrôler le véhicule, on fait les fichiers. Malheureusement, le fichier des véhicules volés est en panne. On décide quand même de contrôler le véhicule. Moi, je descends, je me mets au niveau de la portière du conducteur. Je fais le protocole habituel, je demande de couper le contact, de donner les papiers, etc. Et là, c’est le trou noir. L’histoire commence pour moi à ce moment-là. J’ai juste des bribes de souvenir. Je demande au très jeune conducteur de couper le contact de sa voiture. Après, je me vois accroché au véhicule, avec une sensation de vitesse, au niveau de l’estomac. Et je reprends conscience dans le camion de pompiers.”

“Ma tête, la partie gauche de mon crâne sur 5-6 cm, a été un peu scalpée, poursuit Anthony. J’ai eu une plaie en étoile, avec six points de suture. J’ai eu une perte de sang abondante, j’ai été KO pendant presque une minute. Ça a beaucoup choqué mes collègues. Ils pensaient que j’étais mort, parce que je ne bougeais plus et j’avais du sang qui sortait de la tête. Ils se sont dit que c’était fini. Quand je me suis réveillé, j’ai eu une phase de délire. Je racontais n’importe quoi. Mais tout ça, je ne m’en souviens pas. Quand je reprends conscience dans le camion de pompiers, ça fait déjà 45 minutes que je suis éveillé, mais je n’en ai aucun souvenir.”

🎙 Anthony, policier traîné par une voiture lors d’un refus d’obtempérer, témoigne sur RMC : “J’ai été K.O. pendant presque une minute, du sang sortait de ma tête. Mes collègues pensaient que j’étais mort.” #ApollineMatin pic.twitter.com/95ZDzCL2UG

Au tribunal, la procureure a requis huit mois de prison avec sursis. Mais la cour a souhaité favoriser une dynamique de réinsertion pour ce garçon de 16 ans, jamais condamné, qui venait de reprendre les cours après avoir été déscolarisé. “Je me suis déplacé (au procès), j’ai voulu marquer le coup, voir le jeune individu et défendre ma cause, souligne le policier, Anthony. Dès le début, j’ai senti que les faits étaient un peu minimisés. Je ne vais pas dire qu’on excusait le jeune, mais presque. J’ai témoigné deux, trois minutes à la barre. J’ai bien senti qu’en gros, c’était ‘rasseyez-vous, c’est bien, on passe à autre chose’. Quand il y a eu la pause pour le délibéré, il y avait déjà eu la proposition de la juge pour les 35 heures de TIG. J’ai dit que ce n’était pas possible, que je ne pouvais pas assister à cette mascarade. Donc je suis parti.”

(…) RMC


15/11/23

Un jeune homme, qui avait traîné au sol un policier à Nantes en mai dernier, à bord d’une voiture volée, a été condamné lundi à… 35h de travaux d’intérêt général. Une peine jugée “laxiste”.

En mai dernier, un jeune homme, mineur au moment des faits, impliqué dans un refus d’obtempérer, avait percuté et traîné au sol un policier sur “une vingtaine de mètres” à Nantes. L’individu était au volant d’une voiture volée. La tête du policier avait “violemment heurté le bitume”, et il avait perdu connaissance. Transporté à l’hôpital, il en était ressorti avec un “traumatisme crânien” et des points de suture.

Lundi 13 novembre, le prévenu était jugé par le tribunal correctionnel de Nantes. Il a reconnu les faits et a été condamné à… 35 heures de travaux d’intérêt général, rapporte Le Figaro. Une décision “laxiste”, selon Christophe Lasne, secrétaire départemental Unité SGP Police-FO en Loire-Atlantique. “Il a failli tuer un policier en uniforme et il n’a rien du tout. C’est incompréhensible”, déplore-t-il auprès de nos confrères.

(…) La Dépêche

https://www.fdesouche.com/2023/11/17/nantes-un-jeune-homme-qui-avait-traine-au-sol-un-policier-a-bord-dune-voiture-volee-condamne-a-35h-de-travaux-dinteret-general-le-policier-en-etait-ressorti-avec-un-traumatisme-cran/

 763 total views,  2 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. Une voix interne me dit ” Daniel, ne commente pas! tu vas dire ce que pense la majorité……………. et tu finiras fiché S , par ceux que tu veux défendre !!! la france est devenue FOLLE !

  2. Je souhaite à ce jeune homme après ses 35 heures de travaux “forcés” la rencontre avec un 38 tonnes qui ne pourra pas être inculpé d’homicide.

  3. je ne sais pas si ce policier peut faire appel, il le devrait pour lui, pour nous .. ce jeune voyou pourra prendre ses cours en prison !

  4. Pour quoi la police attend elle pour manifester?. Lorsque c’est pour une augmentation de cinq euros, les syndicats savent mettre la pression! Maintenant il reste toujours la solution de faire appel, ou la methode : ” règlement de comptes à ok corral” c’est au choix.

  5. Je serais à la place des policiers, je refuserais d’aller sur le terrain sans garanties. Quand les juges en prendront plein la gueule, je ne verserai pas une larme.

  6. AUCUNE CONSIDERATION POUR LES MAGISTRAT-ES JUGESSES …
    UN P’TIT COUP À L’AMITIÉ LEUR FERAIT DU BIEN……

  7. —-La police doit bien comprendre une fois pour toute qu’ils sont haïs par les magistrats et qu’ils ne doivent rien attendre de juste et honnête de cette corporation, en revanche le jour où se pays sombrera dans le chaos il faudra qu’ils s’en souviennent, d’ailleurs il est fort à parier que le peuple se souviendra de la clémence des juges envers la racaille, et son impitoyabilité envers les FDS!—-

Les commentaires sont fermés.