Le déclin programmé de la langue française

 

Les jeunes, toutes générations confondues ont leur langage bien à eux quand ils sont ados et je n’ai pas fait exception à la règle, ça permet de ne pas être compris des adultes ! En principe, ils finissent par “rentrer dans le rang” (pas toujours…).

Il y a quelques semaines j’ai revu Don Juan, tourné en 1965 dans des décors naturels. Michel Piccoli et Claude Brasseur y tenaient la vedette dans cette réalisation de Marcel Bluwal. Une grande partie de l’action se déroulait dans la saline d’Arc-et-Senans :

Naturellement, depuis Molière, notre langue a évolué au fil du temps et c’est bien naturel. À titre d’exemple, le mot aimable n’a plus le sens qu’on lui donne aujourd’hui. Une personne aimable cherche à faire plaisir. Au XVIIe siècle, c’était une personne digne d’être aimée (merci mon professeur de français au collège !). Notre langue était respectée dans le monde entier et le petit Pierre Tchaïkovski, l’enfant de verre écrivait en français à l’âge de sept ans :

Et son premier poème :

(Source : “Tchaïkovski”, de Michel Hofmann, aux éditions Solfèges).

Voilà de quoi un enfant russe était capable en 1847. En 2023, où en sommes-nous ? Nous nous dirigeons vers un inéluctable effondrement de notre langue ; celle-ci, tellement riche, s’appauvrit en raison de mots fourre-tout qui ne font que traduire une paresse langagière inquiétante.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 1,070 total views,  1 views today

image_pdf

16 Commentaires

  1. Personnellement, quand je lis un commentaire, je ne m’attache pas à l’orthographe, l’important est le contenu et ce que la personne a voulu dire. Et si certains ne sont pas à l’aise avec l’écriture (ils ont sans doute d’autres qualités), ils ont le droit de s’exprimer.

    Il y a aussi les fautes qui n’en sont pas : clavier qui répond mal ou faute de relecture qui n’a pas été faite. Sur un écran, il est parfois difficile aussi de bien voir les fautes, l’écriture internet est trompeuse.

  2. et… “laindi” au lieu de “lundi” et il est allé “sur ” Paris…
    Précédemment nous consacrions un article sur le président tchétchène, Ramzan Kadyrov.
    J’étais sur le salon de l’aluminium
    Ils l’ont dit sur la télévision
    Je vous renvoie sur mon livre
    Avec la natalité on est sur 1,22
    Il est plus compétitif sur les entreprises
    Manifestations sur les victimes des injections
    Épidémie de migrants sur la France
    Une vague de profanations sur des églises
    Les attaques sur la liberté
    Des blessure graves sur des manifestants
    On parle sur la table ronde
    Un croche pied sur un policier
    et promettre: je te promets que c’est vrai…
    🙁

  3. Sur les chaines télé ( même sur Cnews ) on entend quotidiennement :
    UN espèce,
    Voire même,
    Lequel à la place de laquelle, lesquelles etc
    Conséquent à la place de important. Différentiel à la place de différence, etc

    • Les fausses liaisons, comme peu za peu.
      Les adjectifs au féminin qui restent au masculin, on oublie d’accorder avec le nom…
      L’horrible “un espèce”, se retrouve dans toutes les bouches.
      Le nouveau tic des animateurs ” ok, d’accord”.

  4. C’est déjà fichu !
    Plus de liaisons, “trop” ( négatif) à la place de “très” ( positif ), “moi et mes potes” au lieu de “mes potes et moi “, sa au lieu de ça et inversement, bref, notre belle langue est en voie de disparition à la vitesse grand V !
    L’envahissement des “importés” plus les smartphones n’ont rien arrangé sans parler de l’inculture voulue dès les premières années à l’école.

  5. Pour cette raison, nous devons exhumer des mots du dictionnaire, qui ne sont plus usités, alors qu’ils sont parlants et expressifs.
    Faisons-les revivre !
    Cette langue est si belle et si imagée !

  6. Pour le Français, je pense qu’Internet y est pour beaucoup (le langage dans les videos genre TikToK et d’autres s’adressant aux jeunes est effarant), et la TV.

  7. Il faudrait arrêter aussi de faire des “ados” une entité commune, ils ne sont pas tous comme cela.

    Ce qui me frappe, ce sont les publicités en France qui donnent justement une image renvoyant de façon figée ce que serait un “ado” : parlant mal, ne respectant pas ses parents, immature le plus souvent, auxquels on trouve toujours des excuses et dont les pseudo-maladresses voire les bêtises font rire les adultes.

    La même chose dans les films récents selon le modèle américains. Je constate là le plus souvent que les ados qui sont représentés dans les mises en scène ont souvent des têtes à claques et les femmes hystériques toujours insatisfaites et frustrées avec des maris ayant des devoirs à n’en plus finir.

    Je ne sais pas si c’est le réel de leur société mais je finis par me poser la question….

      • Je n’ai pas pensé que c’était vous, je parlais juste en général car c’est le sentiment général que renvoie, à mon sens, la société (cf mes arguments).

      • On en fait une sorte d’entité qui fonctionnerait toujours de la même manière.

  8. À cause des Gauchistes progressistes d’extrême gauche la langue française a perdue son âme et quand vous voyez des jeunes qui disent Quoicoubeh c’est que vraiment il y a un problème. Heureusement que la langue française résiste à tout les délires du progressisme comme l’écriture inclusive avec le Don Juan de Molière plus l’adaptation télévisé de 1965 , Madame Bovary de Gustave Flaubert, les poèmes de Pierre Tchaïkovski, Guillaume Apollinaire, Georges Bernanos,Jules Renard et tant d’autres font parti de l’histoire de la langue française qui sert de support à notre culture et à la connaissance de la Langue. La langue française n’est pas morte !

  9. Aujourd’hui quasiment tous les spots pub tv se terminent par un slogan en anglais.
    Ca devait tout simplement être interdit et réprimé.

  10. trop vrai, hélas

    et trop souvent un mauvais “pidgin” de franco(?) – anglais

Les commentaires sont fermés.