Une personne sur mille vaccinée contre le Covid souffrirait d’effet secondaire

Deux après le lancement de la campagne de vaccination contre la covid, les bilans s’ajoutent les uns aux autres. Certains font état d’effets indésirables dans certaines circonstances. Ainsi, une personne sur mille a déclaré un effet indésirable des vaccins à ARN messager. C’est essentiellement des cas de myocardites, de la tension artérielle et des troubles menstruels.
Pour autant, l’Agence National du Médicament ne remet pas en cause l’efficacité de ces vaccins.

157 millions de doses de vaccins contre le covid injectées en France, 194 000 déclarations d’effets indésirables, soit environ dans 1 cas sur 1000. Dans l’essentiel des cas, il s’agissait de myocardite (une inflammation du muscle cardiaque), d’augmentation de la tension arterielle ou de saignements menstruels plus importants chez la femme.

Pour autant, les études ne sont pas terminées. L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé et le réseaux régional de pharmacovigilance ont placé sous surveillance différents signaux potentiels comme les Zona, les troubles du rythme cardiaque, les maladies des reins, du pancréas ou encore du foie.

Mais d’autres pathologies moins communes sont également gardées à l’œil par les chercheurs tel que la survenue d’une polyarthrite rhumatoïde, de maladies rares du sang ou du système nerveux ainsi que la surdité et le déséquilibre du diabète.

Une surveillance toujours de rigueur mais, fort heureusement, depuis plusieurs mois, aucun nouveau signal alarmant n’a été rapporté.

https://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/une-personne-sur-mille-vaccinee-contre-le-covid-souffrirait-d-effet-secondaire-1426733.html

 908 total views,  2 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. Les contrats des vaccins entre Pfizer et l’Afrique du Sud ont été rendus publics : https://healthjusticeinitiative.org.za/wp-content/uploads/2023/09/OCRPfizer-1_Redacted.pdf

    Page 21, article 5.5, est stipulé :
    “Purchaser further acknowledges that
    the long-term effects and efficacy of the Vaccine are not currently known and that there
    may be adverse effects of the Vaccine that are not currently known.”

    Soit :
    “L’acheteur reconnaît en outre que les effets à long terme et l’efficacité du vaccin ne sont pas connus pour le moment et qu’il pourrait y avoir des effets indésirables du vaccin qui ne sont pas connus à l’heure actuelle.”

    Ce contrat entre Pfizer et l’Afrique du Sud doit être très similaire avec ceux signés avec les autres pays, pas vrai?

    Ca signifie que les “vaccinés” se sont bel et bien fait cocufiés.
    Les politiciens, les docteurs, les médias… tous ceux qui NOUS ont dit que “le vaccin est sûr et efficace” nous ont MENTI : en réalité, il n’y avait aucune certitude que le “vaccin” protégeait qui que ce soit… ou même était sûr pour les injectés!

  2. Je n’y connais rien mais dans les cas d’effets “indésirables”, pour une personne, les médecins de l’hôpital qui la suivaient ont reconnu les méfaits des injections qui lui avaient été faites. Le traitement proposé n’étant pas suffisant, elle a heureusement trouvé dans un hôpital parisien des médecins qui ont pu la soulager.

  3. Eh oui ! Le vaccin tue et les personnes vaccinés subissent les effets secondaires de la vaccination contre le Covid 19 promu par des Ayatollahs du vaccin comme Bill Gaaates l’ordure Amerloque et ses congénères qui veulent tuer un maximum de gens avec le vaccin Anti COCO 19 qui est un poison !

  4. J’ai écopé d’une pseudo-polyarthrite rhizomateuse, quelques semaines après le 3ème vaccin. Aucun médecin ne se risque à reconnaître la possibilité d’un lien. Et pour les soins, c’est cortisone limitée à 3 mois. Ensuite les douleurs recommencent et il faut quémander une nouvelle prescription de cortisone.

  5. Comme ce sont des pathologies que l’on constatait avant le COVID et le vaccin, les séquelles et les morts passent inaperçus.

  6. Plus précisément le dernier rapport de l’A.N.S.M. du 11 mai 2023 indique que sur 156 711 100 injections, 193 571 cas d’effets indésirables ont été déclarés, soit 1 déclaration sur 809 injections. Notons que d’après de nombreux scientifiques, et l’ANSM elle-même, les données de pharmacovigilance ne représentent en général que 5 à 10 % en moyenne des cas réels …
    Pierre CHAILLOT, dans son ouvrage : « Covid 19, ce que révèlent les chiffres officiels », indique qu’il n’y a pas en France, d’accès aux données sur les morts dus à la vaccination, lesquelles montreraient, comme c’est le cas en Angleterre, que les vaccinés meurent plus que les non-vaccinés par classe d’âge. Pour 2022 l’Insee observe toutefois que “les décès observés sont supérieurs aux décès attendus pour toutes les classes d’âge.” Cependant, la surmortalité diffère assez largement entre ces diverses classes d’âge : de façon globale, par rapport à 2021, elle s’est accrue avant 55 ans, et après 85 ans. Et il semblerait que nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

    • Comme les médecins, en cabinet ou à l hopital, ne déclarent pas que les patients ont une maladie ou sont morts suite aux vaccins du covid,
      on ne le saura jamais

Les commentaires sont fermés.