Musique made in USA, première partie

On ne va pas parler ici d’un pays qui depuis 1776 a connu très peu de périodes de paix, qui cherche à imposer sa vision du monde à la planète entière, qui fait la guerre par pays interposé (c’est moins risqué que de la faire chez soi) et qui n’a pas gagné un conflit depuis 1945. On va plutôt évoquer le pays d’Edgar Poe, de John Steinbeck, d’Ernest Hemingway et naturellement le pays de Gershwin, Copland, Bernstein et autres.

Et comme à l’accoutumée on commence par une ouverture, cette fois-ci de Samuel Barber (1910 – 1981), The School for Scandal, (l’école du scandale, que j’ai envie de dédier à notre ineffable sinistre de l’Éducation Nationale, le répugnant Pap Ndiaye). L’ouverture fut créée le 30 août 1933.

Les USA étant une nation jeune, on n’y trouvera pas de musique baroque ni même de musique dite “classique”. En remontant dans le temps, j’arrive au 8 mai 1829, à la Nouvelle-Orléans, c’est là que naît Louis Moreau Gottschalk, lequel décèdera le 18 décembre 1869 à Rio de Janeiro.

Enfant prodige, pianiste virtuose, Gottschalk arrive à Paris en 1841 pour y terminer ses études ; sa candidature au Conservatoire est refusée en raison de ses origines créoles ! Il va parcourir toute l’Europe pour des tournées triomphales et c’est la syphilis qui va l’emporter en 1869. On commence par le deuxième mouvement de sa première symphonie, Nuit des Tropiques, la “fiesta criolla” :

Au risque d’avoir toutes les organisations bien pensantes sur le dos, voici à présent une œuvre pour piano, Bamboula (danse de nègres… c’est écrit sur la partition, je n’y suis pour rien, moi !) :

On continue dans l’ordre chronologique avec Charles Ives :

 

En 1908, Ives écrit une musique pour cordes, trompette solo et quatuor à vent, La question sans réponse, qui ne sera créée que le 11 mai 1946, puis révisée en 1984, c’est la version que nous allons découvrir maintenant. Le titre de cette œuvre a inspiré l’ouvrage de Leonard Bernstein, six conférences données à Harvard et regroupées dans un livre :

Ferde Grofé est un compositeur et arrangeur né à New York le 27 mars 1892 à New York et mort le 3 avril 1972 à Santa Monica.

Il est connu entre autres pour avoir écrit l’orchestration de Rhapsody in blue de George Gershwin (que l’on verra dans le prochain article), mais aussi pour avoir écrit des pièces plus ambitieuses, comme Grand Canyon Suite (1931) dont voici un extrait, On the trail (sur la piste).

On termine cette première partie avec une marche de John Philip Sousa né le 24 octobre 1854 à Washington D.C. et mort le 6 mars 1932 à Reading, Pennsylvanie.

Un second voyage aux USA nous attend prochainement !

Filoxe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 5,170 total views,  1 views today

image_pdf

6 Commentaires

  1. Gershwin : l’optimiste, la gaieté, la vie ! Je connaissais (et apprécie beaucoup) mais pas les autres qui sont nouveaux pour moi. Merci pour ces découvertes

  2. Pour la Bamboula, on verra plus tard. Ce week-end, fête de la mer à Grand-Case !
    Et merci pour vos commentaires qui m’encouragent. La semaine prochaine, Gershwin, Copland, Piston, Cage, Bernstein et Sousa seront au programme.

  3. Merci Filoxe pour ce dépaysement musical. Évitons de faire la bamboula ce week end, par peur que nous ne soyons déférés devant les tribunaux pour acte de racisme avéré.

Les commentaires sont fermés.