Moi, gendarme, je veux alerter sur l’utilisation scandaleuse de votre argent

Sortie littéraire : interview de Jean Médar par Alain RRBretagne :

 

  • 1 Parlez-nous un peu devous, qui êtes-vous ?

 

Je suis quelqu’un de très ordinaire. J’ai eu un parcours de vie classique et j’évite de trop m’étaler sur ma vie privée à l’heure de la surveillance, du contrôle et des représailles contre les lanceurs d’alertes. Lorsque je me suis destiné à la gendarmerie, j’ai découvert un métier passionnant au service de la population. Ce que j’ai ensuite subi dans ma profession a été le début d’une prise de conscience.

 

2 Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre ?

J’ai été la cible de harcèlement car j’avais soulevé de gros dysfonctionnements dans mon unité. Des missions qui n’avaient clairement rien à voir avec le métier de gendarme, des problèmes très importants de sécurité dans ma caserne, des logements vétustes… On a menti sur mon compte, on m’a empêché d’avancer professionnellement. Puis on m’a demandé des écrits pour un oui ou un non, pendant mes congés également. Des coups de fils, des mails fréquents. Toutes ces techniques que beaucoup (trop) de salariés vivent aujourd’hui visent à vous faire craquer et à vous faire comprendre que soit vous rentrez dans le moule soit on vous fera vivre un enfer. J’ai d’abord eu envie de coucher sur le papier quelques anecdotes, des humeurs, des pensées. Puis avec le temps, cela s’est structuré et étoffé. C’est à ce moment que j’ai décidé d’écrire un livre. C’est en même temps une sorte de thérapie que d’écrire tout ce que l’on a enduré ou vu autour de nous. Mais surtout, je me suis dit que mon devoir était d’alerter les gens qui liraient ces lignes sur l’utilisation scandaleuse de leur argent. Nous sommes clairement escroqués. Nous donnons des sommes phénoménales dans les taxes qui financent théoriquement le service public pour que ce dernier soit d’une mauvaise qualité, voire qu’il se retourne contre sa propre population.

 

3 Pouvez-vous nous parler de votre livre en quelques lignes ?

C’est un témoignage. Je raconte ce que j’ai vécu pendant toutes ces années ainsi que nombre de mes collègues. Le gaspillage, la politique du chiffre, l’opacité, la hiérarchie sans contrôle, les suicides… J’essaie d’évoquer la gendarmerie sous tous ses aspects avec comme clé de voûte cette institution qui ne fait clairement plus ce pour quoi elle est normalement conçue : la protection des Français. Il y a même un chapitre où j’ai relevé quelques témoignages de différents personnels militaires de plusieurs armes afin de montrer que le mal n’était pas qu’en gendarmerie.

 

4 Combien de temps avez-vous mis pour l’écrire ?

De la première ligne au point final je dirais deux ans. Mais c’est un calcul un peu biaisé puisqu’il y a eu plusieurs périodes où je n’y touchais plus. Il est sorti en octobre 2022.

 

5 Est-ce que l’écriture a été compliquée ? Avez-vous eu des moments de doute ? Envie de tout arrêter ?

 

Parfois ça l’a été, difficile. J’ai vu beaucoup de lanceurs d’alerte se faire chahuter. Des écrivains, des journalistes, des avocats... La France d’aujourd’hui est une France totalitaire et elle maltraite de toutes les manières possibles les personnes qui pourraient un tant soit peu éveiller le peuple sur la mafia au pouvoir. Alors évidemment, j’ai parfois pesé le pour et le contre. J’ai finalement décidé d’aller au bout de ma démarche en essayant de rester le plus prudent possible. Mais je ne suis pas dupe, si un jour je devenais dérangeant, le pouvoir saurait m’atteindre. En vous disant cela, je n’y trouve aucune sorte de gloire, je trouve cela fou que la France soit descendue si bas et soit si corrompue au niveau de ses dirigeants. Ces gens sont prêts à tout pour ne pas perdre.

 

6 Pourquoi avoir choisi ce sujet ?

Il me semble primordial et je ne me voyais pas écrire un livre sur quelque chose que je ne connaissais pas.

7 Si ce livre devait faire passer UN message, quel serait-il ?

La vie ce sont des cycles. Nous sommes dans un mauvais cycle en tout cas en Occident. Personne ne sait combien de temps il durera. La réflexion que chacun doit avoir à mon sens, c’est quel sens je veux donner à ma vie. Je pense qu’il faut redevenir des adultes responsables. La responsabilité de sa vie, de ses choix permet de trouver sa place et de jouer son rôle. Nous devons collectivement arrêter de pleurnicher. Comprenez-bien, il y a beaucoup de raisons de se lamenter aujourd’hui et dans un sens, c’est légitime. Je le fais moi-même. Mais il faut aussi avancer. Faire revivre le sens de mots comme l’honneur, la loyauté, le goût de l’effort, le dépassement de soi, l’intérêt général, la collaboration qui sont des concepts qui ne veulent plus rien dire aujourd’hui voire qui sont même tournés en ridicule. C’est dur mais ces valeurs suivis d’actes ensuite, c’est cela qui nous fera nous redresser. Je m’inclus dans tout ce processus. Et c’est aussi parce que nous sommes dans une époque difficile que nous devons absolument apprendre à nous défendre moralement et physiquement. De manière générale, nous les Français sommes faibles car nous ne savons pas gérer des situations de stress, nous sommes démunis face à la violence sous toutes ces formes. A nous de nous préparer. Je ne le dis pas pour être désagréable mais le monde est un endroit hostile, il faut l’affronter. La petite poignée de personnes qui prennent les décisions contre les peuples nous attaquent tous les jours, à tous les points de vue et nous ne sommes pas prêts. Mais cette situation n’est pas immuable, elle peut changer.

 

8 Aimeriez-vous écrire un autre livre ?

Pourquoi pas si j’ai le sujet et la matière.

 

9 Tout ce que vous racontez est-il toujours sourcé ?

Pas toujours. Des fois je source, des fois non. J’ai parfois mis les références de mes recherches en citant des articles de loi. Quand je raconte des expériences personnelles ou celles de collègues, il n’y a pas de sources mais le lecteur un peu au courant de la situation aujourd’hui n’aura aucun mal avec cela je pense. Parfois aussi je reprends un article de presse en citant le média et la date donc c’est très facile de vérifier sur Internet.

 

10 Autoédition ou maison d’édition ? Qu’en pensez-vous ?

J’ai prospecté un peu partout et j’ai finalement trouvé une maison d’édition. Sans vouloir dire que mon livre est un best-seller, il faut savoir que les maisons d’éditions, pas toutes bien sûr, fonctionnent de plus en plus comme les médias audio-visuels ou la presse écrite. Les grands groupes sont rachetés par les oligarques. Regardez les histoires de rachat par Messieurs Bolloré ou Niel du groupe Editis. L’un des très grands groupes d’édition en France. Dans quel but ? Le même que pour la télé, la radio et les journaux écrits. Influencer l’opinion en privilégiant certaines idées plutôt que d’autres. Je ne me considère pas comme un écrivain et mon ouvrage est très certainement maladroit par moment, mais là n’était pas mon objectif. L’auto-édition pourrait avoir un bel avenir si la parole littéraire est trop lisse et si le public en a marre qu’on lui dise quoi penser.

 

11 Vous écrivez mais aimez-vous lire également ? Si oui quel type de romans ?

Oui mais beaucoup de fictions. Suspense, science-fiction, aventure.

 

12 Un dernier commentaire ?

Soutenons-nous les uns les autres dans l’épreuve, soyons forts. Ce que nous faisons, nous n’en verrons peut-être pas les fruits de notre vivant mais semer les graines pour la génération suivante est l’une des seules choses qui ait du sens à notre époque.

 

Plateformes pour trouver le livre : https://www.atramenta.net/books/gendarmerie-au-service-de-qui/1109 et sur Amazon.

Formats disponibles : Broché ou numérique
 
 
 

 1,818 total views,  1 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. DANS LE DOMAINE HOSPITALIER C EST LA MEME CHOSE DES QUE VOUS SORTEZ DE LA PENSEE UNIQUE ET DU POLITIQUEMENT CORRECT ON ESSAI DE VOUS ACHEVER SI VOUS N AVEZ PAS UN FORT MENTAL J EN SAIS QUELQUE CHOSE

  2. Un ex gendarme qui dénonce les dérives de sa profession et qui mérite mon respect !

  3. Ce gendarme à commis le plus grand des crimes : Il s’est mis à penser par lui même.
    Fait hautement aggravant, il porte des valeurs morales.
    Merci Monsieur.

  4. Merci pour ce témoignage qui rappelle mon vécu.

    Parce que l’on trouve cette même orientation délétère dans l’armée, la police, la Douane…

    Nous sommes obligés de nous taire ou de témoigner en restant cachés. Un comble pour le pays de la “liberté d’expression” !

    • Oui obligation de se taire ! une autre facette de ce silence imposé est d’être obligé d’avoir une protection ! c’est juste incroyable ! J’ai déjà demandé il y a un an, à une revue de comptabiliser le nombre de personnes protégées et le coût ! je n’ai pas de réponse mais je pense que nous serions surpris !
      Autre chose ; c’est les forces de protection dont Macron veut qu’elles soient européenne : c’est un grave danger évident, et certaines personnes ont dit qu’elles avaient entendu parler une autre langue que le français lors de manifestations ..donc c’est en cours ! IL y aura des dérives évidemment ! PRENEZ CONSCIENCE DE LA Où NOUS SOMMES ET Où NOUS ALLONS !!

    • Voir la dernière vidéo de A.Juving Brunet et son appel ..je ne donne pas le lien volontairement

    • @François des Groux

      “Merci pour ce témoignage qui rappelle mon vécu.”

      Moi de même, je ne peux pas et ne souhaite pas ici parler de ma vie mais c’est à peine croyable aussi.

      Et les responsables sont les mêmes qu’au Pouvoir, et ils continuent à agir…. Ils sont soutenus par certains qui devraient au contraire défendre la loi et la justice.

      Cela fait 10 ans et c’est encore très présent dans ma tête, et dans ma vie personnelle. J’ai tout simplement cependant, décidé de ne pas me considérer comme une victime et en y réfléchissant, la tête haute, je suis au-dessus de ces gens-là qui n’ont aucun honneur ni probité sur fond d’une intelligence limitée.

      J’aime beaucoup ce que préconise ce gendarme comme attitude dans laquelle je me retrouve. L’important : être en accord avec ses convictions profondes et son humanité.

      • En fait, ma déception a été aussi grande que la fierté d’être entré dans l’une de ces institutions.

  5. Comme je le disais dans un de mes anciens commentaires , tout est pourri et corrompu dans la Maison France , sa chute, notre chute approche à grand pas et ça va faire très mal , mais avant ça , les ordures qui nous gouvernent nous préparent encore de belles saloperies pour essayer de nous achever , non non je ne n’ai pas fumé ou snifer de substances illicites. Veillons au grain amis Patriotes!

  6. La gendarmerie a perdu son âme et sa raison d’être. Elle est devenue un instrument au service d’un pouvoir devenu un système d’oppression.

    • Argo, je vais peut-être étonner, mais j’avais un grand-père gendarme très droit avec le sens de l’honneur, je l’ai toujours connu en retraite (après la guerre) et déjà, il disait qu’il avait quitté la Gendarmerie car il sentait qu’elle commençait à changer dans le mauvais sens.

      • LE MIEN, DE GRAND PèRE -GENDARME, POURTANT DéJA 2 FOIS DéCORé entre 1917( engagé volontaire à 16 ans ; gazé Ypres) et 1938, A DéMISSIONNé EN 1941 POUR NE PAS Suivre les ordres imposés par son chef collabo(chalon/sAONE). iL A REFUSé SA RéINTéGRATION proposée avec EXCUSES de la ” maison” EN 1944. il a dès lors vécu de petits boulots d’ouvrier et veilleur de nuit(et une médaille de + pour faits de résistance-),limite dans la misère avec 3 gosses, jusqu’à ce qu’il reprenne (ou crée) un cabinet d’assurances de 1956 à 1964

Les commentaires sont fermés.