À l’image du GIGN et du RAID, créons une unité d’assaut contre tout point de vente de drogue !

L’État ne pourrait-il pas, à l’image des excellentes opérations de sauvetage immédiatement déclenchées dès qu’une prise d’otage est connue…
-soit renforcer les unités existantes à savoir côté police, le RAID, et/ou côté gendarmerie, le GIGN, en augmentant leurs effectifs et leur donner la possibilité d’intervenir, en quelques heures, contre tout point de vente de drogue ;
-soit créer une unité spéciale anti-drogue tant avec la gendarmerie qu’avec la police pour, telle une nuée de frelons, attaquer un point de drogue dès qu’il se constitue ?

Actuellement, l’État par le truchement de sa magistrature -des plus débordées !- contraint les gendarmes ou les policiers à de longues enquêtes -durant des semaines voire des mois quand ce n’est pas des années !- afin d’établir des dossiers « béton » exigés par des magistrats des plus pointilleux surtout lorsque les suspects sont des « Français malheureux » vivant dans des « quartiers difficiles » ou « tout récemment débarqués » de leurs « lointains pays » !


Ainsi…
(grâce -il convient de le rappeler et de le répéter-… grâce à l’apport « généreux » d’addictes -souvent par simple plaisir égoïste-, personnes aisées financièrement et versant à leurs fournisseurs des sommes astronomiques alimentant largement -et ces addictes s’en moquent, non, s’en fo….t complètement !- des trafics sexuels d’enfants et de femmes, ou des réseaux terroristes, entre autres ! D’ailleurs quand un attentat terroriste fait des dizaines de victimes, combien de parents, de frères ou soeurs ou d’amis « sniffant » allègrement tous les samedis soirs -et encore !- se sont-ils sentis coupables d’avoir versé, durant les années précédentes, des fonds qui ont permis la perpétuation de l’attentat ayant tué ou handicapé à vie sa mère, son frère, sa fille, son amie, son copain qui, eux, n’avaient jamais voulu de ce « passe-temps si festif » ???)

 Ainsi, donc, ces trafiquants « malheureux locaux » ou « récemment débarqués » peuvent-ils poursuivre leur oeuvre de mort dans la plus grande quiétude grâce à notre si cher État de droit, si droit qu’il penche, en la matière, de plus en plus à… gauche !
D’ailleurs, je me souviens d’un documentaire sur le travail de la police dans lequel un délinquant sortant d’un commissariat disait au reporter, avec un accent du nord (mais ni du nord de la France, ni de l’Europe) : « La police vraiment… méchante mais la justice, elle… gentille ! »

Qu’ils soient membres du RAID ou du GIGN, ces forces de l’ordre interviennent souvent lors d’alertes telles les prises d’otages, affaires qui ne découlent pas d’enquêtes interminables puisque ce sont des actions ne tolérant aucune enquête approfondie et donc longue puisqu’il convient de les traiter en urgence !


Pourquoi notre droit ne considérerait-t-il pas l’installation d’un point de vente de drogues comme une prise d’otages -les drogués !- par des gens détenteurs de drogues, c’est-à-dire de produits létaux puisqu’ils donnent la mort tout comme l’arme à feu dont un preneur d’otage menace sa victime ?


Si le GIGN -dans les villages ruraux- ou le RAID -dans les grandes agglomérations- intervenaient, non après trois mois d’enquêtes mais après 3 heures ou, allez, 3 jours d’implantation d’un point de vente de drogues, les trafiquants seraient quelque peu coincés aux entournures. Et même si les points se reconstituaient rapidement, ils finiraient par se faire de plus en plus rares.


En parallèle, il conviendrait de contraindre -donc de changer la loi !- les drogués à se sevrer ! « Ah ! Mais, Monsieur, il est très difficile de se sevrer ! » me répondront les partisans de cette pratique. Dans ce cas, les drogués seraient contraints par la loi à se soigner à vie en prenant des substituts à leur drogue ! Bientôt, ce traitement médical sera plus facile puisque la recherche met en ce moment au point un système permettant l’injection une fois par mois, de médicaments à prendre actuellement une fois par jour ! Le traitement -injecté par un personnel médical- serait ainsi plus facile à leur administrer et à contrôler seulement 12 fois par an ! Et ils n’auront plus à courir chercher leur drogue après, pour certains, avoir commis une agression pour se procurer des fonds et n’auront, de ce fait, pas à alimenter, par cet argent si mal acquis, les réseaux terroristes ou de trafic d’êtres humains, puisque le traitement médical leur sera offert -avec grand plaisir par le contribuable que je suis !- par l’intermédiaire de la Sécurité Sociale !

Jacques Martinez journaliste retraité RTL (1967-2001, chef d’édition), l’AFP, l’Aurore, le Figaro, le Parisien…

 

Note de Christine Tasin

Merci à Jacques pour cette excellente idée. En effet, je disais hier à des amis, devant la recrudescences des attaques, viols etc à l’hôpital ou en Ehpad que, pendant le Covid ils filtraient toutes les entrées et empêchaient ceux qui n’avait pas leur passeport sanitaire ou vaccinal d’entrer. Pourquoi ce qui était possible pour une prétendue pandémie soignable si on avait voulu ne le serait pas pour assurer la sécurité de nos malades et de nos vieux ??? Idem pour les points de drogue comme le démontre fort justement Jacques !

Quand on ne veut pas, on ne peut pas. Ils ne veulent pas… et nous, à RR, nous savons pourquoi !

 1,142 total views,  1 views today

image_pdf

15 Commentaires

  1. Cela fait 50 ans que la drogue s’installe avec l’islam.
    Et cela fait 50 ans que le Gouv favorise sa distribution et son saupoudrage sur toute la France.
    Les saisies occasionnelles montrées fièrement à la télé, ne sont que de la poudre aux yeux , même pas le millionième de ce qui circule, pour les neuneus qui veulent croire qu’il existe une lutte contre la drogue.

  2. Pardon de couper court à ce doux rêve, mais la guerre contre les cartels ne sera jamais déclarée. Les darmanins vont se succéder, les juges aussi qui démantèleront non pas les trafics, mais les esbroufes des premiers. Une unité d’élite, et après? Après rien du tout. On pourrait mettre dix fois le nombre de flics employés contre les stups, tant qu’il seront soumis aux lois actuelles, autant les envoyer compter les galets sur la plage de Nice. Je vais faire sourire, surtout des darmanins ou autres duponts, et pourtant je parle au premier degré, mais la seule et unique méthode pour éradiquer les vendeurs de mort est démontrée dans le film “Rambo Last Blood”. Alors c’est parfaitement vrai ce n’est que du cinéma tant que des macron seront au pouvoir.

  3. Pour soumettre la Chine, la Grande Bretagne et ensuite les USA et la France, l’ont inondée d’opium. Maintenant pour soumettre l’Europe « On » détruit son école et « On » l’inonde d’idéologies incompatibles et de cocaïne.

  4. ET oui ! Au lieu de faire des Lois contre la Drogue, éliminons la drogue et ceux qui la vendent pour régler définitivement le problème.

    Idem pour régler les autres problèmes en France car nous n’en pouvons plus !!!

    Je ne vois pas d’autre solution à moins que le Peuple règle lui-même les problèmes ???…..

  5. Mais c’est déjà arrivé. Ça s’est passé près de Lille, à Villeneuve d’Ascq, dans les années 80. Les dealers stationnaient leur BMW le long d’un boulevard jusqu’au jour où les mères de famille en ont eu marre. Une quinzaine de leur solide gaillard de mari se sont concertés et sont descendus un soir et ont massacré les voitures à la batte de base-ball. Vous connaissez le prix d’un seul phare de BMW ? Le soir suivant, ils avaient disparu… Il faut toucher leur point faible.

  6. Et faisons comme Singapour: peine de mort pour tous les trafiquants.

  7. Pour le sevrage, il y a une méthode moins chère que la sécu : 1 an ferme en isolement.

  8. Ils ont déjà des substituts payés par la Sécu et donnée gracieusement par des médecins en mal de réflexion… C’est un bon “produit” pour la revente.

    Ce n’est pas cela qui les empêchent.

    Il est facile aussi de se perdre dans la nature ce que font beaucoup de malades SDF dits “mentaux” (qui souvent ne le sont pas mais sont pris en charge comme tels) ce qui leur évite les médicaments avec les conséquences connues. Donc, difficiles même les injections suivies…

  9. Pour détruire les points de deal autant faire à des milices qui vont défendre leur quartier et leur ville contre les trafiquants de drogue avec des méthodes très dissuasif comme les méthodes de l’ancien président Philippin Rodrigo Duterte qui consiste à massacrer les trafiquants de drogues dans les rues de Manille et c’est ça qui devait être appliquer dans notre pays et la création d’un escadron de la mort pour éradiquer les trafiquants de drogue et détruire les trafics de cocaïne , d’héroïne et de cannabis …

  10. et le rétablissement de la peine de mort pour ces assassins que sont les vendeurs et autres trafiquants de diverses drogues?

    JE NE VOIS QUE CA DE DISSUASIF

    je me demande si le Zemmour l avait prévu dans son programme

    bien sur il reste St pierre et Miquelon, mais nos trafiquants sont trop cons et croiraient que ce sont des iles aux antilles…Cayenne, peut etre, avec des chiens dingos en guise de gardiens
    la loi du Talion
    tu assassines la jeunesse, tu seras tué

  11. Et des milices pour assurer la sécurité de nos campagnes bientôt envahies par les migrants. Comme la Garde nationale aux USA.

  12. Ça part d’une bonne intention et je suis sûr que de nombreux habitants logeant au-dessus d’un hall d’immeuble en seraient ravis.
    Hélas, je crains que cela ne soit peine perdue quand on sait (même la police et la gendarmerie le savent) que la justice ne suivra pas. Récidive-sursis-récidive-sursis, etc.
    C’est comme ça qu’on retrouve sur le même point de deal, le type arrêté la veille.
    Tant qu’il n’y aura pas une épuration de la justice en amont, cela ne servira à rien.

    • Oui mais si de plus en plus de citoyens sont au courant qu’une solution est possible, comme celle décrite ici, les magistrats seront bien obligés de l’admettre ..sinon leur laxisme, déjà montré du doigt pourrait apparaitre évident ! et dans un 1er temps , a t on besoin de magistrat si les dealers sont enfermés grâce aux actions , en attendant ..le problème , oui est le manque de place de prison

    • Oui Joël il faut commencer par sortir tous les juges gauchiasses des tribunaux par la tignasse et les foutre au trou avec leurs protégés , au trou enchainés au mur et pas au club med !

Les commentaires sont fermés.