Hausse des prix : il n’y a plus de fruits et légumes bio au supermarché

Je continue à tenter ma chance pour le prix Nobel en faisant mon Annie Ernaux, bref en racontant mes courses au supermarché.

Dernière nouvelle en date, à cause de l’inflation, il n’y a plus de fruits et légumes bio au supermarché où je vais.

Ou quasiment plus.

Il y a encore un mois, un rayon spécial bio existait avec que des produits issus de “l’agriculture biologique”.

Désormais, il en reste tellement peu qu’ils ont été mélangés aux autres légumes et fruits, exposés aux pesticides entre autres.

Il n’y a que les fruits et légumes que j’achète bio.

J’avais de l’eczéma, en passant au bio, cela s’est arrêté.

J’avais des pellicules dans les cheveux, en passant au bio, cela s’est arrêté.

Bio plutôt que Monsanto, cela a bien fonctionné pour moi. Le reste, dont la viande, je ne consomme pas bio (sauf les oeufs qui ne coûtent pas bien cher).

C’est que le prix du bio est sensiblement plus élevé.

Et je ne comprends pas pourquoi il l’est d’ailleurs, car la filière bio bénéficie de plein d’avantages en France, notamment des avantages fiscaux (par exemple un crédit d’impôt pour les GAEC : https://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1585-PGP.html/identifiant%3DBOI-BA-RICI-20-40-20220309).

Avec ces aides d’Etat pour le bio, finalement, même ceux qui n’en consomment pas paient pour le bio.

Visiblement, les prix sont devenus trop élevés pour que les consommateurs de mon département où le salaire médian est nettement inférieur à la moyenne nationale puissent en consommer autant qu’avant.

Ils se sont donc rabattus sur les autres produits, non bio, moins chers pour compenser l’inflation.

Ou bien, particularité locale, ils ont développé leur potager et la vente entre particuliers. Les terrains n’y coûtent pas cher et beaucoup de gens ont un potager.

Le supermarché, visiblement, a préféré retirer le produit plutôt que de diminuer sa marge. Les producteurs, visiblement, n’ont pas voulu baisser leurs prix malgré les aides d’Etat. Il y a dû avoir un bras de fer dont le consommateur ressort perdant.

Même les bananes bio ont doublé de prix. Comme si l’énergie coûtait si cher que ça en Outre-mer, dans les pays tropicaux où il n’y a quasiment pas besoin de se chauffer…

D’ailleurs, ils ont bénéficié d’un coup de pouce supplémentaire (comme à l’accoutumée…)

https://www.lesechos.fr/pme-regions/outre-mer/electricite-un-coup-de-pouce-supplementaire-pour-les-entreprises-doutre-mer-1909263

Ne serait-ce qu’avec le prix de la banane qui a été multiplié par deux, alors qu’il n’y a pas besoin d’énergie pour se chauffer dans les pays où poussent les bananes, ça sent l’entourloupe cette histoire d’inflation incontrôlable !

Les prix des billets d’avion vers ces pays n’ont d’ailleurs pas été doublés par deux ! Alors pourquoi la banane bio a-t-elle doublé de prix ??

Bon, en ce qui me concerne, l’eczéma, les pellicules etc. sont revenus illico presto. Mon corps assimile mal son petit bouillon quotidien de pesticides…

Reste à trouver un papi ou une mamie petit cultivateur qui pourrait me vendre une partie de sa production.

Merci Macron, merci l’OTAN, merci la guerre en Ukraine…

 2,146 total views,  1 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. Le problème avec légumes et fruits non bio, c’est qu’ils sont aspergés d’un gaz qui les empêche de pourrir, et donc de murir par la même occasion.
    Ils deviennent soit caoutchouteux, soit très acides et vite immangeables.
    Le bio échappe à ces traitements sournois et dégradants.
    Je n’achète quasiment plus de fruits, et très peu de légumes, qui souvent passent à la poubelle.
    Bienheureux ceux qui ont un potager et un petit verger familial.

  2. Mais si, moi je trouve des fruits zé légumes bios! dés fois, des légumes zé fruits bio! provenance? Pérou, Afrique, du sud, du nord, enfin, d’ ici ou d’ ailleurs. (Pas trouvé d’ Ukraine, mais ça ne saurait tarder, en échange de Léopard! Pas des tanks, mais des slips, bien sur, Macron en a des stocks.) Mais pas de problème, bien formatés par Ste Gréta, tout ça nous vient par bateaux, à voile, ou à vapeur. Cessez de raller, gaulois réfractaires!!!

  3. Le choix de la banane bio est un bon choix puisque souvent, les bananes bio viennent de Côte d’Ivoire où elles n’ont de bio que le nom. En plus elle sont vendues sous la marque Créole (personne de race blanche originaire des Antilles dit mon dictionnaire) ce qui n’est pas du tout le cas des Ivoiriens. Pendant ce temps-là, nos producteurs antillais peinent à écouler leur production…

  4. Moi je vais dans un magasin “EN Vrac ” donc vous amenez vos contenants sinon vous en achetez sur place ( cher ) ! que du bio bien sûr ! cette semaine il n’y avait pratiquement pas de légumes et fruits !

  5. Tout n’est qu’arnaque dans ce pays totalitaire. Pour une raie-publique bananière, doubler le prix de la banane, c’est fort de café !

  6. Mais tout est à l’avenant. En août 2022 le prix du baril était à 102$ et le prix moyen à la pompe 1.77€ … aujourd’hui le baril est à 72$ et à la pompe le prix moyen 1.90€ … cherchez l’erreur…. les taxes ma bonne Dame 😤😤😤
    Quant au bio des grandes surfaces il n’est pas français dans son ensemble et concernant les marges, les grandes surfaces font partie de groupes cotés en bourse donc “pilotées” par les actionnaires qui eux exigent leurs dividendes…
    Le cahier des charges pour le bio en France est drastique par rapport à celui, par exemple, de l’Espagne qui emploie des produits phytosanitaires interdits en France.

  7. D’ailleurs j’ai oublié de dire 40 magasins biocoop ont fermé dans toute la France et ca ne va sûrement pas s’arrêter si les prix continuent de grimper .

  8. Les magasins près de chez moi,so bio biocoop ,hors de prix quatre yaourts presque 5 euros devenu trop cher ,fruits et légumes idem ,donc stop ,si les prix baissent je reverrai mais là non .

  9. Je vais a Biocoop, ou à Symbiose. Au supermarkett, il y a encore du bio. Jusqu’à quand? Les distributeurs en profitent pour se gaver. De vrais Poisssonnards!

  10. Le bio vient de partout, y compris de pays où les normes sont plus lâches et les contrôles inéxistants.
    Je me souviens d’un reportage édifiant sur les producteurs “bio” (sans rire) marocains.

    Pour reprendre une vieille expression générale, dans le bio il y a à boire et à manger…

  11. Oui les supermarchés ont tendance à abandonner le bio et c’est tant mieux la grde distribution ce sont des tricheurs patentés. Mais le bio continue plus que jamais dans les magasins spécialisés en bio, indépendants ou franchisés comme Satoriz ou l’eau vive.

Les commentaires sont fermés.