Manif des Patriotes : “On a la liste des traîtres et on va la diffuser”

Les manifestations de Philippot sont réglées comme du papier à musique et celle du 25 mars 2023 n’a pas échappé à la règle. Parti du Palais Royal, le cortège est allé jusqu’à la place Pierre Laroque, qui jouxte le Ministère de la Santé. Plusieurs milliers de personnes étaient au rendez-vous, sous le regard étonné de touristes, flânant autour du Louvre et acceptant avec le sourire les tracts des bénévoles.

Accueil moins sympathique des bobos macronisés du 7e, sortant du Bon Marché avec leurs sacs shopping “Hermès”, du genre à répondre  “je ne mange pas de ce pain-là !”, lorsque le paquet de tracts d’approche d’eux.

Comme à chaque fois, les médias du système boycottent l’événement, manière de le passer sous silence, voire de nier sa réalité. Et non, contrairement à Mélenchon,on n’en est pas encore à des manifs virtuelles avec des hologrammes !

Je ne dirais pas que la manif était “bon enfant”, ce qualificatif réducteur utilisé à souhait par nos détracteurs, afin de discréditer nos rassemblements. “Bon enfant”, cela sous-entend des gens peu politisés, un peu simplets, qui découvrent la rue, ce qui est tout le contraire du public des manifestations des Patriotes.

À noter la présence d’un petit groupe d’identitaires, mais aussi, l’absence de militants « es qualité » de Reconquête ou du Rassemblement National.  L’union des patriotes n’est pas encore pour demain !

L’idée était de ne pas laisser le monopole du « non à la réforme des retraites » aux gauchistes, si enclins à virer les drapeaux bleu-blanc-rouge de “leurs” manifs. On connaît leurs techniques !

La participation aux manifs mainstream, c’était d’ailleurs l’objet du débat du matin sur Radio Courtoisie, dans l’émission  Libre journal des controverses animée par Mike Borowski, qui était parmi nous.

À mon grand étonnement en ces temps agités, peu de forces de l’ordre : aucune arrestation préventive, aucun contrôle des sacs place du Palais Royal. Uniquement un cordon de CRS gardant l’ex-sanctuaire d’Olivier Véran, le Ministère de la Santé.

Le long du parcours, les slogans visaient la mise en œuvre de l’article 68 de la Constitution permettant la destitution du Président de la République : “Le président de la République peut être destitué en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat“.

Sans toutefois que les suspendus soient oubliés et que la guerre en Ukraine soit passée sous silence. Au contraire ! “Macron, ta guerre, on n’en veut pas ” a probablement été le slogan le plus scandé.

Chant des Gilets Jaunes : “on est là …” mais aussi de nouveaux slogans à succès, rapidement repris par la foule :

– La rue est à qui ? À nous, à nous, à nous !

– La retraite est pour qui ? Pour nous, pour nous, pour nous !

– Qui paie les retraites ? C’est nous, c’est nous, c’est nous !

Arrivés place Pierre Laroque, les discours se succèdent. Dominique Bourse-Provence lance le chant du drapeau, puis raconte ses malheurs lors de sa garde à vue de 24 heures jeudi dernier. Il fut arrêté pour « participation à une manif non déclarée ». Rien que ça, alors que le tout Paris était dans la rue ! Tonnerre d’applaudissements et remise solennelle d’un cadeau par Florian Philippot en personne.

Puis Stéphane Cairn, bien connu des participants, entonne le chant des Patriotes.

 

Nicolas Dupont Aignan, bloqué par les grèves dans les transports, n’a pu rejoindre la tribune.

Après deux autres prises de parole, Florian Philippot clôt la séance par un discours de politique générale, comme il sait si bien le faire : il demande d’abord la dissolution de la BRAV-M, cette section d’assaut qui est la honte de la Police nationale. Puis évoque une autre brutalité : celle venant des institutions supranationales.

Ciblant Macron, il dit : « Tout lui est imposé d’en haut (…) De la révolte à la révolution, il n’y a qu’un pas ! Puisque les députés ont été incapables de nous libérer, il faut dissoudre cette Assemblée. Nous avons la liste des traîtres et on va les diffuser. Leur carrière politique s’arrêtera net (…). Le pouvoir n’a plus de légitimité. Mais allons plus loin, l’idée de destitution fait son chemin. L’homme de Bruxelles, des marchés financiers, de la guerre et de l’OTAN, l’homme d’Alstom, de l’ubérisation de la société, du démantèlement d’EDF, cet homme doit partir ! Le Parlement doit lancer la procédure de l’article 68. L’Union européenne doit être démantelée par le FREXIT. Il faut sortir de l’impérialisme de Washington. La crise actuelle ne doit pas se résoudre par des tirs de LBD (lanceurs de balles de défense) et par le sang. Le seul souverain, c’est le peuple, c’est nous ! Vive la liberté, vive la France, vive la France Libre ! »

Hector Poupon

https://ripostelaique.com/manif-des-patriotes-on-a-la-liste-des-traitres-et-on-va-la-diffuser.html

 1,357 total views,  2 views today

image_pdf

4 Commentaires

  1. Macronor et sa bande vont payer très cher leur trahison à l’encontre de notre pays qui a été vendu à la découpe à des groupes étrangers , Macronor et sa bande nous ont entrainer dans une guerre qui ne nous concerne pas avec le bourbier Ukrainien et les gesticulations de Zelenski le cocaïnomane de Kiev , le chantage sanitaire avec le COCO19 , la ruine de notre économie par le laquais de Macronor Termiantor Flatulator Bruno Le Renouveau . Les Traîtres subiront la sentence du peuple France !

  2. Immense bravo et respect a tous et toutes braves de patriotes de gj de résistants le peuple est souverain et non tous ces mafieux planqués à cette ignominie et satanique union européenne de Bruxelles

  3. La liste est longue. Faut-il tous les fusiller? On ne fait pas du neuf sur des fondations pourries.

Les commentaires sont fermés.