Ma petite minute résiliente : comment ne compter que sur soi !

Ma petite minute résiliente, pour employer le mot à la mode.

Après le covid et ses vaxxins, après les sanctions boomerang contre la Russie, la catastrophe du marché de l’électricité et les boulangers qui mettent la clé sous le paillasson: courage, résiliez, résiliez-vous…

C’est encore un mot qui nous vient de l’anglais. A l’origine il signifie un matériau qui résiste aux chocs et psychologiquement, un individu qui lui aussi résiste aux chocs de la vie…

Mais le verbe résilier existe vraiment et il signifie rompre un contrat. Ce sens nous convient dans le sens de rompre avec le contrat d’avant…

«Avant» nous avions confiance, «après» nous n’avons plus confiance ni dans nos gouvernants, ni dans nos médecins, ni dans nos enseignants… «Après» tout ce qu’ils nous ont fait supporter, tous ce qu’ils nous ont menti, tout ce qu’ils continuent à nous faire et nous préparent… eh bien résilions, rompons le contrat d’avant car aujourd’hui il ne tient plus.

Avant de continuer à lire, écoutez ce que nous explique le Dr. Louis Fouché…

Parmi les conseils qu’il nous donne: se libérer en résiliant le contrat avec tous ces médias qui nous lavent le cerveau avec la propagande du système 24h/24… éteignez vos radios et télés… Reconquérez le silence qui va vous reposer, ce qui va stimuler votre système immunitaire et vous rendre plus résilients aux chocs des monstres microbiens qui sont en embuscade…

Essayez : vous éteignez tout ce qui fait du bruit et que se passe-t-il? Eh bien, vous commencez à penser par vous-même, avec votre tête…

Exemple:

«Olala, quelle catastrophe, les boulangers mettent la clé sous le paillasson et maintenant je mange quoi ?

-Ben, je vais au supermarché, acheter du pain industriel.

-Oui mais non, surtout pas, avec toutes les saloperies qu’ils y mettent, et maintenant aussi de la poudre d’insectes provenant de Chine…

-Poudre d’insectes: va-t-il y avoir des intolérances? des allergies? des effets secondaires? Et si dans leur poudre d’insectes ils nous refaisaient le coup du graphène et de la protéine spike? S’ils nous l’ont fait avec le vaxxin, pourquoi ne le feraient-ils pas avec la farine?

-Tu parles, depuis l’affaire covid, on est sur ses gardes.

-Non, pas de farine d’insectes… mais alors on fait quoi?

-L’augmentation du prix de l’électricité, on fait quoi?”

Informez-vous pour savoir quelles sont les périodes pendant lesquelles l’électricité est la moins chère. Ici c’est entre 22h et 06h et pendant les jours fériés. Eh bien, démarrez le lave vaisselle ou la lessiveuse à 22h, ne passez l’aspirateur et ne repassez que le samedi ou le dimanche. Etes-vous certains que vos habits soient tellement sales qu’il faille les laver à chaud? Ne suffit-il pas de les laver à l’eau froide? Et au lieu d’un adoucisseur, ne suffit-il pas de mettre du vinaigre dans l’eau de rinçage qui non seulement est un anticalcaire mais aussi un désinfectant…

Quand vous êtes en train de faire vos trucs en silence, profitez-en pour réfléchir à comment vous pourriez faire vos trucs autrement qu’avant.

Il fait froid. «Avant» on montait le chauffage, maintenant changez votre mode de vous habiller. La mode, faites-là vous-même. Au lieu d’escarpins avec bas-nylon qui vous glacent et vous garantissent la cystite, mettez des bas en laine avec des bottillons ou des Molières.

Résiliez les habitudes que vous aviez avec les supermarchés: n’y achetez plus de bas-nylon. Allez à la boutique de la laine, apprenez à tricoter, tricotez-vous des bas en vraie laine avec des motifs fantaisistes et soyez «in» d’une nouvelle façon… Au lieu des horribles pulls industriels de chez Machin, en fibre artificielle type «pile», tricotez-vous un petit gilet rigolo en mohair et soie, aux couleurs et à la qualité que vous ne trouverez nulle part ailleurs et qui aurait des prix exorbitants. 

Revenons-en à l’alimentation. Paysans, ne vous suicidez pas! On a besoin de vous! Commencez tout de suite à cultiver non pas pour l’exportation, ni pour les multinationales, mais pour que les gens puissent venir acheter directement chez vous et vous payer au noir: à la guerre comme à la guerre!

Clients, changez votre demande. Ne dites plus «je veux des fraises et des tomates» en février. Allez chez votre paysan et demandez-lui «Monsieur Ferdinand, qu’est-ce que vous pouvez me proposer aujourd’hui?»

«Eh bien, des légumes de saison. Nous allons prendre une triandine et aller déterrer des salsifis, navets, poireaux, carottes, céleris, topinambours il y a même encore des bettes et de la salade de blé et toute la gamme des choux…»

Et voilà: on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a. C’est à nous de résilier nos contrats d’achats qui font les choux gras des multinationales. Les fraises en janvier? qu’ils les mangent eux-mêmes! Si nous ne les achetons plus ils finiront par ne plus en importer et en amont à ne plus en produire. Par contre notre paysan du coin arrêtera de se suicider et apprendra à nous préparer notre panier de légumes pour la semaine.

N’oubliez pas les haricots, lentilles, pois (chiches), noix, noisettes et huile d’olives. Connaissez-vous l’huile d’olive non filtrée et les Blondes de Saint Flour?

Le temps des énormes fermes qui produisent pour les multinationales est fini, il faut en revenir à la production locale pour la consommation locale.

Aussi dans le Tiers Monde: arrêtez de produire des bananes pour les multinationales qui ne vous payent pas. Arrêtez de produire des roses avec des poisons qui empoisonnent vos sols et vos cours d’eau pour que les Européens puissent offrir des roses bon marché à la Saint Valentin et le plus grand bonheur des multinationales. Produisez des aliments pour vous et redécouvrez ce que faisaient vos grands-parents.

Revenons-en à nos boulangers avec des machines énormes qui consomment énormément d’électricité pour produire une variété énorme de pains…

Mais de quoi avons-nous besoin? Nous avons besoin de pain nourrissant… Nous n’avons pas besoin de pain à la farine blanche complètement dénaturée et vidée de ses substances nutritives. Nous n’avons pas besoin de pain qui est, comme on dit en flamand «water en wind» de l’eau et du vent…

On fait quoi et comment?

Eh bien, cela va vous surprendre: le paysan cultive du blé, il le moissonne et le porte au moulin qui le moud et cette farine complètement complète, le boulanger va l’acheter au moulin et il en fait du pain qui est du vrai pain. Basta les 36 sortes de pain qui ne sont même plus du pain. Nous avons besoin d’une seule sorte de pain qui soit un aliment complet. Ne gaspillez plus votre argent et votre santé avec brioches, gouters et encas des multinationales. Mangez une tartine de vrai pain avec du vrai beure ou de la confiture que vous aurez faite avec les fruits que vous aurez acheté au marché quand ils étaient bon marché, ou que la fermière aura faite avec ses fruits. Ou bien une vraie tartine au miel non pas de Chine, mais de chez vous.

Si les multinationales nous fourguent des saloperies pleines de sucres, graisses, sel et d’additifs souvent toxiques, c’est parce que nous les achetons.

Résiliez vos contrats avec les multinationales, établissez des contrats avec nos paysans pour qu’ils ne se suicident plus et nous fournissent des aliments sains pour que nous soyons sains et n’ayons plus besoin des médicaments de l’industrie pharmaceutique qui nous fourgue des vaxxins.

Reste la question des fours à pain dont la consommation électrique n’est plus payable. On peut remplacer une énorme boulangerie à l’électricité qui fournit un quartier par de nombreuses petites boulangeries au bois qui fournissent les environs. … https://fours-soupart.be

Ben oui, ça suppose un changement radical de mentalité cela signifie résilier le contrat d’avant pour être résilient. Il vaut mieux le faire volontairement, de son propre gré, plutôt que d’attendre d’y être obligé.

Anne Lauwaert 13.II.23

Cf Michel Onfray https://lalettrepatriote.com/on-se-dirige-vers-une-3e-guerre-mondia

 1,479 total views,  3 views today

image_pdf

18 Commentaires

  1. Putain ben y a du boulot pr changer ces brebis galeuses ces moutons ces endormis ce qu il se passe n est rien pr changer ce monde malheureusement il faudra plus de CATA.quand je vous ts ces 4×4 ou ces agriculteurs avec leurs engins sur les routes ou tt ce monde au magasin acheter encore de la merde ou encore ts cs vacanciers ou encore ttes ces sommes phénoménales versées a ttes ces assoss.non non vs vs fatiguez avec cet article mais perso il y a longtemps que j ai commencé ainsi ss me fatiguer a essayer de le dire à mon voisin …

  2. écoutez Arthur Keller: comme lui les “survivalistes” conseillent tous de s’unir en communautés d’aide réciproque https://www.youtube.com/watch?v=YthNd_PRA08
    plus la situation deviendra critique à cause des faillites des entreprises, plus nous serons obligés de trouver des systèmes D pour contourner les obstacles. Nos parents l’ont fait pendant les guerres précédentes.

  3. Bonjour Anne et MERCI pour tes interventions dont je me délecte toujours.
    Je me permets de te tutoyer ayant été voisines. Je suis une pure ‘zinneke’ qui a grandi à Forest, près du parc, et du Lycée. Je vis au Canada et cela fait plus d’un an que ma famille se prépare et s’entraîne à cette résilience que tu expliques si bien. J’ai tricoté, mangé le pain fait maison, cultivé le potager. Je ne veux pas la télé.
    Et “s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là!”
    Ton humour me rappelle cet esprit si particulier, propre aux Belges. Amitiés. GS

  4. Anne,

    vous avez une “voisine” à Lille qui vient de “résilier” son contrat avec les bières du Pélican, de la gueuse Bellevue, etc…🍺
    En effet je pense qu’elle s’est achetée une conduite : elle a déjà fait fermer UN bar…le bar identitaire !
    Elle peut maintenant partir en cure, du côté de Macon ou de Chinon, voire de Bordeaux 😆🍷

    • Il n’y a pas que la bière industrielle. Plus « les choses iront mal » plus les gens réinventeront. Exemple un bistrot avec une bière maison et des tisanes aux herbes locales si le café devient trop cher. De par le monde il y a des bistrots qui ne servent pas d’alcools mais des thés. Nous n’avons pas de thé mais nous pouvons inventer des hydromels, des sirops et des infusions.

  5. Pas besoin de changer de mentalité, c’est ce que je fais en gros. Par contre, quand je vois les prix au direct chez les paysans… ben non, aussi cher qu’au supermarché Bio.

    Les vêtements ? Chacun voit, mais se sentir habillée comme on aime fait que l’on se sent bien dans sa peau et cela donne le moral, bon pour la santé. Il y a des choses pour moi qui n’ont pas de prix !

  6. “Ici c’est entre 22h et 06h et pendant les jours fériés. Eh bien, démarrez le lave vaisselle ou la lessiveuse à 22h,”

    En vérifiant que l’EDF a bien mis en “heures creuses”. Je vérifie régulièrement depuis que j’ai compris qu’il y a des “oublis”. Eau froide assurée le lendemain sans compter le prix injustement payé.

    • pas grave amélie, que d’avoir de l’eau froide.je me douche qu’a l’eau froide depuis deux ans. très bonne forme,jamais malade! je vais sur mes 66 printemps.le froid conserve,douches glacées pour vous prémunir de toutes sortes de maladies.les débuts sont très très dur, j’ai cru que j’allais y passer.puis l’accoutumance se réalise.je ne peux plus me doucher à l’eau chaude qui est néfaste pour moi.j’ai fait le test, pendant un an et demi à l’eau froide pas de bobos rien nada, puis une semaine à l’eau chaude.eh bien, j’ai chopé la créve.si cela vous intéresse,vous pouvez lire le livre de wim hof(la thérapie par le froid pour devenir fort, heureux et en bonne santé) que mon neveu m’a offert.éditeur guy trèdaniel. j’arrive maintenant à tenir trois minutes passés quelques secondes à une température inférieure à zéro degré cela ne sait pas passé du jour au lendemain.désolez amélie, ce n’était pas le débat de cette chronique.quand on veut l’on peut.cela s’applique à tout.tout ce qui est doux et dur, ce qui est dur est doux.

  7. En clair, soyez prévoyant …

    ll vous suffit de regarder comment les explorateurs d’antan préparaient leurs voyages en terres inconnues, parce que c’est exactement le même principe si vous voulez avoir une chance de survivre…

    Sauf que là, vous avez normalement une connaissance du terrain en question, et vous avez parfaitement identifié le type de menace, celle venant d’un certain type de bipède, donc avec des “stratégies” que nous connaissons très bien maintenant, ce qui vous permet d’anticiper au mieux …

    ll se peut que vous deviez partir, si vous êtes dans un nid à scorpions …

    Pourquoi, à votre avis, TOUT a été fait pour que les gens ne puissent s’unir ?
    Réponse :

    ” Diviser et diviniser l’ensemble des abrutis du bulbe, afin de pouvoir continuer à régner sur la masse, aussi diverse soit-elle !! ”

    A quoi assistons-nous, et depuis très longtemps, en France ?

  8. Un conseil que j’applique depuis peu, c’est à dire depuis que ma fille en a acheté un :

    Un appareil, électrique, qui produit un flux d’air à l’intérieur, flux d’air chauffé à plus de 200 degrés !!

    Ainsi, je ne consomme quasiment plus d’huile, et c’est meilleur pour la santé, en plus !!

    Vous pouvez quasiment tout cuire là-dedans :-)))

    Nous avons une cuisinière tout gaz, et 2 bouteilles d’avance … Parce que quand ça va chier, il est probable que le courant sera rationné, avant d’être, sans doute, coupé pour un moment …

    Nous aurons donc la possibilité, pendant un certain temps, de pouvoir faire cuire les aliments, et faire chauffer de l’eau pour la douche (utilisation de l’eau mise dans la baignoire) …

    Je considère aussi le fait d’acheter quelques panneaux solaires, juste pour pouvoir alimenter une CB, un appareil à faire chauffer l’eau …

    • @bobbyfr94,je vois que vous êtes bien achalandé.je pense que vous avez acheté des talkies walkies,pour pallier les défaillances de communications. quand le merdier surgira!je dis ca, je dis presque tout et rien de prescriptible.très bien les bouteilles de gaz pour se chauffer, faire la cuisson des aliments,comme arme de projection si nécessaire.j’aimerais, que tu me renseignes sur cet appareil à flux d’air chauffé.désolez pour le tutoiement, si tu le veux bien, merci.cela m’intéresse, je suis preneur de toutes nouvelles initiatives de survies.salut, bobbyfr94.

  9. Je suis toujours en totale adhésion avec les développements d’Anne Lauvaert , La solution de notre avenir est bien là dans cet article , moi et ma famille nous avons pris conscience de nos dérives il y a déjà longtemps . Malheureusement l’âge gagnant du terrain ça devient dur de jouer en partie l’autonomie et l’indépendance ! rien que pour la partie centrale du notre dispositif qui est notre jardin .Mais on y arrive toujours et le moment des récoltes efface nos douleurs , douleurs que nous soignons aussi par les plantes a passé 80 ans c’est surtout le monde ses bévues et ses contradictions et ses complications qui nous fatiguent le plus heureusement la nature est belle et nous sommes restés des enfants émerveillés devant elle ! C’est peut être ça le secret qui nous permet d’aller au delà des 80 ans en bon état .

    • @alexcendre62,très beau message de votre part. une ode pleine de vie à 80 ans. quel régal, merci.vous avez une très belle âme.longue vie à vous, vos proches et amis!, MONSIEUR.coeurdialement, anton von webern.

    • Votre activité dans votre jardin vous tient en forme, mais il arrive un moment où on doit réduire la voilure. C’est aussi pour cela que les « survivalistes » conseillent de se grouper et de travailler ensemble. Exemple : pendant que vous gardez les enfants en leur racontant une vraie histoire qu’ils ne trouveront pas sur le smarfon, les jeunes peuvent vous faire un travail dans votre jardin et en hiver vous pourrez partager vos surplus avec eux.

  10. Les consommateurs portent une énorme responsabilité. Pas de demandes, pas d’offres. Mais se débarrasser de mauvaises habitudes, ce n’est pas simple. De plus, nos contemporains sont littéralement des drogués de la télé, des smartphones, de la publicité, des accros aux modes diverses et variées qui traversent notre époque. Peut-être que les difficultés actuelles vont remettre les pendules à l’heure. Pour les pauvres, la question ne se pose pas. Autre remarque, quel est le prix à payer pour cette résilience, en terme de chômage ? De désindustrialisation ? Consommation, surconsommation ? La marge est étroite.

    • Posez plutôt la question “que vont faire toutes les personnes qui vont perdre leur gagne pain à cause du prix de l’énergie et des pénuries?” Ces chômeurs vont devoir s’inventer une survie dans les domaines incontournables : l’alimentation, les vêtements, le chauffage.

Les commentaires sont fermés.