Partout dans le monde les prix de l’alimentaire baissent, sauf chez nous !

Comment expliquer que la France et même l’Europe nous amènent à une crise économique terrible alors que rien ne le justifie ?

Les prix mondiaux des denrées alimentaires ont encore diminué en décembre

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a annoncé ce vendredi que les prix mondiaux des produits alimentaires ont diminué en décembre. Ces derniers sont même retombés sous leur niveau d’il y a un an. En Europe, cependant, le prix des produits alimentaires dans les rayons continuent à connaître une inflation à deux chiffres.

L’indice FAO des prix des denrées alimentaires continue à se replier. Il s’établit en moyenne à 132,4 points en décembre, « soit 1% de moins que sa valeur un an plus tôt,  cependant, pour 2022 dans son ensemble, l’indice s’affichait en moyenne à 143,7 points, soit 14,3% de plus que la valeur moyenne de 2021 », indique l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui a publié ces chiffres ce vendredi. Par rapport au mois de novembre, cet indice s’est replié d’1,9% et il s’agit de sa neuvième baisse consécutive.

Lire aussiLes prix alimentaires augmentent deux fois plus vite que l’inflation : les plus modestes fragilisés

L’indice des prix des huiles végétales, en repli de 6,7%, tire cette baisse mensuelle. Il tombe à son plus bas niveau depuis février 2021, les prix des huiles de palme, de soja, de colza et de tournesol ayant tous diminué en décembre. L’indice des prix des céréales baisse, quant à lui, de 1,9% par rapport au mois de novembre, du fait de plus grandes disponibilités en blé après les récoltes dans l’hémisphère sud et d’une chute des prix mondiaux du maïs.

« Se concentrer sur l’atténuation de l’insécurité alimentaire mondiale »

« C’est une bonne chose que les prix des denrées alimentaires se calment après deux années très volatiles », a salué Máximo Torero, économiste en chef de la FAO, ajoutant qu’il était primordial de « rester vigilant et de se concentrer sur l’atténuation de l’insécurité alimentaire mondiale ». Lors de son message de Noël, le pape François avait exhorté à ne pas utiliser la nourriture « comme une arme », en référence notamment aux conflits qui touchent la corne de l’Afrique.

C’est d’autant plus une nouvelle rassurante que les prix des produits alimentaires connaissent actuellement en France une inflation à deux chiffres, avec un bond de 12,1% sur un an en décembre. En Espagne, le gouvernement a adopté des mesures pour aider les ménages les plus modestes à faire face à la hausse continue des prix des produits alimentaires, la principale étant la suppression de la TVA sur des denrées de première nécessité et sa diminution de moitié pour l’huile et les pâtes (de 10% à 5%).

(AFP)

https://www.latribune.fr/economie/international/les-prix-mondiaux-des-denrees-alimentaires-ont-encore-diminue-en-decembre-946980.html

 737 total views,  2 views today

image_pdf

8 Commentaires

  1. Marine aussi a proposé la suppression de la TVA sur les produits de première nécessité, une centaine de produits concernés pour aider les personnes en difficulté.
    Pourquoi subissons-nous cette inflation complètement dérégulée qui a commencé juste après le confinement avec le retour de certains produits dont le prix a été multiplié par 2,5 ?
    A qui profite cette inflation qui ne se justifie plus ?

  2. Bonjour,

    Cela n’a rien d’étonnant, les prix de vente subissent un effet cliquet, une fois la hausse effectuée pour des motifs fallacieux et disproportionnés, ils ne baissent pas, c’est acté.
    L’état du Franquistant est incapable de maitriser ses dépenses et donc le les réduire si tant est qu’il y aurait cette volonté. La TVA qui est sa plus grosse manne, permet d’entretenir des cohortes de copains incompétents, incultes, incapables, irresponsables qui ne trouveraient jamais un emploi productif, I.E. générant du PIB.
    Résultat, les milliers de taxes et impôts ne suffisent plus. L’état doit emprunter pour les payer.

  3. Je viens de trouver dans ma boite à lettres les catalogues de la semaine de Leclerc et Lidl.
    Mais ils sont fous! Ils arrivent au même prix que le Monoprix et le G20 du bout de ma rue!!!

    Je ne vous parle pas de mon artisan boucher: ses prix n’ont pas augmenté…mais il est déjà tellement cher depuis longtemps. Il peut donc encore patienter. Mais c’est du bon, du très bon.

    Quant à mon boulanger-pâtissier je ne le quitterai pas. C’est un vrai artisan, vrai de vrai. Des produits sans frime mais qui respire le travail bien fait, et pourtant avec les prix les plus raisonnables.

    Pour revenir aux grandes surfaces, elles ont tout de même un bon côté : elle n’ont pas augmenté le caddie qui est toujours à 1 € (humour).

    • En complément de mon commentaire de 14h30 je voulais dire comme je suis « étonné » que les distributeurs qui se présentent comme étant les moins chers se dépêchent de rejoindre les plus chers. Un jeu de dupes à nos dépens? Qu’en penses-tu Michel-Édouard?

  4. Oui et moi je ne crois pas du tout à leurs arguments. Déjà la TVA est moindre ailleurs sur beaucoup de produits, pas chez nous… une manne…

  5. Explication simple : En France il y a toute une bande de salopards de copains e Macron qui se gavent, quand les prix montent c’est immédiatement répercuté par contre quand les prix baissent il faut attendre longtemps avant de voir diminuer un peu les prix de vente au public..

  6. Eh oui, mais la France est le pays des Poissonnard, du marché noir. Que voulez-vous, on perd difficilement ses vieilles habitudes ! On a même des collabos!

  7. Ca va peut-être, être répercuté sur les prix en France, mais il ne faut pas oublier que le pays est gouverné par des gens méchants, et qui veulent détruire la France.

1 Rétrolien / Ping

  1. Partout dans le monde les prix de l’alimentaire baissent, sauf chez nous ! | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.