Réponse à Boris Karpov sur le risque d’un choc frontal Russie/Otan

Réponse à Boris Karpov sur le risque d’un choc frontal Russie/Otan

Dans son dernier article, Boris Karpov envisage une possible intervention directe de l’Otan en Ukraine. Un passage de la guerre par procuration menée actuellement sur le dos des Ukrainiens, à un engagement total de l’Alliance contre la Russie, avec les conséquences que l’on imagine.

On comprend parfaitement que les Russes s’interrogent sur cette lente escalade dans les livraisons d’armements de plus en plus sophistiqués accordés à Kiev, mais entre les rumeurs provenant de diverses sources annonçant le pire, et la prise de décision finale, il y a un abîme qu’il n’est pas si simple de franchir. Personnellement, je n’y crois pas.

D’ailleurs, Boris Karpov analyse lui-même tous les obstacles qui s’opposent à un affrontement direct entre l’Otan et la Russie, l’Alliance et les opinions occidentales n’étant pas du tout prêtes à une guerre de haute intensité.

Une confrontation avec la Russie qui n’a JAMAIS agressé l’Otan, rappelons-le, c’est l’assurance d’une guerre atomique, avec zéro vainqueur, mais des millions de morts et un Occident dévasté pour toujours.

Quel intérêt ? Avec 6 200 têtes nucléaires et ses missiles hypersoniques, Poutine a les moyens de mettre tout le monde d’accord et les rares survivants pourront pleurer sur le champ de ruines totalement irradié. Ce ne sera pas Hiroshima mais mille fois pire. Qui serait assez fou pour jouer avec le feu nucléaire ?

Je ne suis pas devin, mais pour moi, ces rumeurs sont de l’intox. Mais remontons aux origines du conflit.

Tout d’abord, dans cette guerre, ce n’est pas la Russie l’agresseur mais l’Otan

Après la chute du Mur en 1989, Gorbatchev a accepté la réunification allemande sous réserve qu’il n’y ait aucun élargissement de l’Otan vers l’Est. Mais les Américains n’ont rien trouvé de mieux que de porter l’Alliance de 16 membres en 1990 à 32 aujourd’hui. Ce qui fait dire à Poutine que la parole de l’Occident ne vaut rien.

Ensuite, en 2014, la CIA a renversé le régime prorusse en place à Kiev, pour y installer un valet de l’Amérique. Dès lors, ce fut l’enfer pour les populations russophones du Donbass. Les accords de Minsk, censés accorder l’autonomie à ces régions prorusses, n’ont jamais été appliqués. Paris et Berlin, cosignataires de ces accords, ont donc laissé délibérément Kiev mener une guerre contre le Donbass, qui a fait 15 000 morts en huit ans. Angela Merkel a reconnu que ces accords n’étaient qu’un leurre, destiné à gagner du temps pour renforcer l’armée ukrainienne.

Des preuves accablantes des crimes de guerre ukrainiens commis dans le Donbass ont été mises sous le tapis. Alors que les Ukrainiens maquillent des scènes de crime de guerre pour culpabiliser l’armée russe et diaboliser Poutine.

Pendant huit ans, Poutine a réclamé l’application des accords de Minsk et demandé des garanties de sécurité pour la Russie et le Donbass. Demandes éminemment légitimes, mais toutes traitées par le mépris par les Américains, dont l’arrogance n’est plus à démontrer.

Une attaque ukrainienne sur le Donbass étant prévue pour mars 2022, Poutine n’a eu d’autre choix que de lancer son offensive dès février, pour protéger les populations du Donbass. On le voit, l’Opération spéciale n’est que de la légitime défense. Ne renversons pas les responsabilités.

Ce rappel étant fait, où en est la situation ?

Tous les analystes les plus lucides et surtout honnêtes, savent que l’armée ukrainienne est exsangue, avec largement plus de 100 000 morts et sans doute 300 000 soldats hors de combat. L’offensive d’hiver que prépare le général Sourovikine va être d’une puissance telle, que les débris de l’armée de Zelensky vont être désintégrés.

A Bakhmut, c’est déjà le « hachoir à viande », « le chaudron de la mort », où les troupes de Wagner sont sur le point d’en finir avec cette bataille des plus sanglantes. Kiev n’a plus les moyens de remplacer les troupes décimées.

https://fr.sputniknews.africa/20221218/chaudron-de-la-mort-les-troupes-ukrainiennes-souffrent-a-bakhmout-selon-un-ex-senateur-americain-1057308145.html

Autant dire que Washington, après la débâcle monumentale de Kaboul, voudrait bien éviter un deuxième désastre otanien en moins de deux ans. D’où, sans doute, les interrogations sur la possibilité d’une intervention directe pour éviter une défaite humiliante. Ce qui expliquerait les rumeurs évoquées par Boris Karpov, mais dont je n’ai eu aucun écho.

Mais pourquoi envoyer les légions de Biden aujourd’hui, alors que les faucons du Pentagone ont eu peur de les envoyer au début des opérations ? 

Ce ne serait pas logique. Washington sait très bien que l’armée US est en position d’infériorité face à l’armée russe. Sans parler du nucléaire, Moscou a dix ou quinze ans d’avance sur les armes hypersoniques imparables et les drones sous-marins à propulsion nucléaire miniaturisée. Un seul missile hypersonique et il n’y a plus de porte-avions géant Gérald Ford, le fleuron de la marine américaine. La simple énergie cinétique, à plus de mach 5, couperait le monstre en deux sans besoin d’explosif.

Et ce n’est pas maintenant que les stocks d’armes et de munitions sont vides dans les arsenaux occidentaux, qu’il faut jouer les gros bras et sauter dans l’arène. Les armées occidentales sont paupérisées comme jamais. Ce sont des armées du temps de paix, incapables de faire la guerre. Il faudra des années pour reconstituer leurs stocks, déjà bien maigres avant l’offensive russe. On nous dit que les usines d’armement tournent à plein régime aux Etats-Unis, mais celles de Sibérie aussi…

Biden va-t-il sacrifier l’Europe pour sauver l’Ukraine ?

C’est la vraie question. Une guerre totale mènerait à la destruction de l’Europe. Deux missiles hypersoniques sur la BCE et sur le Parlement européen, calmeraient assez vite les ardeurs belliqueuses. On n’est plus dans une Opex contre des traîne-savates armés de Kalachnikov, mais contre l’armée russe qui a largement démontré ses capacités au cours de l’histoire. Face à Napoléon, les Cosaques ont fini à Paris et face à Hitler, cela s’est terminé à Berlin.

Alors que les Américains ont perdu toutes leurs guerres depuis 1945… A méditer.

Sans les Russes, qui ont détruit l’armée allemande au prix de 26 millions de morts, dont 10 millions de soldats, aucun débarquement allié n’aurait pu avoir lieu. C’est pourquoi faire aujourd’hui la guerre à la Russie, en bon vassal de Washington, est une ignominie sans nom. Jamais de Gaulle n’aurait accepté de se déshonorer en engageant la France dans cette guerre qui ne concerne que les Américains, qui ont la haine des Russes et  n’ont jamais accepté la fin de la guerre froide.

L’Ukraine n’étant ni dans l’Otan, ni dans l’UE, cette guerre n’est pas la nôtre. L’Ukraine est un pays pauvre, mafieux et corrompu, coupable de crimes de guerre dans le Donbass. Les armes livrées par l’Otan sont détournées et revendues sur le Darknet. Les milliards donnés à Kiev sur le dos du contribuable occidental, sont également détournés vers des paradis fiscaux, sans le moindre contrôle des pays donateurs.

Un tel pays vaut-il une guerre nucléaire, dans le seul but d’éviter une nouvelle humiliation à l’Oncle Sam ? Non !

Ni les armées européennes, ni les peuples d’Europe ne sont prêts pour une guerre totale

En attisant les braises, l’Otan jongle avec des flacons de nitroglycérine mais les opinions publiques ne suivent pas. Un récent sondage effectué par le site « Place d’Armes » donne les chiffres suivants :

  • 92 % des Français jugent que l’Otan ne recherche pas la paix
  • 88 % estiment que les décisions prises peuvent nous entrainer vers une guerre directe avec la Russie
  • 97 % refusent l’entrée de troupes françaises en Ukraine
  • 98 % jugent qu’une telle option ne pourrait s’envisager sans consulter au préalable le Parlement ou le peuple par référendum
  • 92 % veulent un arrêt des sanctions.

On le voit, la politique menée par les leaders européens aux ordres de Biden, va à l’encontre de la volonté des peuples. Cette guerre par procuration décidée sans consulter les peuples est donc un crime contre la démocratie.

Et quand les coupures de courant et les faillites vont se succéder en 2023, les peuples exigeront la fin des hostilités.

L’armée française passe pour être la première d’Europe. Mais il suffit de voir comment se sont passées ses dernières interventions majeures pour mesurer l’état véritable de nos forces. Au cours de la première guerre du Golfe, nos Jaguar ont rapidement manqué de munitions. En Afghanistan, le manque de matériels modernes et d’équipements individuels efficaces a été flagrant.

Au Sahel, avec seulement 5 000 soldats engagés, notre armée s’est vite retrouvée « à l’os », comme le dit le général de Villiers. Manque de munitions, manque de pièces de rechange, un avion en panne servant de magasin de pièces détachées pour en faire voler un autre. Insuffisance du renseignement. Et manque cruel d’effectifs sur la durée.

A force de retirer les « dividendes de la paix » suite à la chute de l’URSS, nous avons sacrifié nos armées, divisé les effectifs par plus de deux et limité les équipements au strict minimum, afin de sauver notre industrie de l’armement, ce qui n’est pas suffisant pour mener une véritable guerre. Pendant les vingt dernières années, alors que notre budget Défense diminuait régulièrement, Poutine a reconstruit l’armée russe pour en faire un outil de combat que j’estime invincible à l’heure actuelle.

En France, à part quelques illuminés méconnaissant les capacités de notre armée, la plupart des militaires savent qu’une intervention contre la Russie serait suicidaire. Une simple attaque cybernétique des Russes paralyserait le pays. D’ailleurs, un pays qui dépense 800 milliards de social mais n’accorde que 40 milliards à sa Défense, n’a ni les capacités opérationnelles, ni la force morale nécessaires pour mener une guerre de haute intensité. Où sont donc passés les Poilus de 14-18 ?

Et en ce qui concerne les opinions en Europe, on voit davantage de manifestations pour un arrêt des sanctions que pour un engagement dans le conflit. Les peuples européens se reposent sur des armées de métier et n’ont aucunement l’intention d’aller remplacer les Ukrainiens comme chair à canon. On les comprend, puisque Moscou n’est pas notre ennemi. C’est un problème américain que Washington entend « otaniser », sachant que l’Europe n’est qu’un ramassis de valets dociles.

Le seul qui a un intérêt majeur dans une guerre totale est Zelensky

En effet, son avenir s’annonce plutôt sombre. Après avoir saigné son peuple et son armée, en leur promettant la victoire, il aura intérêt à fuir rapidement en Angleterre quand Poutine aura détruit l’État ukrainien.

Voilà dix mois que Zelensky a joué les pleureuses auprès de tous les pays et instances internationales, pour apitoyer les opinions et réclamer un soutien total. Mais gouvernements et peuples se lassent. On sait que lui et son entourage sont corrompus. On sait aussi que malgré les milliards et les armes déversés en Ukraine, c’est toujours Poutine qui mène le bal et que le pire pour Zelensky est devant lui. Il devra raser les murs pour profiter de sa fortune. Même sous haute protection en Occident, il aura à mon avis une petite santé.

L’Ukraine sera vaincue et dépecée. Réalité que le saltimbanque devra expliquer au peuple et à laquelle les Américains devront se plier de gré ou de force. La Russie ne peut pas perdre. Elle a la force militaire et la volonté nécessaires pour gagner.

Et que ferait la Chine ?

Si les intentions de l’Otan de s’engager sur le terrain se confirmaient, Pékin ne resterait pas les bras croisés et pourrait en profiter pour reprendre Taïwan, sa 26e province. Et rien ne dit que les Chinois ne s’allieraient pas aux Russes pour devenir ensuite les nouveaux maîtres du monde.

Mais tout cela relève de la fiction.

Washington n’a d’autre choix que d’accepter la défaite pour éviter la guerre nucléaire. Certes, l’Otan avalera une couleuvre de plus, mais en cas de fuite en avant, il n’y aura plus d’Occident ni de Russie. Voilà pourquoi je ne crois pas à une guerre totale.

D’ailleurs Poutine vient de dire qu’en cas d’attaque de la Russie par des missiles américains, la riposte serait immédiate, avec une centaine de missiles lancés sur les Etats-Unis et l’Europe, signant ainsi le grand suicide collectif du monde blanc et chrétien.

J’ai déjà vu plus réjouissant comme programme !

C’est pourquoi je rejoins Boris Karpov en citant la fin de son article :

« Une autre hypothèse est que tout ceci relève d’une intoxication de l’OTAN visant à faire annuler la prochaine offensive générale des forces russes qui semble déjà « terroriser » les forces de l’OTAN.

Dans tous les cas, ceci est un très mauvais calcul puisqu’il est clair que la Russie ira jusqu’au bout de la mission assignée par Vladimir Poutine. Compter que nos forces reculeront face à quelques régiments de l’OTAN dont la Russie connaît les problèmes d’armement est un calcul ridicule… et qui s’avérera très vite extrêmement meurtrier. »

Oui, pour moi, tout ceci relève d’une intox de l’Otan. Zelensky est aux abois et Washington n’a plus aucun moyen de lui éviter la débâcle. Il y aura sans doute encore une escalade dans les livraisons d’armes à Kiev. Mais cela n’évitera pas la défaite et la partition de l’Ukraine.

Le général Sourovikine sera le grand vainqueur de cette confrontation, laquelle n’aurait jamais dû avoir lieu si Washington n’avait pas acculé l’Ours russe, en lui refusant les mêmes garanties de sécurité élémentaires que Kennedy avait exigées de Khrouchtchev en 1962, pour qu’il retire ses fusées de Cuba.

La diplomatie américaine, fondée sur la loi du plus fort, est le terreau de toutes les guerres depuis 1945… et de toutes les défaites de l’Otan.

Je ne crois pas à une troisième guerre mondiale, mais je crois plus que jamais à une victoire russe, que je juge légitime. En revanche, j’estime que le fait d’avoir sacrifié le peuple ukrainien pour les seuls intérêts américains, comme l’ont fait les Européens par soumission à Washington, est un crime impardonnable. Nous n’aurions jamais dû nous associer à cette tragédie. Des centaines de milliers de victimes militaires et civiles, ont été sacrifiées sur l’autel du roi dollar et de l’hégémonie américaine.

L’annexion du Donbass par Moscou, selon la volonté des populations russophones, aurait dû se passer en douceur, comme celle de la Crimée en 2014.

Il est encore temps de négocier  pour mettre fin à l’hécatombe. Car de toutes façons,  la paix ne se fera pas aux conditions de Biden ou de Zelensky, mais à celles de Poutine. C’est écrit ainsi depuis le 24 février 2022.

Les Américains se sont trompés sur l’état de l’armée russe, moquée par les médias occidentaux dès mars 2022. Mais au bout de dix mois de guerre, l’armée russe, qui se bat contre 40 nations qui aident et arment l’Ukraine, contrôle toujours 100 000 km2 du territoire ukrainien, en n’ayant utilisé que 20 % de ses capacités. Nous n’avons encore rien vu a prévenu Poutine.

Le problème des Américains, qui se sont fourvoyés une fois de plus, en nous entrainant dans cette folie meurtrière, est donc davantage de trouver une sortie honorable du conflit, plutôt que de se lancer dans une guerre Otan/Russie qui sera catastrophique pour toute l’humanité.

Jacques Guillemain

https://ripostelaique.com/reponse-a-boris-karpov-sur-le-risque-dun-choc-frontal-russie-otan.html

 1,582 total views,  5 views today

image_pdf

38 Commentaires

  1. @Frejusien
    « Vous venez faire de la provocation, mais vous n’intéressez pas grand monde. »
    Non, je ne fais pas de la provocation, je rappelle seulement certains faits qui apparemment déplaisent à certains, mais comme on dit, les faits sont têtus.
    Si ce que je dis ne vous intéresse pas, vous n’êtes pas obligé de me lire

    • Les faits que vous voyez, vous ne voyez que les vôtres, et c’est ça que vous ne comprenez pas. Vous refusez de voir ce qu’on vous montre.
      En fait, je ne vous lis pas, mais vous prenez toute la place en répétant vos mantras, en répétant sans cesse la litanie sans vouloir dialoguer avec vos interlocuteurs.
      Pourtant Amélie a tout fait pour vous expliquer de toutes sortes de façons. Vous dites que les faits sont têtus, mais je pense que vous l’êtes aussi.

      • Toujours des attaques personnelles! Avoir recours a de tels procédés c’est faire preuve d’intolérance et de sectarisme.
        Arrêtez de dire que je ne comprends pas… Arrêtez de dire que « je prends toute la place ». J’ai posté un commentaire et je réponds à ceux qui le commentent; cela me paraît tout à fait normal.
        Et si vous êtes contre la liberté d’expression, pour interdire à ceux qui ne pensent pas comme vous de s’exprimer, dîtes le clairement – cela s’appelle le totalitarisme!

  2. Nous avons pu voir aujourd’hui la bite ukrainienne à Washington, et Zelensky embrassé par la vieille peau démocrate Nancy Pelosi, l’ennemie jurée de TRUMP.
    La bite a larmoyé, elle a assuré défendre la démocratie qui serait attaquée par Poutine, et elle a sans coup férir, exigé de nouvelles armes et plus de dollars.
    Le gâteux lui a promis une arme révolutionnaire, le « machin patriote », je n’ai pas suivi le détail de cette nouvelle arme qui doit abattre la Russie.
    Pour nous un FREXIT rapide, nous éviterait tous les inconvénients de la suite de cette affaire américano-russe.

  3. Pour éviter ce carnage à venir où tous les peuples Européens vont être les perdants dans cette histoire il faut que les Occidentaux Pro Ukraine , les Ukrainiens et les Russes négocient pour éviter de prolonger cette guerre inique entre deux peuples slaves et que les Amerloques doivent comprendre qu’ils ne peuvent pas gagner cette guerre de Proxi face à la Russie où les Ukrainiens dès le départ ne gagnerons pas cette guerre dont Zelenski avait planifier ce conflit pour de mauvaises raisons dont son peuple subit les conséquences. Négocier est la meilleure que ça plaise ou non aux Amerloques et aux médias d’extrême Gauche qui prêchent alors qu’ils sont planquer chez eux !

  4. =======
    Le visage du nouvel ordre mondial multipolaire se précise

    ○ La Chine prête à se rapprocher de la Russie pour une gouvernance mondiale équitable
    → Cela a été annoncé par son président Xi Jinping à la suite d’une rencontre avec le vice-président du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie Dmitri Medvedev.
    https://t.me/boriskarpovblog/4850

  5. Texte intéressant qui permet de réfléchir à la situation, je retiens surtout un passage, l’Ukraine est sur le point de manquer d’hommes, de combattants, on sait très bien qu’il y a énormément de pertes du côté Ukrainien même si on n’en parle pas, on va arriver à un moment où il faudra nécessairement envoyer des soldats de l’OTAN, et là ça sera autre chose comme guerre, une guerre mondiale même si elle reste conventionnelle ? ou alors on laisse les Russes gagner et c’est mieux pour tout le monde ?

  6. Si (ce qu’à Allah ne plaise) il y avait une troisième guerre mondiale, ce serait la fin de l’Occident actuel. Mais Chine et Russie en sortiraient certainement très affaiblies. L’islam pourrait rafler la mise.

  7. ======
    ○ Censure de l’affaire Hunter Biden : les dossiers internes de Twitter révèlent l’implication du FBI | 20 déc. 2022
    https://francais.rt.com/international/103158-censure-affaire-hunter-biden-dossiers-internes-twitter-revelent%C3%A8implication-fbi
    _
    ○ Robert F. Kennedy Jr @RobertKennedyJr
    https://twitter.com/RobertKennedyJr/status/1604139690629730304
    Le journal télévisé le plus courageux depuis 60 ans. Le meurtre de mon oncle par la CIA a été un coup d’État réussi dont notre démocratie ne s’est jamais remise.
    ► @TuckerCarlson : Tucker Carlson: We were shocked to learn this
    https://www.youtube.com/watch?v=PAiRmhXvJHs

    ○ Joe Biden reporte d’un an la déclassification d’archives secrètes sur l’assassinat de Kennedy | 23 oct. 2021
    https://francais.rt.com/international/91899-joe-biden-reporte-d-an-declassification-archives-secretes-assassinat-kennedy

    • « Le meurtre de mon oncle par la CIA a été un coup d’État réussi dont notre démocratie ne s’est jamais remise. »
      En 2020, un autre coup d’état réussi: l’éviction de Trump qui avait brillamment remporté l’élection. On notera que grâce aux technologies modernes qui n’existaient pas à l’époque de JFK, la vie de Trump aura été épargnée.

  8. « Qui serait assez fou pour jouer avec le feu nucléaire ?
    « 
    Mais les hommes mon cher Jacques, les hommes.

  9. Si j’en crois à cette analyse en profondeur,on pourrait dire qu’ils sont dans une impasse,qu’ils n’auraient pas prévue dans leurs projections !!! Sur leurs stratégies de défense et leurs techniques de guerre de haute intensité,du côté économique malgré de nombreuses résolutions sur les embargos se sont transformés en guerre de l’énergie prenant en étau l’UE et l’inflation dévastateur a laquelle elle ne pourrait faire face en long terme ,toutes ses conditions reunies seraient à l’avantage des Russes
    Sauf retournement de circonstances ,mais avec l’arme de dissuasion comme bouclier peut ou pas d’option si ce n’est que la paix avec ses conditions pour le vainqueur ,les perdants eux se seraient leurs déchéances politiques à tous les niveaux dans leurs appareils étatiques

  10. Bravo Jacques Guillemain pour rappeler ces vérités.
    Honte à Merkel, Macron, Biden…
    Zelensky mérite d’être fusillé.

  11. Opinion d’un amateur: il n’y aura pas de guerre nucléaire car les ricains seraient perdants. Ils savent q les russes sont désormais plus forts. Mais les ricains feront tout pour semer le trouble et pousser Poutine à la faute, mais ils n’y arriveront pas: donc ils maintiendront la pression en créant un, nouveau, rideau de fer de la Baltique à l’Mer Noire.
    Question: quelle est l’explication de cette haine anti–russes des (impérialistes) américains ? Les richesses du sous-sol russe (puisqu’on en revient toujours là avec CES ricains), finalement bien exploitables comme le montre Poutine, ne commenceraient-elles pas à les intéresser ? …

  12. L’autre rigolo de l’Ukraine est parti voir Biden la semaine de Noël pour nous entrainer dans sa putain de guerre ! si ce type n’est pas le diable je n’y comprends plus rien . J’espère que les Américains vont avoir un éclair de lucidité et le prier d’aller se faire voir , ils s’éviteront bien des déboires .

    • « L’autre rigolo de l’Ukraine est parti voir Biden la semaine de Noël pour nous entrainer dans sa putain de guerre !  »

      C’est bien la preuve qu’il est loin d’être net et innocent ! Je ne comprends pas que l’on puisse soutenir ce pays. J’imagine que les Ukrainiens ne sont pas tous d’accord avec lui, enfin j’espère…. pour eux surtout !

      Il est vrai que les baltringues de politiques européens lui ont promis l’entrée dans l’Europe ! Une manne financière bien sûr… et beaucoup d’Ukrainiens l’avaient déjà compris (beaucoup sont sur notre sol depuis longtemps contrairement à ce que pensent certains qui se laissent happer par l’affectif sans réfléchir).

  13. « ce n’est pas la Russie l’agresseur mais l’Otan. »
    Belle inversion accusatoire!
    Combien de missiles de l’Otan sur la Russie et Moscou? Combien de missiles russes sur l’Ukraine?
    L’Otan aurait dû être dissoute à la chute de l’URSS. Mais l’Otan est un mauvais pretexte en or pour Poutine pour reconstituer l’Empire Soviétique.
    Poutine a commencé la guerre, il doit l’arrêter le plus tôt possible – maintenant.

    • Vacciné ?
      Un peu de discernement suffit pour savoir que Poutine n’a fait que, intelligemment, prendre les devants.Il est donc dans son droit, légal, et plus encore, moral.

      •  » et plus encore, moral »
        Envoyer des missiles sur des civils n’a rien de moral, pas plus que la guerre, à moins d’être effectivement attaqué – ce qui n’est pas le cas de la Russie.

        • Ah bon ? Il n’y a pas eu de massacres de civils au Donbass ? De Russophones bien sûr… Non, « on » a dû l’inventer…

          En tous les cas, les mensonges Ukrainiens eux ont bien été démasqués et prouvés.

          • De 2014 à 2022 le Donbass est encore sous contrôle ukrainien. Pour autant que je sache (je n’y étais pas) c’est à partir de cette date que les Russes ont envoyé des combattants d’abord peu différentiables des russophones ukrainiens locaux (un peu à la mode nord-vietnamienne & vietcong), attisant ainsi le séparatisme, ce qui a conduit à une une réponse militaire de Kiev. On peut se souvenir de l’action de l’armée britannique en Irlande du Nord qui y a aussi tué des civils.
            Tous les crimes de guerre doivent être punis, quel que soit le camp. Qui a abattu le vol de la Malaysia Airlines au dessus du Donbass en 2014?

    • Réponse :aucun.
      Mais par « procuration »via l’Ukraine des milliards d’armes de toutes sortes y sont utilisées.
      Russie contre l’Otan, c’est un pays contre 40 . Elle s’en sort plutôt bien .
      La guerre va se terminer, comme toutes les guerres et les 4 provinces séparatistes ( le droit des peuples à disposer d’eux-même )seront indépendantes, comme le KOSOVO.
      La Crimée, n’en parlons pas, c’est russe à 90 %
      La France, avec ses 20 millions de Français de papier, elle c’est français à 60 %
      Pas de quoi pavoiser !

      • « Mais par « procuration »via l’Ukraine »
        La Russie a envahi l’Ukraine – c’est un fait. Et ni l’Otan, ni l’Ukraine n’ont envahi la Russie.
        Poutine nous dit qu’il ne fait pas la guerre aux Ukrainiens, mais que son véritable ennemi c’est l’Otan. Il y a quelque chose qui ne colle pas: s’il dit vrai, pourquoi ne s’en est-il pas pris directement à l’Otan, puisqu’il se dit menacé par cette alliance qui est uniquement défensive – sauf lors de la guerre contre la SErbie – A l’époque, je m’étais étonné de l’absence de réaction de la Russie.

        • Tu viens faire le trublion, et tu ne convaincras personne.
          Vas répandre tes sophismes ailleurs, ou apporte quelque chose de valable.

          • « Tu viens faire le trublion »
            Pas de familiarités, je vous prie!
            Apparemment vous ne supportez pas la contradiction…
            Que faîtes-vous donc de la liberté d’espression et de penser?
            Peut-être êtes-vous favorable d’envoyer au Goulag ceux qui condamnent la guerre de Poutine…

          • Réponse à Karl der Hammer :
            Vous êtes bien susceptible, je vais donc vous vouvoyer.

            Vous venez faire de la provocation, mais vous n’intéressez pas grand monde.
            Certaines personnes sont assez charitables pour tenter de vous expliquer, mais vous n’êtes pas là pour comprendre, on le voit à votre ton qui cherche à s’imposer à tout prix.
            Voilà ce que je voulais vous dire en abrégé.
            Et maintenant, pour moi la discussion est close.

        • Les pays baltes, anciennement soviétique, donc ayant fait partie de l’Empire Russe, sont maintenant dans l’Otan – ils n’ont pas, me semble-t-il ni attaqué, ni menacé la Russie – et pourtant, on rapporte que les Russes ethniques citoyens de ces pays n’ont pas toujours été traités correctement.

    • Heureusement qu’internet foisonne de stratèges et moralisateurs. Poutine va en prendre de la graine, c’est sûr.

      • « Poutine va en prendre de la graine »
        Poutine, ancien agent du KGB, ferait bien en effet de redevenir humain. Mais avec ses ogives nucléaires, il a un sentiment d’impunité, de toute puissance et prétend terroriser des populations entières et les soumettre à son bon plaisir.

        • Est bien malin ou tout simplement inconscient, celui ou celle qui peut saisir la subtilité des relations humaines. Il y a sans doute beaucoup de choses que nous ignorons.

          Il faut se méfier des interprétations lointaines nourries de ce que le commun des mortels dit, elles sont toujours biaisées par un imaginaire qui biaise la réalité.

          Moi je ne connais pas Poutine. Le KGB faisait partie du roman national Russe et il avait certainement son sens dans le temps et dans l’histoire du moment. Les peuples ne sont jamais totalement innocents.

          Maintenant, ce que je constate, c’est qu’il est patient, fin stratège (son expérience certes sans doute de la « vraie » vie pas celle de salon comme la plupart de nos politiques).

          Vous dites : « Poutine, ancien agent du KGB, ferait bien en effet de redevenir humain »

          Quelqu’un d’inhumain n’hésite pas il fonce, quitte à détruire jusqu’à l’extrême, lui il réfléchit pour le plus grand bien des imbéciles qui veulent le mettre à terre, énervés sans doute par sa résistance.

        • Alors, je n’ai pas une vision manichéenne des choses, il y a une interaction dont on ne saisit sans doute pas toutes les subtilités que certains, pas très clairs, nous cachent.

          Non, je ne verrai pas Poutine comme le monstre que vous décrivez, gommant allègrement les victimes causées par l’autre camp d’un clown s’escrimant à appeler une guerre mondiale sans le moindre scrupule (ce ne serait pas plutôt lui au contraire l’inhumain ?).

          Et l’on sait que les Cosaques n’étaient pas non plus des « tendres ».

          • « Non, je ne verrai pas Poutine comme le monstre que vous décrivez »
            Qui a menacé d’anéantir la Grande-Bretagne (et partant la France avec) avec un seul de ses missiles Sarmat, en créant des Tsunamis radio-actifs et qui nous répète à l’envi que « ce n’est pas du bluff »?
            Qui menace la planète d’un hiver nucléaire en brandissant le menace d’utiliser l’arme nucléaire contre les occidentaux?
            Les savants atomistes soviétiques auraient pu faire exploser un engin de 100 mégatonnes, Sakharov l’a limité prudemment à 50. L’explosion de la Tsar Bomba en Nouvelle Zemble en 1961 était en soi une catastrophe écologique sans précédent, témoignage de la folie des hommes.
            L’usage d’armes nucléaires est un crime contre l’humanité et ce n’est qu’en brandissant cette menace que Poutine parvient à ses fins en Ukraine. Ce chantage à l’arme nucléaire est une forme de terrorisme, tout comme les bombardements sur Kiev ou les autres villes ukrainiennes.
            Je n’ai pas envie de me prosterner devant ce nouveau Tsar, pas plus que les précédents…

  14. Ces connards de dirigeants iront se planquer dans leurs bunkers et laisseront les populations se faire atomiser. J’aimerais vraiment éviter ça. Poutine ne peut pas ne pas savoir ça, quand même. Les peuples ne sont pas responsables (quoi que…) des exactions de leurs dirigeants. En tout cas, pour ma part, ce n’est pas moi qui ai reconduit le micron au poste de président.

    • Julie.
      Moi non-plus mais Macron n’a pas grand chose à voir avec cette guerre. Seulement vous comme moi et tant d’autres en subirions les conséquences. Les enjeux sont trop énormes, il n’y aura pas de guerre nucléaire. Poutine a fait une erreur stratégique en pensant envahir l’Ukraine en un rien de temps. La faute aux renseignements Russes? En tous cas le bourbier annoncé est bien là. Maintenant on se fiche un peu de savoir qui a la plus longue.

      • Comment oses-tu dire que macron n’a pas grand chose à voir avec cette guerre?
        C’est lui qui est allé à Moscou porter la bonne parole de Biden, au lieu d’aller voir la bite pour lui signifier qu’elle devait respecter les accords de Minsk et arrêter de tuer les russophones du Donbass.
        Et depuis, il ne cesse d’envoyer du renfort à Zelensky, non seulement des vivres, des médicaments, mais des armes, des chars, et d’autres fariboles.
        Sans compter les fameuses punitions infligées par l’UE.

Les commentaires sont fermés.