ONU : l’Iran expulsé de la Commission de la condition de la femme

Il est rare que l’ONU totalement phagocyté par l’islam accède à une réelle reconnaissance des droits de l’Homme -ou de la Femme en l’occurrence- dans un pays musulman.
Il ne faut cependant pas trop se leurrer. L’Iran exclu, sûr que la rivalité sunnisme-chiisme y est pour quelque chose, le monde musulman n’est très majoritairement pas prêt à faire des concessions en contradiction avec son idéologie pré-moyenâgeuse…

Pour rappel, les membres actuels de la commission de la condition de la femme.
Note extraite : À tout moment, quarante-cinq États membres des Nations Unies sont membres de la Commission. La Commission comprend un(e) représentant(e) de chacun des 45 États membres élus par le Conseil économique et social sur la base d’une distribution géographique équitable :

  • 13 membres d’Afrique
  • 11 d’Asie
  • Neuf d’Amérique latine et des Caraïbes
  • Huit d’Europe de l’Ouest et d’autres États
  • Quatre d’Europe de l’Est

Les membres sont élus pour une période de quatre ans.

 

Information diffusée par Middle East Forum.

ONU – L’Iran expulsé de la Commission de la condition de la femme

Seth J. Frantzman – The Jerusalem Post

Il s’agit d’une version abrégée d’un article publié à l’origine sous le titre « Removing Iran from UN Women’s Commission Is Important Step« .

L’Iran a été évincé de la Commission des Nations unies sur la condition de la femme mercredi soir par 29 voix contre 8.

Seize pays se sont abstenus lors du vote. Les huit pays à voter contre la décision étaient la Bolivie, la Chine, le Kazakhstan, le Nicaragua, le Nigéria, Oman, la Russie et le Zimbabwe.

La décision intervient alors que les Iraniens continuent de protester contre la République islamique dans tout l’Iran pour une 12e semaine. Les manifestations ont été déclenchées après le meurtre de Mahsa Amini , une femme de 22 ans, par la « police de la moralité » de Téhéran en septembre, mais elles se sont depuis étendues pour couvrir plus de questions que le simple hijab, de nombreux manifestants appelant à un changement de régime.

Un représentant iranien à l’ONU a déclaré que la République islamique « rejette catégoriquement » la décision, qualifiant les allégations de violations des droits des femmes contre l’Iran de « sans fondement et fabriquées ».

La décision de retirer l’Iran a été une victoire symbolique mais importante pour les droits des femmes au niveau international. Pendant de nombreuses années, l’Iran et d’autres régimes autoritaires ont été en mesure de dominer et d’exploiter l’ONU afin que les pays qui violent les droits des femmes soient toujours en charge des organes de l’ONU qui s’occupent des droits des femmes, et que les pays qui violent les droits de l’homme dirigent le Conseil des droits de l’homme de l’ONU . Maintenant, les démocraties occidentales s’efforcent de mettre fin à cette mascarade.

« Des femmes et des militantes iraniennes nous ont demandé de le faire – et aujourd’hui, nous l’avons fait », a écrit l’ambassadeur des États-Unis à l’ONU, Linda Thomas-Greenfield. « Ces responsables iraniens ne pourront plus mentir à l’ONU. Merci aux États-Unis pour la résolution. Merci à la France et aux autres pays démocratiques pour le retrait de la République islamique d’Iran du corps des femmes de l’ONU. »

Masih Alinejad, auteur iranien et militante des droits des femmes, a tweeté : « Ce n’est que le début d’une fin ».

L’Iran assassine des manifestants depuis plusieurs mois. Les manifestations ont commencé lorsque la « police de la moralité » iranienne a tué Amini. Cela a déclenché des protestations massives et un soulèvement sans précédent des femmes iraniennes, en particulier des jeunes, contre le régime. Le régime a fait de la répression des femmes un pilier de sa politique depuis les années 1980. L’Iran essaie de contrôler la façon dont les femmes s’habillent et harcèle souvent les militantes.

Les États autoritaires utilisent l’ONU pour s’en tirer

Ce qui est intéressant, c’est que le régime iranien a également réussi à faire partie de la Commission de la condition de la femme à l’ONU. C’est une vieille pratique de nombreuses dictatures. Ils considèrent l’ONU comme une sorte de « club de vieux garçons » où, pour dominer l’ONU, il est important de s’assurer que tous les régimes les plus abusifs et autoritaires siègent à n’importe quel comité qui pourrait examiner leurs abus. C’est un peu comme les braqueurs de banque qui dirigent la police ou les fraudeurs boursiers qui dirigent les commissions qui s’occupent des délits d’initiés.

Parce que l’ONU est dirigée par des États membres, et parce qu’il y a de nombreux États membres autoritaires, ces États travaillent ensemble pour promouvoir les intérêts de chacun. Ils travaillent également dans des régions telles que le Moyen-Orient , l’Afrique, l’Amérique du Sud ou l’Asie, pour s’assurer qu’ils élisent leurs propres membres à ces comités et commissions. Cela implique souvent des accords clandestins de marchandage de chevaux, où un régime abusif en soutiendra un autre sur différentes questions, de sorte que les deux se protègent comme une mafia.

C’est pourquoi tous les autoritaires ont voté pour garder l’Iran – parce qu’ils savent que l’Iran les protégera dans d’autres forums. Parfois, des pays qui ne sont pas particulièrement autoritaires finiront par soutenir des pays, comme la Russie ou l’Iran, parce qu’ils veulent aussi quelque chose en retour.

Ce mauvais processus a conduit à des années d’échec à l’ONU, où les « droits de l’homme » et les « droits des femmes » sont devenus le contraire de ce qui était prévu. Un autre côté de cette histoire est qu’Israël a toujours été pointé du doigt à l’ONU parce que dénigrer Israël était une chose sur laquelle la plupart de ces pays pouvaient s’entendre. Ils savaient que plus ils parlaient d’Israël, moins l’accent serait mis sur leurs propres abus.

L’ambassadeur d’Israël en Azerbaïdjan, George Deek, a tweeté : « L’Iran a finalement été expulsé de la Commission des droits des femmes des Nations Unies – Une grande victoire pour les femmes iraniennes ! Que cela soit la fin de la légitimité absurde accordée à la République islamique d’Iran à l’ONU« .

Hillel Neuer, directeur d’UN Watch, a également célébré la victoire.

« Par 29 voix contre 8, avec 16 abstentions, la République islamique d’Iran vient d’être expulsée de la Commission des droits des femmes de l’ONU », a-t-il déclaré dans un communiqué. « C‘est la première fois dans l’histoire des Nations Unies qu’un État membre est retiré de cet organe. Bravo à tous ceux qui ont contribué à ce que cela se produise. »

Le vote contre l’Iran fait suite à un autre vote pour suspendre la Russie du Conseil des droits de l’homme de l’ONU en avril. Mais seuls 93 pays ont voté en faveur de cette suspension. Semblable au vote sur l’Iran, de nombreux pays se sont abstenus, permettant l’expulsion, mais montrant que de nombreux pays ne résisteront toujours pas à l’Iran et à la Russie.

Les votes sur l’Iran et la Russie semblent montrer une reconnaissance sans précédent par les démocraties du monde que quelque chose doit enfin être fait pour empêcher les autoritaires d’exploiter l’ONU.

Seth Frantzman est Ginsburg-Milstein Writing Fellow au Middle East Forum et correspondant principal au Moyen-Orient au Jerusalem Post . Tzvi Joffre a contribué à ce rapport.

Note de Christine Tasin

Je ne suis pas sûre que l’on ait à se réjouir de la chose.  Il me semble que si cette expulsion a été faite c’est juste pour justifier celle de la Russie… Il fallait bien donner un aspect équitable à l’ONU… Parce que, depuis que les mollahs balancent les homos du haut des immeubles de 4 étages, tabassent, enferment, violent, assassinent les femmes, il y a beau temps que l’Iran aurait dû être mis au ban des nations. Il est au contraire vraisemblable que, face aux révélations de Musk, à celles des mensonges et manipulations Covid, les mondialistes sentent que le bateau tangue et qu’il faut jeter un peu de lest, pour faire croire qu’il y aurait encore un peu de justice et de liberté à l’ONU, complètement infiltrée et bouffée par les islamistes et gauchistes depuis des dizaines d’années !

 1,125 total views,  3 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. Ne pas se faire trop d’illusions.
    C’est depuis que l’Iran soutient la Russie, que subitement le sort des femmes iraniennes inquiète l’ONU.
    Idem en France, les pétitions gauchiasses fleurissent sur l’Iran, mais rien sur l’invasion islamique en France, qui cause pourtant les mêmes problèmes qu’en Iran.
    Ils nous prennent vraiment pour des jambons, ces gauchiasses/

  2. Masih Alinejad a comme idoles françaises Macron et Clémentine Autain. Les baloutches, des sunnites d’obédiance deobandi, comme les paki et les afghans, manifestent en burqa car la sharia iranienne est trop soft a leur goùt. Les iraniens sont musulmans et la seule chose que veut un adepte de Momo c’est la mort et l’esclavage pas la vie et la liberté. Si le régime des mollahs tombe 80 millions de sauvages deferleront sur l’Europe déjà saignée à blanc.

  3. Des gens de droite disent qu’il faut défendre l’Iran contre l’impérialisme américain et les mondialistes. Des gens de gauche ont dit la même chose pour le Venezuela (d’ailleurs proche de l’Iran).

  4. L’ONU , ce bidule , ce machin , ce truc cette boite de l’Enfer , cette pompe à fric monstrueuse , ne sert à rien mais vraiment à rien .Cette entité satanique n’a jamais empêchée les guerres , à toujours approuver les interventions des gauchiottes américains pour déstabiliser et renverser des pays souverains qui étaient contre les corrompus de Washington , cette organisation internationale de corrompus , de satanistes font tout pour déclencher une 3ème guerre mondiale impliquant la Russie , la Chine contre l’Occident ,cette tour de Babel bis ne fait rien pour arrêter les hostilités des pays occidentaux armant le régime ukronazi de bitensky .tous des pourvoyeurs de mort .l’onu devra disparaître et son siège rasé jusqu’au fondations.

  5. Note de C. Tassin :
    Sûr qu’il y a pour le moins une part de réalité dans son analyse !

Les commentaires sont fermés.