La pénurie de Doliprane : une chance pour l’immunité collective !

Les raisons de cette pénurie ont été données mardi dernier sur France 2 par Olivier Véran, porte-parole du gouvernement et ancien ministre de la Santé, dans une explication pour le moins emberlificotée  : « Il y a une explosion de la demande mondiale avec la covid et de demande de paracétamol et notamment de demande pédiatrique et donc il y a une augmentation très forte. »

Voilà une pénurie derrière laquelle se cache enfin une bonne nouvelle pour les parents qui ont des difficultés à se procurer du Doliprane pour enfant !

Ne cherchons plus de Doliprane contre la fièvre de nos enfants, car un des meilleurs remèdes pour lutter contre les infections virales et bactériennes, c’est la fièvre !

La fièvre est bien un remède, comme l’a démontré, depuis plus de 50 ans, le professeur André Lwoff, prix Nobel de médecine en 1965, mais que Big Pharma, avec ses collabos, s’est ingénié à étouffer afin de vendre sa profitable camelote anti-fièvre au seul motif du confort de l’individu. C’est sans doute pourquoi ses écrits ont disparu des archives et son enseignement a déserté le cursus des études de médecine. https://fr.wikipedia.org/wiki/André_Lwoff

En effet, de nombreuses expériences effectuées par le Pr. Lwoff, qui a travaillé sur le rôle de la fièvre dans la guérison des infections virales, ont montré, qu’avec des températures de 39° à 40°, la majorité des virus sont inhibés ou détruits, comme il l’explique dans ce document de l’INA

 

On imagine comment le Pr. Lwoff a dû se retourner dans sa tombe quand il a entendu en 2020 l’incompétent Véran annoncer son protocole paracétamol dans le traitement du Covid-19 enjoignant tout contaminé à l’isolement avec pour seul viatique son anti-fièvre Doliprane conduisant à terminer en réa en passant par le 15 !

On imagine donc bien comment ce protocole paracétamol inepte de Véran a contribué à une surmortalité faute pour l’organisme de se défendre contre le Covid par élévation de la température corporelle permettant de mobiliser les défenses immunitaires.

En bref, laisser la fièvre faire son œuvre, c’est donner à l’organisme le remède contre le pathogène qui lui veut du mal. On ne s’inquiétera de la juguler qu’au cas où elle dépasserait 40°. https://www.santemagazine.fr/sante/maladies/fievre-a-quelle-temperature-faut-il-sinquieter-170622

Le marché des antidouleurs à base de paracétamol se porte bien en France pour Sanofi et UPSA qui se partagent le marché avec plus de 420 millions de boîtes vendues par an. Un pactole sur le dos de l’immunité naturelle !

Et si la pénurie de paracétamol replaçait la fièvre comme une directive de santé publique pour l’immunité collective, comme au temps où le Pr Lwoff le démontrait à l’Institut Pasteur ?

Demandez donc à votre médecin de famille ce qu’il en pense.

Alain Lussay

https://ripostelaique.com/la-penurie-de-doliprane-une-chance-pour-limmunite-collective.html

 866 total views,  4 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. Cela peut aussi préserver du covid et du vaxin.

    Le paracétamol, qui agit sur le foie, a en effet pour effet de détruire le glutathion. Or celui-ci, qui est par ailleurs un antitoxique général, aurait un effet protecteur contre l’action de la protéine Spike sur son récepteur favori, l’ACE2.

    En clair, et concrètement, en ordonnant pendant l’épidémie aux personnes atteintes de rester chez elles et de se bourrer de paracétamol, on a favorisé l’apparition des fameuses complications, unique cause des décès et des problèmes graves.

    On peut dès lors logiquement en induire que le paracétamol aggrave aussi l’action délétère des vaxins, notamment ARN. Il serait « intéressant » d’étudier la corrélation paracétamol/effets secondaires du vaxin – étude jamais faite jusqu’ici à ma connaissance.

    • Merci pour ces informations capitales d’avertissement.
      Avec quatre cachets de paracétamol, une personne jeune peut décéder en quelques heures, mais il ne faut pas le dire, ça dérange Big Pharma.
      Ils ont failli interdire la vente de vitamine C quand ils se sont aperçus que les gens l’utilisaient avec succès contre l’infection.

  2. Quand les bébés ont une température élevée, on fait tomber la fièvre avec un bain tiède, les calories sont absorbées par l’eau.

  3. Avec Véran le névrosé le mensonge est son seul atout pour faire croire à une pénurie de Doliprane simplement pour se dédouaner de ses erreurs et de sin incompétence lui maître chanteur de la vaccination et du Pass Vaccinale .

  4. La fièvre est une bonne chose pour lutter contre un virus, c’est vrai, mais quand on commence à attendre les 39 et qu’on flirte avec les 40 là faut la faire tomber un peu sinon ça peut faire des dégâts.

  5. Oui, mais au delà de 40 degrés, le patient risque de mourir. J’en sais quelque chose : enfant, j’ai été victime d’une fièvre record. Les médecins d’alors m’ont enveloppé de glace. Je ne serais pas là aujourd’hui sans leur intervention. Le Doliprane n’existait pas encore. On peut dire aussi que le meilleur médicament contre les maladies, c’est de laisser les malades sans traitement. Ça va faire fureur, surtout chez les pompes funèbres ! Je pense investir dans ce secteur.

  6. il n’existe pas que du doliprane pour se soigner, encore un mensonge de ce véran qui ne sait plus que faire ou dire pour essayer de se croire important

    • Exact l’aspirine, médicament déjà utilisé par les égyptiens, marche très bien

      • Exact , nos parents nous donnaient de l’aspirine effervescent en cas de forte fièvre.
        Le doliprane est un poison qui tue à petit feu si l’on en prend de trop .Le paracétamol n’est pas si bon que ça pour la santé.

Les commentaires sont fermés.