Tout s’effondre depuis que Macron dirige la France

« …beaucoup de pays euro-atlantiques sont en train de rejeter leurs racines, dont les valeurs chrétiennes qui constituent la base de la civilisation occidentale. Ils sont en train de renier les principes moraux et leur identité traditionnelle : nationale, culturelle, religieuse et même sexuelle. Ils mettent en place des politiques qui mettent à égalité des familles nombreuses avec des familles homoparentales ; la foi en Dieu est égale à la foi en Satan… »                          (Vladimir Poutine (1)).

 

Quelque chose me dit que je vais encore me faire agonir pour avoir osé commencer cet article par une citation de Vladimir Poutine. Tant pis, j’assume ! Quand quelqu’un dit une chose juste, je ne cherche pas à savoir si, aux yeux des garants de la bien-pensance, il  appartient au camp du bien ou à celui du mal absolu. Quand on parle de défense de la nation, je cite aussi bien Maurice Barrès, Charles Maurras, ou Hélie de Saint-Marc, que Salazar ou Mussolini.

                Si j’ai choisi cette entrée en matière, c’est parce que, depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron en 2017, le délitement – moral, mental, industriel, économique – de notre pauvre pays s’accélère dangereusement. Plus rien ne semble fonctionner normalement : l’école, livrée à un ministre racialiste, n’enseigne plus que l’écologie, la théorie du genre, ou l’antiracisme. L’hôpital est malade, on manque de médecins, d’infirmières, de matériel (2). Partout les déserts médicaux se  multiplient. Nos industries sont mortes, tuées par les impôts, les charges et les normes européennes.

                L’automobile était notre dernier fleuron ; les technocrates bruxellois ont décidé de la tuer d’ici 2035. Les économistes nous disent que le passage au véhicule électrique va détruire 500 000 emplois, mais cette catastrophe à venir ne semble pas émouvoir nos dirigeants.

                L’épisode, aussi lamentable que grotesque, de l’« Ocean Viking » a démontré une fois de plus qu’en matière d’immigration – qu’elle soit légale ou clandestine –, de pseudos « mineurs isolés », de procédure d’expulsion, etc. nous ne maîtrisons plus rien.  

En fait, le pays est livré au diktat des minorités et le président de la « Ripoux-blique » se contente de commenter l’actualité (et d’insulter les Français chaque fois qu’il est à l’étranger).

Certains penseront que j’exagère. Alors, expliquez-moi pourquoi les bobos, les écolos, les végétariens, les végans, les wokistes, les racialistes de tous poils, si prompts à défendre les minorités opprimées, la souffrance animale ou les espèces en voie d’extinction, ne partent pas en bataille pour sauver une ethnie qui semble pourtant irrémédiablement condamnée : le mâle blanc  hétérosexuel ; celui que Macron traite, avec une arrogance condescendante, de « Gaulois réfractaire ».

                Emmanuel Macron – qui n’est jamais que la marionnette de Soros – est arrivé, en quelques années, à faire faire un bond prodigieux  aux « avancées sociétales » (quel charabia !) que la gauche – avouée ou larvée – s’ingénie à nous faire avaler depuis presque un demi-siècle (3).

Avant même d’accéder à la fonction suprême, il était allé cirer les babouches des Algériens en qualifiant l’œuvre française en Algérie de « crime contre l’humanité ». Puis, vint cette  « fête de la musique » en 2018, où lui et sa duègne livrèrent l’Elysée à une bande d’invertis  négroïdes qui se trémoussaient en braillant des chansons ordurières.

Nous étions donc prévenus : pour obéir au Nouvel Ordre Mondial, le « remplacement de population » était en route. Les minorités – décoloniaux , racialistes , musulmans, LGBT, écolos, végans, féministes… – devaient supplanter les « Franchouillards », qui, comme chacun sait, sont racistes, xénophobes, machistes, homophobes, bornés, rétrogrades et j’en passe.

Macron a fait des études (il a même fait croire qu’il sortait de « Normale-sup »), il a appris le Français « et  en même temps » le théâtre avec celle qui l’a déniaisé lorsqu’il avait 16 ans et allait devenir, tout à la fois, sa duègne, sa maîtresse et sa femme.  Elle lui a enseigné une posture : parler pour ne rien dire avec le regard froid et halluciné d’un gourou de secte. Depuis, il nous abreuve régulièrement de  ses discours-fleuves, ses prêches interminables de pasteur évangéliste. Et, comme les révolutions se font d’abord par les mots, tout est dans le vocabulaire !

Jadis, jusqu’à Georges Pompidou, le chef de l’Etat commençait ses discours par « Français, Françaises ». Puis, féminisation oblige, vint « Madame, Mademoiselle, Monsieur » du pédant Giscard d’Estaing.

Le « damoiseau » avait disparu avec l’Ancien Régime, notre époque – aussi grossière et vulgaire que Jean-Marie Bigard ou Cyril Hanouna – parle plutôt d’un « puceau boutonneux », ce qui est un pléonasme (car s’il est boutonneux c’est précisément parce qu’il est puceau).

La « demoiselle » est, elle aussi, passée aux oubliettes mais, après tout, ça répond à une certaine logique : peut-on appeler « demoiselles » ces pisseuses entre 13 et 20 ans, loquées comme des putes et maquillées comme des voitures volées, qui niaisent à longueur de journée sur leur Smartphone ?  D’autant plus qu’il semble assez  difficile d’en trouver quelques-unes qui abordent le mariage encore vierges. Fort heureusement, et tant pis pour les féministes, « La demoiselle » restera dans l’histoire : c’est le premier avion léger créé par Alberto Santos-Dumont. Le prototype a accompli son vol inaugural le 16 novembre 1907 à Issy-les-Moulineaux.

Avec Macron, nous avons découvert que notre pays était peuplé de « cellezéceux », une engeance hors sol dont il est difficile de définir l’origine, le sexe et la couleur de peau. Une  ethnie non « genrée », un peu comme la chauve-souris : pour moitié UN oiseau, pour moitié UNE souris(4).

D’ailleurs, pourquoi Macron , qui voulait « casser les codes », « renverser la table », « chasser l’ancien monde », etc. n’a-t-il pas mis à profit son élection pour changer la devise maçonnique de la France : la liberté n’existe plus, l’égalité, devant la loi entre autres, a disparu et la fraternité persiste encore mais uniquement au sein des Loges maçonniques.

La devise la mieux adaptée à la Macronie serait « Minorités. Diversité. Insécurité. » Et, dans les mairies, on pourrait remplacer le buste de Marianne par celui d’Assa Traoré ou mieux, d’Yseult, que Macron vient de choisir comme marraine de la Francophonie. Rappelons au passage que cette grosse chanteuse noire, née en France où elle a gagné beaucoup d’argent, est allée vivre en Belgique en prétextant que la France serait un pays odieusement raciste (5).

Il serait fastidieux de (tenter de) décortiquer le vocabulaire – aussi vide de sens que prétentieux – de Macron (et de ses affidés) mais je dois reconnaître qu’on atteint des sommets en matière de « langue de bois ».  Citons quelques exemples, juste pour illustrer mon propos :

Avant d’être aux affaires, Macron nous promettait un règne « jupitérien » ce qui prouve qu’il ne connaît rien à la mythologie romaine : Jupiter, Zeus chez les Grecs, copulait avec sa sœur, lui couche avec une femme qui pourrait être sa mère, et à laquelle il ne fera pas d’enfants pour peupler l’Olympe. Il entendait rester le « maître des horloges » mais nous apprenions, par les journaleux à sa botte, que tel Mitterrand, il n’est jamais à l’heure nulle part. « L’exactitude est la politesse des Rois », mais visiblement pas celle des parvenus « ripoux-blicains » !

Lors d’une interview de Laurent Delahousse, le caniche du service public, il nous déclarait son amour pour les « premiers de cordée ». Je suppose qu’il voudrait  un peuple à l’image de Roger Frison-Roche ? Mais quelle mauvaise maîtrise de la langue française ! On se demande ce qu’il faisait pendant les cours de Brigitte (après les cours, on sait !) : si tout le monde marche en tête donc en ligne, c’est soit un assaut, s’il est rapide et violent, soit une battue mais en aucun cas une cordée.

Conservons cependant l’image : est-il raisonnable, alors, de demander à un « premier de cordée » de traîner, à lui tout seul, le boulet de l’immigration massive et incontrôlée, et celui de l’assistanat généralisé (avec sept millions d’allocataires des minimas sociaux) ?

Macron a vu, dans les gares, « des gens qui ne sont rien ». Dans l’Est de la France, il a découvert « l’itinérance mémorielle ». Avec le Coronavirus il a inventé la « distanciation sociale » or la distanciation sociale existe, en Inde, entre un maharadja et un Intouchable ; chez nous entre un patron du CAC40 – qui arrive à gagner cent fois le salaire d’un ouvrier – et ses ouvriers, mais en aucun cas entre deux personnes de même condition auxquelles on demande d’arrêter de s’embrasser pour un oui ou pour un non. Et que dire  de sa dernière trouvaille ; le « séparatisme » qui ronge la France.

Macron et Darmanin nous promettent des mesures drastiques pour lutter contre l’insécurité et  l’ensauvagement dus à l’immigration, la gangrène islamiste, les zones de non-droit, le business juteux de la drogue, les émeutes racialistes, etc. On espère, mais sans y croire.

Certains pays ont compris le problème et les remèdes à y apporter : le Japon, l’Australie, le Hongrie, l’Italie… Quelques autres commencent enfin à comprendre : la Suède et le Danemark.

Mais Macron continue son numéro d’équilibriste, de pompier-pyromane.

Il nous explique qu’il faut que ça cesse « et en même temps » que ça va continuer. De toute façon, nous, Franchouillards, sommes seuls responsables : nous payons notre passé colonial…

De temps à autres, il se souvient qu’il est LE chef, comme avec le général de Villiers ou lors de l’affaire Benalla, et il lui prend l’envie d’imposer SA vision des choses. Mais il le fait généralement sur pression des minorités, surtout quand il s’agit de détricoter, de « déconstruire »  comme disent les cuistres, la famille traditionnelle avec un père et une mère.

Le mercredi 23 septembre 2020, par exemple, il déclarait en Conseil des ministres :

« Nous allons porter le congé paternité à un mois, un mois au sein duquel il y aura sept joursobligatoires pour chaque jeune papa ». Avant, les pères bénéficiaient de onze jours de congé paternité et de trois jours de congé de naissance.  « Quatorze jours, tout le monde le disait, ce n’était pas suffisant. Cette décision est une avancée, c’est d’abord une mesure qui est favorable à l’égalité entre les femmes et les hommes. Lorsque l’enfant arrive au monde, il n’y a aucune raison pour que ce soit juste la maman qui s’en occupe. Il est important qu’il y ait, dans un couple, une plus grande égalité dans le partage des tâches dès les premiers jours »  a-t-il déclaré sur « Instagram ».

En pleine crise – sanitaire et économique -, n’avait-on pas mieux à faire que d’obliger les hommes à pouponner ? Mais il paraît qu’on doit cette idée géniale au neuropsychiatre Boris Cyrulnik.

Macron – qui n’y connaît strictement rien puisqu’il n’a pas d’enfant – a ajouté que :

« Les mille premiers jours, sont ceux durant lesquels les vraies inégalités se construisent. Si on n’est pas accompagné de la même façon par la famille, si l’on reçoit moins d’amour… On a un éveil affectif et cognitif différent ». Une telle vision n’est pas critiquable surtout que le projet de loi nous apprend que : « … La France est très en retard par rapport à la quasi-totalité de ses voisins européens et allonger la durée du congé paternité serait un signal fort dans la lutte contre les inégalités, autant qu’une opportunité de redéfinir la parentalité… ». Et pour finir de nous convaincre, un grand économiste (en  existe-t-il de petits ?) nous rassurait : « Le coût de cette mesure est relativement modeste : à peine 331 millions d’euros de surcoût pour la Sécurité Sociale… »  

On en oublierait presque que notre pays est gravement malade, surendetté, et que les classes moyennes subissent un déclassement sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale.

Alors, laissons les pères devenir des mères comme tout le monde. Laissons les petits garçons jouer à la poupée. Continuons à détruire la famille traditionnelle, à nier les différences entre un homme et une femme. Chassons le mâle blanc hétérosexuel au profit de la lope émasculée.

Si nous voulons une société plus égalitaire, plus juste, plus « inclusive », moins raciste, moins xénophobe, moins homophobe, il faut faire disparaître l’arrogance et le suprématisme du macho au teint pâle. D’ailleurs Macron ne supporte pas, par exemple, que « deux mâles blancs » discutent du problème des banlieues. L’insécurité dans LEUR pays ne les regarde pas !

Ne venons-nous pas d’avoir deux exemples flagrants de ce qu’est devenue la France ? :

A l’hôpital Cochin un immigré de 22 ans, d’origine jordanienne, frappé par trois OQTF (6), (sous trois identités différentes), a violé une jeune femme au sein même du service d’urgences de  l’hôpital. L’affaire remonte à la fin octobre mais « on » a tenté de l’étouffer.

Dans un bus entre Aix-en-Provence et Marseille, un conducteur musulman a imposé à ses passagers la diffusion de sourates du Coran pendant… 40 minutes. Personne n’a moufté !

Si, un passager – un seul – s’est indigné ; un retraité algérien qui ne voulait pas revivre en France ce qu’il a vécu en Algérie à l’époque du FIS (7).

Je suppose que, parmi  les autres passagers, certains n’ont « pas de problème avec l’Islam », que d’autres considèrent que « l’immigration est une chance pour la France »  ou qu’ils ont compris qu’Islam (en arabe : الإسلام )  veut dire « soumission » et qu’ils acceptent de se soumettre.

Eric de Verdelhan

1)- Propos tenus à la 10ème édition du « Club Valdaï », le 19 septembre 2013.

2)- En revanche, certains hôpitaux comptent  plus de cadres administratifs que de chirurgiens.

3)- « Giscard » d’Estaing a été bien pire que son successeur en prétendant « vider le programme commun de la gauche » de son contenu.

4)-  « La chauve-souris » est le surnom du premier prototype d’avion – de type aérodyne – construit par Clément Ader. S’inspirant de la morphologie des chauves-souris, l’appareil fut  testé le 9 octobre 1890, dans le parc du château de Gretz-Armainvilliers : il aurait réussi à s’élever à quelque 20 cm du sol, sur 50 m environ, marquant ainsi le début de l’aviation.

5)- Elle aurait pu s’exiler au Cameroun d’où sa famille est originaire mais elle a préféré la Belgique.

6)- Obligation de Quitter le Territoire Français.

7)- Front Islamique du Salut.

https://ripostelaique.com/tout-seffondre-depuis-que-macron-dirige-la-france.html

 1,007 total views,  2 views today

image_pdf

20 Commentaires

  1. le nabot sarko avait déjà bien enclenché le mouvement avec EDF qu’on est en train de renationaliser avec notre pognon ; les concurrents et la saleté d’europe a tout saccagé

  2. On va galérer avec Macron. Quelque part il peut dire merci, à tout ses prédécesseurs, qui ont criminalisé le RN. Si Marine ou Zemmour étaient au pouvoir, ça ne se passerait pas comme ça.

  3. Hollande entourée de Vals, Belkacem, Le Fol, Marisol Touraine, Christiane Taubira et les autres, ce n’était pas mieux. Et ce n’était pas mieux non plus avec Sarkozy, qui a siphonné les voix du FN et qui après avoir été élu a composé un gouvernement avec des politiques de gauche. La faute est à imputer aux Français qui ne veulent pas s’intéresser à la politique sauf pour se méfier de l’épouvantail « fasciste » qu’ils estiment représenté par le RN et Zemmour.

  4. Excellent article auquel j’adhère totalement, je suis convaincu que Macron est un imposteur sorti du giron d’un personnage du même acabit, Jacques Attali. Sa commission de 2008 a enfanté ce parasite dont la France ne se relèvera que dans le fracas et la douleur. J’ai toujours pensé que le 10 mai 1981 était l’une des pires dates de l’histoire de notre pays, aujourd’hui cependant elle est supplantée par le 7 mai 2017. La fracture sociale et identitaire est sévère depuis ce jour, nous n’en sommes hélas qu’aux premiers frémissements pourtant déjà terrifiants, je suis personnellement très inquiet. Il nous faut craindre que le pire soit à venir dans ces 4 prochaines années, et même au-delà puisque l’imposteur aura à cœur de prolonger son carnage national dans je ne sais quelle fonction européiste. Hélas l’exaspération qui aurait dû le mettre hors d’état de nuire en avril dernier n’avait pas atteint son apogée.

  5. Pour l’instant Macron est gagnant depuis 2017.
    Il n’y a plus de partis politiques, à part le vieux RN et l’inéxistant R!.
    Les LR, PS, PC et autres sont comme HYPNOTISÉS !!!
    Et même sans majorité le mec est toujours aux commandes. Il n’a rien à foutre des petites piques par-ci par-là comme par exemple l' »affaire » Mackinsey qui va faire un flop.
    Il est trop fort ce sale type.
    Il a réussi à coucher le peuple, à le faire ramper. Pour l’instant rien ni personne n’est apte à réveiller des Français sous HYPNOSE…

    • Le 21 avril 2002 j’entendais avec effroi la sphère politicienne et journaleuse clamer qu’ils avaient honte d’être français. J’ai revu depuis et largement à la baisse, mon patriotisme en ce qui concerne la fraternité. En 2017 on pouvait attribuer cette élection à l’ignorance de ce qu’était le nouvel élu et l’espoir succédant au quinquennat d’un nigaud, depuis avril 2022 je ne suis plus un patriote au sens propre du terme puisque une seconde fois les moutons embrigadés par la journaleuse soumise, ont récidivé. Qu’ils se démerdent avec leur pète sec et pour les plus démunis les restos feront l’affaire mais sans moi.

  6. Ce type est allé jusqu’à avouer à des journalistes US que la déconstruction de la France est difficile et sera longue..Il joue constamment contre son camp : cession des fleurons de l’industrie française sur les conseils de Cbts Conseil étrangers, démantèlement du nucléaire/ obstruction à l’amendement de Ph.Juvin qui visait à mieux contrôler l’explosion démographique des retraités à l’étranger/co-belligérance injustifiée à l’encontre de la Russie/ wokophilie démontrée en nommant papn’day/immigrationnisme forcené assumé comme une nouvelle envie d’emm.. les français, bref un besoin de plaisir orgasmo-rectal qui semble tourner à l’obsession..Autant de fautes de mandat qui aurait entraîné sa destitution dans tout autre pays du monde..

  7. Tout s’éffondre, normal le clown a été mis là pour ça. Ce que je n’arrive pas à comprendre c’est que des abrutis aient pu veauté pour cette pourriture. Là, çà me dépasse. Une majorité de cons veulent que la France s’enfonce. C’est le suicide français décrit dans le livre de E Zemmour.

    • On a mis l’accueil depuis Mitterrand, et Giscard, comme valeur première et incontournable. On nous a fait un lavage de cerveau.

  8. Macronor Terminator Merdator est le deconstructeur de la France dans tous les domaines économique, industriel, énergétique, culturel et civilisationnel puisque que Foutriquet s’en fiche éperdument du peuple français mais préfère satisfaire les minorités ethniques et sexuelle et les désirs immigrationiste des Bobos gauchos Ecolos sectaires Parisiens, Gauchistes d’extrême gauche des médias dominants pour que la France soit un Amérique bis qui perd son identité et son poids diplomatique notamment avec le bourbier ukrainien, sociétal avec l’idéologie LGBTQ+ KKOPT, antiraciste, Wokiste, deconstructiviste qui continue à détruire tout ce qu’il fait notre identité culturelle et historique.

  9. Excellent, sublime article !
    Tous les patriotes, ont bien compris que la mission de Macron, marionnettes et mis en place du mondialisme, est de détruire notre pays de tous les côtés et dans tous les secteurs. Je l’ai dit et répété 1000 fois, et tout patriote le sait bien.
    Ce constat étant fait, et ceux qui me lisent vont dire que je vais encore rabâcher, pourquoi en sommes-nous arrivés là, au point de mettre des présidents successifs chargés de détruire notre pays et dont l’apothéose est évidemment Macron ?
    Parce que le peuple français, immature, imbécile, zombifié, et sans aucune mémoire les met en place en permanence. Il pourrait faire autrement à chaque élection présidentielle mais il préfère le suicide de son propre pays. C’est pour cela que je répète également sans cesse que la France est une secte à grande échelle.
    Malgré l’excellence de ton article, hélas et comme toujours, tu défonces Macron à très juste titre, mais tu passes encore et toujours comme tout le monde sous silence les seules responsables de cette situation : le peuple français qui brille dans sa ténacité de détruire son propre pays.

    • Un peuple d’imbéciles qui vote pour un sale con, quoi de plus naturel ! Des culs qui ont élu un trou du cul, ça coule de source. Bon, je suis grossier, le mauvais temps sans doute. 🤭🤭🤭🤭🤭

      • On ne pouvait pas mieux le dire, et avec les mots ad hoc ! Ton vocabulaire n’est pas grossier, car il est tout simplement réaliste, il est descriptif de la situation et donc il est bien adapté.

    • On ne peut hélas qu’approuver ta dernière phrase, pour moi le patriotisme c’est terminé, place à la débrouille et le « profitage » à tout va, lorsque les bénévoles des enfoirés tendent leurs mains, j’ai tendance à une certaine envie de leur chier dedans. Que ceux qui ont voté et revoté lamacron en crèvent (au sens figuré bien sûr) c’est à ce prix qu’enfin on pourrait retrouver une cohésion nationale débarrassé des Attali, Cohn Bendit et autres Badinter.

  10. Le micron a été mis en place pour ça, le problème est que les Français ne l’ont pas compris. Nous ne pouvons espérer de salut qu’en provenance des pays qui accepteront de moins en moins les directives folles de l’U.E, entraînant ainsi sa destruction.

    • Tu as tout compris quand à la responsabilité directe et totale du peuple français de l’état de son propre pays. Quand on voit nombre de députés de la NUPES, on se demande comment des millions de français ont pu voter pour ces gens-là qui ne passent leur temps qu’à détruire notre pays ?

Les commentaires sont fermés.