Boycott : plus de produits africains dans mon assiette !

 Divers  événements, pour ne pas dire incidents,  m’ont fait prendre conscience qu’il y en avait assez d’être pris pour des crétins par des populations qui viennent nous reprocher un passé qu’ils disent être  colonialiste,   esclavagiste, qui nous méprisent,  dont certains de leurs ressortissants  commettent des exactions à l’encontre de   nos populations urbaines,  et qui sont bien contents  de débarquer sur le territoire du méchant colonisateur  pour les Africains, et du  génocideur pour les pays comme l’Algérie.
C’est pourquoi, en faisant mes emplettes,  j’ai fait impitoyablement la chasse aux produits originaires d’Afrique, qu’elle soit du nord ou d’ailleurs. 
En premier lieu, le café. J’évite désormais les cafés en mélange aux origines mal définies,  dont la plupart viennent d’Afrique. Je ne prends que du pur Colombie. Comme je n’en bois qu’une fois par jour, au petit déjeuner, cela ne me revient pas plus cher. 
Pour le chocolat, idem : je n’achète que du chocolat noir en provenance d’Amérique du Sud. Exit le cacao africain. C’est un peu plus onéreux, surtout ceux avec label, mais comme je n’en mange qu’un carré par jour, la dépense est insignifiante. 
Pour les fruits, je fais de même.  Je ne choisis par exemple que des avocats et  des mangues d’Espagne, à la rigueur d’Amérique du Sud. Hors de ma table les bananes du Cameroun ou autres lieux. Je privilégie celles provenant  des Antilles. Je mange parfois de l’ananas, je préfère  ceux de la Martinique, de la Guadeloupe,  ou à défaut je choisis ceux venant  d’Amérique latine, avec label. La plupart du temps, je ne consomme que des fruits locaux et de saison.  Pour les légumes, j’adore les patates douces. J’en ai trouvé chez un petit producteur. Sinon, j’achète celles produites  en Espagne. 
Je suis un amateur de fruits secs. Je consommais des arachides, des dattes d’Algérie, des figues récoltées en  Turquie. Désormais, je me suis rabattu sur les noix du Périgord, ou de Grenoble, les noisettes d’origine française, et j’ai remplacé dattes et figues par des pruneaux français . J’ai pensé à virer  le tapioca de ma table, il provient souvent d’Afrique. 
En faisant cela, je me suis aperçu que je ne dépensais pas plus d’argent, quelquefois moins, au moment de régler mes emplettes. J’ai constaté que depuis un certain laps de temps, j’avais contribué à faire vivre des familles africaines.
Je consomme désormais  français, et en cas d’impossibilité, à l’extrême rigueur, européen pour certains produits. Pour les produits exotiques, je fais comme j’ai dit plus  haut. Pour l’huile d’olive, celle produite en Italie me convient; se méfier des mélanges, on peut y trouver des huiles venant d’Afrique du Nord. L’huile d’olive française se trouve, mais est souvent hors de prix
En conclusion, je sais que je pourrais  être accusé de pratiquer le racisme alimentaire. De nos jours, il ne faut s’étonner de rien, certains voient du racisme partout.  Si un militant NUPES , par hasard, venait à me lire, et s’en offusquait, je lui répondrais ceci : il n’y a pas de loi qui interdise de choisir ses aliments selon leur provenance. Et s’ils voulaient le faire, je leur souhaite bien du plaisir pour la faire appliquer.
On pourra m’objecter que si tout le monde faisait de même, en déstabilisant l’agriculture africaine, cela aurait un impact négatif sur l’immigration. Je vais me montrer cynique, mais une augmentation exponentielle, apocalyptique des migrations sur l’Europe, c’est à dire des dizaines de millions, voire des centaines arrivant sur les côtes, aurait pour effet de désorganiser ou de détruire les ONG, les infrastructures d’accueil et d’obliger les différents gouvernements à prendre des mesures drastiques, et par ricochet à faire prendre conscience aux bonnes âmes de nos paroisses que les migrants sont à la longue un danger pour notre économie,  nos systèmes sociaux.
Les migrations perlées d’aujourd’hui sont invisibles pour les électeurs- moutons et mal-pensants des partis mondialistes. Une immigration brutale, invasive, incontrôlable permettrait enfin de résoudre définitivement ce problème, de mettre à bas les dirigeants hypocrites qui nous bassinent à longueur de temps que l’immigration est une chance, et peut-être même de les écarter du pouvoir pour de nombreuses années, si ce n’est définitivement.

 1,300 total views,  1 views today

image_pdf

24 Commentaires

  1. Je consomme local cependant je comprend mal votre démarche , pourquoi ne pas consommer des produits Africain
    Bien que j’ai supprimé certains produit , il m’arrive d’acheter du chocolat et du café ( provenance d’afrique ) et cela ne me dérange pas du tout d’acheter leur produit !
    Il ne faut pas tomber dans l’exagération ! De plus cela aide les populations qui sont restées sur place et qui travaillent ! c’est donc une bonne chose

  2. Ce boycott des produits africains est a mon sens une bonne réaction mais la plupart des fruits et légumes que nous consommons viennent d’Espagne et parfois je me dis que si un jour on est fâché avec eux on va serrer la ceinture .

  3. Vous n’êtes pas le seul à avoir viré les produits alimentaires venant du continent Africain et du Moyen Orient de votre assiette, moi aussi depuis 20 ans…

  4. A première vue votre démarche paraît utile et patriote. Néanmoins, c’est en aidant les Africains à rester chez eux que nous nous prémunissons contre leur débarquement chez nous… Quant à votre argument sur les arrivées massives, elles le sont déjà. !!! Quand on voit le nombre d’occupants des bateaux il y a de quoi avoir peur ! Mais consommer « LOCAL » est la meilleur option. N’oubliez pas non plus que certains produits phytosanitaires interdits en France dans l’agriculture sont autorisés en Espagne et ailleurs en Europe ou dans le monde. Seuls les produits bio offrent une meilleure garantie contre les pesticides.

    • « Seuls les produits bio offrent une meilleure garantie contre les pesticides. »

      Cela est vrai mais pas toujours. Un témoignage de quelqu’un qui travaille dans ce domaine : les légumes « sans résidus de pesticides » (donc non bio) sont bien lavés mais pas les bio qui passent après.

      • Certes, il y a bio et bio… La marque La Vie Claire est très fiable : ils ont un cahier des charges très strict, contrairement à d’autres marques, moins regardantes… A chacun de faire ses choix et d’être vigilants. Le bio, véritable, est plus cher mais comme les produits de qualité sont plus nourrissants on en consomme moins ! Ce qui revient à dire que le choix du Bio est le bon.

        • Vous avez raison. Biocoop aussi.

          Et, dernièrement, le comble, j’ai constaté que certains produits Biocoop éait moins chers qu’à Carrefour qui dérape pas mal (des augmentations brutales une semaine sur l’autre) !

  5. « Je ne choisis par exemple que des avocats et des mangues d’Espagne »

    C’est dommage car ce sont ceux en général qui ont le plus de pesticides. Je les évite même en Bio pour ma part.

    Les bananes des Antilles sont malheureusement souvent absentes des étals, ce sont pourtant les meilleures.

    Je prends du café du Brésil sinon, il est très bien.

    Article pertinent je trouve, il faut agir sur la question économique, il n’y a que par là que les messages passent malheureusement, même si c’est dommage d’être obligés d’en arriver là.

  6. Dans ma ville, il y a 2 marchés, le mercredi et le samedi matin, et en arrivant par le haut de la place du marché, ce sont des camelots renoix, et maghrébins vendant des fruits et légumes de merde, donc je les évite, et je vais dans la 2ème partie du marché où se trouvent des camelots Français.

  7. Cela fait bien longtemps que je boycotte les produits espagnols. L’espagne inonde l’europe de fruits et légumes africains qui transitent par leurs deux « confettis » marocains Ceuta et Melilla qui sont recouverts d’entrepots ou les produits sont reconditionnés « origine Espagne ».
    Il faut aussi boycotter tout ce qui vient d’espagne

  8. Les Africains qui accusent les anciens pays colonisateurs de tous leurs maux, oublient les bienfaits de la médecine des occidentaux sur leur démographie.

    • Complètement ! Les occidentaux leur ont beaucoup apporté et aujourd’hui, lorsqu’ils tentent de se tourner vers leur culture (ce qui est bien), ils oublient que ce sont avec des produits occidentaux pas avec ceux de l’époque de leurs anciens.

      Si au moins ils le reconnaissaient. Que font-ils en échange pour les Occidentaux ? Qu’ils se posent la question et ils avanceront peut-être dans une relation constructive.

      Qu’ils règlent aussi leurs propres problème ethniques, il y a du travail mais ce serait salutaire à long terme.

  9. Pour aller encore plus loin, il faudrait ne pas consommer les fruits et légumes cueillis par des saisonniers venus profiter du pognon des européens pour l’occasion. Nous ne sommes pas une ANPE mondiale.
    Mais là ce n’est pas gagné….

  10. C’est mon cas aussi !

    Huile d’olive : effectivement, on retrouve de l’huile de Tunisie un peu partout. Celle de « Crète Gourmet » chez Grand Frais est bien (dans les 7,5 € la bouteille mais cela vaut la peine). Dattes d’Israël, très bonnes. La cacahuète des USA est de loin la meilleure.

    Heureux de ce retour, Argo !

  11. Je fais pareil que vous. Je ne prends plus de fruits ou de légumes venant d’Afrique. Et je le dis bien haut, pour que les autres clients m’entendent!

Les commentaires sont fermés.