Callac : la municipalité ose financer un Fest-Deiz organisé par les antifas

Une nouvelle manifestation est organisée contre le projet Horizon et contre l’implantation de migrants, ce samedi 5 novembre à Callac. Parallèlement à cela, un nouveau collectif s’est lancé et se veut parallèle aux « Amis de Callac », ce qui tend à ajouter un peu de confusion dans le bourg. Enfin, avec l’appui de la municipalité, une contre-manifestation (avec Fest-Deiz) est organisée par l’extrême gauche radicale « antifa » à laquelle se joignent plusieurs syndicats et mouvements de gauche.

Sur place, la situation n’a pas bougé d’un pouce depuis des semaines : la municipalité refuse le referendum et veut avancer en force sur le projet Horizon – tout en ayant largement modéré son discours : ainsi, ce ne sont plus des dizaines de familles de migrants qui sont annoncées comme initialement, mais quelques familles dont possiblement celles déjà installées, et les élus cherchent à mettre l’accent sur les projets qui s’imbriqueront dans Horizon, notamment la rénovation de locaux pour y faire un centre pour assistantes maternelles, des locaux pour les associations. Il est également question d’architecture, y compris de rénovation du bourg sous la houlette d’étudiants architectes – ce qui n’a pas manqué de faire sourire y compris l’un des étudiants venu présenter son projet, glissant qu’il s’agissait d’un devoir à rendre et qu’ils s’adaptaient donc simplement aux exigences parfois curieuses de leurs professeurs.

Globalement, cette volonté de moins parler des migrants, est-ce une façon de noyer le poisson, ou bien une réelle marche arrière des élus devant l’ampleur de la contestation ? Réponse prochainement.

Le projet Viltaïs, mené par l’État lui-même, est en train de se concrétiser, les autorités de la République française n’ayant manifestement que faire de l’avis de leurs administrés ruraux, avec tous les risques de tension que cela peut entraîner.

On fait le point ci-dessous.

Samedi 5 novembre, 14h30 : une manifestation contre le projet Horizon

Plusieurs centaines de personnes sont attendues, en provenance de Bretagne, mais aussi de Vendée, d’Anjou, de Normandie. Plusieurs prises de parole sont prévue à partir de 14h30 devant la mairie de Callac :

  • Catherine Blein, présidente des Amis de Callac et ses environs,
  • Bernard Germain, porte-parole du Comité d’Organisation,
  • Danielle Le Men, vice-présidente du Comité de Callac et ses environs,
  • Eric Mauvoisin, animateur de la bataille des Sables d’Olonne, contre le déboulonnage de la statue Saint-Michel,
  • Cécile Scheffen, porte-parole de l’association nantaise La Caraque,
  • Le Général André Coustou, administrateur des Maires pour le Bien Commun,
  • Patrick Jardin, père de Nathalie, assassinée au Bataclan,
  • Christine Tasin, présidente de Résistance Républicaine,
  • Richard Roudier, président de la Ligue du Midi,
  • Jean-Pierre Fabre-Bernadac, président de Place d’Armes,
  • Pierre Cassen, fondateur de Riposte Laïque,
  • Gilbert Collard, président d’Alternative France,
  • Un message de soutien d’Eric Zemmour sera lu par le secrétaire départemental de Reconquête 22, Pierre-Yves Thomas,
  • Des messages d’opposants à l’implantation de migrants dans leur ville, notamment Saint-Brévin-les-Pins et Saint-Lys, seront également lus.

Comme lors du dernier rassemblement, pas de manifestation mais un rassemblement statique.

Voici le communiqué adressé par les organisateurs :

« Pour la deuxième fois en quelques semaines, le Comité d’Organisation appelle à une nouvelle mobilisation contre le projet Horizon qui, à Callac, entend installer 70 familles de migrants, malgré l’opposition massive de la population locale. Le maire lui-même, Jean-Yves Rolland, a avoué, sur le marché, devant une dizaine de témoins, que s’il organisait le référendum que les opposants demandent, 80 % des Callacois voteraient contre son projet.

Attirés par l’appel d’air du projet Horizon, piloté par Marie-France Cohen, une riche veuve vivant les beaux quartiers parisiens, d’autres associations immigrationnistes ont jeté leur dévolu sur Callac. Ainsi, l’association Viltaïs prévoit-elle d’installer deux familles africaines, dans les jours qui viennent, et annonce que cela représentera 16 personnes !

Miraculeusement, les autorités, qui ont préféré, au détriment des campagnes, arroser les banlieues islamisées pour acheter la paix sociale, trouvent soudain, pour le venue des migrants africains, des millions qu’ils n’ont jamais proposés pour les 18 % de chômeurs, les travailleurs pauvres et les retraités modestes de Callac.

Bien sûr, la gauche immigrationniste, qui avait déjà contre-manifesté le 17 septembre, sans autorisation, appelle, de manière provocatrice, à un rassemblement juste à côté de celui, déclaré et accepté, du Comité d’Organisation. Nous ne pouvons que nous féliciter que, conscients du danger, les autorités aient repoussé à plusieurs centaines de mètres leur rassemblement

Un message de soutien d’Eric Zemmour sera lu par le secrétaire départemental de Reconquête 22, Pierre-Yves Thomas, et des messages d’opposants à l’implantation de migrants dans leur ville, notamment Saint-Brevin-les-Pins et Saint-Lys, seront également lus.

Plus que jamais, ce rassemblement se fixe deux objectifs : obtenir de la municipalité de Callac le retrait du projet Horizon, qui ne figurait pas dans son programme électoral, ou, à défaut,  d’organiser un référendum, car en démocratie, c’est le peuple qui tranche.

Il en va de l’avenir de nos villages, que Macron, au nom de la transition démographique, veut transformer de force en lieux d’accueil de migrants africains, en légiférant dès janvier 2023.

Nous appelons l’ensemble des Bretons, mais aussi tous les Français qui veulent que Callac reste Callac, que la Bretagne reste la Bretagne et que la France reste la France à venir nombreux à ce rassemblement, et à en assurer un succès éclatant. »

L’Alliance Souverainiste Bretonne appelle elle aussi à manifester :

« L’Alliance Souverainiste Bretonne dénonce ce projet pervers qui consiste à installer durablement dans ce petit bourg du Centre Bretagne un nombre important de migrants afin de dynamiser et de repeupler notre vieille terre bretonne et celtique ! L’accueil de cette nouvelle population extra-européenne, amenant sa culture, ses coutumes, ses traditions, ses mœurs… sa religion va déstructurer totalement la vie locale bretonne. Il faut dénoncer cette démarche qui ressemble à s’y méprendre à une nouvelle forme de « colonisation » de la Bretagne.  Aussi, l’Alliance Souverainiste Bretonne appelle les Bretonnes et les Bretons à venir nombreux ce samedi 5 novembre afin de défendre la Bretagne et l’avenir de cette dernière. Venir nombreux avec les symboles de cette Bretagne combattante, Gwenn ha Du et Kroaz Du afin de bien montrer le caractère breton de ce rassemblement. Un peuple sans souveraineté est un peuple menacé dans son existence. Ganeoc’h evit Breizh. »

Samedi 5 novembre, 12h30 : un Fest-Deiz organisé par les antifas et la municipalité

Quand la municipalité de Callac organise, main dans la main, avec l’extrême gauche radicale, la riposte, cela donne un Fest-Deiz, organisé à partir de 12h30 au plan d’eau de Callac (Espace Kan an Dour) avec en parallèle des prises de parole de différents mouvements et syndicats. Des élus locaux seront présents.

On retrouvera également la Fédération du Trégor-Goëlo de l’Union démocratique bretonne (UDB) qui « invite à participer . Considérant que la Bretagne a toujours été et doit demeurer une terre d’accueil, l’UDB tient à apporter son soutien au projet de la municipalité de Callac et appelle à ne pas laisser l’extrême droite tenir le haut du pavé. L’accueil est un devoir, pas une option », indique le parti systématiquement à la remorque des autres partis républicains français. Le NPA des Côtes-d’Armor de son côté « appelle à manifester contre les organisations d’extrême droite. Nous apportons notre soutien à la population de Callac et à ses représentants démocratiquement élus qui sont menacés par la haine des nationalistes et xénophobes de tout poil », indique l’organisation, qui n’est pourtant pas la première à s’en prendre, y compris en manifestant physiquement, sur d’autres thématiques, à des décisions d’élus locaux ou nationaux.

L’affiche du Fest-Deiz, elle, relèverait presque de la caricature : on y voit une femme blanche, avec un pendentif Triskell, danser avec un homme noir portant un Fez, chapeau rouge traditionnel musulman bien que d’origine grecque (que l’on croise bien évidemment quotidiennement en Bretagne…) et, relégué au dernier plan, presque dans l’ombre, celle qui est manifestement sa femme. Libre à chacun d’interpréter le sens de cette affiche-cliché.

Quoi qu’il en soit, le dispositif de Gendarmerie devrait être important, eu égard de la tension régnante, et le Préfet des Côtes-d’Armor n’ayant manifestement pas la même perception du terrain que son collègue d’Ille-et-Vilaine, qui a récemment encore laissé l’extrême gauche attaquer le meeting de Jordan Bardella (RN) tout comme il la laisse fréquemment mettre le centre-ville de Rennes au saccage et à l’émeute.

Callac : un autre collectif contre le projet Horizon

​Michel Riou et Moulay Drissi, qui étaient à l’origine d’un premier collectif contre le projet Horizon, ont lancé un second collectif, au mois d’octobre 2022, appelé Démocratie à Callac. Une scission à l’intérieur même d’un collectif (dont la Bretagne a le secret…) officiellement pour des raisons politiques (la peur de se faire traiter de « fascistes » ou « d’extrême droite », officieusement, pour des questions d’ego et de caractères.

Le collectif demande des éclaircissements sur les différents projets (petite ville de demain, Viltaïs, Horizon) et accuse la municipalité de ne pas être claire avec la population. Il demande un referendum sur le projet Horizon et estime, comme beaucoup d’habitants du Canton de Callac, que le principal responsable de ces tensions et de ce bazar qui règnent actuellement dans la commune (fausses rumeurs, menaces, insultes, inimitiés…) est avant tout le fait de la municipalité actuelle.

Le décor est posé, place désormais aux manifestations de samedi 5 novembre.

Yann Vallerie

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 711 total views,  2 views today

image_pdf

5 Commentaires

  1. Publicité glauque encore écœurante, certainement conçue par un gauchiasse patenté.

    Cela n’est pas sans rappeler l’affaire sordide de la pauvre Française qui avait épousé un Africain et qui a cru faire venir d’Afrique, la nièce de son mari. En guise de remerciements, elle a reçu les coups de couteau recommandés par l’islam de la part de la fausse nièce, vraie deuxième épouse.
    Métissez-vous ! SOROS vous l’ordonne !!

  2. Eh ben voyons ! Le maire de Callac autorise une Fest-Deiz organiser par les Gauchos d’extrême gauche et notamment les Antifas la police politique du pouvoir Macronien Jupitérien corrompu pour soutenir le projet Horizon des Bobos Parisiens Cohen pour accueillir des migrants dans ce petit village du Finistère dans le cadre du Grand Remplacement voulu par Macronor Terminator Merdator . Le maire de Callac est un traître .

  3. Cessez de parler, agissez !!

    Mettez des familles bretonnes ou au moins FDS qui se trouvent actuellement en recherche de logement, dans tous les logements prévus pour les envahisseurs.
    Cela retardera considérablement leur projet et en mm temps, vous rendrez service à des FDS dans le besoin.
    Que ceux qui habitent dans le coin, organisent cette action au minimum, sinon à quoi bon rameuter des personnes d’autres régions pour venir vous soutenir si vous-mêmes vous ne faites que parler !!!
    De l’audace , encore de l’audace !!!

  4. J’ai l’impression aussi, pour le voir dans d’autres communes et villes, que l’Etat achète la complicité des maires avec des promesses de subventions pour développement et constructions diverses (via l’Europe bien sûr).

    J’ai le sentiment que certaines villes se retrouvent ainsi prises au piège car elles n’avaient pas mesuré l’ampleur à long terme de leur soumission (je donne la main, on te prend le bras, c’est bien connu). Cela, on le constate, est coutumier de nos élus (surtout à Gauche emportés par l’élan de leur idéologie). Une ville proche de chez moi, devenue méconnaissable, semble dans ce cas depuis plusieurs années mais où le maire PS (un peu débordé par l’augmentation de l’insécurité….), commencerait parait-il à reculer et à mettre son veto sur certains points foldingues notamment écolo….

    Je me dis que tout cela ne peut continuer et, petit à petit, les résistances vont se préciser. Le maire de Callac (ne parlons pas des autres qui ne valent même pas la peine d’une réflexion) fait le fort mais en fait il est soumis aux diktats d’en haut on peut s’en douter.

    Quant au référendum, encore une fois, risqué !

Les commentaires sont fermés.