Canada : 80 médecins vaxxinés meurent du syndrome de la « mort soudaine »…

Vous vous souvenez sans doute de cette semaine meurtrière qui avait vu le décès de 5 médecins de Toronto, dans la province de l’Ontario
Dans la province d’Alberta, c’est maintenant une hécatombe d’une autre ampleur qui laisse pantois : 80 docteurs, tous double, triple ou quadruple vaccinés, y sont décédés du syndrome de la « mort soudaine ». 
Le docteur William Makis, spécialisé en médecine nucléaire, demande qu’une enquête soit ouverte sur cette étrange épidémie

Un médecin de l’Alberta demande à l’association médicale d’enquêter sur la « mort subite » de « 80 jeunes médecins »

Par Isaac Teo

Un médecin de l’Alberta demande à l’Association médicale canadienne (AMC) d’examiner ce qu’il qualifie d’augmentation significative des «morts subites» des médecins à la suite du déploiement des vaccins contre la COVID-19 à partir de  décembre 2020 .

«Je vous fournis maintenant une mise à jour avec des informations sur 80 jeunes médecins canadiens décédés subitement ou de manière inattendue depuis le déploiement des vaccins COVID-19», a écrit le Dr William Makis , médecin en médecine nucléaire et ancien collègue universitaire clinicien au Département de Radiologie à l’Université de l’Alberta, dans une lettre à l’AMC le 15 octobre.

« Quatre autres médecins sont décédés depuis ma lettre précédente, et ces décès inattendus s’accélèrent. Vous ne pouvez pas continuer à ignorer cela. »

Makis a parlé des « décès soudains et inattendus » de jeunes médecins qui ont été « double, triple ou quadruple vaccinés contre le COVID-19 » par le biais de lettres, de la plateforme de médias sociaux Gettr et d’ interviews .

Makis avait envoyé une lettre précédente  à l’AMC à ce sujet, qui, dit-il dans sa lettre du 15 octobre, n’a pas reçu de réponse.

« Ces médecins auparavant en bonne santé sont décédés subitement alors qu’ils pratiquaient une activité physique régulière, sont décédés de manière inattendue dans leur sommeil, ont subi des crises cardiaques , des accidents vasculaires cérébraux, des accidents inhabituels ou ont développé des cancers agressifs d’apparition soudaine« , indique la lettre du 3 septembre, faisant référence à 32 cas de jeunes. médecins qui sont décédés, ce que Makis a compté à l’époque.

Il a appelé à la résiliation de tous les mandats de vaccination contre le COVID-19 dans le secteur des soins de santé publics, et a également appelé à des enquêtes urgentes et à des enquêtes publiques pour déterminer la cause du décès de ces médecins.

Dans sa dernière lettre, Makis a déclaré que son équipe avait rassemblé une base de données de 1 638 cas de décès de médecins canadiens au cours de la période 2019-2022, dont 972 ont été obtenus sur le site Web de l’AMC.

«Notre analyse préliminaire de ces données détaillées suggère que les décès de médecins canadiens de moins de 50 ans en 2022 seront deux fois plus élevés que la moyenne de 2019-2020», a écrit Makis, ajoutant que les cas de moins de 40 et 30 ans sont quintuplés et huit.  respectivement.

« Désinformation et théories du complot »

En réponse à la lettre de Makis, l’AMC a déclaré à Epoch Times dans un communiqué envoyé par courrier électronique le 17 octobre que l’association était préoccupée par la « désinformation et les théories du complot » diffusées en ligne sur les décès récents de médecins à travers le Canada.

« Il n’y a aucune preuve pour confirmer ou étayer les différentes théories qui ont circulé. Certaines des théories semblent s’appuyer sur le service InMemoriam de l’AMC comme preuve », a déclaré le porte-parole Eric Lewis.

« Le service InMemoriam est offert aux membres CMA afin qu’ils puissent suivre leurs collègues et reconnaître leur disparition au fil du temps. Il est fourni sur la base des informations envoyées à l’AMC et ne doit jamais être considéré comme une liste exhaustive des décès de médecins ou comme une preuve à l’appui de complots entourant les vaccins COVID-19 ou d’autres problèmes.

« L’AMC continue d’encourager tous les Canadiens à être à jour avec tous leurs vaccins pour prévenir de graves problèmes de santé », a ajouté Lewis.

Exploration de données

Epoch Times a demandé à Makis de fournir ses données et son analyse, auxquelles il a répondu dans un e-mail le 17 octobre qu’il ne communiquerait la base de données qu’aux gouvernements provinciaux. Mais il a ajouté qu’il peut expliquer comment son équipe a obtenu les données et déduit les 80 « morts subites » des 1 638 cas de décès de médecins.

Makis a déclaré que les 972 cas du site Web de l’AMC ont été obtenus à l’aide d’une machine de retour en arrière qui a aidé l’équipe à explorer les données des archives de la page « InMemoriam », car de nombreuses entrées ont été supprimées et ne sont plus disponibles pour « les Canadiens à regarder et comparer. »

Les 666 autres cas, a-t-il dit, ont été obtenus auprès de diverses sources médicales officielles, notamment les sites Web du Collège royal des médecins et chirurgiens, les associations médicales provinciales, les collèges provinciaux de médecins et chirurgiens, les sites Web des facultés de médecine universitaires et les associations d’anciens élèves des facultés de médecine universitaires.

«Ces 1 638 ont ensuite été recoupés avec des nécrologies accessibles au public pour obtenir des informations supplémentaires. Il a été noté que des décès étaient «inattendus» ou «soudains» », a-t-il déclaré.

Lorsqu’il a analysé les données des médecins de moins de 70 ans, il a déclaré qu’un total de 80 étaient décédés « soudainement » ou « de manière inattendue », et 60 autres avaient des conditions médicales antérieures telles que « un cancer diagnostiqué avant le déploiement du vaccin, la SLA, la maladie de Parkinson ou la démence ». , ou une autre maladie de longue durée, ou avait pris sa retraite des années avant la pandémie.

« C’est de là que vient le nombre 80. Les 60 autres qui sont décédés et qui avaient des problèmes de santé antérieurs sont séparés des 80. Bien que l’ARNm ait pu contribuer à leur décès, ils ont été exclus pour avoir des antécédents médicaux », a-t-il déclaré.

En outre, il a partagé son analyse du taux de mortalité des différents groupes d’âge, à commencer par tous les médecins de moins de 50 ans, qui, selon lui, « sont décédés à un taux presque deux fois supérieur en 2021 (et seront les mêmes en 2022) par rapport à 2019 et 2020. .”

« Tous les médecins de moins de 40 ans sont décédés à un taux 5 fois plus élevé en 2022 par rapport à 2019, ou 2020 (la moyenne pour la période 2019/2020 est de 1,5 décès/an, en 2022 il y a eu 8 décès jusqu’à présent, donc> 5- plier) », a-t-il déclaré.

« Tous les médecins de moins de 30 ans sont décédés à un taux 8 fois plus élevé en 2022 par rapport à 2019, ou 2020 (la moyenne pour la période 2019/2020 est de 0,5 décès/an, en 2022 il y a eu 4 décès jusqu’à présent, donc 8 fois plus ).

« Aucune autopsie effectuée »

En juillet et août, l’ Associated Press et Reuters ont respectivement rapporté que les cas de trois médecins de l’hôpital Trillium Health Partners-Mississauga qui « sont décédés subitement en 1 semaine, apparemment après avoir reçu le dernier rappel obligatoire » qui ont été partagés sur les réseaux sociaux , n’étaient pas liés à Les vaccins COVID-19, sur la base de leur vérification des faits.

Les trois médecins—Dr. Jakub Sawicki, le Dr Stephen McKenzie et le Dr Lorne Segall figurent parmi les 80 médecins.

Makis a rétorqué qu’aucune autopsie n’avait été pratiquée sur les trois médecins.

« Deux d’entre eux avaient développé un cancer agressif seulement après avoir reçu deux doses de vaccin COVID-19. La vérification des faits n’a fait que répéter une déclaration sans fondement faite par l’hôpital où travaillaient les médecins », a-t-il déclaré dans son e-mail.

« L’hôpital a fait cette affirmation sans fondement selon laquelle leurs décès n’étaient » pas liés au vaccin COVID « mais n’avait aucune preuve ou information pour étayer cette affirmation car les autopsies n’ont pas été effectuées. »

Un porte-parole de Trillium Health a refusé de fournir des détails sur les causes des décès, invoquant la nécessité de protéger les informations sur la santé des personnes décédées, à la demande d’Epoch Times fin juillet.

Note de l’éditeur : Une version antérieure de cet article mentionnait à tort l’association du Dr William Makis avec l’Université de l’Alberta. Makis est un ancien collègue universitaire clinicien au Département de radiologie de l’Université de l’Alberta. Epoch Times regrette l’erreur.

Isaac Téo

 1,213 total views,  3 views today

image_pdf

8 Commentaires

  1. La publicité continue sur les principales Chaines TNT, et les médecins affectés persistent à conseiller cette injection, mortelle pour beaucoup, handicapante pour d’autres, d’un air convaincu et tout à fait naturel.
    Nous vivons dans un monde virtuel où la vérité est écartée d’un revers de main, ou glissée vite fait sous le tapis. C’est l’orientation gauchiste.

  2. J’ai été vacciné 2 fois et j’ai rien pour le moment. J’ai eu des punaises de lit qui m’ont bien piqué. Elles m’ont peut-être sauvé la vie. Dans leur bave, il y a quelque chose qui coagule le sang. Il y a peut-être quelque chose de plus. Il faudra étudier les punaises de lit.

    • Vive les punaises de lit contre la covid. C’est ce qui a dû protéger les Africains.
      A toute chose, malheur est bon.

  3. Ce vaxxin semble toucher les jeunes plus que les personnes âgées, qui réagissent peu, sauf en cas de triple ou quadruple injection.
    Tant qu’on ne fera pas d’autopsies, tant que la plupart des cas sont niés par les médecins eux-mêmes, cela restera une nébuleuse aux contours flous et les labos continueront leur travail de destruction massive.

    • Rectification : on me dit que les personnes âgées déclenchent des cancers et des maladies de cœur graves qui demandent une intervention chirurgicale rapide.
      Tant pis pour les malheureux de la France rurale, ils n’auront que le temps de mourir sans soins.

    • Il y avait eu une autopsie de faite sur l’interne en médecine de Nantes décédé brutalement au début de la politique vaccinale et cela avait bien été reconnu comme suite du vaccin (problèmes circulatoires très curieux et jamais vus).

      On se demande à quoi cette autopsie a servi car apparemment, aucune interrogation de nos politiques. Enfin, si, puisqu’ils ne sont pas fait vacciner eux, pas fous ! (cf video de Pierre Lassalle).

      Ils me dégoûtent, ne n’arrive pas à comprendre comment il peuvent continuer leur publicité impunément et sans complexe et encore dire que ce serait du « complotisme » sans fondement ! Il y a même des gens qui le croient encore.

  4. Continuez à vous faire vacciner, c’est sans dangers, sans effets secondaires, qu’ils disent et qu’ils disaient.

Les commentaires sont fermés.