Ma petite minute survivaliste : comment vous chauffer cet hiver !

 

Chers jardiniers survivalistes, je suppose qu’à ce stade vous avez tous un moyen alternatif pour vous chauffer cet hiver…

A la rigueur, Système D sera au rendez-vous et, par exemple, vous remplacez une fenêtre par une plaque d’isolation, vous y creusez un trou par lequel faire passer une buse et vous installez un poêle qui vous permet de cuisiner et de chauffer… Non, ça ne va pas être réglementaire et la commission d’habitabilité de votre Commune ne va pas vous délivrer un certificat, mais il faut bien se mettre en tête, et eux aussi, que à la guerre comme à la guerre et la seule règle qui compte c’est la survie. Regardez les films de la seconde guerre mondiale et ce que les gens ont bricolé pour… ben oui, survivre…

Attention quand même à l’incendie et à l’intoxication… on blague mais il n’y a pas de quoi rigoler, c’est du sérieux et même du dangereux.

 

Donc nous voilà tous avec, disons «un poêle à bois réglementaire» et de quoi l’alimenter. Le mieux c’est du bois… mais je vous assure qu’en cas d’extrême mouise, extrême remède… encore une fois référence à l’inventivité de nos parents et grands-parents durant la WWII sans oublier les campeurs et les scouts. Bien sûr vous n’allez pas commencer par vos Pléiades… Horreur… Passons, passons… Disons que, très éthiquement, vous ne brûlez que du bon bois, bien sec, pas de cartons, rien de polluant, que du casher/halal/orthodoxe.

 

Mais, et c’est toujours le mais qui rebat les cartes… Quand vous avez fait un beau feu, bien chaud dans votre poêle ou dans votre feu ouvert, il arrive un moment où vous allez au lit et quand vous vous levez le lendemain matin, non seulement il ne fait plus aussi agréablement chaud mais surtout votre bois est consumé et éteint, mort, froid… Alors, encore à moitié endormi, il faut recommencer toute la cérémonie de l’allumage, qui quelque fois n’est pas aussi simple qu’on l’aimerait…

 

Mais, il y a mon mais qui rerebat les cartes: ya-un-truc!

 

Quand je dis «briquette Union» les vieux répondent «ah mais oui! tu te souviens des briquettes Union…» Eh bien, les briquettes Union ont traversé les âges et sont encore là, plus utiles que jamais, surtout quand la mouise fut venue…

On fait quoi et comment?

Recette:

Prenez deux feuilles de papier journal, étalez bien. (hier après-midi)

Déposez au centre 1 briquette Union. 1

Pliez et roulez en forme de caramel. 2

Trempez votre caramel dans un baquet d’eau et laissez bien mouiller. 3

Sortez-le de l’eau et écrasez de façon à extraire le plus d’eau possible 4

Attendez que votre feu soit réduit au stade de braises. (fin de soirée)

Déposez votre caramel mouillé sur les braises. 5 (hier soir à 21h)

Fermez votre feu/poêle.

Mettez l’apport d’air au minimum.

Allez dormir

Et… ô surprise! le lendemain matin, votre carmel rougeoie encore… 6 (ce matin à 06h00)

Il vous suffit de déposer dessus votre petit bois bien sec qui va repartir tout de suite!

Là, maintenant, il est 11h00 et la briquette Union n’est pas encore entièrement consumée…

Bien sûr cela ne tient pas les 19°C réglementaires dans votre habitation, mais au moins, cela tient le feu allumé pendant toute la nuit.

 

Les briquettes Union c’est pas écolovert… c’est du charbon… Mais, n’ayez pas d’états d’âme: si pour remplacer le nucléaire, les écolos rallument les centrales à charbon, ce n’est pas notre briquette Union qui va changer les sorts de la planète!

Entre nous… vous êtes déjà allé en Inde? Vous avez déjà senti les fumées de charbon à Calcutta? et en Chine? et… ben oui… maintenant aussi en Allemagne… Merci qui?

La seule difficulté possible, du moins ici, c’est d’en trouver car tout le monde a fait des provisions, mais il n’est jamais trop tard!

Courage! La chance sourit à ceux qui savent ce qu’ils veulent comme aurait pu dire Clemenceau.

 

Anne Lauwaert 24.X.22

 1,047 total views,  1 views today

image_pdf

10 Commentaires

    • tout ce qui fonctionne à l’électricité ne fonctionne pas s’il n’y a pas d’électricité – et c’est bien ça qu’on nous annonce

  1. Mais les pastèques de gauchos ecolos ont fait que je trouve plus de briquettes dans les commerces tels que Hornbach, Migros, Coop…
    Pourtant, dans un poêle de bonne qualité, elles durent tellement plus que des bûches de hêtre.

    • essayez chez Brico – mais c’est vrai: on trouve de moins en moins de choses car tout le monde fait des réserves.

  2. Sinon il y a aussi le gros édredon en plumes de mon enfance et le gros câlin dessous 😉.
    Mais pour cela il faut être jeune et n’avoir rien d’autre à faire 😆.
    💏 🛌

  3. En Inde ils se chauffent à la bouse de vache séchée. Si le cœur vous en dit…

  4. Deuxième idée, prendre nos sacs de couchages, et aller squatter les bâtiments officiels tels que mairies, préfectures, conseils généraux, même l’AN, le Sénat, etc. Et monter le chauffage à fond. Les permanences des députés, les sièges des différents partis politiques, les domiciles de nos élites, les villas somptueuses de la Jet Set, les sièges des ONG. Il y a de quoi chauffer pas mal de monde! Tous à vos duvets et bonnes nuits. Devenons des migrants thermiques nocturnes!

Les commentaires sont fermés.