Comment Macron prépare la fin de la propriété immobilière

Comme nous l’avons déjà mentionné dans différents articles, non seulement la dette de la France ne pourra pas être réduite, mais pire encore, elle continuera à se creuser à grands coups de 200 milliards d’euros chaque année. Tout au plus seront-ils en mesure de jouer sur la dérivée seconde du phénomène, à savoir l’accélération. La seule solution raisonnable consisterait à organiser un gigantesque défaut négocié, mais pour ce faire, il convient de décider qui seront les perdants. Ne vous inquiétez pas, cette décision a déjà été prise, et ce sera vous.

Après avoir nettoyé l’épargne et les comptes bancaires, il s’avérera que cela ne suffira toujours pas à étancher la soif de dette de cet État obèse. N’ayez aucun doute à ce sujet, ce n’est en aucune façon parce que l’État serait en faillite que le nombre de fonctionnaires et d’entités administratives seront réduits, bien au contraire. Quand bien même n’y aurait-il plus rien ou plus personne à taxer, l’ENA ou son remplaçant continuerait comme si de rien n’était à déverser des inspecteurs des finances arrogants à Bercy. Les impôts et les taxes étant déjà à des niveaux insupportables, il est impératif de trouver de nouvelles sources de revenu afin d’assumer la charge de la dette qui va exploser.

Macron n’aime pas l’immobilier, et encore moins les petits propriétaires. L’immobilier c’est ringard, ça pue la petite misère provinciale. Macron lui préfère les starts up, qui d’ailleurs ne parviennent que rarement à se développer en France, et sont obligées de partir lever des fonds aux États-Unis lorsque vient la réelle phase de développement.

Cependant, l’immobilier présente un avantage considérable pour le renflouement des caisses de l’État : c’est un truisme, mais l’immobilier est par définition… immobile. Personne ne peut quitter le pays et partir à l’étranger avec son appartement sous le bras, ce qui en fait donc une classe d’actifs extrêmement vulnérable à la fiscalité confiscatoire.

Ce que veut réellement Macron, ce n’est pas seulement taxer l’immobilier, il veut également supprimer la notion de propriété. Afin de rassurer tout le monde, précisons que, bien entendu, tout ceci ne concernera pas les grands groupes ou les milliardaires propriétaires des tours à La Défense ou de centaines d’appartements dans Paris ; leurs intérêts seront préservés. Pas d’inquiétude.

Klaus Schwab, le vieil Allemand de Davos, vous a prévenus, la solution consiste à vous déposséder de tout pour votre bien : « Vous ne posséderez plus rien, mais vous serez heureux ». L’immobilier est le dernier refuge des Français, leur dernière oasis de sécurité, qu’ils pensent à l’abri de tout. Il faut donc leur enlever cette dernière illusion. Bien entendu, pour des raisons évidentes, on ne va pas vous spolier de votre immobilier à la méthode communiste, cela risquerait d’engendrer chez vous une réaction violente. Au contraire, on va préparer le terrain afin que vous vous en dépossédiez peu à peu par vous-même, et que vos descendants n’aient même pas l’envie ni même l’idée saugrenue d’en posséder.

Le premier coin dans le concept de propriété immobilière se nomme loi Lagleize, du nom de son créateur (un de ces multiples nuisibles qui peuplent les bancs de l’Assemblée nationale). Auparavant, la propriété immobilière était pleine ou éventuellement démembrée (on sépare la nue-propriété de la jouissance des locaux), mais la règle était qu’on ne sépare pas le bâti du foncier. Ce n’est pas dans notre tradition du sud de l’Europe, nous ne sommes pas des Anglo-Saxons, chez nous on possède pleinement ou on ne possède pas.

La loi Lagleize introduit dans toute les ventes immobilières la possibilité d’une séparation entre le bâtiment et le terrain, et accorde le droit à des organismes semi-étatiques d’acquérir des terrains, de construire, et de ne revendre que le bâti. Le but avoué est de permettre un plus large accès à la propriété pour les classes moyennes. Ainsi, ces derniers payeront simplement un loyer à ces organismes pour le foncier. Ces gens seront ainsi devenus les premiers propriétaires locataires. À qui Macron veut-il faire avaler ça, lui qui a supprimé l’ISF pour le transformer en impôt sur la fortune immobilière ? Macron n’a que faire des classes moyenne, il les méprise. À l’immobilier des particuliers, il préfère les actions et le nomadisme financier. Autre question légitime, qui sera dans l’autre moitié de ces organismes semi-étatiques, à savoir la partie non étatique ?

Alors faisons un peu de prospective. Comment pensez-vous que tout cela va évoluer ? C’est très simple. Des droits de mutation séparés seront peu à peu mise en place sur les transactions immobilières, qui rendront le foncier très onéreux. De plus en plus de gens opteront donc pour l’achat du bâti et deviendront locataires pour le foncier. Ensuite, une taxation confiscatoire sur les successions sera mise en place sur le foncier, si bien que les héritiers choisiront de ne garder que le bâti, et c’est ainsi qu’en une génération ou deux, l’État récupérera tout le foncier et nous aura tous transformés en locataires, son rêve suprême.  Après quelques décennies, nos petits-enfants n’auront même plus l’idée d’acheter du foncier, ce sera complètement dépassé. De plus, l’État français, qui est déjà financièrement aux abois, n’aura jamais les ressources nécessaires pour acquérir le foncier, particulièrement dans les zones en forte tension comme Paris. Il sera donc contraint de faire appel à des fonds privés, et c’est ainsi que nous verrons débarquer dans le capital de ces organismes semi-étatiques des entreprises chinoises et des fonds de pension américains. Le foncier français deviendra donc la propriété de sociétés étrangères, dont nous serons les locataires. L’avenir s’annonce radieux.

Les agents immobiliers, catégorie professionnelle bien connue pour sa probité, nous expliquent que tout ceci n’est que du complotisme et que cette loi n’impactera en rien la notion de propriété. Je peux comprendre leur position, mais l’énergie qu’ils dépensent à nous le démontrer montre qu’ils sont très inquiets.

La question la plus importante est de savoir pour quelle raison l’immobilier des gens ordinaires est aussi insupportable aux yeux de ces élites de Davos ? En quoi cela peut-il les déranger que quelques millions de Français possèdent un logement qui, pour beaucoup d’entre eux, n’a pas nécessairement une grande valeur marchande, mais représente le dernier rempart face au gouffre de la pauvreté en cas de coup dur ? Est-il nécessaire de les spolier ?

La réponse n’est pas que financière, elle est également idéologique. L’immobilier, la transmission d’un patrimoine, la maison de vos parents ou de vos grands-parents est le dernier lien qui enracine une personne dans le temps et l’espace, un lien qui est bien plus que financier. C’est exactement cela qui insupporte Macron et Schwab. Dans un monde liquide, où vous n’êtes rien, où tout le monde doit être mobile et interchangeable, où l’on vous enjoint de traverser la rue pour effectuer n’importe quelle tâche sans lien avec votre formation ou vos envies, il est hors de question de s’encroûter dans une maison familiale. Macron ne veut plus de liens familiaux, plus d’attachement sentimental. La destruction du sentiment national achevé, il lui reste la destruction du dernier lien humain : la famille.

On lave la cervelle de vos enfants à l’école en leur inculquant qu’il n’y a plus ni hommes ni femmes, que chacun peut être tout ce qu’il veut à chaque instant. On nous a expliqué au début des années 2000 qu’il n’y avait plus de métiers, et que chacun de nous changerait 8 à 10 fois d’activité professionnelle au cours de sa vie, niant ainsi toute notion de compétence ou transmission de savoir-faire. On a commencé par vous éjecter de votre bureau, remplacé par un cube qui vous transforme en nomade dans votre propre entreprise. Puis ensuite, Uber a initié la disparition d’un lien qui était un pilier du contrat social : celui entre employeurs et employés. Le principe du salariat n’est pas assez liquide pour Macron. Maintenant, la notion même de domicile se doit également de disparaître, la mobilité est de rigueur. La propriété immobilière, ultime racine qui vous rattache à quelque chose, doit donc être détruite.

Franklin Roosevelt a dit : « L’immobilier ne peut pas être perdu ou volé et il ne peut pas être emporté. Il est le placement le plus sûr du monde ».

Roosevelt venait d’une époque dans laquelle régnait un minimum de bon sens. Des hommes comme lui n’avaient jamais envisagé, dans leurs cauchemars les plus épouvantables, que des détraqués malfaisants comme Macron pussent un jour accéder au pouvoir.

Alain Falento

https://ripostelaique.com/comment-macron-prepare-la-fin-de-la-propriete-immobiliere.html

 750 total views,  1 views today

image_pdf

13 Commentaires

  1. C’est une hypothèse qui se tient mais gare au début d’une nouvelle révolution !Pour ma part je trouve plus concret de baisser le nombre de retraités gràce a ce soi disant vaccin non homologué et non obligatoire ou le vendeur lui-mème a précisé qu’il le mettait en vente mais n’en assumerait pas les suites!!Et la vous voyez les effets secondaires apparaitre et les plaintes en cours dans tous les pays ou comme en Israel pays le plus vacciné les personnes ayant reçu quatre doses meurent 4 fois plus que les non vaccinés d’ou la raison de faire vacciner ceux qui ont déja attrappé le virus alors qu’ils sont immunisés naturellement a savoir aussi les doses découvertes contenant du sérum physiologique réservées aux élites !2% seulement des lits occupés par le Covid!!!!!

  2. Que fait ce macron en France,à part nuire ? Dehors ce machin . il dserais mieux en Afrique. Ce type est nuisible à notre patrie

  3. Plus de famille, plus d’identité, plus de race et plus de racines .Des producteurs-consommateurs interchangeables dans le tambour de la machine à laver mondialiste.

  4. Bonjour , j’ai envoyé un commentaire en fin de matinée, peut être pouvons nous le retrouver,
    merci.

  5. Merci pour votre article . Je me permet de donner un lien qui n’a peut être rien à voir, mais un petit peu quand même, car il s’agit de Macron et d’une de ses réflexions, pour le moins inattendue qui date de Août 2021 et passée inaperçue .
    Il s’agit du nouveau billet de C.Deviers Joncour et de B.Geffard du 5/8/21, suite à la vidéo datant du 14/4/2020 entre E.Macron et Roula Khalaf, rédactrice en chef du Financial Times, un quotidien économique et financier, où il annonce l’arrivée de la bête, évoquée dans la bible, la bête de l’Apocalypse ! c’est plutôt surprenant !
    https://VK.com/@b.geffard-le-nouveau-billet-de-christine-deviers-joncour
    et la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=yZOouqtSJ70

  6. C’est de l’égalitarisme poussé à l’extrême, c’est pour mettre les Français au niveau des nouveaux arrivants, comme ça , pas de jaloux.
    Vous avez vos souvenirs, vous avez vos villages avec vos églises, vous avez vos splendides monuments, vos châteaux forts, vos palais Renaissance, vos ouvrages d’art conçus par vos ancêtres, et les autres qui débarquent n’ont rien, et ne sont rien.
    Alors , on va égaliser en coupant les têtes qui dépassent, comme à l’école.

    • En plus, ceux qui débarquent se promènent dans les parcs et jardins comme s’ils les avaient conçus, se font soigner dans les cliniques comme s’ils avaient contibué aux avancées de la médecine, les moutards vont à l’école mais ne participent en rien au fonctionnement,ils occupent les logements sociaux (publics pardon) comme si c’était leur place normale et paient des loyers ridicules, ils se rassemblent dans des lieux de culte nouveaux, bref font des tas de choses qu’ils ne font pas chez eux, on les voit dans les pubs, ils utilisent des produits et des services, dans les téléfilms ils sont juges, commissaires, avocats, astronautes,….ils semblent l’avoir toujours été etc etc, tout cela est bien ficelé !

    • Bonjour,
      Nous on est chez nous et on reste chez nous, on leurs a pas demandé de venir, on va pas dans des pays qu’on aime pas pour chialer sur les inégalités qu’on subirait plus que certainement !

  7. Je pense que si c’est mis en œuvre, Macron risque plus qu’une simple gifle, un pruneau, mais pas d’Agen. De toute façon, il est foutu, ses jours sont comptés ! Le froid et la faim des Français vont avoir raison de lui!

    • Cela existe déjà dans la ville de Lyon (ou Londres) où le bâti est bien souvent sur un terrain appartenant aux Hospices Civils de Lyon et où le bail est d’une durée définie et donc renégociable régulièrement. On dit à Lyon appartement sur son terrain ou non donc, n’ayez crainte ça finira par passer!

    • Il inventera une nouvelle pandémie – encore plus terrificque que la première – ,assortie d’un nouveau confinement drastique, et les labos fourniront un nouveau vaxxin, plus nul que le précédent. Et le peuple bénira derechef son prince, si bon, si généreux et oubliera le froid et la misère .Peut-être. Pas sûr.

  8. Ca a déjà commencé ,les primos accédants ne peuvent plus prétendre à un emprunt immobilier auprès de courtiers, le taux est réhaussé impliquant dans le montage dossier le taux d’usure également en hausse

1 Rétrolien / Ping

  1. Reine d’Angleterre : pourquoi Macron veut-il que nos maires mettent le drapeau en berne ? – Résistance Républicaine

Les commentaires sont fermés.