Scandale d’État pire que McKinsey : les obligations indexées sur l’inflation

Nous découvrions il y a quelques mois que l’Agence France Trésor, organisme en charge du placement de la dette de la France sur les marchés financiers, avait émis massivement des OATi (Obligations indexées sur l’inflation). Cette nouvelle, bien entendu, n’a suscité aucun intérêt dans nos médias. Trop technique, trop ennuyant, pas assez glamour pour l’été.

En temps normal, la France s’endette généralement à taux fixe en émettant des obligations « normales », ce qui permet de prévoir et de piloter la charge de la dette de l’Etat, c’est-à-dire le montant des intérêts que nous devons verser chaque année au titre de cette dette que nous avons contractée. Cette charge de la dette est déjà très lourde et gravite aux environs de 38 Milliards d’euros par an (même ordre de grandeur que le budget annuel de la Défense), en augmentation constante.

Or, il s’est avéré que Macron et Le Maire, ces deux génies de la finance, ont cru opportun d’émettre massivement des obligations indexées sur l’inflation (le taux d’intérêt n’est pas fixe mais variable en fonction de l’inflation) depuis 2020, et qu’ils ont l’intention d’amplifier ce processus. Quelle mouche les a donc piqués ? N’importe quel professionnel des marchés financiers, s’il avait été consulté, leur aurait expliqué que lorsqu’on fait tourner la planche à billet et qu’en plus, on décide de se passer du gaz russe, on génère nécessairement une inflation importante, avec le double effet de la dévalorisation de l’euro et de la hausse en dollars du prix des matières premières.

Le surcoût que ces obligations vont entraîner pour les finances publiques a déjà été déjà évalué entre 15 et 40 Milliards d’euros. Même si les chiffres n’ont plus de sens depuis quelques années, il faut avoir conscience que ce sont des sommes gigantesques au regard des recettes de l’Etat, et que ce sont nos impôts qui financeront cette catastrophe annoncée.
Bien entendu, on pourrait mettre cette décision sur le compte de l’incompétence. Macron n’a jamais été plus banquier que philosophe ; Le Maire est un normalien énarque agrégé de lettres modernes, spécialiste de Proust. C’est très noble, mais ce n’est certainement pas la formation adéquate pour gérer les finances de la France. Que ces deux là ne soient pas à leur place, c’est évident, mais les employés de l’Agence France Trésor sont en grande majorité extrêmement compétents. C’est donc évidemment sciemment qu’ils utilisent cette machine à perdre.

L’explication est surprenante et apparaît au détour d’un entretien que Le Maire a accordé à un journal économique. Interrogé sur la raison qui l’a poussé à choisir d’émettre ces obligations indexées sur l’inflation, Le Maire nous explique sans sourciller que c’était une demande des banques qui étaient en demande de produits plus attractifs pour leurs clients
Une fois l’effet de sidération passé, une question légitime, que le journaliste n’a bien entendu pas osé poser, nous brûle les lèvres : depuis quand le ministre de l’économie est le représentant des intérêts des banques et surtout, depuis quand la France doit faire le tapin auprès des investisseurs, alors que sa dette s’arrachait encore il y a peu, même à des taux négatifs ? Nous aurait-on caché que la dette de la France n’est plus si attractive que cela, qu’il soit désormais nécessaire de trouver de nouveaux expédients pour être en mesure de la fourguer ?

Quelle est la prochaine étape ? Une émission obligataire avec comme collatéral la Tour Eiffel ou l’Arc de Triomphe ? Pourquoi pas des obligations indexées sur la température émise au mois de février ou sur le nombre de surmulots et de clandos dans les rue de Paris, afin d’être bien certain que cela nous coûte un maximum ?
Nous sommes malheureusement là devant un cas flagrant de capitalisme de connivence dans lequel une petite caste au pouvoir utilise les impôts des contribuables pour se préparer une reconversion dans le monde bancaire.
Pour décrire ce comportement, le code pénal utilise le mot de forfaiture, dont la définition est la suivante : « Violation par un fonctionnaire public, un magistrat des devoirs essentiels de sa charge ».

Alors qu’attendent les députés de l’opposition pour au moins évoquer cet état de fait lors des questions au gouvernement ? Le sujet de l’asservissement de la France aux marchés financiers est-il donc moins crucial que les droits des LGBTQIA2+ à Oulan-Bator ?
Ce scandale est bien plus grave que celui de l’affaire Mc Kinsey, aussi bien dans la nature du délit que dans son ampleur, car ce n’est ni plus ni moins que la sécurité financière du pays qui est en jeu. Les conséquences sur les finances publiques seront visibles dès cette année : il va falloir trouver des dizaines de milliards supplémentaires pour payer la charge de la dette.

Pas d’inquiétude, ils ont une solution déjà éprouvée, qui est d’ailleurs mise en place depuis longtemps, mais que personne ne souhaite voire décrite sous cet angle : émettre de la nouvelle dette afin de payer les intérêts de l’ancienne ; emprunter pour rembourser, comme Jean Gabin dans le film Le Baron de l’écluse, qui emprunte de la main droite pour rembourser de la main gauche.

Macron et Le Maire aurons décidément achevé en très peu de temps de souiller l’Etat français qui, je le rappelle, est parmi les seuls au monde à ne pas avoir fait défaut sur sa dette ces 200 dernières années, en le transformant en un vulgaire joueur de bonneteau.

Alain Falento

https://ripostelaique.com/scandale-detat-pire-que-mckinsey-les-obligations-indexees-sur-linflation.html

 651 total views,  1 views today

image_pdf

5 Commentaires

  1. C’est peut être pour cela que Macron a pris les devants, sur les années difficiles qui nous attendent ! et comme l’opposition ne dit mot, peut être puis je vous aider à envoyer votre article aux permanences de partis ou à certains députés ..je dis ça !

  2. l’Etat français qui, je le rappelle, est parmi les seuls au monde à ne pas avoir fait défaut sur sa dette ces 200 dernières années. En effet, c’est le pays réputé au recouvrement fiscal le plus efficace et redoutable !!! qui rassurent les marchés, mais depuis le resserrement monétaire de la BCE suivi de décisions sur l’embargo économique qui n’ont créés que des effets contre productif, n’on fait qu’accroitre la dette souveraine , des études économiques (INSEE),indique que la dette publique a atteint, fin mars 2022, 2 901,8 milliards d’euros, soit 114,5 % du PIB !!! le marché devant la fin des taux négatifs, exigent aujourd’hui des garanties supplémentaires sur les risques

  3. Lemaire, spécialiste de Proust? Bientôt son prochain bouquin, titre :À la recherche de l’argent perdu?

  4. De toute façon cela magouille de partout au sommet … Quand on voit Melanchon qui se substitut à la CAF Pole emploi, Ameli,.. pour payer des salaires à sa compagne issue comme on dit de la diversité cela fout les boules car elle gagnait 12.000 euros par mois pour partager le lit de ce vieux con.. Remarquez cela vaut peut être ce prix car Mélanchon il faut se la taper quand même….
    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/campagne-de-m%C3%A9lenchon-en-2017-la-d%C3%A9put%C3%A9e-lfi-sophia-chikirou-au-centre-de-l-enqu%C3%AAte/ar-AA113AqV?ocid=msedgntp&cvid=ab9b1ef2669ac5ed9bdedbdd67047caf

    • même à ce prix là c’est juste impossible pour quelqu’une de normalement constituée de partager le lit de ce vieux kon

Les commentaires sont fermés.