Le réchauffement climatique dû à l’activité humaine, j’y crois !

.
Avant de jeter l’anathème sur cet article, et sur l’auteur par la même occasion, lisez jusqu’à la fin !
Ecoutez Sophocle : « Ne tuez pas le messager ! ».
Un petit effort pour un grand résultat…
.

D’abord, qui suis-je pour affirmer la chose ?
– Un petit prof. de sciences physiques, pas très brillant, laborieux mais sérieux. N’a jamais pris les vessies pour des lanternes, qui ne s’est jamais laissé conter les fables progressistes sans réagir d’un bout à l’autre de sa carrière… Ainsi dans les années 70 j’ai considéré et déclaré que les maths dites « modernes » n’apportaient rien à des élèves de CAP, mal m’en a pris. En fin de carrière j’ai été convoqué par l’inspection générale de physique -doyen des IGEN en tête- pour avoir critiqué la notation aberrante des épreuves expérimentales au BAC… et elle en a tenu compte… un miracle !!!
– Un montagnard qui dans les années 70/80 constatait chaque année la fonte des névés et la remontée des glaciers… Je n’ai pas attendu le GIEC pour en être convaincu.
– J’ai toujours et d’abord considéré RR comme le moyen de lutter contre l’islamisation prioritairement, sans que je sois en accord sur le traitement de tous les sujets mais ne voyant aucun inconvénient à ce qu’ils le soient, au contraire…
J’ose espérer que vous voudrez bien prendre mon avis comme sincère et ne pas le rejeter par principe…

Comment se fait-il alors que je critique les écolo-dingos ?
Simplement leurs solutions sont idéologiques et soumises aux intérêts financiers les plus avides. Ils se donnent un pouvoir sur les petites gens en relais des lobbys énergétiques et autres. Ils ne donnent pas de vraies solutions pour autant qu’elles existent, ils contribuent à ruiner la France au profit de puissances qui, elles (USA ; Chine ; etc.), refusent toutes contraintes climatiques de fait, en contradiction avec leurs engagements…

Ce qui m’amène à réagir maintenant…
L’article de Maxime m’offre l’occasion d’un excellent rebond.
Sans le traiter, l’article relève la périodicité des changements climatiques sur la planète, en somme un phénomène plus ou moins cyclique (ou périodique) si rien ne vient à le perturber.

Ce fait est une réalité scientifique liée à des paramètres démontrés par Milankovic (3 principaux).
Le premier paramètre, l’excentricité de l’orbite terrestre (une ellipse : 2 foyers, dont un occupé par le soleil, qui se comportent comme les extrémités d’un ressort). Sa périodicité est de 413 000 ans… Mais pour faire compliqué, d’autres éléments viennent perturber la « vibration » principale (sont de l’ordre de 100 000 ans).
L’obliquité ou inclinaison terrestre est le deuxième. L’axe de rotation de la terre sur elle-même varie de 22,1 à 24,5° par rapport au plan de l’écliptique (plan dans lequel l’orbite des planètes se tient, toutes les planètes du système ont la même écliptique* mais pas la même obliquité) ==> angle qui correspond aux tropiques, ainsi la latitude des tropiques fluctue. La période est de 41 000 ans. Actuellement l’obliquité est de 23,4°, nous sommes à équidistance des deux extrêmes. Quand l’obliquité croît, chaque hémisphère reçoit plus de radiation du soleil en été et moins en hiver, les étés sont plus chauds, les hivers plus froids.
* : Pluton qui n’a pas la même écliptique a été écarté de la liste des planètes initiales, Pluton a été capturé par l’attraction du soleil lors de sa navigation dans l’espace.
Le troisième, la précession. Plus compliqué à comprendre. La terre n’est pas une boule parfaite et ne peut l’être, elle est renflée à l’équateur et aplatie aux pôles, elle se comporte comme une toupie, elle voit son axe de rotation (ou axe des pôles) se déplacer, cela prend 26 000 ans en gros.
Pour ces 3 paramètres, on doit considérer grossièrement que ce qui serait un plus en été est partiellement compensé par un moins en hiver…

Quel est le poids de chaque paramètre ?
Le principal est l’excentricité comme l’exprime Maxime… un phénomène sur plus de 400 000 ans !!! Et on traite d’un sujet qui porte sur l’ère industrielle uniquement, en gros 2 siècles qui ont vu une augmentation moyenne des températures de 1,5° ! 2 siècles c’est 1/2000 de la période de l’excentricité !
Quant à l’obliquité, nous sommes dans une position médiane. 2 siècles représentent 1/200 de la période de l’obliquité !
La précession joue sur l’amplitude climatique entre été et hiver. Nous sommes actuellement dans une situation moyenne… 2 siècles, c’est 1/100 de la période de la précession.

La conclusion, ces phénomènes sont lents à l’échelle humaine, ils ne peuvent expliquer l’emballement thermique du climat en 2 siècles !

Je vous ai fait un résumé ci-dessus, mais si vous voulez en savoir plus…

Autre façon d’en savoir plus, une excellente vidéo de vulgarisation indiquée par Joël (moins de 5 mn et vous en saurez beaucoup).

Autre info, chaque milliard d’années, l’activité solaire augmente de 7%, à la fin le soleil deviendra une géante rouge avant de tout brûler et de s’éteindre en s’effondrant sur lui même pour donner un pulsar…

.

Alors, quelle est la cause du réchauffement climatique ?
D’abord je vais vous conter le début du premier cours que l’étudiant en sciences physiques a pris dans les dents.
Le maître de conférence commença ainsi « A la fin du 19ème siècle, les physiciens étaient des gens heureux, ils avaient tout découvert, les équations de Maxwell expliquaient tous les phénomènes électromagnétiques, etc… Seuls subsistaient de petits nuages qui restaient à régler. En fait de petits nuages, se furent deux orages qui donnèrent la relativité et la mécanique quantique !« .
De ces petits nuages, le rayonnement (infrarouge ou calorifique) du corps noir nous concerne, point n’est besoin d’avoir un feu pour avoir de la chaleur : le début de la mécanique quantique qui donne l’orage -thermique- a ainsi débuté…

Quel est le fondement de la mécanique quantique ?
La matière n’a pas la réalité continue que nous voyons… Déjà les atomes en sont un fait, ils relèvent de l’extrêmement petit (en opposition à l’extrêmement grand, les deux -relativité et mécanique quantique- paradoxalement se rejoignent lors qu’il est question de l’univers, ce que l’alter égo d’Einstein, Stephan Hopkins a démontré peu avant sa disparition). Rien ne se passe comme on pourrait l’imaginer à priori…

Les rayonnements électromagnétiques.
La lumière, les ondes radio, les infrarouges, les UV, les rayons X, Gamma, etc. sont de même nature, des corpuscules ou photon à la fois grains d’énergie et train d’ondes vibratoires, ce qui paraît paradoxal… On parle de l’aspect corpusculaire et vibratoire de la matière*.
* : Einstein a démontré que la trajectoire d’un photon est modifiée comme la trajectoire d’une particule solide sous l’action de la gravitation, vérification dès 1919.
Chaque photon voit son énergie déterminée par la fréquence qui lui est propre, elle n’en varie pas, pas de déperdition dans son voyage spatial plus ou moins long (avant la rencontre d’un éventuel obstacle) !
La matière, au niveau de l’infiniment petit ne peut avoir que des états définis, la différence entre ces états est déterminée et invariable ! On les appelle « niveaux d’énergie » !
Le passage d’un niveau à l’autre se fait par bond, par absorption d’un photon ou à l’inverse par l’émission d’un photon.
Lors de l’absorption d’un photon, un atome peut passer d’un niveau d’énergie initial 0 à un niveau 5 par exemple, un niveau que nous disons excité. Il peut réémettre l’énergie absorbée, soit par l’équivalent à ce qu’il a absorbé en passant du niveau 5 au niveau 0. Ou encore de nombreuses possibilités, une au hasard, en passant du niveau 5 au niveau 2, puis du niveau 2 au niveau 0, ce qui correspond à l’émission de 2 photons distincts d’énergie déterminée par les niveaux d’énergie de l’atome.

Passage de l’atome à la molécule.
Ce qui est vrai pour un atome est vrai pour une molécule, mais les niveaux d’énergie sont très différents. Le rayonnement X très dur pour l’atome ne nous intéresse pas (électrons en jeu, les aurores boréales en sont le fruit par exemple). Mais un rayonnement tenant du visible ou de l’infrarouge (chaleur), voire beaucoup moins (micro-onde ou autres), pour une molécule, est de notre domaine de réflexion…

Les molécules courantes de l’atmosphère, l’oxygène O2, l’azote N2, le gaz carbonique CO2, le méthane CH4 (H20, l’eau entre en jeu dans le domaine des micro-ondes, c’est connu).

Outre que de constituer une atmosphère, rôle des molécules gazeuses.
Le jour, la terre a un ciel qui paraît bleu, elle est surnommée la planète bleue. Hors de l’atmosphère, pour les astronomes par exemple, même sous l’éclairage du soleil, le ciel paraît noire avec des points lumineux que sont les étoiles (qui ne scintillent pas).
Ci-dessus Thomas Pesquet, on perçoit la terre bleue, le fond du ciel est noir.

Le rôle de O2 et de N2 est primordial dans la couleur du ciel. Ces deux molécules qui se ressemblent fortement, 2 atomes liés par une double ou triple liaison, capturent les rayons solaires, se retrouvent ainsi dans un état excité avant de réémettre des photons généralement dans le bleu, et donc le ciel paraît bleu (je ne traiterais pas du rouge du coucher de soleil)…

Alors que les molécules de O2 ou N2 sont linéaires à 2 atomes, les molécules de CO2 sont linaires à 3 atomes, les liaisons doubles O=C=O n’ont pas la même rigidité que O=O et interagissent l’une sur l’autre. Les CH4 possèdent des plans de vibration en plus de liaisons permettant des vibrations linéaires. Pour partie, les variations des états d’énergie ne seront pas ceux correspondant à des photons lumineux, mais à des photons infrarouges, ce qui est encore plus vrai pour le CH4 que le CO2. Il est à considérer que le CO2 et le NH4 jouent un rôle de capture et de rétention de l’infrarouge, interdisant à une grande partie de cette énergie thermique de se dissiper dans l’espace.

Bien qu’ayant simplifié quelques aspects, ma conclusion est simple, le CO2 et encore plus le CH4 participent au réchauffement climatique…

NB : Avec mes excuses si je parais un peu scolaire… on se change difficilement !
.

Cerise sur le gâteau, quand la terre était une boule de glace !
Et on découvre que finalement, la terre aura été viable guère plus d’un milliard d’années…

 781 total views,  1 views today

image_pdf

28 Commentaires

  1. Ça ne répond absolument pas à la question de la dose (« qui fait le poison » comme disait Paracelse 400 ans plus tôt ce qui est enseigné la première heure de la première année en science).
    .
    Le CO2, c’est 400 particules par millions ce qui est infime et ce taux était 5 fois plus important au jurassique (1950ppm géocarb III) avec une température moyenne de 16,5°C alors que selon la TCR (Transient Climate Response) du GIEC, il aurait du faire 60°C avec un tel taux de CO2.
    .
    Selon les carottages de vostok, le CO2 semble plutôt suivre la température selon un schéma « plus chaud->plus de biomasse->plus de co2 dégagé par la biomasse » avec des effets de rétroactions et de battements harmonique entre les différents facteurs (dont les cycles de Milankovitch etc).
    Il y a a bien un « effet de serre » contributif de ces traces de CO2, mais il est minime par rapport à d’autres gaz (la vapeur d’eau serait un des principal).
    .
    Corrélation n’est pas raison, la température (+1.3 en un siècle) semble aussi suivre le nombre d’humains qui se grattent le nez depuis 100 ans.

  2. Le CO2 ne représente que 0,04% de la couche atmosphérique et il peu probable qu’il soit comme on le dit le seul responsable du réchauffement/dérèglement. D’autres facteurs comme la vapeur d’eau serait donc tout aussi pernicieux pour le climat. J’ai bien peur qu’on commette une erreur judiciaire en accusant le CO2 comme seul coupable sans aller chercher plus loin. Du côté des scientifiques les avis sont partagés mais là encore l’idéologie en matière de climat s’est insérée dans le débat scientifique de telle sorte que nos certitudes tiennent plus du domaine de la croyance que du domaine de la science…..DOMMAGE !!!….Pour couronner le tout on assiste à des joutes verbales sur le sujet sur les plateaux télé avec une forte dominante politique d’intervenants aux compétences scientifiques souvent discutables.

  3. Article très intéressant, mais le véritable problème, comme dit par Argo, c’est la surpopulation ; je crois qu’André MALRAUX en avait parlé à son époque …

    Quoi qu’il en soit, la guerre nucléaire qui arrive, oui, je sais, je suis pessimiste, va « régler » ce problème de surpopulation ..

    Comment puis-je être aussi affirmatif sur ce point-là ? Tout simplement parce que les mondialistes ne pourront construire leur nouvel ordre mondial sur au moins 2 paramètres :

    1 – La sidération due à la situation (hiver nucléaire, radiations, entre autres)
    2 – La mise en place du fameux  » 6uild 6ack 6etter  » ou build back better  » – le « 666 »

    Et pour « reconstruire, il faut d’abord détruire l’existant ; comme « ils » n’ont plus besoin de la populace pour résoudre les équations telles la production, la captation d’énergie infinie, le stockage d’énergie, ou encore l’anti-gravité (ce qui permettre de circuler partout) … tout ceci est caché, et bien caché, je ne peux le prouver pour le moment …

    La preuve ? Regardez toutes les peurs :
    La maladie
    De ne pas être soigné
    La guerre
    Le climat
    La pénurie alimentaire
    La pénurie énergétique

    • L’emballement du climat risque de provoquer d’énorme mouvements de populations par manque de ressources et de ce fait des confrontations sur l’ensemble de la planète et notamment à cause du besoin vital de l’eau. D’autre part une croissance démographique infinie dans un espace fini est INENVISAGEABLE ….ça va frotter comme disent les cyclistes !!….La terre ;mais aussi l’univers sont régis par une seule loi: celle de l’équilibre car sans équilibre ;pas d’harmonie et sans harmonie pas de vie . La terre se fout littéralement des déséquilibres engendrés par sa population car tout déséquilibre est suivi d’un « rééquilibrage » des paramètres dans le temps et l’espace; et cela peut prendre plusieurs générations d’individus .En plus de la loi de l’équilibre qui implique la dualité il faut ajouter les cycles car tout est cyclique ;(et pas seulement en économie avec JUGNAR ET KONDRATIEF)et tout est gaussien (avec sa courbe en cloche).Bref ;dans quelques milliers d’années on verra des archéologues se pencher en grattant la terre sur notre passé pour essayer de comprendre les réels motifs de notre disparition .

      • Dédillon a écrit: _ »D’autre part une croissance démographique infinie »_
        .
        Impossible, la seule chose infinie sur terre, ce sont les pillages de la gauche et son pouvoir de nuisance.
        .
        Tous les continents ont fait leur transition démographique, sauf l’Afrique, sans elle la population aurait pu diminuer de -50% en 2100. Cela dit, ils émettent très peu de co2 ce qui est une raison de plus pour n’en faire venir aucun (un Africain multiplie ses émissions par 35 en venant chez nous).
        .
        Pour l’Afrique les données démographiques sont peu claires parce qu’avec une telle natalité sans aucun gain de productivité, il va forcément leur arriver de grosses catastrophes qui vont tuer des centaines de millions de gens.
        .
        Avec ce que les dirigeants nous font depuis 3 ans, certaines prévisions démographiques globales sont négatives avec une réduction drastique de la population mondiale.

    • Les enfants on « peur » des monstres sous le lit, ça ne dit rien sur rien.
      .
      Toutes les causes que vous décrivez on énormément diminués depuis 1945, comme la mortalité, la mortalité infantile, les maladies, les guerres et on produit beaucoup plus de nourriture qu’il n’en faut à l’humanité.
      -Les famines toujours récurrentes dans certaines régions au début du siècle passé ont disparues (sauf zone de guerre ou communisme).
      -Les soins défaillants sont du au fait que la France est en régime pré-communiste (un état à 68% du PIB, c’est un record mondial) et au fait que la science est dévoyée et les dirigeants tarés.
      -Il y a zéro preuve, même dans les rapports du GIEC, que l’augmentation de +1,3°C en un siècle a engendré plus de catastrophes, au contraire, même les feux de forêt on diminués (source NASA).
      Quant à l’énergie, ce n’est qu’a cause de l’imbécilité des écolos et des dirigeants que nous somme en pénurie.

  4. Jean-Paul, je t’invite à lire les ouvrages de Immanuel VELIKOVSKY, entre autres :

     » Mondes en collision  » ouvrage dans lequel tu apprendras que la terre a connu des cataclysmes, des changements de températures, mais que les peuples ont raconté, avec leurs mots et leurs connaissances des époques, avec une précisions saisissante !!

    Ce livre est paru en 1950 !! -j’ai et ai lu ce livre …
    Pierre JOVANOVIC l’a réédité en 2003, et en 2019 …

     » Les grands bouleversements terrestres  » paru en 1955 – je ne l’ai pas lu, je le ferai dès que je le trouverai d’occasion … Les mammouths ont gelé alors qu’ils avaient des herbes dans la bouche …

     » Le désordre des siècles  » paru en 1952 – je ne l’ai pas lu, je le ferai dès que je le trouverai d’occasion …

    La terre a connu des variations de température parfois très très brutales !!

    Le CO2 est nécessaire à la vie ; dire que c’est l’humain qui est responsable du réchauffement, quand on sait que le GIEC a avoué que ses calculs étaient faux, est tout simplement un mensonge …

  5. Merci pour ces mises au point. La variation des paramètres orbitaux n’a donc que très peu d’influence sur une courte période (un ou deux siècles). Mais il est probable que le CO2 ajouté par l’homme à l’atmosphère n’a guère d’influence non plus. La cause du réchauffement est peut-être l’énorme chaudière solaire fonctionnant irrégulièrement. Parait-il aussi que l’effet de serre dû à la vapeur d’eau est prépondérant. Or, on ne peut pas empêcher l’évaporation des mers et des sols humides. En plus, lorsque certains glaciers disparaissent, on trouve quelquefois des vestiges (sentiers ou autres) montrant une présence humaine en ces lieux avant glaciation. Tout se discute !!

    • « En plus, lorsque certains glaciers disparaissent, on trouve quelquefois des vestiges (sentiers ou autres) montrant une présence humaine en ces lieux avant glaciation. Tout se discute !! »

      Oui, j’avais vu un documentaire qui en parlait.

    • La vapeur d’eau a aussi un effet au niveau des infrarouges !
      H20 est en effet une molécules tri atomique, elle fait entrer en jeu des mouvements vibratoires plan…

  6. Avec quelques recherches sur googueule, on s’aperçoit vite que notre planète aurait connu des périodes encore plus chaudes que celles annoncées pour faire peur !
    Le Réchauffement climatique que l’humanité favoriserait, ce serait même à cause des humains que la planète se réchauffe, voilà un excellent moyen de se remplir les fouilles avec des lois liberticides et l’accession à des postes hyper rémunérés pour tout ceux qui font gober n’importe quoi aux peuples inconscients !!!

  7. Il y a un tout petit détail omis par l’auteur : c’est que la concentration en CO² est si faible qu’elle ne permet pas du tout les effets annoncés.
    Il faut arrêter de faire des démonstrations à prétention scientifiques avec des approximations pareilles.

    • Savez-vous que la terre était une boule de glace il y a 750 millions d’année ?
      Température, 50 degrés de moins que maintenant.
      A cette époque, pas CO2, pas de NH4 (bouffé par des bactéries), ni même de H2O dans l’air, que du O2 et du N2 !
      Ce sont les volcans qui ont libéré du CO2, ce qui a permis à la planète de dégeler…

      • Non, des tas de facteurs trop complexes a exposer ici sont en jeu dans ce dégèle et l’hypothèse Co2 a été atomisée dès 2011, s’il y avait besoin tellement les taux nécessaire auraient du être ridiculement élevés pour obtenir cet effet (130’000ppm).
        De plus le maximum (8000ppm) sera atteint bien APRÈS le dégèle (mesure géocarb III).
        Si on s’en tient aux calculs du GIEC, ce taux dix fois plus important qu’actuellement aurait du amener des températures incompatible avec la vie.
        Ils nous parlent de +5°C pour +40 particules par million d’augmentation, imaginez +7600 ppm !!!

  8. Pas du tout convaincant ! Le climat change tout le temps, même d’une heure à l’autre.

      • Météo et climat sont inséparables. L’un est le long terme et l’autre le cours terme. Le climat ne change pas sans que la météo change aussi. Le long terme l’emportant sur le cours terme, l’inverse n’a pas de sens.

  9. Cet article n’explique rien car il n’effleure même pas les propriétés radiatives des gaz moléculaires alors que c’est la définition même de ce qu’on appelle couramment l’effet de serre.

    • Dans le texte :
       » les variations des états d’énergie ne seront pas ceux correspondant à des photons lumineux, mais à des photons infrarouges, ce qui est encore plus vrai pour le CH4 que le CO2. Il est à considérer que le CO2 et le NH4 jouent un rôle de capture et de rétention de l’infrarouge, interdisant à une grande partie de cette énergie thermique de se dissiper dans l’espace. »

      Je pensais que cela suffisait, l’infrarouge décrit comme piégé, je croyais que c’était clair !

      • Oui mais on pourrait croire que seuls ces deux gaz absorbent/émettent dans l’infrarouge alors que ce n’est bien sûr pas le cas. La vapeur d’eau a une absorptivité bien plus importante que le CO2, et elle est énormément plus présente (au total) dans l’atmosphère que le CO2. Là où on peut argumenter, c’est sur les concentrations locales, car le CO2 étant plus lourd il se concentre donc davantage près du sol. Mais dans tous les cas, le pouvoir radiatif des gaz moléculaires sera toujours plus faible que celui des gaz de grosses particules comme les suies ou la fumée. Pour s’en convaincre il suffit de comparer la puissance dégagée par une flamme d’hydrocarbure (CO2 + H2O + suies) et une flamme d’alcool (CO2 + H2O seulement). Le CO2 est un des gaz à l’effet de serre les plus faibles et sa concentration insignifiante même multipliée par 10 restera toujours trop faible pour faire fondre l’antarctique.

        • Vous pouvez encore rajouter les CFC, le NO2 et quelques autres…
          Autre aspect du problème, celui de l’emballement !

      • Les propriétés radiatives suivent par ailleurs une loi en exponentielle inverse de l’épaisseur optique, signifiant que l’énergie plafonne au lieu d’augmenter indéfiniment. C’est difficile d’expliquer si brièvement un sujet si vaste et compliqué, pardon si je suis pas très clair

  10. Humblement, car ce n’est pas mon domaine même si j’ai étudié un peu a physique au lycée, donc très peu, juste pour comprendre de quoi on parle, j’ai vu l’autre jour un documentaire concernant le premier vol spatial de l’URSS au temps de la Guerre Froide dans un contexte de rivalité avec les Etats-Unis qui travaillaient dans le même registre.

    Et, peut-être naïvement, je me suis dit que ces vols spatiaux ne devaient pas être innocents et sans effets au niveau de l’équilibre qui occupe l’article. (?)….

    • Impossible, les quantités en jeu sont absolument infimes par rapport à la terre et aux quantités de co2 dégagées par la biomasse chaque année par exemple (1000 milliards de tonnes de co2, une fusée faisant ~100 tonnes).
      Les 2000 explosions nucléaires depuis 1945 sont infiniment plus importantes que les fusées, pourtant ça reste toujours infime par rapport à d’autres quantités (rien que l’éruption du volcan Tonga de 2022 c’est plus de 1000 fois Hiroshima).
      .
      L’auteur se plante quand même parce qu’il a oublié une donnée fondamentale: la dose.
      400 particules de co2 par millions, c’est ridiculement petit et le taux a déjà été 7 fois plus élevé au jurassique. Si les calculs monomaniaques du GIEC sur le CO2 étaient bons, les dinosaures auraient dû être rôtis.

  11. Plus encore, c’est le nombre de bipèdes présents sur Terre qui a accéléré ledit réchauffement si réchauffement il y a. La surpopulation est la cause réelle de ce dit phénomène s’il existe. Croissez et multipliez, et crevez. L’humanité n’aura plus qu’un seul choix, réduire drastiquement sa population. Au niveau des ressources alimentaires, cette option est nécessaire, ainsi que pour les sources d’énergie. La stérilisation contre le pain. Mais, a mon avis, il est déjà trop tard. L’humanité va sombrer dans le chaos, et peut-être même disparaître toute ou en partie.

    • Effectivement aussi, en 1950, nous étions 2,6 milliards.
      Aujourd’hui, plus de 7,7 milliards !
      Une multiplication par 3 en 70 ans !

    • Il existe aussi une corrélation entre la consommation de fromage et le risque de mourir entortillé dans ses draps.
      Il existe des tas de corrélations stupide, la terre est gigantesque et très résiliente, aucune des milliers de catastrophes prédite pour les années 2000 et suivante (ex:mort des coraux) ne ce sont produite et la population mondiale va en plus probablement diminuer d’ici 2100.
      .
      « On est trop », ça ne dit absolument rien sur rien.

Les commentaires sont fermés.