Cultivons notre jardin : que faire au mois d’août ?

Si pour beaucoup d’entre nous, l’été rime avec repos, détente et farniente, le jardin lui, reste bel et bien actif et ne doit pas être délaissé ! Semis, récoltes, entretien… voici comment prendre bien soin de votre jardin ou potager au mois d’août.

L’été voit s’épanouir de nombreux légumes au potager, mais peut aussi représenter une période rude pour nos végétaux peu habitués aux grosses chaleurs le reste de l’année. Voici comment en prendre soin et les préparer doucement au retour de l’automne.

Toutes nos bonnes astuces pour entretenir son jardin pendant la belle saison

Que semer au potager au mois d’août ?

Le mois d’août est pour le potager une période de transition vers les prochaines saisons. C’est le moment de semer les graines qui feront naître les légumes à déguster en automne ou en hiver comme les épinards, les radis, la laitue, la mâche, l’oignon blanc ou encore le navet. Du côté des herbes aromatiques, n’attendez plus pour semer les graines de cerfeuil, persil et coriandre. Idéalement, vos semis doivent être protégés de la lumière directe, grâce à des palettes en bois ou voiles d’ombrage. Découvrez ici tous nos conseils pour faire pousser des herbes aromatiques.

Que récolter au potager mois d’août ?

En août, les légumes de l’été, bien gorgés de soleil sont prêts à être récoltés… et dégustés ! C’est le cas des aubergines, betteraves, brocolis, carottes, choux-fleurs, concombres, cornichons, courgettes, épinards d’été, haricots verts, laitues, melons, pastèques, navets d’été, oignons, poireaux, pommes de terre, poivrons, radis ou encore tomates. Au verger, les cerises, abricots, pêches, pommes, poires… peuvent encore être ramassés. Pour profiter de votre belle récolte, voici quelques idées recettes de saison. Enfin, n’oubliez pas de ramasser les légumes malades pour éviter leur propagation sur les autres végétaux.

Comment bien entretenir mon potager au mois d’août ?

Pour bien entretenir votre potager, pensez à ôter les feuilles jaunes des tomates et à tailler les herbes aromatiques, les légumes, la lavande ou encore les rosiers pour les renforcer et générer de nouvelles pousses.

Côté arrosage, privilégiez cette activité en fin de journée (en serre en revanche, choisissez un arrosage matinal pour éviter la concentration d’humidité pendant la nuit). Pour éviter le gaspillage de l’eau en période de sécheresse, n’hésitez pas à réutiliser l’eau de cuisson de vos pâtes, œufs, pommes de terre ou autres légumes. Certains déchets de la cuisine s’avèrent en effet très efficaces au jardin !

Apportez un maximum d’ombre et de fraîcheur en installant des cagettes, plantes hautes ou filets au-dessus de vos plantations. Avant de partir en vacances, tondre la pelouse au ras n’est pas nécessaire : au contraire, les brins plus longs vont contribuer par leur ombre à maintenir la fraîcheur et l’humidité nécessaires à la bonne santé du jardin.

C’est aussi le moment de pailler les sols ou plantes en pot pour leur offrir une stabilité thermique pendant les vacances. Découvrez ici tous nos conseils pour réussir le paillage de votre jardin.

Comment prendre soin de mes plantes d’intérieur en août et pendant les vacances ?

En été, les plantes d’intérieur aussi peuvent avoir besoin d’un peu de dépaysement. N’hésitez pas à les sortir à condition d’éviter un endroit les exposant au soleil direct. Côté arrosage, n’arrosez ni trop peu, ni pas assez : une bonne manière de voir si les plantes sont suffisamment arrosées est d’enfoncer son doigt dans le terreau sur environ 2 cm, si la terre est encore humide, l’arrosage est suffisant. Si elle est sèche, il est nécessaire. Cette saison est aussi propice au rempotage des plantes. C’est le moment de leur offrir plus d’espace pour s’épanouir dans un pot plus grand (par ici pour en savoir plus).

Avant de partir en vacances, nettoyez et dépoussiérez bien vos plantes d’intérieur avec un chiffon humide et rassemblez-les dans une pièce lumineuse (l’obscurité est à bannir) mais non exposée au soleil direct. L’idéal est de les maintenir dans une atmosphère légèrement humide comme une salle de bains bien éclairée par exemple. Optez enfin pour un système d’arrosage autonome comme le gel d’arrosage (qui offre jusqu’à 30 jours de tranquillité) ou un système au goutte à goutte.

https://www.femmeactuelle.fr/deco/deco-d-exterieur/jardin-plantes-potager-que-faire-au-mois-daout-2139582?utm_source=welcomingconseilsetjardin&utm_medium=cpc&utm_campaign=pmo_fac_article

 589 total views,  1 views today

image_pdf

6 Commentaires

  1. Ne comptez pas sur les pouvoirs publics, achetez des réservoirs comme ceux employés sur les chantiers, il en existe aussi en plastique mou, et récupérez vous-même l’eau de pluie mais aussi , si vous habitez à côté de votre jardin, toute l’eau de l’évier de cuisine, du lavabo, de la douche et de la machine à lessiver – à chaque fois que vous tirez la chasser de votre WC ce sont 10litres d’eau qui s’en vont aux égouts! ce sont des centaines de litres d’eau bénéfiques pour votre jardin si vous n’employez que des savons biodégradables – c’est embêtant… il faut récupérer avec des bassines et des seaux, mais votre jardin survit. Depuis la sècheresse de 2003 nous avons, chaque année, amélioré notre système et nous avons, en permanence une réserve de 2000 litres – nous envoyons le moins possible à l’égout.

  2. Attention a trop arroser fait descendre la matière nutritive des plantes d’un étage dans le sol et surtout change l’organisation racinaire des plantes et nous oblige a toujours arroser si on ne veut pas voir les plantes dépérir rapidement .

  3. Tout ça n’est qu’un énorme  »copier/coller » des livres de jardinage!
    La réalité cette année c’est de lutter contre la sècheresse…..tout crève donc les récoltes sont pour le compost et les semis n’ont jamais, de mémoire de jardinier pris racine sur du béton.
    Maintenant il faut se battre pour que les pouvoirs publics à tous les niveaux organisent des systèmes de récupération et stockage de l’eau des pluies d’hiver et de printemps A GRANDE ÉCHELLE tout comme LOUIS XIV l’a fait pour Paris en construisant des réservoirs en amont de la capitale .
    Pour creuser ,j’ai une idée : Pelles pioches et les taulards au boulot !!

      • C’est notoirement insuffisant !! Bien sûr que le social tire les crédits vers le bas ,mais il reste beaucoup à faire commune par commune !!
        Expl: Une salle des fêtes disposant d’une toiture de 500 m² peut dans une région qui reçoit 1000L/M² par an faire sans problème un réservoir de 500 M3……10m X 10m sur 5m de profondeur .

    • C’est à mon avis, l’idée la plus importante entre toutes : tout nouveau permis de construire de maison individuelle devrait comporter OBLIGATOIREMENT la pose d’une citerne de récupération d’eau de pluie d’au moins 5 m³ recevant les gouttières de tous les pans de toiture de la maison, le trop plein allant au puisard. Une aide substantielle devrait être accordée à tout propriétaire choisissant de faire installer une telle cuve dans sa propriété existante. L’eau des puits et des forages agricoles devrait faire l’objet d’une taxation puisqu’il s’agit de l’eau de la nappe phréatique.

Les commentaires sont fermés.