L’histoire de l’abbaye de Randol en Auvergne

L’abbaye de Randol est située au milieu de champs et de bois. – © Abbaye de Randol

Bienvenue à l’abbaye de Randol, en Auvergne. Créée par l’abbaye de Fontgombault en 1969, cette abbaye accueille aujourd’hui trente-six moines bénédictins qui suivent la règle de saint Benoît : “Ora et labora”, c’est-à-dire “Prie et travaille”. Ici, les moines sont des spécialistes en fromage. Allez, c’est parti, Divine Box vous emmène y faire un tour !

Au commencement

 

En 1948, juste après la Seconde Guerre mondiale, l’abbaye de Solesmes établit une fondation à Fontgombault. Connaissant rapidement une grande prospérité, les moines de Fontgombault songent très vite à créer à leur tour des fondations. Lorsqu’en 1966 l’évêque de Clermont-Ferrand les sollicite pour fonder une abbaye dans sa région, les moines n’hésitent pas, et c’est ainsi que la première pierre de l’abbaye de Randol est posée en 1969. Deux ans plus tard, c’est l’arrivée des premiers moines. Pas mal !

 

En 1971, les bénédictins de Fontgombault s’installent donc à côté d’un village en ruine au cœur de l’Auvergne, que surplombe un ancien oppidum gaulois. À la base, Randol n’est qu’un prieuré et reste sous l’autorité de l’abbé de Fontgombault. Mais le prieuré prospère très rapidement, et Randol est érigé en abbaye dès 1981, acquérant ainsi son indépendance vis-à-vis de Fontgombault, même si les deux communautés gardent des liens fraternels forts.

Un moine de Randol conduisant son troupeau de vaches. – © Abbaye de Randol

L’architecture de l’abbaye de Randol

 

Pour la construction de l’abbaye, les moines font appel à de grands noms. Tout d’abord, les architectes : Paul-Jean Monnoyeur et Louis Piessat. Le projet est d’établir une abbaye moderne qui invite à la prière. Ensuite, pour les vitraux de l’abbaye de Randol, les moines contactent Yves Dehais, l’un des plus célèbres maîtres-verriers du XXe siècle, pour dresser plus de cinquante vitraux bien colorés ! Incroyable résultat qui s’apprécie surtout depuis l’intérieur grâce aux jeux de lumière. Par exemple, quand un fidèle rentre, il passe de l’obscurité de l’entrée à la clarté présente dans la nef !

 

Les moines pendant la messe dans la chapelle de l’abbaye. – © Abbaye de Randol

Les moines pendant la messe dans la chapelle de l’abbaye. – © Abbaye de Randol

Et aujourd’hui ?

 

Actuellement, la communauté compte trente-six moines bénédictins qui prient et travaillent selon la règle de saint Benoît « Ora et labora ». Pour la prière, ils se réunissent huit fois par jour pour chanter les offices, le premier étant à 4h30 du matin ! Et côté travail, les moines font de l’artisanat monastique avec leurs supers fromages fermiers au lait cru de leurs vaches.

 

À Randol, les moines mettent aussi à l’honneur la tradition de “l’accueil bénédictin”, aspect important de la règle de saint Benoît ! En effet, ils ont par exemple rebâti le village en ruine avec l’aide de scouts pour accueillir des personnes voulant faire une retraite, un ressourcement ou bien juste se reposer. L’été, le village affiche souvent complet ! De plus, la majorité de l’abbaye est dédiée aux retraites masculines individuelles. Enfin, les bois entourant l’abbaye sont le terrain de jeu privilégié des scouts de Clermont-Ferrand et d’autres horizons !

Les fromages de Randol sont entièrement faits à l’abbaye. – © Abbaye de Randol

 

Et pour déguster leurs fameux fromages ?

 

Pour acheter les bons produits monastiques de l’abbaye de Randol, une seule solution : vous rendre sur place ! Voici l’adresse : Abbaye de Randol, 285 route de Randol, 63450 Cournols. N’hésitez pas non plus à visiter le village. Et si c’est trop loin pour vous, venez découvrir d’autres produits monastiques d’abbayes sur la boutique monastique en ligne de Divine Box.

 

 

 

 663 total views,  1 views today

image_pdf

3 Commentaires

  1. Un peu trop moderne à mon goût, l’architecture. Bon, je ne vais pas en faire un fromage.

    • Avis que je partage (ça ne ressemble pas vraiment l’idée que je me fais d’une abbaye) mais elle ne date que de 1969…

Les commentaires sont fermés.