Nantes, séquestration et actes de tortures entre mineurs placés en foyer.

Le parquet des mineurs a requis le placement en détention des deux adolescents et de la jeune fille soupçonnés d’avoir infligé des actes de torture à un autre adolescent en début de semaine à Nantes. La liste des sévices infligés s’est allongée. La victime est « en état de choc ».

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/actes-de-tortures-entre-ados-a-nantes-la-violence-aurait-deferle-apres-un-simple-geste-deplace-7340db6c-0e84-11ed-9988-8d99268291f5

Nantes, séquestration et actes de tortures entre mineurs placés en foyer.

Le 26 juillet dernier les forces de l’ordre ont porté assistance vers 15h20 à un adolescent sur la voie publique, impasse des Houx dans le quartier saint Donatien, à l’est de Nantes. Il est alors en sang, avec des traces de coups, des coupures et des brûlures. L’adolescent affirme avoir été séquestré depuis la veille au soir dans un centre d’accueil familial spécialisé, où trois adolescents, une adolescente de 16 ans, deux adolescents de 14 et 17 ans, ont été interpellés dans la foulée.

L’occupante du studio, qui aurait eu un contentieux avec la victime, peut-être suite à un « geste déplacé », se serait déchaînée avec les deux jeunes garçons sur elle – une partie de son crâne aurait été rasé, des coups de couteau chauffés à l’aide d’un chalumeau, des blessures de cigarettes, des coupures auraient été faites à la victime, battue avec des casseroles, et qui aura finalement réussi à échapper à ses tortionnaires au moment où une autre personne a frappé à la porte de l’appartement.

Les trois auteurs présumés ont finalement été mis en examen ce 28 juillet pour séquestration avec actes de torture et de barbarie. L’adolescent de 14 ans a été placé en centre éducatif fermé à la Chapelle saint Mesmin près d’Orléans, l’autre auteur âgé de 17 ans a été écroué en détention provisoire à l’EPM d’Orvault, et la jeune fille au quartier mineurs de la maison d’arrêt pour femmes de Rennes. Une instruction a été ouverte et des expertises psychologiques demandées. La victime était toujours hospitalisée à ce moment et a eu quatre semaines d’ITT.

Le même jour, quatre voitures se sont embrasées rue Vulcain dans la prairie de Mauves, vers 20h40.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

https://www.breizh-info.com/2022/08/01/201431/nantes-sequestration-et-actes-de-tortures-entre-mineurs-places-en-foyer/

 546 total views,  8 views today

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


3 Commentaires

  1. Il faut voir aussi les mélanges au niveau des services sociaux pour les enfants ou adolescents placés. On ne regarde pas, certains placés pour raisons familiales mais ponctuelles (maladie des parents ou autre, pas des cas sociaux) se retrouvent avec une faune de cas justement très « sociaux », avec drogues et compagnie… largement entretenus pas le Social.

    Cela n’est pas d’aujourd’hui (déà constaté dans les années 90 où la délinquance commençait dès 8 ans à 12 ans.

    Tristement ces centres n’ont plus rien à voir avec ceux d’avant. L’assistanat social y est aussi décuplé et honteux, ce qui n’arrange pas les choses de ceux qui deviennent « tout m’est dû » (trouvant cela normal, pourquoi arrêter !) qui sont très nombreux.

    Grand mélange donc de populations qui deviennent des clients habitués de ce genre de structures avec des parents qu’il faudrait éduquer aussi… et en premier, souvent très soutenus (et honteusement) pas des travailleurs sociaux endoctrinés social à tout prix avec toutes les excuses que l’on peut retrouver dans l’idéologie de Gauche (un vivier !).

    Il y a vraiment des limites aussi à mettre dans ce domaine du Social.