Silence des medias sur le documentaire du Bataclan qui pose les vraies questions

Oui, la responsabilité du pouvoir est énorme. Oui les failles du système de renseignement sont énormes.  Mais chut ! Il ne faut pas parler de ce qui fâche, n’est-ce pas ?

Résumé : « À la veille du procès des attentats du 13 novembre 2015, ce documentaire fouillé, coécrit avec le président de la commission d’enquête parlementaire Georges Fenech, revient sur les dysfonctionnements qui ont jalonné une nuit tragique. Comment, au cœur de Paris, un tel massacre (131 morts au total) a-t-il pu se produire aussi facilement ? En lien avec son président Georges Fenech, alors député LR, le réalisateur Francis Gillery s’est penché sur les travaux méconnus de la commission d’enquête parlementaire qui a épluché en 2016 le dossier des attentats du 13 novembre 2015 et pointé des failles. À l’aube du procès fleuve qui s’ouvrira le 8 septembre, ce documentaire rappelle les faits, les ramifications des réseaux terroristes de l’époque, les initiatives individuelles qui ont permis de sauver des vies, comme la courageuse interposition des vigiles du Stade de France. Il enquête sur les zones d’ombre qui ont apparu une fois la sidération passée. Comment des attaques d’une telle ampleur n’ont-elles pu être évitées alors que le Premier ministre de l’époque, Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, l’ex-juge antiterroriste Marc Trévidic et les services de renseignements les redoutaient ? Pourquoi les forces de police ont-elles mis autant de temps à intervenir au Bataclan ? Manque de coopération Ce documentaire donne la parole à un nombre impressionnant de protagonistes du drame, notamment, outre les personnalités citées précédemment, des membres des services de renseignements et du GIGN, des experts internationaux, une journaliste d’investigation, l’avocate de victimes Samia Maktouf, le rapporteur de la commission d’enquête Sébastien Pietrasanta (PS) ou encore Georges Dallemagne, vice-président de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats belges de 2016. Il ressort de leurs témoignages et du recoupement des faits l’échec patent de la coopération des services de renseignements européens, les ravages causés par les guerres de chapelles au sein des forces régaliennes et un protocole d’intervention inadapté aux nouvelles formes de terrorisme. Habituée aux prises d’otages et à la négociation, la France n’était, entre autres, pas préparée à ces attaques disséminées, semant le trouble chez ses policiers et convergeant vers un assaut final. Éclairant pour saisir le contexte fragilisé qui a conduit à ce drame, ce film s’avère aussi inquiétant car toutes les leçons ne semblent pas avoir été tirées, les pays européens ne présentant toujours pas de front uni face au terrorisme« . Réalisateur : Francis Gillery

https://putsch.media/20220715/interviews/interviews-societe/video-francis-gilerry-mon-documentaire-sur-la-bataclan-a-ete-passe-sous-silence-dans-les-grands-medias-hormis-quelques-tentatives-de-desinformation/

 703 total views,  1 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. Front uni ? Front européen contre le terrorisme ??
    Alors là, faut pas charrier, l’Europe veille à dépénaliser l’islam et à le faire entrer par tous les trous.
    A la limite, on peut se demander s’il n’y a pas eu COMPLICITE de la part de certains haut placés dans l’attentat du Bataclan.

  2. Cher Resistence Republicaine,
    Je pense que la chose la pulus emportant, c’est toujour comprendre comment at’il ete possible rbruler 30 eglises en France!
    Je ne peu pas le comprendre.
    Merci per etre toujour courajeuses en travail.
    Salutation da l’Italie!

    Enrico Masala

    • Bonjour,

      Et merci, Enrico, pour vos encouragements venus d’Italie !

      (Le modérateur).

  3. on y parle de la complicité – au moins passive – des autorités, de l’état ?
    Sinon , à quoi bon !….

  4. complètement passé inaperçu et pour cause, l’état étant directement responsable du terrorisme que nous subisson depuis plusieurs années y compris des attaques au couteau quotidiennes

  5. Donc après le Bataclan nous avons Nice dont on sait que les vidéo voulait être confisquées à une femme gendarme qui les avait visionnées ..à l’époque elle n’avait pas voulu les donner et a été rétrogradée ..je ne sais ce qu’elle est devenue, mai sil y a eu faute la aussi ! nous pouvons aussi parler du Stade de France ..et tous ces dirigeants sont encore là ???
    sauf Hollande Valls Caseneuve mais ont ils rendu des comptes ?

  6. Tant que c’est le vulgum pecus qui trinque, pourquoi les politiques se prendraient-ils le chou ? Un rejeton de ces élites parmi les victimes ?

    • Les djihadistes s’en prendraient au gratin, la Justice se bougerait le croupion. Tant que c’est le pégu de base qui trinque, la lenteur est de mise.

Les commentaires sont fermés.