Aujourd’hui, audience au Conseil d’Etat contre les carrés musulmans dans les cimetières

‌Madame, Monsieur,

Je vous prie de trouver ci-dessous, mon communiqué au sujet de l’audience du Conseil d’État de demain, 9 h 30, où sera examinée ma requête demandant l’annulation de la circulaire du 19 février 2008 par laquelle le ministre de l’intérieur ordonne aux préfets de pousser les maires à créer, ILLÉGALEMENT, des carrés confessionnels, surtout musulmans, dans les cimetières de la République.

L’avis d’audience est également joint.

Vous souhaitant une bonne lecture et une bonne écoute, je vous prie d’agréer l’expression de mes sincères salutations.

Marcel GIRARDIN

Communiqué au sujet de l’audience du Conseil d’État le 16 juin 2022 à 9h30 

Dossier : annulation des chapitres 3 et 4 de la circulaire du ministre de l’intérieur poussant à la création, illégale, de carrés confessionnels, notamment musulmans, dans les cimetières.

Madame, Monsieur,

Demain, 16 juin 2022, le Conseil d’État examinera, en son audience de 9h30, ma requête visant à l’annulation des chapitres 3 et 4  de la circulaire du 19 février 2008, par laquelle le ministre de l’intérieur demande aux préfets de pousser les maires à accepter, illégalement, la création de carrés confessionnels, notamment musulmans, dans les cimetières de la République, au nom d’accommodements dits « raisonnables » avec la population issue de l’immigration.

Les musulmans, relayés par plusieurs de leurs instances « représentatives » ( Grande mosquée de Paris, l’association Musulmans de France-ex-UOIF réputée proche des Frères musulmans, l’ancien conseil français du culte musulman, etc, etc ) font en effet pression, depuis longtemps, auprès des politiques, des élus et des fonctionnaires pour obtenir la création, interdite par la loi du 14 novembre 1881 et le principe de neutralité laïque des cimetières, de ces carrés confessionnels particulièrement discriminatoires, puisque motivés par le rejet des chrétiens ou autres non-musulmans( croyants ou incroyants), jugés également impurs !

Demande séparatisteà motivation religieuse que le président du conseil des évêques de France a soutenue, le 15 avril 2020, dans une lettre au président du conseil français du culte musulman…S’agissait-il pour les évêques de France de vraiment soutenir cette demande ségrégationniste ou bien de saisir cette occasion offerte par le militantisme islamique, pour redonner force au fait religieux dans le fonctionnement du service publicde la République, en France ?

Hier, 14 juin 2022, l’État, en sa représentante Madame Pascale LÉGLISE, a indiqué au Conseil d’État, au sujet du nouveau règlement autorisant le burkini dans les piscines municipales de Grenoble, qu’il s’agissait bien : « de parler de l’adaptation d’une règle d’un service public aux seules fins de satisfaire des intérêts religieux ; ce qui porte atteinte à son principe de neutralité et de laïcité ».

Simple citoyen préoccupé par le devenir de la France, Je souhaite que demain, 16 juin 2022, le représentant de l’État tienne le même discours au sujet de cette exigence de création de carrés confessionnels, notamment musulmans, motivée uniquement par des intérêts religieux,à motivation discriminatoire et séparatiste, qui portent atteinte à la loi du 14 novembre 1881, égale pour tous par définition, et au principe de neutralité laïque des cimetières.

Marcel GIRARDIN
Conseiller municipal de Voglans de 2014 à 2020

 713 total views,  2 views today

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


10 Commentaires

  1. Bon: par ailleurs, rassemblés, ces carrés seraient plus faciles à saccager ou à profaner !

    Car c’est bien ça qu’ils ont fait à nos cimetières (surtout militaires) laissés sur place après notre départ de l’Algérie, non ? Sans que « l’on » s’en soit ému beaucoup !

    Et puis, je croyais que la plupart d’entre eux se faisaient rapatrier, une fois décédés, dans leur pays d’origine, pour y être enterrés. Une pratique à encourager !

    • les cimetieres en algerie n’etaient pas militaires car ce sont nos familles qui sont enterres dans des cavaux ;les ames de nos morts vont vous punir a tous de nous avoir abandonnes ;les cimetieres sont profanes sans que un seul francais ne proteste ;honte a vous tous !
      dieu est grand ,il vous voit ,vous irez rapidement tous en enfer !

  2. Ne pas oublier que les carrés musulmans, tout comme les mosquées deviennent automatiquement terre d’islam. C’est donc grignoter petit-à-petit des morceaux de France qui représentent déjà plusieurs dizaines voire centaines d’hectares.

  3. Une question ! Comme les musulmans sont enterrés en pleine terre, comment nos nappes phréatiques sont-elles protégées de leur jus ???

  4. Vu la date de la circulaire, et comme elle n’est pas invoquée par exception (pour obtenir l’annulation d’une décision prise en défaveur de M. Girardin à titre personnel), le recours sera sûrement irrecevable. Mais j’espère le contraire (le requérant fait peut-être valoir des circonstances de droit nouvelles ?). Cela aurait été intéressant de le savoir.

    • Bonjour Maxime,

      Ma requête est dirigée contre le rejet par le ministre de l’intérieur( absence de réponse) de mon recours gracieux, en date du 15 mai 2020, où je lui demandais l’annulation de la circulaire prise afin de favoriser, MALGRÉ LEUR INTERDICTION par la constitution, la loi du 14 novembre 1881 et le principe de neutralité laïque, la création de carrés musulmans dans les cimetières de France. J’ai effectué ce recours en tant que citoyen auto-engagé refusant l’apathie générale et notamment celle de l’ensemble des groupes politiques à l’Assemblée nationale et au Sénat que j’avais saisi sans succès. Le président de la République, lui aussi, ne m’a jamais répondu.

    • Suite : L’enjeu le plus important ne porte pas sur la recevabilité ou non de ma requête mais sur les conséquences du choix délibéré, à ce sujet, de toutes les autorités politiques et administratives ( le juge également) de violer la loi française pour se soumettre aux exigences de la loi et de la coutume islamiques, profondément discriminantes à l’égard des non-musulmans et cherchant à imposer en France une autre civilisation que la nôtre.
      Ce sujet est peut-être moins médiatique que celui de l’autorisation aberrante par les écologistes de Grenoble du Burkini dans les piscines municipales mais demeure lui aussi très révélateur du processus de communautarisation en cours, voulu par les élites françaises et américaines mutuellement complices, et conduisant à la fracturation de notre pays comme Nation et à l’effacement du rayonnement universel unique que lui offre la laïcité.
      Voilà où nous en sommes aujourd’hui !

      • Bonjour et merci Marcel pour ces explications. J’espère que le Conseil d’Etat ne considèrera pas que la circulaire est simplement interprétative, cela conditionne aussi la recevabilité du recours.
        Et oui, le recours pour excès de pouvoir est un merveilleux instrument entre les mains du citoyen. J’ai préparé tout seul une requête contre mon employeur, sans le secours d’un avocat; c’est très long mais intéressant aussi. Il faut penser à tout. Ce sont les sources vives du pouvoir et de la République au quotidien.