Lettre de l’Afrique centrale à Macron pour réclamer des sous !

Macron roi du monde.

La lettre bien tournée d’un représentant d’Afrique centrale à Macron pour demander de l’argent gratuit  est un petit bijou du genre.

L’auteur qui connaît bien ce qui peut culpabiliser les Européens ratisse large pour trouver les arguments convaincants qui expliqueraient l’arriération de l’Afrique : le vilain Covid, la guerre en Ukraine et les immenses besoins pour la «  réduction des émissions de gaz à effet de serre » !

greta-antifa-2-e1626800171238.png

Quel monde de fous où l’on espère obtenir de l’argent pour faire baisser la température en Afrique. Et pourquoi pas pour dé-saler l’océan Atlantique ou raser le Kilimandjaro (L’Afrique n’est pas la Chine) !

La lettre poursuit sur « la proximité géographique et les liens historiques qui nous unissent » pour faire pleurer les chaumières. On s’aime, on s’aime !

Puis l’accusation tombe : « La France et les pays de l’Union européenne doivent prendre leur part de responsabilité » !

 

L’auteur africain rappelle au roi du monde Macron ses promesses « du Sommet de Versailles d’avril dernier ».

Il a probablement vu l’annonce de Borne :

« Chèque alimentaire »: une aide inflation finalement versée sur les comptes en banque à la rentrée.

Il a raison : dans sa grande générosité, la France pourrait fort bien envisager de verser un chèque alimentaire de 150 € aux 38 millions d’Africains qu’il évoque, une paille dans le budget. A vos calculettes.

 

Monsieur le Président,

Je m’adresse à vous dans la mesure où vos responsabilités vous autorisent à porter au plus haut des instances internationales notre message, celui de l’Afrique profonde, en ces temps tourmentés où l’inimaginable – cette guerre sur le sol européen – se déroule sous nos yeux et où la décision d’embargo à l’encontre de la Fédération de Russie a des conséquences majeures sur nos économies africaines. 

Comme vous en avez certainement conscience, la guerre en Ukraine et l’embargo qui lui est adossé vont durablement affecter le continent africain, déjà confronté à des difficultés structurelles et conjoncturelles chaque jour plus lourdes à supporter pour des populations meurtries et des entreprises de plus en plus fragilisées. En effet – faut-il le rappeler –, la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 a occasionné une nouvelle récession des économies africaines et mis à mal les progrès durement réalisés en matière de réduction de la pauvreté sur notre continent. Avec un effondrement du tourisme et une chute brutale des exportations – notamment celles des hydrocarbures –, cette pandémie a fait basculer des millions de personnes dans l’extrême pauvreté, créant autant de nouveaux pauvres et d’individus menacés par la famine et la sous-alimentation. 

La guerre en Ukraine et l’embargo contre la Russie viennent perturber le fragile équilibre alimentaire mondial, chamboulent les circuits de l’énergie, compromettent les efforts déjà insuffisants en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serreet ne peuvent qu’exacerber la précarité de nos pays, déjà caractérisés par de nombreuses vulnérabilités. 

38 millions de victimes collatérales en Afrique

Cette guerre n’est pas celle de l’Afrique. Alors qu’elle n’y est pas partie prenante, l’Afrique est le continent qui en subit les dommages collatéraux les plus importants aux plans humain, social et économique. Elle les subit d’autant plus que la plupart de nos pays, faute d’amortisseurs ou de dispositifs d’amoindrissement des effets induits de ce choc comme dans les pays de l’OCDE, ne bénéficient que d’une marge de manœuvre minime. Contraint de subir sans pouvoir réagir, le continent en est ainsi réduit à faire accepter l’inacceptable aux populations. C’est là, me semble-t-il, que le bât blesse.  

Le roi du monde à Versailles 

 

La France et les pays de l’Union européenne doivent prendre leur part de responsabilité.En raison d’un environnement macroéconomique dégradé, nos économies ont peu de marge de manœuvre permettant de venir en aide aux populations. En déclarant, lors du Sommet de Versailles d’avril dernier, que  « l’Union européenne doit redéfinir une stratégie alimentaire à l’égard de l’Afrique, sans quoi plusieurs pays seront touchés par des famines dans les douze à dix-huit prochains mois », vous avez admis que la situation pourrait bientôt devenir intenable.  Selon les estimations récentes du cadre harmonisé sur l’insécurité alimentaire en Afrique, 38 millions de personnes  pourraient être les victimes collatérales en matière alimentaire de la guerre Russie-Ukraine. 

Les prix record des matières premières énergétiques et agricoles, à l’instar du blé, du maïs ou des engrais, vous le savez, sont particulièrement préoccupants pour notre région. Pour le blé, à titre d’exemple, les importations représentent environ 85 % de l’approvisionnement, dont un tiers provient de Russie ou d’Ukraine. À cet égard, ce sont tout de même 16 pays regroupant 40 % de la population du continent, soit 374 millions d’habitants, qui dépendent à 56 % et plus du blé russe et ukrainien. C’est considérable ! 

Des choix douloureux à faire

Nous vous demandons, en votre qualité de président du Conseil de l’UE, de convoquer dans l’urgence un sommet extraordinaire réunissant d’une part des dirigeants de l’UE et d’autre part des dirigeants de l’UA, ainsi que des membres de la société civile africaine et du secteur privé africain.  

Le bien-fondé de ce sommet tient à l’urgence alimentaire, elle-même nourrie par un environnement inflationniste propice à l’apparition de tensions sociales et politiques. La rencontre, qui pourrait se tenir en terre africaine – pour en ajouter à la symbolique –, aurait pour objectif de définir les mesures d’accompagnement des pays africains en vue d’une sortie de crise à court terme et, d’un autre côté, d’engager la réflexion sur une organisation efficace des politiques agricoles, incluant la modernisation du secteur et la promotion de l’agro-industrie et des produits locaux. 

De manière globale, et dans la poursuite de nos objectifs communs de paix, de sécurité et de stabilité, dans le plein respect du droit et des conventions internationales, il y aura des choix douloureux à faire de la part de nos partenaires de l’UE, qui entraîneront des diminutions de dépenses pour un certain type d’équipements et l’augmentation corrélative des investissements en faveur de la construction de la paix via le développement de nos pays en construction. 

C’est un changement de cap qui doit être mis en perspective car, par la proximité géographique et les liens historiques qui nous unissent, la sécurité de l’Europe dépend étroitement de la sécurité de l’Afrique, et inversement.  

Ensemble, nous avons le devoir d’agir pour éviter que la jeunesse africaine ne ploie sous la famine et ne soit tentée par une aventure sans lendemain ou séduite par les sirènes des nouvelles chapelles idéologiques. 

 

Dans cette perspective, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de ma parfaite considération. 

JA

 

 

 

 852 total views,  2 views today

image_pdf

33 Commentaires

  1. Et si les négroïdes étaient nés en Europe ?
    Est-ce que ça leur donnerait le droit de venir nous en chasser ?

    J’avais lu , il y a quelques années que les noirs seraient descendus d’Europe de l’est, pour envahir l’Afrique et exterminer la race préexistante.
    Pour l’instant, les paléontologues se bornent à des hypothèses, surtout des suppositions.
    Pour ma part, je serais porté à croire à une apparition multirégionale, de sous espèces bien distinctes et locales.
    Il n’y a aucune logique à dire que nous serions les descendants d’une seul individu.

    Car pourquoi l’homme devrait-il obligatoirement venir d’un seul endroit ? L’hypothèse de départ n’a pas de sens.

    • @frejusien, j’ai mis des posts en dessous avec une info qui contredit toute cette idéologie d’une origine africaine de l’humain (qui, quand on regarde la réalité ne tient pas) à laquelle certains, pour des raisons idéologiques s’accrochent. Les recherches avec ADN et recherches paléo-anthropologiques permettent, avec beaucoup de résistances on s’en doute, d’en savoir plus et de remettre en question ce postulat qui n’aurait pas de fondement réel.

      Malheureusement, vu la limite des posts imposée (que je comprends pour empêcher les publications trop longues qui bloquent), l’ensemble perd de sa visibilité et nuit à la compréhension du message délivré que l’on est obligé de tronquer ou de mettre en plusieurs fois parfois de façon dispersée à la lecture.

      Cf ci-dessous lien article si cela vous intéresse.

      • oui, merci @Amélie,
        j’abonde dans ce sens, j’ai bien lu l’article, on va enfin bientôt en finir avec cette hypothèse farfelue, qui ne repose que sur du sable.
        Le pire étant que, au final, on croirait une hypothèse fabriquée par une idéologie politique, c’est pour cela qu’elle regimbe devant la réalité.

  2. C’est interdit de prendre une pioche et de semer au lieu d’attendre les sacs estampillés ONU?

  3. https://www.breizh-info.com/2017/05/25/70327/premier-homme-europe-afrique-el-graeco/

    « Cette étude remet en cause la croyance, jusque là majoritaire bien que fortement contestée, que l’Homme est né en Afrique, dans la région des Grands Lacs et du rift…..
    ……. Cette hypothèse était appuyée par la présence sur le continent africain des plus anciens hominidés découverts. Une théorie très pratique pour de nombreux moralistes qui, bêtement, répètent à l’envi que nous serions donc tous « Africains » Quoi qu’il en soit, si cette découverte d’un ancêtre européen était confirmée, il s’agit d’un élément tout à fait phénoménal puisqu’il remettrait totalement en cause cette théorie « Out of Africa ».
    Cette théorie souffrait depuis plusieurs années de contestations de plus en plus étayées. »

    • Ne vous en déplaise. Il n’ y a que l’Afrique qui fabrique les HOMINIDES. Cette branche étonnante de mammifères à l’intelligence exceptionnelle, ingénieux et plein d’empathie y compris envers les autres espèces. Ce ne sont Ni l’Europe et l’Amérique avec leurs singes à queue, ni l’Asie avec ses Orang Outang. Mais bel et bien l’Afrique et seulement elle. Vos chercheurs peuvent par tous les moyens essayer de banaliser ce fait en trouvant des espèces ailleurs pour vous donner un autre départ et distinguer votre continent mais les faits restent les faits. D’ailleurs, ils feraient bien d’essayer de comprendre pourquoi et comment cela est possible.

  4. Il y a 100’000 ans, Homo Sapiens a quitté l’Afrique pour conquérir le monde. Homo Trouducus y est resté et 100’000 ans plus tard, ses descendants sont toujours aussi cons.

    • Nicolas, je voulais faire un commentaire mais en quelques mots vous avez tout dit. Bravo et merci de m’avoir facilité la tâche !

    • « Il y a 100’000 ans, Homo Sapiens a quitté l’Afrique pour conquérir le monde »

      Même ça c’est remis en question même si certains accrochés à l’ancienne théorie résistent à l’admettre. Il suffit déjà de regarder la réalité pour constater que physiquement nous sommes très différents, il n’y a pas que la couleur de la peau pour marquer la différence donc le soleil n’explique pas tout.

      La jonction entre le singe et l’homme n’a jamais été retrouvée non plus et donc ça aussi c’est une hypothèse. Les nouvelles recherches ADN et les découvertes paléoanthropologiques permettent d’en savoir un peu plus.

  5. Vous nous avez virer de l’Afrique alors qu’on y avait tout construit, tout développé et maintenant vous venez chialer ?
    Allez vous faire foutre et gardez toute votre merde islamo-negroïde chez vous.

  6. Des feignasses ces africains, mais on peut comprendre que ça doit pas être évident de bosser avec une queue de vache à l’intérieur de chaque mains…

  7. Ah ! le devoir, le devoir d’agir !!!!
    Mais qu’est-ce qu’ils attendent pour faire pousser leur blé ?
    Ils sont jeunes, en pleine forme, ils disposent d’un continent gigantesque, riche à profusion.
    Il ne leur manque que l’envie de travailler, alors ils préfèrent mendier mais en nous culpabilisant pour se dédouaner.

  8. Donner de l’argent à l’Afrique c’est exactement comme si vous alimentiez un puits sans fond, plus vous donnez, plus le puits devient profond, c’est très exactement ça et toute l’histoire du monde le prouve, laissez faire la nature, elle fait très bien les choses.

  9. Bonjour,

    Quel culot !

    Mais quel culot !!

    Quand nous leur achetons des matières premières, les élites africaines nous accusent de les « piller » (sic).

    Africains, cessez de piller l’Europe avec le blé ukrainien et lâchez-nous !

    • Le couple royal belge visite le Congo en ce moment, et encore et toujours les mêmes tergiversations pleurnichardes sur le colonialisme des belges et les excuses exigées des souverains.

      • Il faut qu’ils leur mettent en face tous les bienfaits et les constructions apportés (dispensaires, soins médicaux, etc….). Pourquoi personne ne le fait ? C’est pourtant une évidence.

  10. Je ne dirais qu’un mot : INDÉPENDANCE !
    Depuis 70 ans que vous l’avez et malgré les centaines de milliards de subventions dont on vous a généreusement gratifié (sans l’aval des citoyens, évidemment), il est temps de vous sortir les doigts du cul et de vous démerder.
    Les vôtres, de citoyens qui fuient vos pays pour venir chez nous, nous coûtent déjà bien assez cher, sans qu’en plus on leur paie leur voyage. A bon entendeur.

  11. Les pompes à fric à l’oeuvre. De plus ce fric va aller tout droit dans les poches des dirigeants corrompu et pourris jusqu’à la moelle et le peuple continuera à crever car il ne verra pas un seul centime.

  12. que l’UE leur envoie des « kits » contraceptifs » avec le mode d’emploi, c’est la seule bonne chose à leur faire – pour le reste ils ont bien appris leur leçon de victime imaginaire, quel culot !

    • Ils sont plus aptes a faire goulou-goulou dans la case que se sortir les doigts du cul et se démerder !

    • @ h: Avec le mode d’emploi, il faudrait pour ça qu’ils sachent lire.

  13. Tantôt nous sommes les vilains colonisateurs, tantôt ces abrutis nous lèchent le cul, une machette planquée dans le dos, pour nous apitoyer sur leur sort. Vu comme ils nous traitent, en plus que nous hébergeons une grande partie de leurs indésirables, personnellement je n’ai pas envie de pleurer! Des sous? Des clous!

  14. quand j habitais le93 et que j allais acheter des clops pour mon pére dans le bar tabac en face de chez nous il y avait toujours des papis blacks ou magrébins qui disait l afrique c était mieux au temps de la FRANCE et maintenant ils réclament encore du fric je les appellent les tanguy incapables de se débrouiller sans papa et maman

    • Aux infos belges, j ‘ ai même entendu certains riverains congolais que l ‘ on interrogeaient sur la venu du couple royal belge avouer que c ‘ était mieux au temps du congo belge. Une affirmait memême que les belges les avaient laissé tomber.

  15. Incroyable…. Ils voulaient l’indépendance, mais une indépendance à leur sauce.

    Et bien sûr, ils savent que la corde « sensible » marche pour ceux qui ne sont pas bien équilibrés et s’y laissent envahir sans réflexion intelligente, saine et constructive.

    Ainsi, voit-on la nuisance malsaine des associations qui se croient « humanitaires » alors qu’elles provoquent au contraire la guerre et un déséquilibre avec tous les effets secondaires qui les accompagnent. Des nuisibles sans cervelle et bien sûr, les politiques qui veulent juste leur faire plaisir pour avoir les retours électoraux bienfaisants pour leur ego, les suivent !

    Les Français, les vrais, on s’en fout !…

    • On a beau critiquer les Anglais, mais partout où ils se sont fait virer, dès le lendemain de « l’indépendance » ils ont coupé tous les robinets. Jamais une de leurs anciennes colonies n’est venue se plaindre.
      Nous, c’est le contraire, ils sont tellement habitués à notre pognon que c’en est devenu une addiction et aucun de nos politiques ne cherche à les soigner.

      • Oui vous avez raison, la France est vraiment en dessous de tout avec un raisonnement tordu ! Finalement, quand on y réfléchit, on constate que finalement c’est la France qui n’arrive pas à couper les ponts !

        A réfléchir….

  16. Cette afrique est depuis 100ans en « construction ». Depuis 100ans, on leur file un « pognon de dingue » ! Pour rien ! Et elle en réclame encore – et toujours ! Ces gens-là ne manquent pas d’air, pour alimenter leurs comptes en Suisse.

    • C’est tout le problème des « dépendants » : les assistés que l’on a aussi en France, mais en France, on aime les assistés.

      Cela nous perdra si l’on continue à ne pas « réfléchir » au lieu de fusionner et aboutir à satisfaire des demandes folles.

  17. La question du niveau de QI déplorable dans ces pays africains genre égal ou sous 65 ,(ils ne sont pas partout aussi bas mais concernent le centre, la Corne et la zone Zimbabwe Mozambique) et on n’évoque pas la démographie galopante, non non, ça ce n’est pas un problème, mais il faut aider cf réchauffement climat, vie difficile etc… Au temps de sa colonie la Belgique avec ses huit millions d’habitants gérait son Congo avec sa dizaine de millions d’habitants et on sait quelle charge pesait à l’époque…En 2022 la Belgique nous fait 12 millions d’habitants dont un grand nombre d’étrangers à gérer sur place avec gîte et couvert et argent de poche. Le Congo, lui, dans sa misère nous fait je crois une affaire de 60 à 80 millions si je ne m’abuse mais je crois qu’on ne sait pas très bien finalement. Ingérable, et il faut donc encore et encore donner !

1 Rétrolien / Ping

  1. Macron, roi du monde. Lettre de l’Afrique centrale au présent locataire de l’Elysée pour réclamer des sous ! Ben pourquoi se gêner ? | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.