Nos « élites » à la N’Diaye : elles effondrent l’école de tous et mettent leurs gosses dans des écoles protégées …

 

Un des problèmes centraux de la France est l’effondrement de son système éducatif.

Eric Zemmour l’a parfaitement compris, lui qui fait de la restauration de l’école  un des axes de son programme.

L’effondrement touche, désormais, un concours de recrutement des professeurs comme le CAPES.

Un étudiant de première année, ayant assimilé les trois premiers mois de son année,  est capable de réussir la totalité du sujet du CAPES de maths 2022, par exemple.

Un concours à Bac+5 pourtant !

Et pourtant, devant la faiblesse des candidats et malgré  un seuil de 8/20 aux écrits, beaucoup de candidats ne sont pas retenus …

L’école de 2022 est une école massivement détruite par les « élites » et leurs complices, les enseignants  adeptes du Gauchisme culturel.

Pour avoir une idée de ces tarés profonds, il suffit de faire un petit tour sur le site de Sud-Education 93 :

https://www.sudeducation93.org

Sud-Education 93 applaudit, bien évidemment, à la nomination de son  ministre, un woke, Pap N’Diaye.

Mais le ci-devant Pap, il n’est pas con, lui !

Il ne confie pas ses enfants aux tarés de Sud-Education 93, mais à la très sélect « Ecole Alsacienne » :

 

Je ne pense pas qu’on y enseigne le wokisme, cher à Pap,  et sa  haine des « auteurs blancs » mais bien plutôt, justement,   le corpus littéraire « blanc » de Platon à Modiano.

N’Diaye va détruire avec délectation   , tout son parcours l’annonce, ce qui reste de  l’école de tous,  tout en bétonnant l’école privée des élites : celle que fréquentent ses gosses.

Schiappa procédait de même, elle crachait , en public, sur les cathos et leurs écoles tout en y mettant, en secret, ses enfants.

Quand le pot-aux-roses fut dévoilé par une rivale, la donzelle Schiappa était en rage …

Tout cela me rappelle un reportage ancien,  au journal télévisé de la 2.

On y voyait le proviseur d’Henri IV devant deux piles de dossiers.

« Voyez disait-il, là la pile des journalistes …  Là la pile des politiques qui demandent des passe-droits pour mettre  leur  enfant à Henri IV »

Il ajoutait, avec malice:

« Dans la pile des journalistes, il y a un journaliste de  « Libération » qui crache en permanence, dans son journal, contre Henri IV et  les lycées d’excellence« .

La question que j’aborde, ici, est, à mon avis, essentielle.

Bien plus essentielle, encore, que le patrimoine des  élus, par exemple.

Elle signe la tartuferie profonde de ces « élites » qui mènent la France à la tombe.

Si bien, que  je pense que,  bien plus que demander leur patrimoine aux élus, il faut leur poser la question qui tue :

« Dans quelle école, camarade, mets-tu tes enfants? ».

Le camarade  Pap-ministre  a répondu en votant avec ses pieds  et en fuyant, pour ses enfants, l’école selon le coeur du camarade  Pap-woke   …

 686 total views,  3 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. Il ne manque plus qu’un ministre de la justice racisé, il viderait les prisons de ses congénères tout en habitant dans une forteresse ?

  2. Cela dépasse l’entendement, un peu comme le cas du compagnon du journaliste de bfm femme devenant homme qui se met en couple avec un homme. Il n’y a plus de repères mais les victimes d’attentats, elles, existent encore et toujours. Bizarre d’ailleurs que pap ait donné des prénoms français à ses enfants tout en étant wokiste à fond.

  3. La phrase de Jules Simon devrait être l’une des préoccupations majeures de tout personne souhaitant exercer des responsabilités politiques.
    Seul Eric Zemmour défend cette idée.
    Pire, depuis des décennies, les responsabilités n’ont fait que détruire l’enseignement

    • Quand j’ai quitté l’Education nationale, en 1978, soit quelque treize ans après l’obtention du Capes (un Capes de cette époque …), poussée dehors par des collègues qui n’avaient guère que le bac dans le meilleur des cas, et dont l’inculture était abyssale ,je me suis demandé quel était l’intérêt pour l’Etat de fabriquer d’incultes crétins. Et j’ai fait autre chose. Le plus consternant: d’anciens élèves, passés dans les classes supérieures, venaient me demander des leçons particulières, ainsi que leurs copains; et les jeunes frères, et les jeunes soeurs. Comme j’avais trouvé un autre travail, j’étais débordée ! La plupart de mes anciens collègues certifiés, et qui tenaient la route, ont quitté l’enseignement, et se sont recyclé(e)s. Cela se passait en 1978 ,au collège Joliot-Curie, à Pantin. Depuis, les choses, hélas, ne se sont pas améliorées.

  4. Pas fous, les zélites, chez eux on ne mélange pas les torchons et les serviettes. Pour le commun des mortels, l’école de la République, ou de futures chances pour la France empêchent les enfants des kouffars de travailler. Pour la progéniture de ceux qui se croient au dessus du panier, écoles privées, études supérieures dans établissements BCBG, stages USA où en Suisse. Ils aiment les habitants des quartiers dits sensibles à la folie, mais de là à les cotoyer, surtout pas! Ils ont peur de se tacher.

1 Rétrolien / Ping

  1. Nos « élites » à la N’Diaye : elles effondrent l’école de tous et mettent leurs gosses dans des écoles protégées … | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.