La FDA reconnaît le risque de thrombose avec l’ArN… mais seulement avec Janssen !!!!

Et voilà… Face à la multitude de témoignages d’effets secondaires suite au vaccin, il fallait que la FDA donnât un os  à ronger au bon peuple… ils ont trouvé : sacrifions le vaxxin de Jenssen, Johnson & Johnson. Accusons-le de tous les maux  afin de sauver les escrocs assassins Pfizer et Moderna. Pourtant le nombre d’effets secondaires liés à Pfizer et Moderna est infiniment plus nombreux !

Les salauds ça ose tout….

 

La Food and Drug Administration américaine a imposé jeudi des limites strictes à l’utilisation du vaccin contre la COVID-19 de Johnson & Johnson, en invoquant le risque de coagulation du sang, mais les experts estiment que Pfizer et Moderna présentent des risques similaires.

La Food and Drug Administration (FDA) a imposé jeudi des limites strictes à l’utilisation du vaccin contre la COVID-19 de Johnson & Johnson (J&J), en raison du risque de coagulation du sang que l’agence a qualifié de « rare et potentiellement mortel ».

Dans un communiqué publié jeudi, la FDA a déclaré que le risque que les personnes vaccinées développent une thrombose avec syndrome de thrombocytopénie (STT) après avoir reçu le vaccin « justifie de limiter l’utilisation autorisée du vaccin ».

La FDA a déclaré avoir identifié 60 cas de thrombose induite par le vaccin avec syndrome de thrombocytopénie, dont neuf décès, sur environ 18 millions de doses administrées – bien que cette affection soit probablement sous-déclarée.

Les femmes âgées de 30 à 49 ans sont les plus exposées au risque de STT lié au vaccin J&J, avec environ huit cas pour un million de doses de vaccin administrées, selon la FDA.

Selon les dernières données du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), entre le 14 décembre 2020 et le 29 avril 2022, 13 873 signalements de troubles de la coagulation sanguine ont été effectués après l’administration des vaccins contre la COVID-19 aux États-Unis.

Parmi ceux-ci, 6 227 rapports ont été attribués à Pfizer, 4 943 à Moderna et 2 662 à J&J.

Aux Etats-Unis, 575 millions de doses de vaccin contre la COVID-19 avaient été administrées au 29 avril, dont 339 millions de doses de Pfizer, 217 millions de doses de Moderna et 19 millions de doses de J&J.

L’agence a déclaré que les « avantages connus et potentiels » du vaccin de J&J pour la prévention de la COVID-19 l’emportent sur les risques connus et potentiels pour les personnes de 18 ans et plus « pour lesquelles les autres vaccins autorisés ou approuvés contre la COVID-19 ne sont pas accessibles ou cliniquement appropriés », ou « qui choisissent de recevoir le vaccin Janssen contre la COVID-19 parce qu’elles ne recevraient pas de vaccin contre la COVID-19 autrement ».

L’agence a décrit le TTS comme « un syndrome de caillots sanguins rares et potentiellement mortels, associés à de faibles taux de plaquettes sanguines, dont les symptômes sont apparus environ une à deux semaines après l’administration du vaccin contre la COVID-19 de Janssen [J&J] ».

Les restrictions actualisées de l’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) du vaccin, commercialisé sous la marque Janssen, s’appliquent également aux doses de rappel, rapporte CNN.

Les personnes qui peuvent encore recevoir le vaccin de Janssen sont les suivantes :

  • Ceux qui ont eu une réaction allergique grave au vaccin ARNm de Pfizer/BioNTech ou de Moderna.
  • Les personnes qui ont des préoccupations personnelles concernant les vaccins à ARNm et qui resteraient non vaccinées à moins de pouvoir choisir le vaccin de Janssen.
  • Ceux qui ont un accès limité aux vaccins à ARNm contre la COVID-19.

Les symptômes du STT comprennent un essoufflement, des douleurs thoraciques, un gonflement des jambes, des douleurs abdominales persistantes, des symptômes neurologiques (comme des maux de tête ou une vision trouble) ou des taches rouges juste sous la peau appelées « pétéchies » que l’on trouve au-delà du site d’injection.

Les experts s’interrogent sur le timing, et pourquoi seulement J&J ?

Peter Marks, M.D., Ph.D., directeur du Center for Biologics Evaluation and Research de la FDA, a déclaré que la limitation de l’utilisation autorisée du vaccin de Janssen « démontre la robustesse de nos systèmes de surveillance de la sécurité et notre engagement à garantir que la science et les données guident nos décisions ».

M. Marks a dit :

« Nous avons surveillé de près le vaccin de Janssen contre la COVID-19 et l’apparition de TTS après son administration et nous avons utilisé les informations actualisées de nos systèmes de surveillance de la sécurité pour réviser l’EUA.

« L’agence continuera à surveiller la sécurité du vaccin de Janssen contre la COVID-19 et de tous les autres vaccins et, comme cela a été le cas tout au long de la pandémie, elle évaluera minutieusement les nouvelles informations relatives à la sécurité. »

Cependant, Brian Hooker, Ph.D., P.E., directeur scientifique de Children’s Health Defense et professeur de biologie à l’université de Simpson, a une vision différente de la nouvelle.

« On a l’impression que la FDA reconnaît du bout des lèvres le fait que la protéine de pointe peut provoquer la coagulation, ainsi que les nombreux cas de coagulation signalés, en punissant Janssen, qui est devenu le « souffre-douleur » des fabricants du vaccin contre la COVID-19 tout au long de la pandémie », a déclaré M. Hooker.

« Je pense que cela est dû en partie à l’utilisation limitée du vaccin de Janssen aux États-Unis par rapport à Pfizer et Moderna », a-t-il ajouté.

M. Hooker a déclaré que la FDA peut limiter l’utilisation du vaccin de J&J sans avoir d’impact significatif sur la distribution globale des vaccins, « tout en ayant l’apparence de traiter la myriade d’effets indésirables des vaccins causés par tous les types de vaccins contre la COVID-19 ».

Jeudi, CNN a rapporté que seulement 7,7 % des personnes considérées comme totalement vaccinées ont reçu le vaccin J&J.

Le Dr Pierre Kory, fondateur et président de Front Line COVID-19 Critical Care Alliance, a déclaré à The Defender :

« Ma seule hypothèse est que cette action est une tentative de la FDA pour pouvoir prétendre qu’elle a pris au moins une mesure pour protéger la sécurité du public, ce qui s’apparente à un « signal de vertu ».

« Ayant été un observateur attentif de leurs actions tout au long de la pandémie, je trouve cette action tout à fait insuffisante et démontre une tentative calculée de garantir la poursuite des vaccinations avec des vaccins aussi dangereux. »

Le Dr Meryl Nass s’est interrogée sur le moment choisi par la FDA pour restreindre l’EUA.

« Pourquoi la FDA a-t-elle simplement mis fin au vaccin de Janssen, alors qu’elle était au courant des problèmes de thrombose depuis le lancement du vaccin ? » Mme Nass a demandé.

Mme Nass a déclaré au Defender que la FDA était peut-être au courant du problème de thrombose avant même le lancement du vaccin de Janssen, « puisque la plateforme de vecteurs adénoviraux est connue pour être associée à la thrombose » depuis « plus de 15 ans ».

M. Kory, qui a fait remarquer que tous les vaccins contre la COVID-19 ont présenté un taux élevé d’effets indésirables, s’est également interrogé sur le calendrier des nouvelles restrictions.

« Je trouve que le moment choisi pour cette action est à la fois irrationnel et alarmant étant donné qu’il existe de nombreuses données provenant du monde entier, dont la plupart sont censurées par les médias et les revues médicales, selon lesquelles tous les vaccins contre la COVID-19, et pas seulement ceux de Janssen, présentent depuis longtemps des signaux de toxicité inacceptables et variés – au-delà des seuls troubles de la coagulation – provenant de nombreuses bases de données de pharmacovigilance et de rapports de données épidémiologiques et de santé publique », a déclaré M. Kory.

 

Dès avril 2021, les autorités sanitaires américaines et européennes ont cherché à savoir si les vaccins contre la COVID-19 de J&J provoquaient des caillots sanguins.

Cependant, il y avait déjà de plus en plus de preuves que les vaccins de Pfizer et de Moderna pouvaient provoquer des effets indésirables similaires. Les autorités réglementaires américaines ont été alertées de ce risque dès décembre 2020.

En décembre 2021, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont recommandé les vaccins contre la COVID à ARNm de Pfizer et de Moderna plutôt que le vaccin de J&J en raison du risque de caillots sanguins, malgré des données montrant que les vaccins de Pfizer et de Moderna provoquent également des troubles de la coagulation sanguine.

 

En janvier 2021, peu après le lancement du vaccin de Pfizer aux États-Unis, The Defender a fait état du décès d’un médecin de Floride âgé de 56 ans qui a développé un trouble de la coagulation sanguine après avoir reçu le vaccin de Pfizer et qui est décédé 12 jours plus tard.

Le Defender a également fait état de nombreux autres décès liés à des troubles de la coagulation sanguine qui se sont développés après l’administration des vaccins de Moderna et de J&J.

Le vaccin de J&J a reçu l’autorisation d’utilisation d’urgence le 27 février 2021.

Le 13 avril 2021, la FDA et les CDC ont interrompu l’utilisation du vaccin pour enquêter sur six cas de STT signalés.

Les agences ont levé la pause seulement 10 jours plus tard, après avoir confirmé qu’un total de 15 cas de STT avaient été signalés au VAERS, y compris les six cas signalés initialement, sur environ 8 millions de doses administrées.

Merci à Marcher Sur Des Oeufs  pour le lien.

https://childrenshealthdefense.org/defender/la-fda-limite-lutilisation-du-vaccin-de-jj-en-raison-dun-trouble-de-la-coagulation-sanguine-mais-les-experts-estiment-que-les-vaccins-de-pfizer-et-moderna-presentent-un-risque-similaire/?lang=fr

 622 total views,  3 views today

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


4 Commentaires

  1. Tant qu’il y aura des assassins au pouvoir. On a bien dès le début enlever les traitement qui marchaient. Traitement qui étaient administré depuis plus de 20 ans sans effets secondaire.. Mon voisin légionnaire et mon cousin qui était dans l’armée me disaient « on en a bouffer des kilos sans aucun problème ». Mééééé comment s’enrichir sans mentir et manipuler le peuple de moutons. Ben voilà avec des milliers de morts plus tard.

  2. Aujourd’hui, la nocivité et dangerosité de cette expérience médicale n’est plus à démontrer. La vraie question est de savoir quand et comment arrêter les assassins qui distribuent ces poisons. Liste non exhaustive de ces assassins: Bill Gates, Albert Bourla, von der Leyen, Klaus Schwab, Fauci Macron, Draghi, Trudeau, Biden, Bergoglio … Et leurs petites frappes: Veran, Buzyn, Speranza & Co … La solution: Un ou deux « vaccins » hypersoniques de Vlad pour mettre tout le monde d’accord?

  3. ◘ VIDEO : CHAÎNE ODYSEE KAIROS – Les médecins demandent qu’on les écoute (version longue) | April 21st, 202 | DURÉE : 1h 24mn
    https://odysee.com/@CQFD:5/ecoutez-les-medecins:f

    DESCRIPTION : Quatre médecins s’expriment sur la gestion de la crise sanitaire. La réalité de terrain est bien loin de celle que nous présentent depuis un an les médias dominants.