Le 10 septembre 1954 : un extra-terrestre atterrit en Corrèze

Oui, vous avez bien lu : un extraterrestre pose sa soucoupe volante — c’est par ce terme que l’on désignait les OVNI à cette époque à cause de la forme de ces engins aérospatiaux—  sur le plateau de Millevaches, toponyme qui n’a aucun rapport avec les paisibles limousines qui broutent sur  sa surface. Ce nom proviendrait du gallo-romain  melo pour la première partie, et du latin  vacua pour la deuxième. Melo signifiant lieu élevé, et vacua,  vide.  Il y a aussi l’autre étymologie : mille-batz,  ou mille sources, qui a donné Millevaches. La première explication semble la plus plausible.
La Corrèze, dont je suis issu par ma mère, a donné quelques hommes célèbres, dont trois papes : Clément VI, Innocent VI,  et Grégoire XI.Tout ceci au XIVème siècle. Plus près de nous, Edmond Michelet, trois fois ministre sous De Gaulle, son fils Claude, écrivain, l’auteur entre autres  de Des Grives au Loup. Éric  Rohmer, le cinéaste, est né à Tulle. Il y en a bien d’autres, mais je ne les citerai pas tous. Je n’oublie pas Jacques Chirac, dont je ne pense pas  que du bien. François Hollande n’est qu’un Corrézien d’adoption. J’en pense plutôt du mal. Le pire est peut-être le cardinal Dubois, né à Brives, ministre du régent Philippe d’Orléans. Mais tous ces illustres personnages ne sont que de la petite bière comparés à cet événement formidable que constitue la visite d’un voyageur venu des lointains  confins de notre galaxie.
Nous sommes en septembre 1954. Le président est René Coty. Nous sommes encore sous la quatrième République. La guerre d’Algérie est proche. Le nouveau franc n’a pas encore fait son apparition, et la France ne connaît pas encore d’invasion migratoire. Heureuse époque.
Donc, en ce jour de septembre 1954, le 10, vers 20h30, un habitant du hameau de Mouriéras, commune de Bugeat, rentre de ses champs. Il est allé  voir où en étaient ses culture de blé noir, ou sarrazin, dont on fait des crêpes, dites tourtous en Corrèze.  La nuit tombe. Monsieur Antoine Mazaud est cultivateur, c’est par ce vocable que l’on désignait  les agriculteurs d’aujourd’hui. C’est un solide gaillard, le père Mazaud; un mètre 82 sous la toise. De plus, il est armé d’une fourche. Il traverse le plateau du Pilou pour se rendre au hameau de Mouriéras où est située sa ferme. Il se trouve à peu près à 1500 mètres de son habitation. Il s’engage sur un chemin rocailleux bordé de genêts et de fougères.
Il fait sombre, seule la lune fournit une médiocre clarté, quand il aperçoit un homme qui vient vers lui, de taille moyenne, et qui marche en baissant la tête. Le voyageur de l’espace, par signes, indique que ses intentions sont pacifiques. Il s’approche, retire son casque, sorte de protège-tête métallique, un peu comme ceux des motocyclistes mais dépourvu de   mentonnière, serre notre homme contre lui et lui donne l’accolade. Puis, il s’engage dans la lande, semble se mettre à genoux, et pénètre dans un engin de forme oblongue dont la longueur n’excède pas six mètres. L’OVNI, dont l’intérieur est faiblement éclairé, décolle en émettant un bruit comme le ferait une nuée d’abeilles, passe sous une ligne à haute tension toute proche et disparaît dans la nuit.  Monsieur Mazaud rentre chez lui pour souper. Il est troublé. Il s’en remet  à son épouse, à qui il fait jurer de garder le secret, et  à son fils. Malheureusement pour lui, madame se confie  à une voisine, et  la mésaventure de son époux  fait le tour de la commune. La gendarmerie ouvre  une enquête, et même la police nationale de Tulle, les renseignements généraux en l’occurrence,  s’en mêle. Aucune trace notable n’est  relevée sur les lieux suite à cette rencontre du troisième type. 
Des ufologues, du plus loufoque au plus sérieux, s’en sont mêlés. Cette belle histoire se déforma au gré des diverses interprétations. Certains ont évoqué la présence d’un hélicoptère soviétique, bien loin de sa base et de son rayon d’action. Les hélicoptères ne couraient pas les rues à cette époque. Monsieur Mazaud ne lisait pas de revues et d’ouvrages traitant  d’ufologie, et ne possédait pas la télévision, rare à cette époque et onéreuse. Le journal, peut-être, ou la Radio, auraient pu l’influencer. Tout d’abord, il n’a fait aucune allusion à une visite extra-terrestre. Ce n’est que bien plus tard qu’il a nommé son visiteur son Martien. À cette époque, on pensait encore que la planète Mars pouvait être habitée. Les spécialistes en OVNIS avancent le fait que ces engins sont propulsés par des générateurs de force antigravitationnelle. Ces mêmes engins utiliseraient  cette énergie en sens contraire, avec phénomènes d’attraction. Comme les deux pôles d’un aimant qui, lorsqu’ on les confronte aux pôles d’un autre aimant, repoussent  ou attirent  ce même aimant selon leur position.   Ces générateurs émettraient un bourdonnement ressemblant à celui d’une ruche. Ce qu’a affirmé monsieur Mazaud. De plus, suite au décollage de ce vaisseau spatial, un témoin affirme avoir aperçu dans le même créneau horaire un objet en forme de disque traverser le ciel, sur l’axe Bugeat-Limoges.  À cette époque, tout le monde ou presque voit des Martiens. Beaucoup de canulars sont montés de toutes pièces. Les officiels, la presse, étudient le profil psychologique des contactés ou des observateurs d’OVNI C’est ainsi qu’un témoin est désigné par l’appellation du trépané de Quarouble, là où a lieu une rencontre du troisième type. On tente de décrédibiliser les observateurs et les témoins.
De nos jours, tout le monde sait que la planète Mars est inhabitée. Mais on continue d’observer des OVNIS. D’où viennent-ils, existent-ils vraiment? Nous ne le saurons que le jour où leurs passagers  prendront contact avec les autorités des différents pays de notre bonne vieille Terre. En Attendant ce jour,  on peut toujours rêver; ce qui n’est pas à dédaigner dans notre époque de grand désordre.
Je suis un passionné de faits mystérieux, d’ufologie. Aussi, je me suis rendu sur les lieux où aurait eu lieu cette étrange rencontre.  Le plateau de Millevaches est un endroit magique, désert. Lieu idéal pour un extraterrestre pour s’y poser. Que venait-il faire en ces lieux désolés?  Il a emporté son secret avec lui. On n’y fait pas beaucoup de rencontres. On peut y visiter  les vestiges d’un village gallo-romain au lieu-dit les Cars, datant du IIème siècle de notre ère. Il y a aussi la chapelle de saint Sagittaire, édifiée en 1891 sur l’emplacement de la hutte de l’ ermite saint Sagittaire, qui évangélisa le plateau de Millevaches,  hutte qui lui servit de tombeau. À l’occasion de l’érection de la chapelle, ses reliques furent exhumées et  placées dans un buste -reliquaire que l’on peut apercevoir dans l’église de Saint-Setiers.
La semaine prochaine, je me propose de vous relater ma rencontre avec un ufologue et écrivain de science-fiction,  le récit d’un  témoin de l’ atterrissage d’un OVNI en plein Berry, et l’apparition d’OVNIS à Cieux (Haute-Vienne), apparition constatée par des membres de la belle-famille  de mon frère cadet.

 786 total views,  5 views today

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


9 Commentaires

  1. Ces extraterrestres pourraient nous être très utiles pour mener à bien la remigration. En une nuit ce serait fait, retour au bled, et on se sentirait enfin à nouveau chez nous dans notre pays.

  2. C’est en Corrèze-Est que je suis né en 1947.
    De 21 ans à 39 ans je me suis intéressé à tout ce qui est étrange, dont les O.V.N.I.s.
    Rien que par la force du mental j’ai trouvé que c’était un phénomène du Monde mental.
    Quelques années après dans une conférence, Aïvanhov dira la même chose que moi… Ce Maître n’a rien écrit et il reste ces conférences qui sont nettement plus enrichissantes que cette histoire d’O.V.N.I.s. C’est même un épiphénomène.
    Dans un village du Quercy un voisin s’intéressait aux O.V.N.I.s depuis 40 ans… Un beau jour je lui demandais : avez-vous trouvé des O.V.N.I.s ? Réponse : non. Et moi de lui ajouter : c’est parce que vous ne cherchez pas au bon endroit. Il m’a regardé avec des yeux de merlan frit. Il aurait du me faire parler… Mais non : il était chercheur en O.V.N.I.s et voulait garder ce status…
    C’est comme ceux qui fiers disent : je cherche Dieu depuis 50 ans ou plus…
    Dans ces histoires il faut voir : est-ce que les O.V.N.I.s ou Dieu s’intéressent-ils à moi ?

  3. Merci @Argo pour ce récit qui nous change les idées, plutôt noires en ce moment de grande déception.
    Un de mes oncles avec sa femme a vécu une de ces rencontres, mais surement pas aussi forte que celle du Corrézien.
    Une nuit, alors qu’ils revenaient de Martigues, un petit engin très lumineux, s’est mis à les survoler de très près, au dessus du toit de la voiture. Il les a suivi un petit moment, puis a disparu instantanément dans la nuit.
    Ils ont eu la trouille de leur vie.

  4. Bonjour,

    Merci de cette évocation, cher Argo.

    Cela me rappelle mon père au début des années 30.

    Il était assez farceur et avait raconté à l’école communale de sa ville natale, en Corrèze, qu’un extra-terrestre avait atterri chez ses parents.

    Dans l’après-midi une bonne partie de la petite ville était venue aux nouvelles, chez mes grands-parents, pour voir l’extra-terrestre …

    C’était une autre époque.

    Le Bac des Cars : que de souvenirs !

  5. Moi aussi j’ai rencontré un extraterrestre habillé bizarrement, quand il c’est approché, malgré qu’il ne parlait pas Français j’ai compris a ses gestes et son regard qu’il n’était pacifique. Heureusement j’avais mon chien qui a montré les crocs ,un signe,mon chien si gentil , avait compris qu’il avait a faire a une race d’envahisseurs. Des voisins ont aussi vu l’extraterrestre roder autour du hameau.Depuis on garde le fusil a portée de main.

  6. Sujet intéressant, ne serait-ce qu’au plan philosophique. Les scientifiques admettent que la probabilité que nous soyons seuls est inférieure à celle que la vie extraterrestre existe.
    Pour ceux que cela intéresse, il faut écouter les émissions de Radio ici et maintenant http://icietmaintenant.com/ : Mardi à partir de 23h & Dimanche de 14h à 17h30

    • Je pense qu’il faut être le dernier des abrutis pour envisager ne serait ce qu’un seul instant que l’être humain soit le seul dans l’Univers

      • Vous pensez qu’il peut y avoir sur une autre planète que la nôtre, un autre Macron ? Un autre Méchancon ? Un autre Véran ? L’univers serait une poubelle ???