Alors que Der Leyen veut nous voler le gaz russe, l’Afrique va désormais priver l’Europe de son gaz !

Illustration : gazoduc Maghreb-Europe

L’un des plus grands pays d’Europe – l’Espagne – a soudainement également été menacé de couper le gaz, mais il ne s’agit pas du tout des vecteurs énergétiques russes. Bien que le cas espagnol soit presque très similaire à ce qui se passe entre la Fédération de Russie et l’UE – un conflit sur un pays de transit et la menace d’un effondrement complet de l’économie. Qu’est-il arrivé?

L’Algérie a prévenu l’Espagne qu’elle pourrait arrêter la fourniture de son gaz au royaume ibérique si Madrid tentait d’utiliser le gazoduc Maghreb-Europe en mode inverse. Il y a un contexte intéressant dans cette histoire : les journaux espagnols qui ont diffusé cette nouvelle n’ont jamais utilisé le mot « chantage », qui ne quitte pas les pages de la presse européenne dans les commentaires sur la fourniture de gaz russe aux pays de l’UE contre des roubles.

Qu’est-ce qui menace l’Espagne avec la mise en œuvre de l’avertissement de l’Algérie ? Pour commencer, rappelons que l’Algérie fournit au « pays du jamon et de la sangria » 13 milliards de mètres cubes de gaz par an. Cela représente près de la moitié du volume total (22 milliards de mètres cubes) de carburant bleu consommé par l’Espagne. Il est aisé de deviner que le vrillage de la vanne par un Etat africain se transformera en catastrophe économique pour un pays européen, ni plus, ni moins.

Jusqu’en septembre de l’année dernière, le gaz algérien était fourni à l’Espagne par deux gazoducs : Maghreb-Europe (MEG) et MedGas. Tracé du premier : champ Hassi-Rmel (Algérie) – Maroc – Cordoue (Espagne). L’itinéraire du second part du même point de départ jusqu’au port méditerranéen algérien de Beni Saf et plus loin le long du fond de la mer Méditerranée jusqu’à la ville d’Almeria située sur la côte espagnole.

En septembre 2021, le contrat de 25 ans pour la fourniture de gaz algérien via MEG à l’Espagne a expiré. Le gouvernement de l’État africain a refusé de renouveler cet accord. Cela a été classé comme « une punition du Maroc, refusant de reconnaître l’indépendance du territoire du Sahara occidental, actuellement occupé par Rabat ».

Fait intéressant, Madrid est également enclin à la version selon laquelle le Sahara occidental devrait être un État souverain. Et sur cette base, les autorités espagnoles ont régulièrement des frictions avec les marocaines. Mais rendons au gouvernement espagnol ce qui lui est dû, il essaie de ne pas perdre la tête dans le feu de la lutte politique et rappelons-nous l’adage de Lénine selon lequel « la politique est une expression concentrée de l’économie », et non l’inverse. Autrement dit, la poursuite des injections réciproques dans la sphère politique ne signifie pas une rupture des relations économiques entre voisins séparés par le détroit de Gibraltar. C’est pourquoi Madrid, par la bouche de Teresa Ribera, ministre de la Transition écologique et de la Démographie, a récemment annoncé son intention de « vendre du gaz au Maroc, en utilisant le gazoduc MEG pour le pompage en sens inverse« .

La réaction de l’Algérie ne s’est pas fait attendre. Selon le journal espagnol La Vanguardia , mercredi 27 avril, le ministre de l’Énergie de ce pays, Mohammed Arkab, a déclaré avoir « reçu une notification par courrier électronique de Ribera concernant des projets de pompage de gaz vers le Maroc ». Et il a averti que « la redirection du gaz dans des directions non prévues dans le contrat de fourniture [de carburant de l’Algérie à l’Espagne] signifierait une violation [par la partie espagnole] des termes du contrat et aurait des conséquences » jusqu’à au tournant de soupape du côté algérien.

« L’Union européenne a récemment envisagé la possibilité de suspendre les achats de gaz russe », informe la publication. – Et tout le monde comprend que la forte dépendance au gaz russe des pays d’Europe centrale et du Nord complique la situation. Dans un tel scénario, une réduction des approvisionnements en provenance du sud aurait des conséquences économiques dévastatrices pour l’Espagne si cela devait se produire.

Le Conseil des ministres espagnol a considéré la déclaration d’Arkab comme une menace et n’a pas non plus hésité à réagir. « À la lumière des informations en provenance d’Algérie, nous signalons que le Maroc a demandé un soutien pour garantir sa sécurité énergétique sur la base de sa relation commerciale existante avec l’Espagne. Lequel a répondu positivement à sa demande, comme il sied à tout autre partenaire ou voisin.

Selon Madrid, il n’y aura pas de violation des accords avec l’Algérie, puisque l’Espagne a l’intention de mettre le surplus de gaz entrant en bourse, où n’importe qui peut l’acheter. Y compris le Maroc. Mais dans ce cas, l’acquisition du produit par Rabat ne sera plus considérée comme le résultat d’une vente directe de gaz par les Espagnols aux Marocains. Et il serait faux d’appeler le gaz algérien, qui passera en mode inverse par le tuyau maghrébin, car « ils achètent un produit à la bourse, mais pas son origine« . Et, comme vous le comprenez, les marchandises produites par différents pays sont mises aux enchères, et dans cette tourmente, l’essentiel est d’acheter ou de vendre, et quel type d’origine est la dixième chose. De plus, il ne peut pas être déterminé.

Et de manière générale, comme le souligne le site Internet de la télévision et de la radio espagnole RTVE (le premier bouton de la télévision espagnole), le Maroc, « très probablement, n’achètera pas de gaz de canalisation sur l’échange, mais du GNL, qui sera ensuite transporté vers un des usines espagnoles pour la regazéification et le pompage ultérieur par MEG pour inverser [c’est-à-dire de l’Europe vers l’Afrique] ».

Les experts notent que l’Espagne et l’Algérie semblent discuter de la même question, mais ils parlent de choses différentes. Madrid tente de rassurer les camarades africains sur le fait que le gaz qui ira de l’Espagne au Maroc ne sera pas de « nationalité algérienne ». Et le susmentionné Mohammed Arkab indique qu’il considère le problème plus large que sa collègue madrilène Teresa Ribera – les Algériens ne veulent pas autoriser l’utilisation du tuyau MEG pour la marche arrière en principe . Quelle que soit l’origine des marchandises. Selon les experts espagnols, une telle opinion des partenaires africains peut déjà être considérée comme une tentative d’ingérence dans les affaires intérieures de l’Espagne.

Il est possible que cet état de fait change littéralement dans les prochains jours : à partir du jeudi 28 avril, le gouvernement espagnol a approuvé une augmentation de 1,8 % du prix de l’électricité produite dans le pays (le prix d’échange, pas celui payé par le consommateur final). L’arrêt de l’approvisionnement en gaz par l’Algérie donnera aux « prix de l’électro » une impulsion pour un nouveau bond en avant.

Il n’y a aucune raison pour que Madrid entre en conflit avec l’Algérie (« eh bien, nous n’avons pas besoin de votre gaz, nous allons acheter à d’autres ») : il n’y a pas de produit libre sur le marché, la conclusion de contrats avec d’autres fournisseurs dépend de la capacité de ces derniers à augmenter la production. Ce qui ne peut se faire qu’avec le temps. Selon les experts, cela nécessitera au moins cinq ans et plus d’une dizaine de milliards de dollars d’investissements dans la construction et la mise en service de nouvelles usines de liquéfaction de gaz, ainsi que de terminaux pour son acceptation en Europe.

Et si vous vous souvenez que l’Italie a récemment signé un contrat avec l’Algérie pour la fourniture de 9 milliards de mètres cubes de gaz, alors Madrid devient tout simplement alarmant. Car, ne pouvant augmenter la production, les Africains devront utiliser pour l’approvisionnement de Rome la quasi-totalité du volume que l’Algérie considérait comme « libéré » de l’approvisionnement de l’Espagne en raison de l’arrêt des travaux à l’automne dernier de l’oléoduc Maghreb-Europe.

Le royaume ibérique tomba en même temps dans le zugzwang et les troubles du temps. Et puis il y a Mme Ursula von der Leyen, très sérieuse, qui promet que la Commission européenne est sur le point d’imposer un embargo sur l’approvisionnement en gaz russe.

https://vz-ru.translate.goog/economy/2022/4/28/1156142.html?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

 799 total views,  1 views today

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


14 Commentaires

  1. Ce que je pressentais et de quoi je n’osais parler : « la Russie va-t-elle, finalement nous délivrer de l’U€ ? Le problème, si cela peut s’avérer une réalité pour certains pays membres, hélas ! nous sommes la France la canne de l’Allemagne et nous avons Macron, ultra européiste, au pouvoir et nous n’aurons pas cette chance. Le cas est que l’UE, comme l’OTAN vont être ébranlés. L’U€ plus fragilisée que jamais ; si elle survit, ce sera avec un autre visage, celui qu’annonçaient certains, composé des pays du nord.

    ◘ Le gaz russe brise l’Union européenne. | 01/05/2022
    ◙ VZGLYAD.ru : https://tinyurl.com/yfpdbre4

    ◘ GAZ (articles intéressants sur le site VZGLYAD.ru)
    https://tinyurl.com/ae2stjpu

    • Bonsoir @Jules Ferry ;

      Oui ! Quel sacs de noeuds ; heureusement qu’il existes des sites sérieux et des journalistes compétents et sérieux qui font « du bon boulot » pour nous permettre de suivre le fil des évènements.

  2. ◘ Le monde non occidental regarde avec prudence la guerre en Ukraine
    https://www.youtube.com/watch?v=JbrK6LtTvOc
    DURÉE : 10mn 50s
    ◙ FRANCE CULTURE : 04/05/2022
    •► DESCRIPTION : Vu d’Occident, on peut avoir l’impression que la Russie s’est isolée en agressant l’Ukraine. Et que le monde entier soutient l’Occident. C’est une erreur, une grave illusion d’optique.
    …/…

  3. =======================
    STRATPOL :
    ◘ Torture en Ukraine : Entretien avec Laurent Brayard 06.05.2022 – [il y a erreur sur la date, je crois qu’elle date du 3 parce que je l’ai vue ailleurs à cette date. C’est de toutes les façons une video des plus récentes puisque c’est la dernière publiée sur la Chaîne Odysee de Stratpol]
    https://odysee.com/@STRATPOL:0/torturukr:0

    ◘ Bulletin N°81. Roubles pour tous, Kadyrov superstar. 29.04.2022.
    https://odysee.com/@STRATPOL:0/bulletin-n%C2%B081.-roubles-pour-tous,:b

  4. Il n’y a que l’U€, succursale ou comptoir étasunien et les USA qui sont contre la Russie.

    Vous comprenez ce que cela signifie à terme. Le monde se rend compte de ce qu’est la pourriture qui prétend régir le monde avec pour seuls faux valoir : « la démocratie, les droits de l’homme et son chapelet : woke, legbtuvwxyz,…. » Apparemment l’approbation dans tous les domaines n’est pas la monnaie courante.

  5. L’Union européenne a récemment envisagé la possibilité de suspendre les achats de gaz russe »; Les choses s’accélèrent ; les USA veulent le marché et font pression sur l’U€ puisque ce sont eux les chefs de l’U€ et qu’il veulent la fin de la Russie. Il y a deux jours j’ai lu une info sur le sujet de la volonté de Der Leyen , cheffe de l’U€ non élue, d’en finir avec le gaz russe DANS UN LAPS DE TMPS RECCORD ; la chose et IRRÉVERSIBLE ; c’est la volonté de l’U€, c’est surtout la volonté des USA, la volonté de l’oligarchie mondialiste, par laquelle et pour laquelle toutes les guerres de ces dernières décénnies ont été menées ; c’est aussi par elle et pour elle que la guerre en Ukraine est menée ; c’est encore par elle et pour elle qu’il y a la « pandémie COVID-19 » pour permettre d’inoculer à la population mondiale une arme chimique et que des mllions de personnes deviennent elle-mêmes des armes biologiques. ◘ ACTUALITÉ : DER LEYEN et le gaz russe – YANDEX.ru ◙ https://tinyurl.com/mrnceu3e

    • Marcher sur des Oeufs, s’ils – les ordures de Bruxelles – voulaient que les pays d’Europe s’effondrent, et que la guerre, interne à chaque pays, arrive, ils ne s’y prendraient pas autrement !!!

      N’oublie pas qu’ils savent PARFAITEMENT que des pays comme la France sont déjà ruinés… et pour cause, ils en sont l’origine !!!

      La van der la hyène, pas élue, est, comme tu le sais, dans des magouilles, des escrocqueries énormes, au travers de son mari je crois …

      Bors KARPOV a écrit très récemment qu’à partir du 09 mai prochain, les choses, les décisions militaires j’imagine, vont prendre une toute autre tournure…

  6. Là où on voit le niveau intellectuel des journalistes et des économistes, c’est lorsqu’ils affirment que nous sommes très peu dépendants du gaz russe. Si les pays qui en dépendent vont taper à la porte de nos propres fournisseurs, il n’y en aura pas pour tout le monde et les prix vont exploser. Der Leyen est une vraie p… Une inutile saloperie. Elle a dû partouzer avec tous les commissaires européens.

    • La solution la meilleure pour les français serait d’interdire les exportations énergétiques et agricoles vers l’Allemagne. Les allemands n’hésiteraient pas un instant si la situation était inversée.