Une CPF agressive, un molosse échappé de son jardin, Zemmour à 7… triste dimanche !

La balade « Stephen King » (maître américain de l’horreur)

Fleurs du printemps…

Dimanche 10 avril 22, je vais tranquillement, mais, d’un pas alerte, voter au bureau n°12 de mon quartier.

Nous sommes en début d’après-midi et le soleil commence à se montrer généreux.

Je ne pense à rien de particulier lorsque mon attention est retenue par une espèce d’énergumène patibulaire qui, juché sur un vélo, pédale tout en parlant très fort dans son téléphone portable.

Dans une noble langue orientale il vocifère contre son interlocuteur.

J’entends ensuite l’énergumène :  une « CPF » (une chance pour la France) qui m’insulte parce que j’ai osé le regarder et l’écouter promettre des merveilles à son auditeur ou auditrice…

C’est dans ce genre de situation, qui vous réveille brusquement d’un certain bien-être, d’une certaine nonchalance, qu’on aimerait avoir dans sa poche un « argument imparable » susceptible de calmer l’agressivité de la CPF. Je serre mon poing sur mon trousseau de clés en me promettant que si cet abruti (tout comme des milliers d’autres qui aiment tant…la France et ses autochtones…) fait demi-tour et vient à ma hauteur je lui flanquerai mon poing dans sa sale gueule d’abruti « saturée d’aides d’Etat ».

Heureusement cet intellectuel de niveau international, bourré d’amour pour son prochain, poursuit le chemin minable qui le conduit vers le néant de sa bêtise abyssale…

Et je vais voter au milieu de moutons apeurés et, bien sûr, masqués.

Je rentre ensuite chez moi tout en savourant ce plaisir de me déplacer à pied tranquillement et l’esprit vacant.

J’arrive dans ma rue et, alors que je m’apprête à passer devant le jardin d’une maison où vit un connard de cabot agressif, un American Staffordshire Terrier, je marque un temps d’arrêt …

Cette bestiole agressive, qui m’aboie toujours furieusement dessus à chaque fois que je passe devant son territoire, a sa tête qui commence à émerger… du grillage !

J’ai l’impression de voir une scène d’accouchement surréaliste ! Je ne rêve pas : cet abruti de chien est en train de passer à travers le grillage qu’il a déchiré de ses crocs ! Ses maîtres ne sont pas là et il doit (pauvre petite bête adorable en manque d’affection) s’ennuyer…

Comme je n’ai pas envie de lui servir d’exutoire, et n’ayant aucun « argument convaincant » dans ma poche, comme nos cousins d’Amérique en ont parfois, la peur au ventre, je décide de faire demi-tour et de passer par un autre endroit pour rejoindre ma maison…

Je me suis un peu rallongé en changeant de pâté de maisons et lorsque j’arrive près de chez moi ; je constate que le brave animal est maintenant dans la rue. Il est bien passé à travers la grille.

Courageusement (!) je me dépêche de rentrer chez moi avant que le molosse ne repère mon fumet caractéristique de vieux français moisi et patriote…

Plusieurs voisins sont dehors et observent le sympathique animal de compagnie !

Je vois des gamins qui s’apprêtent à remonter l’avenue et je leur crie :

« Attention il y a un chien dangereux qui erre faites demi-tour ! »

Les gamins, des adolescents, m’écoutent aussitôt et disparaissent…

Compte tenu du drame qui s’est déroulé il y a quelques jours avec le même type de chien,

Pour rappel :

-« Deux femmes mordues, un chien abattu, des policiers insultés, l’un d’eux blessé: ces faits se sont succédé mercredi soir à Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne. »-, je décide alors d’appeler Police secours.

La personne, au ton apathique, que j’ai au bout du fil, me dit qu’elle prévient la Fourrière.

Après de longues minutes un véhicule de la fourrière viendra bien pour s’occuper de cette situation plutôt anxiogène, sachant que nul ne connaît la psychologie et les intentions du charmant animal de compagnie…

Bref dans un court espace de temps (et bien sûr, malheureusement, il y a des choses bien plus dramatiques) j’ai vécu des moments « Stephen King » c’est-à-dire susceptibles de basculer dans l’horreur, grâce :

1)    A une gentille personne « CPF » pleine d’amour pour son prochain et

2)    A un adorable toutou susceptible de faire un carnage…

 

 

Et puis, bien sûr, le soir il y aura le choc du résultat de l’élection présidentielle avec le merveilleux camp du bien (les « mélangeonnistes ») qui a failli passer au 2ème tour…

 

Le printemps est tout de même une saison bien agréable et j’irai chez « Truffaut » pour m’en persuader…

 

 

 1,433 total views,  1 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. Tout à fait, les CPF parlent très fort dans leur portable et puis s’étonnent qu’on les regarde, c’est une réaction très conne, ils se piègent eux-mêmes avec leur portable en montrant non seulement qu’ils ne sont pas discrets mais ostentatoires en plus d’être agressifs et honteux.

  2. C’est cool mais Pourquoi illustrer un article avec encore la photo d’un présidant candidat de plus en plus hybride ? On ne veut plus le voir !!

  3. Diogène, dans l’attelage maître et chien le con est rarement côté collier. Une certaine population a jeté son dévolu sur ces races pour se donner du « poil au torse ».
    J’en parle en connaissance de cause. J’ ai des rotts depuis 43 ans, j’ai et je fais toujours des concours multiraces, regionales d’élevage et pistage, ces manifestations sont ouvertes au public et je n’ai jamais entendu parler ne serait-ce que l’ombre d’un problème.
    Par contre depuis les annees 2000 j’ai constaté que les molosses intéressaient de d’une manière croissante une population
    pas très recommandable. Une chose est sûre c’est qu’entre 1978 et 2000 il n’y avait pas cette population d’abrutis qui se déplace sur leurs petites pattes de derrière et en constante évolution.

  4. Moi, c’est au bureau de vote que j’ai vu un molosse, le maire de notre bled, Modem avec un soupçon de LREM. Pas aimable, pas baisant, aussi con que son père, ex-maire et parti pour le paradis ou l’enfer des cons. Il ne m’aime pas car je ne suis pas un bon citoyen. Un jour où il me reprochait d’avoir enfreint un arrêté municipal, je lui ai démontré qu’il manquait une virgule dans son fameux arrêté, virgule absente qui changeait toute la nature du texte. Baisé ! Pour l’emmerder, je suis allé voter en tenue de jardinier, avec mes sabots en caoutchouc pleins de terre, de la bonne terre de France. J’ai cru qu’il en aurait une attaque. Au deuxième tour, je vais aller voter en bermuda, tongs et Marcel, histoire de bien rigoler, car la première adjointe se scandalise de voir les gens en tenues légères. C’est une coincée de première Et elle sera là !

  5. Bon ! une journée banale, ( agréable ) ..que je vis de plus en plus..qui fait mal..et qui ne donne plus envie de sortir en fait ..

Les commentaires sont fermés.