« Quoi qu’il en coûte » : la dette de la France s’est alourdie de 165 milliards d’euros en 2021

En 2021, la dette publique de la France a atteint 2 813 milliards d’euros. Le gros de l’aggravation est au compte de l’Etat et de sa politique de dépenses au sujet de la gestion de la pandémie de Covid-19 et de ses conséquences.

En 2021, la dette publique (Etat, collectivités locales, administrations de sécurité sociale et autres organismes d’administration centrale) a augmenté de 164,9 milliards pour s’établir à 2 813,1 milliards, selon des chiffres révisés publiés ce 29 mars par l’Institut national de la statistique (Insee).

Elle a été notamment tirée par le maintien des soutiens d’urgence face à la crise sanitaire et la stratégie gouvernementale du «quoi qu’il en coûte», en particulier le fonds de solidarité, qui a coûté plus de 23,3 milliards d’euros à l’Etat après 16,3 milliards en 2020. Mais, exprimée en pourcentage du PIB et profitant du rebond de ce dernier en 2021 (+ 7% après une chute de 8% en 2020) elle a diminué  à 112,9 %, après 114,6 % à fin 2020.

Dans le détail, la dette des administrations de sécurité sociale ralentit sa progression en 2021 à 3,8 milliards après l’endettement record de 2020 (+77,7 milliards par rapport à 2019). Enfin, la charge d’intérêts de la dette a augmenté de 5 milliards soit +15,0%. L’effet des taux d’intérêt faibles a en effet, été plus que compensé par celui du dynamisme de l’inflation sur la charge d’intérêts des obligations indexées sur l’inflation. En 2019, avant la crise sanitaire, la dette s’affichait à 97,6% du PIB et le déficit à 3,1%. Pour 2022, le gouvernement prévoit de ramener le déficit public à 5% du PIB, notamment grâce à une croissance toujours dynamique attendue à +4% du PIB.

Dans sa trajectoire d’évolution des finances publiques transmise au printemps 2021 à Bruxelles, le gouvernement compte ramener le déficit public sous les 3% du PIB en 2027. La Cour des comptes a toutefois jugé cette trajectoire «incertaine», dans son dernier rapport annuel, soulignant qu’elle nécessiterait d’importantes économies supplémentaires et «des efforts sans précédent» sur la dépense publique.

https://francais.rt.com/economie/97451-quoi-coute-dette-france-alourdie-165-milliards-euros-2021

 713 total views,  1 views today

image_pdf

2 Commentaires

  1. Un rappel des arguments que j’opposais en avril 2020 à Emmanuel Crenne – désolé pour les majuscules qui manquent dans mon précédent message, j’étais sur mon téléphone :
    https://resistancerepublicaine.com/2020/04/08/coronavirus-jai-fait-en-3-semaines-mon-chiffre-daffaires-de-6-mois/
    Un autre Emmanuel – Macron cette fois-ci – a fait ce qu’il préconisait… avec tous les jours au Journal officiel des sommes importantes pour plein d’entreprises…
    Si le pouvoir n’avait pas apporté ces aides, nous n’aurions pas subi autant de restrictions à nos libertés, car la révolte aurait été très rapide et violente.

  2. Pas étonnant, j’étais le seul ici à m’opposer à emmanuel crenne qui voulait que l’état vole au secours des entreprises… Aujourd’hui on le paie plein pot avec la dette et l’inflation.

Les commentaires sont fermés.