La macronie et l’islamisme: fréquentations, collusions, lâchetés…

Une tribune libre de Jean-Frédéric Poisson, président de VIA, la voie du peuple


Tout comme le totalitarisme soviétique a eu, en son temps, ses idiots utiles, le totalitarisme islamique possède aujourd’hui les siens. Ils passent leur temps à condamner toute forme d’extrémisme, et en même temps cautionnent l’émergence de l’islam conquérant en France et en Europe. Bien sûr, ces faux résistants ne promeuvent pas sincèrement la charia, mais ils collaborent avec l’islam sur de multiples fronts et se discréditent dans des circonstances d’autant plus inacceptables que ces « idiots utiles » sont nos propres gouvernants…

Par une multitude de compromis, de reculades, et de soumissions, ils affaiblissent la France et alimentent la longue et patiente conquête islamique. Leurs renoncements les rendent complices de la balkanisation du pays, de l’émergence de « territoires perdus de la République », de la multiplication des femmes et des fillettes voilées dans l’espace public, des prières de rues massives, des appels de muezzins dans le bus ou le métro quand ce n’est pas directement depuis une mosquée[1] parfois financée par une monarchie pétrolière du Golfe. Ces concessions présentées par nos dirigeants comme de bonnes manières destinées à apaiser les relations entre la République et l’islam sont interprétées au contraire par les musulmans conquérants comme des marques de faiblesses et des présages de leur victoire imminente.

Naïvetés macroniennes

Collusions avec des individus radicalisés, inaugurations de mosquées fréristes, subventions suspectes : les compromissions de la macronie sont trop nombreuses à défaut d’être spectaculaires. D’Olivier Véran qui fréquente l’Association des musulmans Unis (association en connivence avec des extrémistes comme Hassan Iquioussen), à Gérard Collomb inaugurant l’Institut Français de la Civilisation musulmane aux côtés de Mohammed Al-Issa (auteur d’une thèse approuvant le djihad offensif et le meurtre des apostats), jusqu’à Gérald Darmanin qui rend visite à la mosquée de Bussy-Saint-Georges acquise aux Frères musulmans et vendant des ouvrages appelant au djihad armé ; il semble qu’une épidémie de naïveté et d’ignorance ait foudroyé nos responsables politiques qui ne prennent jamais la peine de s’informer du degré de radicalisation des individus qu’ils vont côtoyer, financer ou soutenir. Venant d’un citoyen quelconque, l’ignorance n’est pas un problème. Mais lorsqu’il s’agit de nos gouvernants, cela devient plus grave. Lorsque l’affaire est isolée, on peut penser à un mauvais concours de circonstances. Mais lorsque ces collusions se répètent et remplissent des livres entiers, il ne peut plus être question de malchance. Mon dernier ouvrage, La Macronie et l’islamisme, 5 ans de lâchetés[2] donne un aperçu détaillé et sourcé de cette capitulation permanente.

À lire aussi: Comment l’islamisme chasse les Juifs de nos quartiers

Récemment à Cannes, c’est à nouveau notre cher ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin qui a renoncé à fermer la mosquée radicale Al Madina Al Mounawara visée pour des signalements de propos « antisémites » et « anti-français »[3]. Quand bien même il l’aurait fermée d’ailleurs, la mesure n’aurait pas dépassé les six mois, le Conseil constitutionnel censurant régulièrement les délais de fermetures supérieurs, comme l’a révélé, il y a un an, le ministre de l’Intérieur devant le Sénat[4]. Cela doit cesser.

Réapproprions-nous notre héritage

Nos contemporains ont été capables d’imaginer un principe de précaution pour l’écologie ou le Covid. Ne serait-il pas temps d’appliquer enfin un principe de précaution pour l’islam ? Ne devrions-nous pas, pour protéger la France et les Français arrêter les demi-mesures et couper nettement les flux migratoires qui alimentent en permanence le terreau islamique sur notre territoire ? Il est urgent de poser la question des textes sacrés de l’islam : quand sera mise en place une véritable critique de fond de ce système dont la lettre constitue un droit pour les musulmans, superposable sinon supérieure au droit français ? Si les musulmans de France ne sont pas prêts à le faire eux-mêmes, il faudra s’y atteler.

À lire aussi : “Zone Interdite”: alors que nous tergiversons, les islamistes, eux, savent ce qu’ils veulent

Enfin, nous devons façonner un modèle qui se réapproprie notre héritage de civilisation et proposer une alternative efficace au modèle islamique et au mondialisme déracinant. À ces conditions seulement, nous pourrons conserver la France et la transmettre aux futures générations.

La macronie et l’islamisme: 5 ans de lâchetés

[1] « Les mosquées « profitent »-elles du confinement pour faire retentir l’appel à la prière ? », La Croix, le 06/04/2020.

[2] « La Macronie et l’Islamisme, 5 ans de lâchetés », Editions de Paris, 02/2022.

[3] « Le ministère de l’Intérieur renonce à la fermeture de la mosquée de Cannes », Le Figaro, le 15/03/2022.

[4] « Séance du 8 avril 2021 (compte rendu intégral des débats) », Sénat, le 08/04/2021.

Jean-Frédéric Poisson

https://www.causeur.fr/jean-frederic-poisson-la-macronie-et-islamisme-5-ans-de-lachetes-227642

 717 total views,  1 views today

image_pdf

3 Commentaires

  1. Evidemment que de vérités, d’évidence et par là même, de compromissions qui amènent la lente descente aux enfers de notre peuple..comment est ce possible d’accepter l’inacceptable !
    Ce qui est évident est clair, visible, coule de source, crève les yeux, flagrant, d’après le dictionnaire des synonymes, criant et notoire ..et publique !

  2. Collusion de beaucoup d’hommes politiques avec l’islam. Leur intérêt en la matière est plus que suspect… Sûrement un réservoir de voix lors des diverses élections, à flatter et à cajoler, contrairement aux aborigènes, qui sont menés à la trique et aux lacrymos!

  3. Tous ces baltringues devront être juger parce qu’ils ne défendent pas notre pays. Soit ce sont des lâches, soit ils touchent du fric, dans les deux cas ils ne représentent plus la France. Ils faut qu’ils rendent des comptes, et démis de leur fonction, et les remplacer par des personnes compétentes, qui ne trahissent plus leur fonction.

Les commentaires sont fermés.