Mohamed casse mon camélia à la jardinerie… la caissière veut m’obliger à payer !

 

Les journées ensoleillées de ce début de mars, les jours plus longs, les températures encore fraîches mais presque printanières l’après-midi, je n’avais qu’une envie en ce samedi 5 mars, commencer le jardinage du printemps et ajouter quelques plantes pour mon jardin ombragé afin de le parer des plus belles couleurs pour l’été.

Cela tombe bien, le camélia du Japon peut être planté en cette période et sa délicate fleur est un régal pour les yeux, tout comme son feuillage vert foncé. Je me décide donc à me rendre à la jardinerie.

Les plantes proposées à la vente sont déjà en fleurs pour certaines, la saison commence et mon coeur chavire pour un grand camélia blanc, d’environ déjà 80 cm voire 1 mètre. L’occasion est rêvée pour un arbre réputé lent pour sa croissance. Certains qui sont proposés sont deux fois plus petits…

Bon, forcément, la « star » du stock de camélias est le plus cher des spécimens proposés, il faut compter pas loin de 100 €, mais en cette période morose de Macronie, il faut bien se faire plaisir pour se remonter le moral.

Me voilà donc parti avec le camélia chargé sur mon caddie de jardinier du week-end, je me déplace doucement pour éviter qu’il se renverse sur les dalles du magasin pas toujours bien aboutées et fais attention à ce qu’il ne frotte rien. J’ai déjà prévu de quoi caler le pot à mettre à l’horizontal dans la voiture.

Il y a un peu de fréquentation, forcément, pour un week-end comme dans tous les commerces ou presque, mais on peut quand même bien circuler dans les rayons.

J’arrive enfin à la caisse, mon camélia chargé de fleurs et de boutons qui ne tarderont pas à éclore. Il y a déjà quelques personnes avant moi…

A côté des caisses, des petites figurines sont proposées à la vente ; par malchance je me trouve juste à côté et je vois débouler 6 ou 7 gamins qui se précipitent pour les regarder et les toucher.

J’ai à peine le temps de m’écarter par précaution que l’un d’eux sans avoir la moindre attention à ma présence, dans la précipitation, renverse le fragile arbuste japonais…

Quelle déception !

J’entends alors une voix masculine derrière moi appeler « Mohamed ! Mohamed ! »… avec un accent guttural typique.

Je ne sais que faire. Autour de moi, personne ne réagit, les gens regardent simplement avec insistance comme si j’avais fait tomber l’arbre dont la branche principale est cassée en deux.

Mon camélia est finalement coupé en deux et la plupart des boutons sont foutus.

Je n’ose rien dire au type avec les gamins vu le prénom qu’il a prononcé, d’autant plus qu’il approche avec 4 ou 5 adultes du même genre et toute une ribambelle de gosses. Je les vois passer devant moi pour prendre la sortie sans achats.

Ils quittent le magasin comme si de rien n’était…

Quand finalement c’est mon tour de passer en caisse, je dis à la caissière que mon article a été cassé par un enfant du client qui vient de partir.

Elle me répond que puisque j’ai choisi cet arbuste, je n’ai plus le choix, je dois le payer quoiqu’il advienne car j’étais en caisse et des gens attendaient derrière moi… Bah voyons !

Ni une, ni deux, je fais demi-tour et me fraie un passage pour retourner mettre le camélia où je l’avais pris.

Finalement, complètement dégoûté par cette expérience et l’attitude du magasin, je suis reparti sans article.

Et j’ai laissé tomber la séance de jardinage que j’avais programmée…

 

 1,118 total views,  2 views today

image_pdf

14 Commentaires

  1. Normal c’était un camel ya. La prochaine fois choisissez un christ en thème.😱😱😱

  2. Il est beau votre laïus, finalement vous avez baissé la tête, sans rien dire sans rien faire. Et vous vous plaigniez en rédigeant un article.
    C’est ça la France d’aujourd’hui, de la lâcheté, on le voit de partout. Les gens sont résignés, dès qu’il y a quelque chose ils baissent le regard par peur.
    Il faut savoir être fort, ne rien dire à ces gens là c’est collaborer tacitement.

  3. ces individus sans culture ni politesse et correction
    ils ont tous les droit ici;ils sont chez eux comme disent certains de nos abrutis de politiques souvent de gauche

  4. Loi code de la consommation : Vous ne serez pas tenu de verser une indemnisation au commerçant si l’accident est du à une faute ou à une négligence qu’il a commise. C’est le cas par exemple si l’accident est provoqué par un grand encombrement des allées ou une mauvaise disposition des produits (placés trop haut ou en équilibre instable) ou causé par un tiers. En général les commerçants ont une assurance spéciale ou peuvent décompter fiscalement cette perte dans la rubrique « démarque connue ». Vous avez bien fait de ne pas payer.

  5. Ils sont partis sans avoir acheté quoi que ce soit !! ils étaient simplement venus se nourrir dans les rayons et voler comme la majorité de ces pillards ! j’ai souvent remarqué que quand ils passent en caisse ,ça sonne, la caissière continue sans broncher et les « vigils  » tournent la tète !! ( pertes et profits ) que les honnêtes travailleurs paient par conséquences !

  6. Ils sont en nombre, il font peur aux Français et ni la caissière, ni le vigile ne sont allés chercher celui qui aurait dû payer.
    Ainsi, il est devenu normal que le Français paye pour toutes les stupidités de ces personnes sans éducation, sans dignité, et sans scrupules.
    Et voilà un weekend qui s’annonçait radieux, foutu en l’air par des inconscients irresponsables, mais surtout par tous les salopards qui facilitent leur installation en France, pays de la courtoisie et du savoir-vivre.

  7. Scène très commune de tout les jours hélas …pour ne pas voir et entendre de tels comportements nous nous rendons sur un marché a 40 km tous les week-end dans une petite ville encore Française !

  8. Y’a des camélias dans d’autres jardineries, Maxime, ne te prive pas de ce plaisir et laisse tomber celle-là ! Bon jardinage tout de même !

    • Marc Aurel@Facile de le critiquer pour son inaction. Vous connaissez pas les musulmans .Arrogants,se sentant tout permis ,sûr de leur impunité et forts de leur attitude à en découdre par la violence, ils ne craignent personne, sauf leurs gourous mohamet et allah.Avec les musulmans vous osez les contrarier c ‘ est la castagne .Aucune morale, aucun scrupule .

  9. je n’en resterais pas là , j’appellerais le directeur avec un N caché , c’est ce que je fais habituellement et je raconterais ce qui s’est passé car cette plante sera découverte cassée, plus tard de toutes façons ! je dirais la vérité afin que le magasin prenne toutes les précautions pour faire stopper le manque d’éducation de certains ! sinon personne ne saura rien, et traitera quiconque de mufle ! c’est pas juste !

  10. Bin quoi? Normal dans la France de Macron, les Momo ont tous les droits, peuvent se comporter comme des goujats sans que personne ne trouve rien à redire et pour ce qui est des dégâts causés par ces merde c’est aux français de payer. Et si vous aviez dit quelque chose, non seulement la tribu vous serait tombé dessus sous les yeux approbateurs de l’assistance qui vous aurait traité de racistes et aurait peut être même signalé votre comportement « inadmissible » à la police de Macron.

    • Les moham. sont la plaie de toute vie en société. En plus, ils puent. Aux caisses des magasins, derrière eux, j’ai parfois envie de gerber. Ça sent tout ce que l’on veut, sauf le propre.Surtout leurs moukères qui font leurs courses en chemise de nuit sous leurs djelabs . Beurk!

Les commentaires sont fermés.