Belle tribune anti-vaccins Covid du gaucho Mucchielli !

Difficile d’imaginer une coalition des différents résistants…

Si, dans le camp patriote, on est majoritairement contre la vaccination obligatoire, comme on est contre l’islam, c’est plus compliqué à gauche… et cela ne permet pas d’imaginer la convergence des luttes, hélas. Mais comme nous on n’est pas sectaires, on relaie, on applaudit, on encourage ceux qui vont dans notre sens contre la dictature sanitaire, même s’ils sont nos ennemis pour le reste.

.

On se souvient des excellents articles anti dictature sanitaire de Mucchielli censurés par mediapart qui l’héberge habituellement.

https://resistancerepublicaine.com/2021/08/14/la-dangerosite-des-nouveaux-vaccins-anti-covid-est-un-fait-historique/

Il vient de publier une tribune remarquable (voir ci-dessous) signée par plus de 1000 soignants, penseurs

J’avais reçu la semaine dernière une sollicitation de Mucchielli me demandant de signer un tribune contre la vaccination covid :

Sa signature est – pour des raisons stratégiques – réservée aux universitaires/scientifiques et aux professionnels de santé (médecins, infirmier.e.s, pharmacien.ne.s, etc.)

Je lui avais répondu que je la signais volontiers puisque professeur agrégé de lettres classiques mais lui signalant que j’étais aussi une résistante à l’islam, par honnêteté, afin qu’il n’ait pas d’ennuis avec ses amis…
Je reçois la tribune, ma signature n’y figure pas, comme c’est étonnant ! Mais je lui avais dit que je ne lui en voudrais pas si elle ne paraissait pas. Et quand on voit le site de gauchos où elle est publiée, on comprend qu’il n’ait pas osé/voulu se faire lyncher par les invités habituels de  Quartier général :  Piolle, le dégénéré maire écolo-dingo de Grenoble, Emmanuel Todd qui, quand je me trouvais sur un plateau télévisé avec lui, hurlait pour m’empêcher de parler de l’islam, Taoufiq Tahani, président d’honneur de France Palestine Solidarité, Priscillia Ludosky, Badiou l’amoureux fou de l’islam, Aude Lancelin l‘ex-journaleuse de l’OBS, Mauduit (co-fondateur de Mediapart), l’islamo du NPA Anasse Kazib, celui qui revendique le droit de ne pas serrer la main des femmes…

Bon, ce sont nos ennemis, ils sont d’ailleurs, évidemment, vent debout contre Zemmour. Mais leur tribune est intéressante car elle montre un zeste de révolte à gauche, chez les intellectuels, contre la dictature sanitaire. Et nous sommes actuellement dans une telle situation que nous n’allons pas cracher dans la soupe. Tous les opposants à la dictature santaire sont les bienvenus. Ensuite on repartira chacun de son côté.

 

Tribune: « Une nouvelle religion vaccinale est née en Occident »

12/12/2021

L’idéologie de la vaccination intégrale et répétée des populations est une sorte de nouvelle religion, avec son dieu, ses grands maîtres argentiers, ses dévots, ses techniques de propagande de masse et ses mensonges éhontés. En ouvrant désormais la voie à la vaccination des enfants et en créant par ailleurs entre les citoyens des discriminations inédites pour des régimes réputés démocratiques, elle viole des droits humains que l’on croyait « inaliénables » et dresse les citoyens les uns contre les autres. Plus de 1.200 universitaires, médecins et soignants alertent dans une tribune sur QG, le média libre

La séquence d’appel à la vaccination des enfants par le gouvernement français ce lundi 6 décembre était écrite d’avance. L’Agence européenne du médicament (EMA) avait autorisé le 25 novembre l’usage des vaccins expérimentaux contre le Covid-19 chez les enfants âgés de 5 à 11 ans, ne faisant que suivre une nouvelle fois la Food and Drug Administration (FDA) américaine (communiqué du 29 octobre). Ceci ne concerne plus désormais que le produit de Pfizer/BioNTech, même s’il faut bien par ailleurs continuer à écouler le stock de celui de Moderna dans les vaccinodromes. En France, la Haute Autorité de Santé (HAS) lui emboîtait le pas en proposant (le 30 novembre) de vacciner tous les « enfants fragiles », à savoir « tous ceux qui présentent un risque de faire une forme grave de la maladie et de décéder et pour ceux vivant dans l’entourage de personnes immunodéprimées ou vulnérables non protégées par la vaccination ». Elle appelle cela « la stratégie du cocooning », une appellation d’apparence bienfaisante, qui masque le fait que les enfants sont bien moins contaminants que leurs parents et leurs enseignants (comme le montre une étude de l’Institut Pasteur). Et la HAS annonce déjà qu’elle « se prononcera ultérieurement sur la pertinence d’élargir cette vaccination ». Le premier groupe (les enfants « à risque ») concernerait déjà au bas mot 360.000 personnes. Mais, bizarrement, la HAS ne chiffre pas le second groupe, celui des « enfants de 5 à 11 ans vivant dans l’entourage de personnes immunodéprimées ou celui de personnes vulnérables non protégées par la vaccination ». Il faut dire que, selon le gouvernement, le taux de vaccination des personnes de plus de 65 ans dépasse les 92% en France, de sorte que l’on ne voit pas très bien combien de « personnes immunodéprimées ou vulnérables » ne seraient pas encore vaccinées. Mais peu importe en réalité, l’essentiel est de continuer la grande marche en avant vers la vaccination intégrale (et répétée tous les six mois au minimum) de toute l’humanité. Telle est la nouvelle religion qui se répand dans le monde et permet aux grands maîtres argentiers Pfizer et Moderna d’engranger 1 000 dollars de bénéfice par seconde à chaque instant de nos vies, le tout orchestré par leurs vassaux régionaux que sont devenus la plupart des gouvernements occidentaux ainsi que les agences internationales – à commencer par une Commission Européenne emmenée par une Ursula von der Leyen orchestrant la grande opération vaccinale tout en ayant un fils travaillant pour le cabinet McKinsey et un mari directeur d’une entreprise de biotechnologies orientée vers les thérapies génétiques.

En France, la Haute Autorité de Santé (HAS) propose de vacciner tous les « enfants fragiles », à savoir « tous ceux qui présentent un risque de faire une forme grave de la maladie et de décéder »

Les ressorts éculés de la propagande de masse

Pour y parvenir, ces gouvernements (et les nombreux journalistes qui les suivent au garde-à-vous) utilisent toutes les vieilles ficelles de la propagande. La logique de base est celle qu’expliquait déjà Jacques Ellul il y a 60 ans (Propagandes, 1962) : « En face de la propagande d’agitation [des révolutionnaires, des putschistes, des terroristes], nous trouvons la propagande d’intégration, qui est la propagande des nations évoluées, et caractéristique de notre civilisation. C’est une propagande de conformisation ». En effet, « dans une démocratie, il faut associer les citoyens aux décisions de l’Etat. C’est là le grand rôle de la propagande. Il faut donner aux citoyens le sentiment d’avoir voulu les actes du gouvernement, d’en être responsables, d’être engagés à les défendre et à les faire réussir ». On reconnaît là le fondement de ce qui est appelé nudge de nos jours, un mot anglais à la mode pour désigner de vieilles techniques de marketing et de publicité. C’est en effet aux années d’entre-deux-guerres que remonte cette conception moderne de la propagande. L’un de ses maîtres à penser fut Edward Bernays, dont toute l’œuvre de propagandiste et de publicitaire reposait sur l’idée que « la masse est incapable de juger correctement des affaires publiques et que les individus qui la composent sont inaptes à exercer le rôle de citoyens en puissance qu’une démocratie exige de chacun d’eux : bref, que le public, au fond, constitue pour la gouvernance de la société un obstacle à contourner et une menace à écarter », comme le résume son préfacier français.

Le premier socle permanent de cette propagande est la peur, qui permet de placer les sujets en état de suggestibilité. Après avoir longtemps nié l’existence des variants (sans doute parce que c’est l’IHU de Marseille qui le montrait), le gouvernement s’en est emparé pour renouveler cette stratégie de la peur. Chaque nouveau variant permet ainsi de relancer l’idée simplette des « vagues » successives censées nous submerger, et vient justifier de nouvelles étapes dans l’objectif de vaccination intégrale, tout en détournant l’attention des véritables causes de la mortalité occasionnée par ces virus. Causes qui sont essentiellement d’une part la proportion croissante de personnes atteintes de maladies chroniques environnementales (obésité, diabète, insuffisances cardiaques ou respiratoires, etc.), d’autre part la tiers-mondisation de l’hôpital public.

Vient ensuite la technique de propagande « blouses blanches et galons » bien décrite par Etienne Augé (Petit traité de propagande. À l’usage de ceux qui la subissent, 2007). Elle consiste à « faire appel à des individus disposant de par leur titre, grade ou mandat, d’une autorité sociale susceptible de bénéficier d’une crédibilité sans rapport avec leurs propos et de provoquer chez leur audience une adhésion à leurs idées, arguments ou actions ». Ainsi peut-on constater dans les médias « l’apparition de spécialistes-professionnels, capables d’intervenir sur des sujets dont ils n’ont parfois pas une connaissance suffisante mais sur lesquels ils parviennent à s’exprimer avec un langage convaincant. Leur discours est perçu par la plupart des non-spécialistes comme un avis valant expertise car on a pris soin de les présenter, par exemple par le biais d’un bandeau à la télévision, en mettant en valeur leurs titres, tels que docteur, professeur, général, ainsi que leur domaine d’expertise ». Bien entendu, pour que cela fonctionne, il faut soigneusement dissimuler leurs fréquents liens avec les industries pharmaceutiques.

En outre, les gouvernements comme celui de la France utilisent massivement un autre classique de la propagande d’Etat qu’Etienne Augé appelle « le choix truqué ». Il consiste à « proposer à un public un choix, comme s’il lui revenait de trancher et de choisir la meilleure option, tout en sachant à l’avance quel sera le résultat de cette consultation. Ainsi, le propagandiste met l’auditoire devant l’alternative entre un choix inacceptable qui sera nécessairement rejeté, et une option qui apparaîtra comme peu désirée mais inéluctable devant l’ampleur du danger qui menace ». Vaccinés ou reconfinés ? Vaccinés ou remasqués ? Vaccinés, guéris ou morts ? L’histoire était écrite d’avance pour qui sait la reconnaître: « on utilise le choix truqué principalement pour expliquer des sacrifices ou pour annoncer des mesures drastiques. Il n’est pas rare, dans ces cas-là, que l’on utilise des expressions inquiétantes, car l’objectif est de montrer qu’il n’existe qu’une solution pour prévenir une catastrophe ». Et l’auteur de conclure que le chef politique doit alors« s’imposer dans un rôle de sauveur qui sait apprécier l’altruisme de ses ‘ouailles’. Il peut demander qu’on lui sacrifie certaines libertés primaires afin de mieux garantir la sécurité de chacun dans des temps troublés. Cette technique se retrouve à l’origine de la plupart des systèmes de domination massifs qui conduisent à des dictatures ».

Enfin, arrive la technique de la grenouille ébouillantée dans la célèbre fable : plongez une grenouille dans de l’eau bouillante et elle bondira pour s’échapper, mais plongez-la dans de l’eau froide et portez progressivement l’eau à ébullition, la grenouille s’engourdira et finira par mourir de cette cuisson sans s’en apercevoir. Les gouvernements usent et abusent de cette technique de contrainte en passant leur temps à jurer que telle obligation n’arrivera jamais ou que telle catégorie de la population ne sera jamais concernée, afin de ne pas alarmer la population. Tout en réalisant la chose petit à petit. Ainsi la vaccination fut-elle d’abord réservée aux personnes les plus âgées et aux professionnels de soins. Ensuite, elle a été élargie progressivement aux adultes des tranches d’âge inférieures, avant de passer aux adolescents, puis aux enfants. Aujourd’hui ce sont les enfants réputés « fragiles », pour continuer à jouer le noble rôle de protecteur. Demain, ce sera en réalité la totalité.

La réalité n’a pas grand-chose à voir avec cette propagande

La réalité, elle, se moque de ces manipulations des peuples. Elle se résume en cinq constats.

Figure 1 : Évolution par rapport à 2019 du nombre de décès cumulé selon l’âge

Source : INSEE, état civil. Nombre de décès quotidiens transmis jusqu’au 8 novembre 2021
Note de lecture : manque l’année sur la dernière couleur (1er mars-30 avril 2020)

Le premier est que la prétendue « pandémie du siècle » n’a jamais menacé les personnes âgées de moins de 60 ans. S’il y a bien une catégorie de personnes qui ne risquent rien statistiquement, ce sont les enfants. Les statistiques de mortalité établies par l’INSEE montrent même que les personnes âgées de moins de 25 ans ont connu une sous-mortalité en 2020 et 2021 par rapport à 2019 (Figure 1 ci-contre). Quant à celles âgées de 25 à

Lire la suite  et voir la liste des signataires ici :

https://qg.media/2021/12/12/tribune-une-nouvelle-religion-vaccinale-est-nee-en-occident/

 1,434 total views,  1 views today

image_pdf

8 Commentaires

  1. Chère Madame,
    L’état de dictature sanitaire s’est installé très vite, dans la plus grande indifférence/résignation/inconscience des Français.
    Les gens intelligents (ceux qui ne se servent pas de leur cerveau que pour regarder des images) sont rares, les gens courageux (capables de faire face à la propagande et aux menaces) encore plus rares et ceux qui associent les deux….quasi introuvables.
    Laurent n’est pas de mon bord politique, mais il pense bien et a du cran.
    Ses prises de position depuis le début de cette « crise sanitaire » démontrent l’utilité publique de la Sociologie. Si! 🙂
    L’heure n’est plus aux clivages. Ce gouvernement marche sur nos libertés et tous les « hommes »* de bonne volonté sont les bienvenus pour lui faire face.
    * Excusez le mot, je pratique encore le vieux Français « genré » 🙂

  2. Le choix truqué : les gens tombent dedans à pieds joints, on les entend sur les micro trottoirs : « on préfère le vaccin au confinement », bien sûr !
    Oui, mais si on t’offre un autre choix ?
    Et la technique des petits pas, grosse comme le nez au milieu de la figure.
    On est bien dans une douce dictature qui englue les gens sans même qu’ils s’en rendent compte.

  3. A la une de tous les journaux, une fausse vaccinée, ce qui en fait veut dire « non « vaccinée meurt à l’hôpital.
    Soit 1 cas sur 68000000 de personnes.
    Question, combien de double, triple, quadruple vaccinés meurent aussi chaque jour ? Heu, omerta !!!
    Il y a entre 1600 et 1800 morts par jour en France,soit 650000.
    3000 sur les routes, 50000 du cancer, 30000 du tabagisme, un bon paquet d’alcoolique et tout le reste.(le reste, c’est dans leur lit )
    Aucun ou très peu ne font la une des journaux

  4. ===============================

    ==> Malgré la mise en place dans sept régions du plan blanc, qui permet notamment de déprogrammer des opérations et de réaffecter des personnels vers les services de soins critiques, « on ne pourra peut-être pas accueillir autant de malades du Covid en réanimation que lors de la première vague », a anticipé le ministre.

    ==> ⸮⸮!! « Il y a des soins qu’on ne peut plus déprogrammer, la lassitude des soignants, le retour de la grippe, l’épidémie de bronchiolite, la traumatologie… Et nous risquons d’avoir un pic hospitalier entre Noël et le Nouvel An, à un moment où les soignants sont enclins à prendre un peu de repos bien mérité », a-t-il développé. ??!!

    PLUS ON CONFINE, PLUS LA DICTATRUE SANITAIRE EST ÉLEVÉ, PLUS ON VACCINE ; PLUS LES HÔPITAUX SONT ENGORGÉS, PLUS YL Y A DE MALADES au pont que l’on considère que la « CRISE SANTIAIRE, LA « VAGUE dÉPIDÉMIE COVID » CETTE ANNÉE EST PLUS IMPORTANTE QUE LA PREMIÈRE » ????!!!

    Très étrange, parce que selon les épidémiologistes et les virologues : PLUS LES VIRUS COURENT et PLUS LE TEMPS PASSE, LES VIRUS S’ÉPUISENT ET DEVIENNENT INOFFENSIFS. Pourtant les pleureuses politiques et de plateaux TV sont très alarmistes, surtout en périodes de fêtes traditionnelles religieuses chrétiennes. Quand arrive le grand ramadam, la ces mêmes voix réjouies souhaitent un joyeux ramdam de la « minorité ».

    ◘ Covid-19: plus de 2.500 patients en soins critiques, inquiétudes sur la pression hospitalière | 11/12/2021
    https://www.francesoir.fr/afp-afp-france/covid-19-plus-de-2500-patients-en-soins-critiques-inquietudes-sur-la-pression

  5. Je subodore que l’ultra gauchiasserie intello sent que le poudré et son chien cachesex vont les obliger à se faire piquouzer avec le poison , c’est peut être pour cela qu’ils ont montés une tribune anti-vaccins , ça sent le roussi chez eux , la trouille de recevoir le poison qui mettra leur vie de gauchiasse en danger , tant que cela toucher les gueux depuis deux ans ils s’en foutaient , ben oui pourquoi monter une tribune anti -vax si ça n’allait pas les toucher personnellement ? Retour de bâton de foutriquet envers l’ultra gauchiasserie et leurs affinados ?

    • Pfizer condamné à 2,3 milliard de $, soit un $ par habitant.
      A part çà, il ne nous veut que du bien( et nos sous au passage)

1 Rétrolien / Ping

  1. Belle tribune anti-vaccins Covid du gaucho Mucchielli ! | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.