OMS : laissez circuler omicron, il est inoffensif !

Illlustration : un patient est soigné dans un hôpital de Johannesburg, en Afrique du Sud, dans une photographie d’archives. (Sumaya Hisham/Reuters)

La pandémie est définitivement terminée si on laisse circuler le variant omicron. Ce n’est pas moi qui le dis mais l’OMS. En effet, selon l’OMS le variant omicron est absolument inoffensif et on ne recense à ce jour (toujours selon l’OMS) aucun mort de ce variant :

.

L’Organisation mondiale de la santé ( OMS ) a informé Epoch Times qu’elle n’avait documenté aucun décès dû au variant Omicron du virus du PCC (Parti communiste chinois),  qui cause le COVID-19 .

Selon l’OMS, « pour Omicron, aucun décès n’a été signalé, mais il est encore tôt dans l’évolution clinique de la maladie et cela peut changer« .

Lorsqu’ils ont été contactés pour commentaires par Epoch Times, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont envoyé leur rapport sur le variant Omicron aux États-Unis du 1er au 8 décembre. Il montre qu’il n’y a eu aucun décès documenté d’Omicron au cours de cette période. .

La dernière mise à jour épidémiologique hebdomadaire de l’ OMS du 7 décembre a montré que les 212 cas d’Omicron documentés dans dix-huit pays de l’Union européenne (UE) étaient soit bénins, soit asymptomatiques.

« Alors que l’Afrique du Sud a connu une augmentation de 82% des admissions à l’hôpital en raison de COVID-19 (de 502 à 912) au cours de la semaine du 28 novembre au 4 décembre 2021, on ne connaît pas encore la proportion de celles-ci avec la variante Omicron« , indique le rapport. c’est noté.

Omicron a également été détecté aux États-Unis, d’abord en Californie, puis au Colorado, à New York, au Maryland, en Utah et dans de nombreux autres États .

Le premier patient américain avec le variant a été identifié à San Francisco , testé positif pour COVID-19 le 29 novembre après son retour d’un voyage en Afrique du Sud le 22 novembre.

Pourtant, le département californien de la santé publique a confirmé au Los Angeles Times que le variant était présent dans les eaux usées dès le 25 novembre.

Initialement connu sous le nom de B.1.1.529, le variant a fait la une des journaux internationaux pour la première fois le vendredi noir, le 26 novembre, peu de temps après sa détection initiale en Afrique australe.

Ce jour-là, l’OMS a nommé B.1.1.529 Omicron et l’a qualifié de « variante préoccupante ».

Deux jours plus tard, dans une note technique, il a déclaré que la souche pourrait présenter un risque « très élevé », citant son grand nombre de mutations.

Le Dr Angelique Coetzee, présidente de l’Association médicale sud-africaine et l’un des premiers médecins à traiter des patients avec Omicron, a toujours soutenu qu’Omicron est un variant bénigne.

« Soyez clair : rien de ce que j’ai vu à propos de cette nouvelle variante ne justifie les mesures extrêmes que le gouvernement britannique a prises en réponse », a-t-elle écrit dans  The Daily Mail .

Par « action extrême », le Dr Coetzee entendait « de lourdes restrictions de voyage sur les vols en provenance de toute l’Afrique australe, ainsi que l’imposition de règles plus strictes à la maison sur le port du masque, les amendes et les quarantaines prolongées ».

« Personne ici en Afrique du Sud n’est connu pour avoir été [hospitalisé] avec le variant Omicron, et personne ici ne semble être tombé gravement malade avec.

Plus récemment, le Dr Coetzee a déclaré à ThePrint que les symptômes d’Omicron étaient légers chez les patients vaccinés et non vaccinés.

« Au début de toute vague, les enfants et les jeunes sont les premiers à être touchés », a-t-elle déclaré à ThePrint. «Au fur et à mesure que la vague progresse, de plus en plus de personnes âgées, de personnes souffrant de comorbidités, commencent à être affectées. Lorsque cela se produira, nous saurons exactement combien il y a de cas graves. »

Nathan Worcester est un journaliste environnemental à Epoch Times.

 3,044 total views,  1 views today

image_pdf

3 Commentaires

  1. Voila les alarmistes nous annoncent sur toutes les chaînes d’infos que ce variant omicron serait presque la peste et le choléra réunis alors qu’apparemment ce n’est pas pire qu’un gros rhume, dailleurs on entend plus parler ni des rhumes ,ni rhinopharyngite, ni la grippe ,aussitôt qu’on a le nez qui coule ça y est c’est le covid ou le variant omicron ,tout ca pour que les gens aient la trouille,et le pire c’est que ça marche, et qu’ils courent se faire vacciner avec le masque remonté jusqu’au yeux, bonjour la parano .

  2. Ils préparent un vaccin anti-omicron. Trois doses? Plus les trois doses actuelles? Un génocide se prépare !

  3. La bande de guignols à ma cron vont passer pour des couillons et des bons à rien et ils vont bien nous sortir maintenant qui faut piquouzer les spermatosoïdes.

Les commentaires sont fermés.