Présidentielle 2017 : LREM n’a toujours pas payé un imprimeur – placé en grande difficulté

Macron mauvais payeur,

Aucun respect pour le travail des autres, 

Comment faire confiance à ce baltringue !

(…)

Sollicitée par Mediapart, LREM justifie l’absence de paiement à l’imprimeur par un dysfonctionnement interne. 

« Il s’agit d’une facture [il y en a en réalité plusieurs – ndlr] initiée par une équipe locale, qui a changé entre-temps et qui donc ne nous l’avait pas fait remonter jusqu’au siège national », indique, sans entrer dans les détails, une conseillère du secrétaire général Stanislas Guerini. 

« Notre directeur financier était en train de traiter ce sujet et la facture est donc en train d’être réglée », ajoute-t-elle.

(…) 

Le militant qui a passé les commandes et validé les bons à tirer (BAT), Fabrice Scagni, toujours dans le parti (il a été investi aux dernières départementales à Villepinte), explique pourtant avoir fait remonter les factures pour règlement par le siège. 

« Pour moi, les factures étaient réglées », répond-il, surpris que ce ne soit pas le cas. « Quand cela concerne des campagnes, c’est tracé et réglementé, on ne peut pas faire n’importe quoi et n’importe comment. C’est bien que ce soit le siège qui s’en occupe », précise le militant. À l’époque, de surcroît, les comités locaux n’avaient pas de budget propre pour ce type d’opération.

Le patron de l’imprimerie avait relancé à plusieurs reprises le siège du parti par courrier, téléphone et mail, en rappelant qu’il est à la tête d’une « petite structure », placée en « grande difficulté » par le refus de payer du parti présidentiel, qu’il croyait être un « parti sérieux qui honorait les factures émises par ses prestataires »

(…)

Mediapart (extrait)

Macron et l’argent…bien loin du Général

Capital économie

Il est temps de tourner la page du quinquennat Macron.

En 1998, quelques années avant sa mort, un vieux compagnon du général de Gaulle, Michel Jobert, justifiait l’admiration qu’il lui portait : « Chez le général, ce que j’ai admiré, c’est que cet homme vivait de façon spartiate à l’Elysée et quand il ne recevait pas pour la République, tout le reste était comptabilisé à part et était payé par lui » explique Michel Jobert.

 « Alors, je dis ça aux Républicains, à la République, je n’en ai pas vu un autre faire ça et pour moi, c’est un sujet d’admiration. » 

Une vie simple, modeste avec une séparation stricte et absolue entre les affaires de l’Etat et les affaires personnelles, entre le public et le privé. Le Général de Gaulle a toujours tenu à payer ses factures de gaz et d’électricité à l’Elysée, qu’Yvonne avait acheté au Bon Marché sa propre vaisselle pour ne pas avoir à utiliser celle de l’Elysée dans sa salle à manger particulière ou encore que lorsque les de Gaulle quittaient l’Elysée pour la Boissière à Colombey-les-deux-Eglises, le général payait l’essence. Comme le disait le général : « Pas de confusion des caisses. »

Aucun passe-droit pour ses enfants

Le général refusera, par exemple, de faire de son fils un compagnon de la Libération, même s’il aurait pu y prétendre. « Je ne pouvais pas » lui dira le Général de Gaulle craignant d’être accusé de népotisme.

De manière plus anecdotique, Jacques Vendroux, directeur des sports de Radio France, me racontait que le Général, son grand-oncle, passait des coups de fils pour que ni ses enfants ni ses neveux ne disposent de passe-droit pour le service militaire, Jacques Vendroux qui devait se la couler douce à Balard en plein Paris, finira en Guyane !

Testament d’une simplicité exemplaire

Le testament du général de Gaulle est à la hauteur de la modestie du personnage ; « Je ne veux pas d’obsèques nationales, ni président, ni ministre, ni bureau d’Assemblée, ni corps constitué. Aucun discours ne devra être prononcé ni à l’église, ni ailleurs. Pas d’oraison funèbre au parlement. Aucun emplacement réservé pendant la cérémonie, sinon à ma famille, à mes compagnons membres de l’Ordre de la Libération, au conseil municipal de Colombey. Je déclare refuser d’avance toute distinction, promotion, dignité, citation, décoration, qu’elle soit française ou étrangère. »

Et il y a quelques années, Jean Raulet, le maire de Colombey-les-Deux-Eglises au moment de la mort du général, se souvenait. « Il voulait être enterré comme les gens du village, c’est pour ça que j’ai proposé que ça soit les jeunes du village qui le portent, que le cercueil soit réalisé par le menuisier comme pour un simple habitant du village », raconte Jean Raulet.

« Un simple habitant du village », mais son village c’était la France, qu’il aura servi avec une très grande rectitude morale. Pour le Général de Gaulle, légal et moral allaient toujours de pair. Mais que son comportement force aujourd’hui l’admiration, quand il devrait être la norme en dit long sur les dérives morales de notre temps… Et cela nous rappelle aussi qu’il ne suffit pas de citer le général de Gaulle pour être gaulliste. France info

 103 total views,  4 views today

image_pdf

18 Commentaires

  1. Ben il est devenu créancier de sa majesté! Un HONNEUR qui ne se monnaie point ;).
    Mais qui ne paie pas non plus évidement.
    Bien fait pour lui, ce collaborateur! Je ne le plains pas!

  2. Le micron a des priorités dans ses remboursements de factures.
    D’abord sa vaisselle, le ravalement de façade mensuel de sa momie ( c’est du lourd avec les perruques ) , ses mėdocs pour tenir face à ce peuple excėcrable , sa garde rapprochée ( doublée depuis son bobo à la joue ),etc….
    Une facture d’imprimeur ? Mettez l’importun en hôpital psychiatrique !!!

    • Pour sa cougar momifiée au faciès simiesque, je dirais plutôt ravalement quotidien, vu son état de délabrement.

  3. Ben oui ça tape dans la caisse et ça mène la vie de château et après y a plus de fric pour payer les gens qui ont travaillé ! Mais en plus ils ont raison puisque les français continue a élire ces genres d’en…és !

  4. …Il se dit, non sans raison – de toutes évidence –, qu’« il n’y a pas plus radin que les riches »

    • Si les riches ont du fric c’est justement parce qu’ils ne le sortent pas de leur poche ils utilisent le notre ! Et croyez moi ils ont bon cœur et montrent grande générosité avec notre pognon !

  5. Cela ne m’étonne pas du tout, cela montre à quel point il en a rien à faire des gens, c’est un état d’esprit.

  6. Les français ont voulu mettre une fiotte a l’Elysee ! Très bien, quatre ans plus tard, on voit les dégâts que ce dégénéré a causés.

  7. Bonjour
    serait ‘il possible de flouter la gueule à macron et de sa rombière .
    je fais une allergie … de voir leur gueules ou de les entendre me donne envie de tout casser dans la maison … (j’en suis a ma 10ème télé ) et j’ais peur de finir en hôpital psychiatrique !

    • D’accord avec vous ! moi également je ne peux plus le voir ni l’entendre ! Merci de nous écouter svp !

    • Bonjour.
      Rien que de voir leurs gueules de bâtards, j’ai la diarrhée!!!
      C’est bien pour leur chier à la gueule…

  8. En plus de l’imprimeur, LAREM n’a pas payer la subvention RÉNOV à des milliers de Français dont je fais partie ! Des milliers de dossiers en retard ! La pagaille dans le ministère de Mme Wargon.

    • Vous vous attendez à être payé !!!
      A savoir à quoi servent les taxes sur l’énergie en plus de servir à compenser la taxe d’habitation supprimée, le coup de bluff préparé avec les fonctionnaires de Bercy (les mieux payés des fonctionnaires) lorsque Minus était aux finances avant l’élection de 2017 ?

  9. Macron serait en train de payer maintenant, la facture de 2017. Comme on dit vulgairement c’est du foutage de gueule. Il veut tuer le petit commerce, ou quoi?.

  10. 1 an avant la mort du Général, il y a eu Mai 68, et là tout a basculé. Petit à petit s’est installé le pouvoir des technocrates, et tout ce qui faisait la belle France, a été disloquée.
    La famille, l’identité, la patrie, les frontières, l’Eglise, l’industrie… Cerise sur le gâteau l’immigration de masse, qui a complètement déstabilisé, un peuple fragile, empêtré dans les valeurs, des droits de l’homme.

    • De Gaulle est mort le 9 novembre 1970, soit 2 ans et presque 6 mois après mai 68. Par contre, il a quitté le pouvoir le 28 avril 1969, après son référendum perdu.

Les commentaires sont fermés.