Benalla condamné à trois ans de prison, dont un an « ferme » sous bracelet électronique

…Hélas, aucune poursuite contre Macron dont c’était pourtant la créature !

L’Élysée a couvert  Benalla, on aurait dû assister à un scandale d’État.

L’ex-chargé de mission de l’Elysée Alexandre Benalla a été condamné vendredi à trois ans de prison, dont un an ferme sous bracelet électronique, notamment pour les violences lors de la manifestation du 1er mai 2018, à l’origine d’un scandale politique retentissant.

Manifestation du 1er mai 2018

L’affaire avait débuté le 1er mai 2018 avec la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant Alexandre Benalla, alors chargé de mission à l’Elysée, casqué et vêtu comme un fonctionnaire de police, s’en prendre à deux manifestants place de la Contrescarpe à Paris (Ve arrondissement), en marge des manifestations du 1er-Mai marquées par des violences des « Black blocs ».
Le 18 juillet, le journal Le Monde révèle qu’il s’agit d’un membre de la présidence de la République, provoquant une tempête politique jusqu’au plus haut sommet de l’État.

 

France soir

« Vous avez été investi d’une certain pouvoir, réel au regard de vos fonctions, supposé du fait de votre proximité avec le président de la République », a déclaré la présidente du tribunal Isabelle Prévost-Desprez en prononçant le jugement.

« Vous avez trahi la confiance qui vous a été faite par cette nomination », a-t-elle poursuivi. Le tribunal a choisi cette peine « au regard de la gravité des multiples faits, des missions que vous exerciez, qui exigeaient de vous rigueur et exemplarité, de votre comportement insupportable au corps social ».

La magistrate a souligné le « sentiment d’impunité et de toute-puissance » du prévenu, qui a été en outre reconnu coupable d’avoir utilisé frauduleusement ses passeports diplomatiques après son licenciement, d’avoir fabriqué un faux document pour obtenir un passeport de service et d’avoir illégalement porté une arme en 2017.

Lors du procès en septembre, l’accusation avait requis dix-huit mois d’emprisonnement avec sursis à l’encontre d’Alexandre Benalla et des peines de deux à douze mois avec sursis à l’encontre de ses coprévenus, l’ex-employé d’En Marche! Vincent Crase et deux policiers.

M. Crase, un ancien gendarme réserviste de 48 ans, a été condamné à deux ans d’emprisonnement avec sursis.

Les policiers Maxence Creusat et Laurent Simonin se sont eux vus infliger respectivement 5.000 euros d’amende et trois mois de prison avec sursis, sans inscription au casier judiciaire, pour avoir transmis des images de vidéosurveillance à Alexandre Benalla.

– Un séisme politique –

Le chargé de mission avait été identifié par le journal Le Monde le 18 juillet 2018 sur une vidéo où il apparaissait, avec un casque des forces de l’ordre, en train de brutaliser une femme et un homme, place de la Contrescarpe à Paris, à l’issue d’une journée de manifestations du 1er-Mai émaillée de violences.

Membre du cabinet présidentiel, le jeune homme, 26 ans à l’époque, avait été intégré ce jour-là dans le dispositif policier en tant que simple observateur.

L’article avait déclenché un séisme politique, dont les répliques avaient secoué le sommet de l’Etat pendant de longs mois, de révélations de la presse en commissions parlementaires.

Visé depuis par d’autres enquêtes judiciaires, Alexandre Benalla a fait face au tribunal pendant trois semaines, avec son ami et ancien employé du parti présidentiel (LREM) Vincent Crase, ainsi que deux policiers.

Le tribunal a estimé que les deux hommes avaient commis des « violences illégitimes » sur, au total, cinq personnes dans le Quartier latin.

Vincent Crase a été condamné également pour avoir illégalement porté une arme ce jour-là.

Le tribunal a prononcé des peines complémentaires de cinq ans d’interdiction de fonction publique pour Alexandre Benalla et dix ans d’interdiction de port d’arme, tout comme pour Vincent Crase.

La défense de M. Benalla avait plaidé sa relaxe à l’exception de l’utilisation frauduleuse – reconnue – des passeports diplomatiques. Elle avait dénoncé un « raz-de-marée médiatique », un « cataclysme » pour un homme qui a été « diabolisé ».

Ses avocats avaient soutenu que lui et Vincent Crase avaient « aidé à interpeller » des auteurs d’un délit « flagrant », comme la loi l’autorise dans certaines circonstances, arguant que leurs gestes étaient « proportionnés.

 153 total views,  1 views today

image_pdf

23 Commentaires

  1. Port illégal d’arme art 222-54 du code pénal : 7 ans d’emprisonnement et 100 000€ d’amende./ Faux et usage art 441-6 du code pénal : 2 ans d’emprisonnement et 30 000€ d’amende. Et Benalla, avec les violence et le reste ne prend qu’1 an aménageable !!! Ça aide d’être pote avec Jupiter de Morveux d’Énarque…

    • C’est bien la première fois que j’entends qu’une personne condamnée à trois ans de prison, sort du tribunal sans faire une seule journée.
      Ce n’est pas comme Damien Tarel, aussitôt enfermé, aussitôt jugé, aussitôt emprisonné.
      Il a roulé combien d’années avant d’être jugé Benalla ???

  2. Sur trois ans, pas un jour de prison ? qu’est-ce à dire ? micron continue à le protéger ?

  3. Cette sanction est à l’image de la merde qui « gouverne » la France, une honte, un scandale…

  4. La loi interdit de poursuivre un Président pendant son mandat! pour ceux qui se podent cette question!

  5. Vous inquiétez pas. La Brigitte va intervenir pour le protéger car les Macron y sont pour quelque chose, avec les 2 coffres forts volés que les FDO n ontvpas pu ouvrir. Ca sent la merde chez les Macreux.

  6. Sur la photo, Benalla avec l’index en l’air semble dire : la France sera l’islam de demain, et Macron qui lui dit en rigolant : arrête tes conneries, on va se faire repérer.

  7. Il y a quand même un record mondial que Manu bat : jamais, aucun président, ni de roi d’ailleurs, n’a été autant moqué, raillé, ridiculisé et finalement méprisé.

  8. Il n’y a plus à larmoyer , hurler ou se révolter , il n’y a plus qu’à soutenir le seul , le dernier espoir de la France : Eric Zemmour ! ! et surtout prier pour qu’il échappe aux pièges que les chiens ne se privent pas de lui tendre .

    Pour soutenir ce dernier espoir ,pour conserver un dernier espoir de vivre comme des humains normaux , parler de lui tout autour de soi , et aussi contribuer financièrement à sa campagne , il en a besoin ,lui,
    il n’est guère subventionné , lui , le dernier espoir de la France et des vrais Français !
    Et vous les Chrétiens de tous bords , pensez à lui , priez pour lui , car si demain les islamos dominent le pays , vous serez comme beaucoup , vous serez foutus !

  9. Un président qui affirme que Benalla n’est pas son amant induit un doute dans l’esprit des gens… Ils entretenaient assurément une relation amicale ou amoureuse qui se dégage des photos que l’on a pu voir avec l’assentiment de Brigitte Macron. On ne sait toujours pas ce qu’il est advenu du coffre. https://www.huffingtonpost.fr/2018/07/24/emmanuel-macron-a-explique-alexandre-benalla-nest-pas-paye-10-000-euros-et-accessoirement-nest-pas-mon-amant_a_23488810/
    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/affaire-benalla-un-temoin-met-en-cause-des-membres-de-l-elysee-dans-la-disparition-des-coffre-forts-20200123

    • ça me fait penser quand il a été élu il caressait amoureusement la joue de son futur ministre de l’intérieur

  10. « xxxxxxxx dont un an « ferme » sous bracelet électronique……….

    dont un an fermé sous bracelet electronique ouvert ??

    il n a donc fallu que trois ans pour condamner l âme damnée de l ‘ Elysée…

    c ‘est du Alexandre de Macedoine de légumes blets

    heu! pardon!, c’est uniquement du Marouane Ben Allah, sujet de M6 …

  11. « sous bracelet  » c’est à dire la « prison en liberté »
    c’est comme les amendes aux sans-papiers, les OQTF….le puni c’est le contribuable !

  12. J’espère au moins qu’il a été rayé des listes de la réserve de la gendarmerie en tant que lieutenant-colonel.
    Cela serait bien le minimum.

    • des officiers de cet acabit j’en fais tous les matins il y a aussi le vert qui était de la réserve ah ah ah

  13. Justice pourrie, vendue, d’une justice inique et vendue au dictateur ! un bracelet que personne ne suivra, il pourra agir et circuler a sa guise !! un semblant de justice !

  14. Autrement dit, beaucoup de bruit pour pas grand chose, condamnation risible, avec allégement de peine obligatoire et sans doute possibilité de sorties illimitées diurnes, de voyages professionnels à l’étranger possibles dans le cadre de sa réinsertion ou d’un hypothétique traitement médical ? Il y a très peu de chances que le juge d’application des peines (« JAP ») soit « chien » avec lui et aboie trop fort (ou ne jappe)…..

Les commentaires sont fermés.