Pourquoi ? Pourquoi l'Algérien fuit-il son pays ?


Pourquoi ?
 
Fuyards de leur pays, ce sont ces courageux,
qui maudissent et fuient leurs temps moyenâgeux…
Pour les reproduire ici !
Et qui veulent sans un merci,
prendre sans rien donner et vivre en outrageux…
PACO. Nikomok !
21/10/2021.
L’Algérien fuit l’Algérie non pas parce qu’il n’y a pas de travail. Il le fuit non pas parce qu’il n’a pas pu s’inscrire dans une université. Il abandonne son pays non pas parce qu’il n’a pas trouvé de moyens de transport. Il quitte son pays non pas parce qu’il n’a pas trouvé de médecin pour sa femme ou pour ses enfants. Non pas parce qu’il n’a pas trouvé le médicament prescrit chez le pharmacien du coin. L’Algérien fuit son Algérie non pas parce qu’il n’aime pas sa famille. Parce qu’il n’aime pas sa bien-aimée. Parce qu’il n’aime pas les oranges de Boufarik, les dattes de Biskra, les patates de Mascara et les olives de Kabylie. Il quitte l’Algérie non pas parce qu’il déteste les partis politiques, même s’ils sont détestables. Non pas parce qu’il hait les JT des chaînes de télévision privées ou gouvernementales. Le mal de vivre ronge l’Algérien et l’Algérienne.
 

L’Algérien fuit l’Algérie parce que le travail chez nous n’a pas le sens d’un travail productif et émancipateur. On ment sur nous-mêmes, pour nous-mêmes à propos de la production, de l’heure de travail, des conditions de travail, des factures. Il quitte l’Algérie parce que notre université n’a pas le statut d’une université universelle. Elle ressemble à une crèche pour enfants abandonnés, une annexe d’une mosquée idéologisée ou une éleveuse des poussins électriques, les diplômés en série. L’Algérien quitte l’Algérie parce qu’il y a ce vide cimenté autour de lui. En lui. De partout, le vide assourdissant l’écrase, le moud. Une vie similaire à une mort à petit feu.  
Même si l’Algérien, de par sa nature culturelle, est généralement religieux. Même s’il n’a jamais pris un verre. Il quitte le pays parce qu’il n’y a pas de bars. Parce que les forêts sont devenues des bars sauvages ! Même s’il ne consomme pas, il aime regarder le rythme des vies des autres gens dans les bars. La diversité. La pluralité. 

Même s’il est conservateur, rétrograde, salafiste, violent envers sa fille, son épouse, sa voisine et sa mère, l’Algérien aime la rue mixte et décontractée, sous d’autres cieux, chez les autres. Même si, dans sa ville ou dans son village, la gent féminine est voilée, et même s’il aime cette orientation et la défend bec et ongles ; il quitte le pays parce qu’il n’y a plus de belles femmes dans la rue. Il n’y a pas de jupe dans la rue. Il harcèle. Il drague. Il adore regarder les femmes des autres, sous d’autres cieux, il les aime dans leur liberté et dans leur indépendance. Les autres femmes des autres nations !
Même si l’Algérien, en général, n’est pas un cinéphile, il quitte son pays parce qu’il n’y a pas de salles de cinéma. Pour le plaisir de voir les autres, sous d’autres cieux, dégustent leur plaisir devant le grand écran.
Même si l’Algérien, surtout celui appartenant à cette nouvelle génération, n’est pas attiré par le théâtre, il fuit son pays pour un autre pays de théâtres, de fêtes et de spectacles. Il adore voir les gens, en toute quiétude, dans une longue file d’attente, pour acheter un ticket pour la pièce de soirée. Il aime Fellag, Gad Elmaleh, Debouz et Brigitte Bardot…
Même si nous avons des cafés, beaucoup de cafés, l’Algérien adore prendre un café sur le comptoir de l’autre. Parce que chez nous, nos cafés sont devenus des buvettes. Jadis, l’Algérie détenait les plus beaux cafés de la Méditerranée.  Le vide tue l’Algérien et tue l’Algérie. Même si l’idéologie machiste généralisée ne laisse pas l’Algérien exprimer son humanisme étouffé, ce dernier fuit son pays pour déambuler sur les trottoirs des villes propres, et admirer les femmes, les blondes, les noires ou aux peaux mates qui, chaque soir, sortent leur chien pour la petite balade quotidienne. Les rues de nos villes sont sans trottoirs, nos chiens comme nos chats sont errants et nos femmes ont peur !
Ce sont ces choses minuscules qui brisent la pesante chape sur l’Algérien, au fond de l’Algérien. Elles sont capables, ces petites choses, de rendre le bon sens à la belle vie.
Même si l’Algérien ne lit pas ou peu ou rarement, il aime vivre dans un pays où les gens rentrent chez eux en lisant dans le train, dans le bus ou dans le métro. Lui rentre en mâchant son amertume. Chez nous, les librairies ferment leurs portes et se métamorphosent en pizzerias ou en magasins de chaussures.
L’Algérien fuit l’Algérie, tout simplement, parce que le pays est mal géré, mal exploité. Il fuit son pays parce qu’il aime son pays !
Offrez aux Algériens le bien-vivre, ils vous donneront, en retour, le génie.
 
https://www.liberte-algerie.com/chronique/pourquoi-lalgerien-fuit-son-algerie-556 *
 

17 Commentaires

  1. Vous savez qui était l’artiste préféré des arabes quand on était là-bas ? Ils ne pouvaient pas s’empêcher d’aller le voir au cinéma. C’était notre Fernandel !!!
    Maintenant, les arabes qui aimaient Fernandel n’existent plus, ils ont été remplacés par ce qu’il y a de pire !!!

  2. Caresse un chien hargneux, il te mordra la main.
    Si on les laisse une bonne fois pour toutes, se débrouiller tout seuls, on pourra peut-être en tirer quelque chose.
    Plus on les assiste, plus ils nous haïssent,
    C’est normal, car les assister , c’est leur montrer leurs insuffisances, les assister, c’est leur mettre le nez dans leur kk..

  3. Eux qui ont voulu leurs indépendance pourquoi ne restent ils pas chez eux ! Ils n’y sont pas bien là ? Au lieu de venir cracher leur haine ici ?

  4. L’Algérien idéalise la France mais une fois en France s’aperçoit qu’il y a un gros décalage entre ce qu’il est et l’exigence française de l’intégration républicaine. Dans la majorité des cas il est incapable de s’assimiler et s’intègre tant bien que mal d’où une rancœur tenace et persistante en réaction à ce rejet qu’il interprète comme du racisme. Au départ l’Algérien aime la France mais comme il est éconduit à la manière d’un homme qui fait ses avances à une femme, il ne supporte pas l’échec et cet échec va produire de la haine.

  5. De manière globale, l’Algérien est mal dans sa peau, il s’est battu pour gagner son indépendance puis il s’est aperçu qu’il se battait contre lui-même, il a compris que son identité (le meilleur de lui-même) venait de la France, quand la France est partie, il s’est retrouvé orphelin, sa partie autochtone devenait insignifiante, il se retrouvait ainsi confronté à sa propre valeur qui ne valait plus grand-chose. L’identité Algérienne si elle existait, n’existait que grâce à la tutelle française, c’est nous qui avons créé la nation Algérienne qui en réalité restait une province nord-africaine de France, ils ont essayé de récupérer l’héritage Français aussi bien matériellement que philosophiquement, mais en gagnant leur indépendance, ils se sont coupés de leurs racines françaises civilisationnelles. C’est ainsi que l’Algérien coupé de sa mère nourricière cherche à rejoindre la France à laquelle il appartenait jadis, il garde dans sa mémoire profonde et collective l’appartenance à une nation idéalisée des temps anciens et cherche à la rejoindre pour lui appartenir aussi bien pour sa sécurité matérielle que pour l’assimilation.

  6. dès que le robinet des aides sociales, de l’assistanat tout azimut sera coupé, ils resteront chez eux, pays pour lequel ils ont tant demandé l’indépendance

  7. Je suis un jour tombée sur un média algérien en ligne…
    (Je ne me souviens plus duquel, en revanche…)
    En regardant les commentaires – postés par des Algérienssur un article parlant de la France, j’étais sidérée de voir l’hystérie dont ils faisaient preuve pour cracher la haine qu’ils éprouvaient pour la France ET pour les Français…!
    TOUS… TOUS ceux qui avaient commenté cet article faisaient preuve d’un mépris ouvertet de toute évidence GRATUIT – envers la France ET les Français… SAUF UNE SEULE PERSONNE : un Algérien, qui critiquait justement les autre Algériens, car lui se disait être très reconnaissant envers la France – pays grâce auquel il avait pu acheter une maison, en Algérie, pour sa famille…!

  8. POUR VENIR NOUS FAIRE CHIER. ET CRACHER LEUR HAINE. CHEZ EUX ILS CREVENT DE FAIM ET N ONT PAS DE TRAVAIL

  9. J’ai lu l’excellent article. Les Algériens ont obtenu l’indépendance de l’Algérie et ensuite ils se sont livrés à une guerre fratricide ( entre eux ). Ils ont chassé les Français d’Algérie avec l’aide de De Gaulle (qui détestait les PN foncièrement) et qui les a laissé massacrer le 5 juillet 1962 par le FLN. C’était le slogan « La valise ou le cercueil ». Les Algériens ont dénoncé la colonisation qui a créé un pays moderne, qui était à l’abandon et qui ne s’est appelé Algérie qu’en 1849. Les Algériens sont des quémandeurs, des profiteurs, des révoltés, ils ne sont jamais satisfaits. Ils ont hérité d’un pays grand comme 4 fois la France, des usines en parfait état de marche, des appartements, des villas, des véhicules abandonnés par les pieds-noirs, des puits de pétrole forés par les Français. Et comme ils sont destructeurs dans l’âme, ils n’ont rien su ou voulu gérer pour faire prospérer leur pays. Ils jetaient les ordures à la mer, le pays est devenu un vaste cloaque après 1962. Et ils ont suivi les pieds-noirs et se sont installés en France et ils ont bénéficié de logements, des aides sociales, d’allocations familiales, d’emplois. Et puis les Algériens et leurs enfants pour beaucoup étant devenus des racailles, bénéficient en France de la clémence de la justice contrairement à celle, drastique, de leurs pays. Les Algériens, malgré toutes les largesses de la France, détestent les Français et les trucident, et font des attentats de concert avec les autres racailles maghrébines-françaises. Il faudrait vraiment qu’ils repartent dans leur pays d’origine, que les logements qu’ils occupent soient réattribués à des Français mais tous les Algériens rêvent de venir en France.

    • Oui, tous les algériens rêvent de venir en France, et ils ne sont pas les seuls.
      Je me souviens d’une émission télé de J.Martin, qui interviewait des enfants de différentes régions en France, leur demandant ce qu’ils voulaient faire plus tard, quand ils seraient grands. Petits Bretons, petits Auvergnats, etc. Tous parlaient d’un métier futur. C’était sympa, le public applaudissait.
      Et puis un jour l’émission va en Côte d’Ivoire … Après les petits Périgourdins, les petits Ivoiriens …
      Tous les enfants interviewés, de 9, 10 ans, tous, leur projet de vie future c’était : »venir en France »! Aucun ne parlait de devenir médecin, agriculteur, ou quoi que ce soit pourLeur but dans la vie : venir en France !
      Pas,ou très peu, d’applaudissements du public, après le reportage, c’était plutôt la consternation et le silence, et l’animateur est vite passé au reportage suivant, les petits Alsaciens, ou autre.
      50 ans sont passés, ils sont tous venus en
      France. Dans 30 ans il y aura 2 milliards de sub-sahariens. 2 milliards !

  10. « il fuit son pays parce qu’il aime son pays »
    Du grand n’importe quoi !
    Quand on aime son pays, et qu’il a des problèmes, on y reste, et on se bat pour lui !
    Quand il n’y a pas de travail, on se bat contre son gouvernement. Quand on a un peu de travail, mais que c’est mal payé et précaire, on se bat pour améliorer ses conditions. C’est ce qu’ont fait nos ancêtres.
    Mais là c’est trop facile, on vient en France et on touche les allocs et les aides sociales, c’est bien mieux, et bien plus facile.

  11. Ami Paco, décidément tu es sur tous les fronts! Infatigable! Pour toi ce sonnet, amitiés !
    ALGÉRIENS GO HOME!
    Ils nous détestaient fort,
    Étaient pétris de haine,
    Ils voulaient notre mort,
    Ces fils du FLN.
    On leur avait construit
    Des écoles et des routes,
    On les avait instruits
    Pour qu’après ils nous broutent!
    Qu’ils restent donc chez eux,
    Qu’ils suent dans leur burnous,
    Nous, on est chatouilleux.
    Car ils nous ont chassés,
    On en veut pas chez nous,
    J’oublie pas le passé !

Les commentaires sont fermés.