L'écolo, homo cretinus, a l'art d'emmerder les autres pour les transformer en homo velocipedus ou sinensis…

 L’être humain est le fruit d’une longue évolution. Nous sommes une branche des lointains primates qui nous ont précédés, et les descendants de l’homo erectus. Nous serions des Homos sapiens. Nous sommes passés par différents stades, de l’usage de la pierre taillée, améliorée sans cesse, à l’utilisation des métaux, du nomadisme au sédentarisme, de la chasse à l’agriculture, de l’invention de la roue jusqu’à l’automobile,  une marche continue vers le progrès.
Or, ce que je constate, c’est que certains ont décidé de mettre un terme à cette évolution naturelle. Ce sont les écologistes, les Khmers verts, les pastèques, verts à l’extérieur, rouges en  dedans.
Homos sapiens, les écolos, j’en doute. Il a été décidé unilatéralement d’interdire certains véhicules dans les agglomérations de plus de 150 000 habitants. De nombreux employés, ouvriers, qui ont été refoulés à la périphérie de ces villes par la pression migratoire et dont les cités où ils résidaient jadis ont été transformées en dangereux ghettos, vont devoir trouver un autre moyen de transport pour se rendre, qui au travail, qui aux hypermarchés ou autres. Les véhicules électriques et autres hybrides hors de prix n’étant pas à la portée de toutes les bourses, nous allons voir l’apparition d’une nouvelle espèce, l’Homo velocipedus. Nous allons désormais nous déplacer en vélos, tous habillés de bleus de chauffe, comme les Chinois de jadis, puisque le vêtement doit être écolo lui-aussi. L‘Homo sinensis va remplacer  le citadin actuel.
Les véhicules électriques, pas si écolos que ça. Les fabriquer pollue plus que  construire  un véhicule thermique. Et puis les gisements de lithium, lithium  utilisé dans les batteries, ne sont pas inépuisables. Il ne faut pas oublier que le lithium est présent dans les batteries d’ordinateurs, de smartphones, dans  les piles, etc. Si la demande mondiale s’emballe, les prix vont grimper en flèche, et les ressources en lithium s’épuiser en seize ans, en trente selon les versions les plus optimistes.Pourquoi changer de paradigme pour une si courte période. J’ai fait un rapide calcul :  en tenant compte des réserves mondiales,   on pourrait équiper 6 milliards de véhicules en batteries au lithium, et après plus rien. D’autres estiment à 10 milliards le nombre de véhicules que l’on pourrait doter de batteries.  Même en recyclant, on en verrait vite le bout.  Ruiner l’économie d’un pays entier pour si peu, est-ce bien raisonnable? J’ai vu que des ingénieurs prévoyaient d’extraire le lithium de l’eau de mer. Je vous laisse juges de l’impact sur les  espèces marines et sur  tout l’environnement sous-marin, algues, plancton, etc.  Certains tablent sur la batterie au sodium.  La batterie au sodium est loin de valoir la batterie au lithium. Certes, le sodium est partout présent dans la nature, mais l’extraire de l’eau de mer, en plus des gisements existants, est-ce bien écologique? De plus, la batterie au sodium sur les véhicules électriques n’autorise qu’une autonomie limitée.
Quant aux énergies dites renouvelables, éoliennes, centrales solaires, le problème majeur est que lorsqu’il n’y pas assez de vent ou que l’ensoleillement est insuffisant, il n’y a plus de production. Il est prévu de pouvoir stocker cette énergie  à l’aide d’accumulateurs au sodium ou autres  lors des pics de  production, pour la redistribuer ensuite. J’imagine le réseau gigantesque qu’il faudra mettre en place, si ladite énergie n’est pas consommée au fil de l’eau par les consommateurs, rendant les batteries inopérantes. De plus vouloir  stocker de l’énergie sur de courtes périodes pour s’en délester sur un grand laps de temps me semble bien hasardeux. Les coupures risquent d’être nombreuses, surtout si le chauffage électrique et les véhicules utilisant cette source d’énergie se généralisent.
Les écologistes ne veulent plus de l’énergie nucléaire, ou veulent la ramener en dessous de 50%, voire s’en débarrasser.  C’est pourtant un des fleurons de notre industrie. C’est ce qui nous a permis de bénéficier jusqu’à présent d’une énergie bon marché. Cela ne va pas durer. Nous allons financer la transition énergétique en payant plus cher ce qui nous appartient en fait. Comme les autoroutes, où nous sommes la proie d’un véritable racket, alors que  nous avons payé toutes ces infrastructures, y compris les centrales, avec nos impôts, nos taxes. L’État a trouvé le moyen de saigner le cochon de payant deux fois.
La France a les moyens de satisfaire une grande  partie de son indépendance énergétique. Par le nucléaire, d’abord, en rendant les futures centrales plus sûres, plus performantes, et en réenrichissant  l’uranium  afin de l’utiliser dans de nouvelles centrales dernière génération. On peut aussi fabriquer du  gaz d’origine végétale en recyclant des déchets, des déjections issues des élevages,  du pétrole vert en récupérant les broussailles dans les sous-bois qui sont causes d’incendies lors des périodes estivales, limiter nos importations de brut et la pollution  en  généralisant   le biofuel  pour le chauffage domestique,  fabriquer du carburant à base de plastiques usagés, d’ordures ménagères, et surtout améliorer les moteurs thermiques de façon à   diviser nos émissions de CO2 par deux ou trois, voire plus.  Les doter de compresseurs et d’autres innovations techniques, d’assistance électrique. Attribuer des aides pour acquérir ces nouveaux véhicules qui ne tueront pas la filière automobile.   C’est possible. Mais il faut le vouloir.
Que nous proposent les écolos à la place? Augmenter les prix de l’énergie de manière drastique pour nous obliger à changer nos chaudières pour des pompes à chaleur, inefficaces en période de grands froids, rendre les Français dépendants des caprices du vent et du soleil, nous interdire les centres villes et les magasins, empêcher les gens modestes  de se rendre au travail quand ils n’ont que leurs véhicules thermiques anciens,  nous faire geler à l’intérieur de nos appartements, vivre dans le noir ou éclairés à la bougie, nous obliger à devenir végan, nous paupériser un peu plus, créer un chômage de masse par ces mesures imbéciles.
Pour conclure, j’ai toujours pensé qu’un intellectuel se servait avant tout de son intelligence. Montaigne, notre grand Montaigne, affirmait qu’il valait  mieux avoir la tête bien faite que bien pleine.
Je m’aperçois que les écolos appartiennent à la deuxième catégorie et qu’ils ont leurs crânes pleins de vent et de chimères.
Ils sont passés du stade de l’Homo sapiens à celui de l’Homo imbecillitus, ou crétinus.  Une nouvelle espèce a vu le jour.
.

 137 total views,  1 views today

image_pdf

14 Commentaires

  1. Je dirais totalement coupés des réalités et préts a avaler toutes les couleuvres ,les éoliennes sont une catastrophe 2% de rendement et ils pleurent qu’il n’y en a pas assez alors quand le prix de l’électricité aura triplé ils ne pourront mème plus recharger les accus de leur bécane ou de leur auto ,j’hallucine comment décemment un gouvernement peuit ‘il écouter et suivre des pantins de cet acabit!

  2. Ecologie…Rien que ce mot me fait rire.
    Alors, imaginez un écologiste devant moi, fumant sa cigarette, le cul appuyé sur l’aile de sa BMW!!!
    Ca existe.

  3. L’écologie n’est plus qu’une secte avec son gourou, ses nervis et ses adeptes. Discours unique, pensée unique etc… vous en prenez un, vous faites un copié-collé à l’ infini et vous avez la formation des écolos dans toute sa splendeur..
    Et comme dans toutes les sectes ils vivent repliés sur eux- mêmes mais ne supportent pas que d’autres vivent différemment. Donc ils cherchent à vous rallier à leur cause en essayant de vous convertir ou en vous pourrissant la vie. Ils sont binaires.

  4. Se déplacer dans les villes, grandes ou petites, pas de problème !
    On saisit son smart ou autre phone, 5 G, ça va de soi, et on appelle un taxi super luxe, super écolo, et on se déplace sans soucis.
    Bon, il faut avoir les moyens, mais ceux qui ne les ont pas n’ont qu »à crever et laisser la planète aux écolos-bobos.
    Quant au stupide écolo de base, c’est comme le pékin moyen de gauche, ou le pékin moyen de droite, et même celui du centre:
    Ils n’ont qu’à se réveiller et foutre tout ce beau monde en l’air !
    C’est-y quand qu’on se bouge bordel de merde que vous me faites tous dire ? !!!!
    Je vous attends de pied ferme, une pelle pour les filles, une pioche pour les garçons et je ne sais quoi pour les bi, tri, trans, etc. ….
    A force d’entrer en transes sans danser, on finira par danser (devant le buffet vide) sans entrer en transes.
    Bonne journée à toutes et à tous,
    Gérard

  5. Y a d’autres dégénérés qui sont aussi toxiques et qui ne comprennent pas :
    Retraites : le problème n’est pas le financement, mais l’appauvrissement planifié des retraités
    https://francais.rt.com/economie/91393-retraites-probleme-est-pas-financement-mais-appauvrissement-planifie-retraites
    C’est quel mot qu’ils ne pigent pas ? appauvrissement ou planifié ?
    Guérini, «Il faut travailler plus longtemps »
    Alors que solution est juste sous leurs nez : on peut travailler plus sans toucher à l’âge de la retraite. Il suffit juste d’abroger les 35h de la vieille peau.

    • Si on ne devait pas nourrir le peuple des « autres », nous n’aurions guère besoin de travailler plus ou plus longtemps…
      Si nous récupérions tout ce que nos gouvernement successifs ont privatisé, et qu’on renationaliser le savoir-faire français (mettant ainsi un terme à la mondialisation sauvage!), la vie nous coûterait bien moins cher, et on pourrait de nouveau se faire plaisir comme « avant ».
      Si nous abandonnions l’euro et revenons au franc, alors nous redeviendrons une vraie puissance économique, et nous pourrions (re)négocier des contrat financièrement avantageux pour nous et nos entreprises.
      …Une belle retraite, c’est faisable sans se tuer au travail… mais il faut d’abord arrêter de voler les Français pour donner aux autres (soit aux riches ET aux peuples et pays étrangers)…

      • Ça aussi, on est bien d’accord. C’est double peine pour ceux qui se crèvent au boulot, pour en final récolter des queues de prune.

        • Un député 1500 euros de retraite a vie après un mandat ,voyez vous pour les retraites des élus il y a de l’argent !Pourtant ils n’ont créé aucune richesse ils n’ont fait qu’agiter la langue!

      • Si l ‘on arrêtait de déverser des prêts sans retour , des annulations de dettes et foules de dons aux pays du sud
        si l ‘on arrêtait l’invasion migratoire …..
        etc …

    • Il suffit juste d’abroger les 35h fausse bonne idée, car combien de séniors se font virer à 55/58 ans, c’est cela qu’il faudrait empêcher, car même si au chômage vous avez vos annuités comptabilisées il n’en demeure pas moins qu’elles ne sont pas cotisées d’où une sacrée dégringolade niveau pension retraite

    • Les 35 heures ont été la pire erreur mes les socialos n’en sont pas une connerie près !Dans ma vie les trente cinq heures je n’aie jamais su ce que c’était! A part pour les socialos ,je dirais les planqués du système!alors 3×8=24 donc c’est inaliénable a moins de raccorcir les heures !Maintenant c’est sur ils font tout pour diminuer les retraites ,donc elle ne suivent plus l’inflation La CSG de la cSG augmente avec les ponctions!Faut voir les retraites en Allemagne pas de minima si t’a pas cotisé que »chi »!Donc si l’on faisait moins de social en France il y aurait de l’argent pour ceux qui ont cotisé!AMEN parole de ZIPO!

Les commentaires sont fermés.