Bataclan : j’ai perdu ma fille, mais pour d’autres, c’est encore pire !


Toute la semaine j’ai bien entendu suivi le procès du siècle comme on le définit ! Cela est dur et épuisant ; je savais que j’allais en baver mais là, je ne m’imaginais pas la dureté des horreurs que j’allais entendre. J’ai perdu dans cette boucherie la chair de ma chair, Nathalie, et je reste inconsolable mais ai-je pour autant le droit de me plaindre ? Après ce que j’ai entendu, j’en doute. Mon fils aurait très bien pu accompagner sa sœur à ce concert, même si lui, Eagles of Death Metal, ce n’est pas sa tasse de thé. Mais il aurait pu y être pour faire plaisir à Nathalie.
Une dame est venue témoigner. Elle a perdu ses jumelles. Je sais aussi qu’un couple a perdu leurs deux seules filles. D’autres ont perdu leur femme, leur mari, leur frère, leur sœur, leurs amis. D’autres enfin ont perdu la vue, l’audition, d’autre un bras, une jambe, une partie d’intestin. D’autres enfin resteront handicapés à vie. Ils sont venus à pied sur les lieux de leur drame et repartent en chaise roulante. Ils sont tous admirables, car n’ont pas perdu le goût de vivre. Pour TOUS IL Y A EU UN AVANT BATACLAN ET UN APRÈS BATACLAN. Mais je vous en conjure, pour vous qui avez eu la chance de vous en sortir, continuez à sortir et à faire la fête, ne serait-ce que par respect pour ceux qui ne le peuvent plus.
Le cas qui m’a le plus ému est ce monsieur venu à la barre nous expliquer qu’il vendait des écharpes pour arrondir ses fins de mois.  300 à 400 € nous a-t-il dit, quand cela marchait bien. Suite à l’explosion d’un de leurs gilet explosifs, il a perdu l’audition et l’usage d’un bras. Sa femme, à ses côtés, a perdu la moitié de son cerveau. Elle est devenue tétraplégique et a désormais la mentalité d’une gamine de 5 ans. Il vit dans un appartement avec une seule chambre, alors que depuis l’attentat, ils sont contraints de faire chambre à part. Donc lui dort désormais dans le salon sur un canapé depuis presque 6 ans. Il aurait besoin d’un garde-malade à temps complet, mais il n’a pas les moyens de le payer. Le matin, il se lève, donne à manger comme à un bébé à son épouse, puis lui fait la toilette, prépare le repas du midi est obligé de la porter pour l’emmener aux WC. Il recommence l’après-midi et ce sans aucune aide de l’État, qui est pourtant bien responsable de ces attentats. Pour ces gens, la vie est foutue. D’ailleurs ce monsieur l’a bien dit, il aurait préféré mourir. AUCUNE AIDE DE L’ÉTAT QUI PRÉFÈRE COMME D’HABITUDE S’OCCUPER DES MIGRANTS ET AUTRES RASTAQUOUÈRES dont il est si friand et qu’il laisse entrer comme si la France était en opération portes ouvertes. En tous cas, là, j’ai eu honte d’être Français, et l’État ne sort bien évidemment pas grandi de cette situation.
Heureusement tout n’a pas été aussi sinistre car le 29 septembre un témoin a relayé ce que je dis depuis 6 ans et avec des mots bien plus softs que les miens qui parfois, je le reconnais volontiers, peuvent choquer. Mais si je ne choque pas on ne m’entend pas ! S’il savait, Olivier, comme il m’a fait plaisir « lorsqu’il a parlé de ces guerriers de pacotille qui ont le cerveau (en étaient-ils pourvu à la base ?) grillé par le cannabis » ou lorsqu’il a affirmé qu’il avait écrit ce texte « pour régler ses comptes avec ces petits démons ».
Le monde que j’appelle désormais l’Immonde dans son article dit “jamais on avait été aussi véhément à la barre”. Qu’ils soient patients, je passe le 26 octobre. J’espère simplement que le président ne me coupera pas la parole et me laissera m’exprimer. Puis Olivier cibla Valls ; là je buvais du petit-lait. Puis la France qu’il décrit comme « le ventre mou de l’Occident. Une nation qui a renoncé à tout » et enfin et j’ai adoré : « on ne discute pas avec ce cancer qu’est l’islamisme ; quand on est malade on ne discute pas avec ses métastases, on les combat et on les écrase » dit-il au président…
Pour le journaleux de l’Immonde, les propos d’Olivier sont définis comme une diatribe, moi je les trouve malgré tout très soft. Peut-être l’immonde lui fera, comme à moi, un article sur deux pages dans leur torchon du week-end, en le traitant d’extrême droite et de facho, vu que ce ne sont que les seuls mots qu’ils connaissent, mais tu verras Olivier on se fait à tout…
Quant aux avocats d’Abdeslam, maîtres Olivia Ronen et Martin Vettes, qui s’étonnent et s’offusquent qu’on parle de leur saloperie de client de cette façon,  je sais bien qu’ils font leur boulot, mais quand même, un peu de dignité ! Quand on a entendu pendant presque 3 semaines les atrocités faites par ces islamistes, ils devaient bien se douter qu’à un moment ou un autre, cela devait arriver, et qu’on n’était pas là pour leur jeter des roses. Et puis comme dit encore Olivier : « à force de choisir ses clients on finit par leur ressembler ».

Témoignage d’Olivier, rescapé du 13-Novembre : « Il est temps de pointer du doigt tous les Abdeslam de France qui se font passer pour nos concitoyens »


Heureusement qu’il y a encore quelques hommes d’honneur comme Olivier dans ce pays. Je ne le connais pas mais qu’il sache que je prendrais plaisir à boire un verre avec lui, et pourquoi pas à l’Opéra Rock, le bistrot à côté du Bataclan où se trouvait Nathalie, avant qu’on ne l’exécute ou à la Belle Équipe, ou à la Bonne bière, ou au Carillon, histoire de leur faire la nique à tous ces pourris.

 355 total views,  1 views today

image_pdf

16 Commentaires

  1. Ne jamais pardonner ! Ne jamais pardonner les crimes et les tortures dont l’islam est responsable ! Ce n’est pas parce qu’il y a de braves gens parmi les musulmans qu’on doit hésiter à éradiquer cette idéologie, l’éradiquer par tous les moyens car elle est bien pire et perverse que le nazisme.
    De tout cœur avec vous, Patrick Jardin, que je suis avec émotion depuis des années. Ne lâchez rien !

  2. temoignage tres emouvant personne ne peut se mettre a la place de tous ces parents amis freres soeurs ect qui ont perdu un proche lors des attentats de 115 excusez moi du terme a cause de ces pourritures islamistes qui n ont rien a faire en france, que fait macron pour eradiquer ces dechets que je ne qualifie pas d etre humain reponse : RIEN, ah si il cause il blablate; perso j ai perdu une amie ds les attentats de 1995 on oublie jamais JAMAIS

  3. Tout à fait, on ne discute pas avec l’islamisme car de toute façon cela ne sert à rien, il y a tellement d’incompatibilités que la personne ne peut en aucun cas accéder à votre niveau de pensée, pour échanger avec quelqu’un il faut un minimum d’esprit démocratique et on ne le trouve pas chez ces gens-là. Ainsi, il faut lutter de toutes nos forces contre ces barbares du moyen âge qui envahissent nos territoires et jusqu’à notre dernier souffle.

  4. C’est bien qu’il y ai des personnes qui parlent Vrai et pas trop soft quitte à donner un caca nerveux au cons et aux politi-cons responsables de tout ce chaos mortel !

  5. Oui, je pense qu’on peut être une belle âme, une belle personne et ne rien pardonner à ceux qui rependent le mal comme ces islamistes l’on fait. On peut être une belle âme, une belle personne et dénoncer ceux qui tentent d’expliquer ou d’édulcorer leurs crimes.
    Pour paraphraser Karl Popper, si nous ne sommes pas disposés à défendre une société tolérante contre les intolérants, alors la société sera détruit, et la tolérance avec lui.

    • Justement… « pardonner à ceux qui rependent le mal comme ces islamistes l’on fait », ce n’est pas « être une belle âme », ni « être une belle personne » : c’est, tout simplement, être un monstre.
      Ce n’est que mon opinion, mais… il faut être un monstre – car il n’y a pas qu’UN seul type de monstres – pour pardonner (un monstre)… pour faire passer son ego AVANT son humanité (quelque forme que ce soit!) et/ou une justice équitable…
      Pire encore sont ceux qui pardonnent SANS être – directement – victimes : ce n’est même pas leur PLACE, de pardonner… alors de quel droit le font-ils?
      Sans toutes ces prétendues « bonnes âmes tolérantes »… il n’y aurait pas eu toutes ces victimes.
      Les « bonnes âmes tolérantes » sacrifient une partie des Français – enfants compris – pour leur idéologie… On n’appelle clairement pas ça « avoir/être une belle âme »!

      • Que Dieu leur pardonne, à ces porcs : c’est son boulot.
        Nous ne saurions avoir la prétention de nous égaler à Dieu, n’est-ce pas ? Donc nous n’avons pas à pardonner.

  6. MR JARDIN
    BONJOURS
    mes amities tout d abord votre souffrance est aussi la notre croyez le ce pays ne demande qu a etre redresse
    je souhaite qu il comprenne que notre salue viendra des urnes pour en finir avec la barbarie
    restez fort pour vous pour ceux qui ne sont plus et pour ceux qui reste
    de tout coeur avec vous
    bien a vous

  7. Le pire pour les victimes, ce sont ces ordures qui se pavanent et qui nous narguent dans le box des accusés. Je te mettrais ça contre un mur et à la mitrailleuse! J’admire votre courage et partage votre peine! Vous êtes une belle personne!

  8. J’ai l’impression que vous n’osez pas – par culpabilité peut-être? – admettre toute l’étendue de vos misères suite à ce qu’il s’est passé au Bataclan…
    « J’ai perdu dans cette boucherie la chair de ma chair, Nathalie, et je reste inconsolable mais ai-je pour autant le droit de me plaindre ? »
    Oui, Monsieur Jardin : vous avez le droit de vous plaindre.
    Chercher à savoir QUI a le plus souffert dans cette histoire… chercher à évaluer et comparer la douleur des victimes et de leurs familles… c’est une ERREUR.
    (Un homme tétraplégique n’aurait-il donc pas le droit de se plaindre ET d’admettre souffrir, si il se retrouve face à un autre homme tétraplégique, mais sourd de surcroît?)
    Ne cherchez donc pas à comparer les situations et/ou les ressentis : non seulement ce sont des choses qui ne PEUVENT être comparées, mais en le faisant… vous perdrez déjà un combat.
    Ne culpabilisez donc pas : vous pouvez très bien avoir de l’empathie pour les autres et ne pas refouler ce que vous ressentez au second plan (PAR RAPPORT à LEURS douleurs, j’entends)!
    Votre fille reste plus importante pour vous que les « autres », non? …Vous n’avez pas à en avoir honte : ce n’est pas quelque chose de négatif, après tout… c’est juste « normal ».
    J’insiste bien : vous avez entièrement le droit de vous plaindre.
    Alors ne cachez pas ce que VOUS ressentez derrière la douleur d’AUTRES victimes : PERSONNE – je dis bien « PERSONNE » n’est en droit de vous reprocher de vous plaindre de la situation, ou même de vous faire la leçon. Personne!
    (En tout cas, vous êtes un homme bien admirable.
    Je dirais même ceci : vous êtes un VRAI homme, et un homme VRAI…)

  9. Bonjour,
    Oui, merci, Monsieur, pour votre témoignage.
    Comme Pascal, je vous admire beaucoup.

  10. Egoïstement ,j’ai été soulagé que ni mon fils ni ma fille n’y aient étés ce soir là ,je n’aurais pas été aussi digne que monsieur Jardin ……… certainement que des innocents collatéraux en auraient pâtis, la formule est bonne dans tout les sens il y a aussi de bons arabes dans les quartiers et au procès je me serais aussi excusé auprès de leurs familles si tant est que cela aurait pu les consoler !!

  11. Monsieur JARDIN, j’admire votre courage depuis des années.
    Je n’arrive pas à imaginer ce que vous et d’autres pouvez subir
    dans ce tribunal.
    J’aurai préféré pour Nathalie, vous et toutes les victimes de cette
    « barbarie », n’avoir jamais eu à écrire ces lignes.
    La France entière vous doit le respect.
    De tout coeur avec vous.
    Courage.
    Pascal.

Les commentaires sont fermés.