Les phrases cachées du document original Pfizer qui avouent tout…

Ci-dessous  un texte qui traduit partiellement le document Pfizer (l’original en anglais à télécharger ici : EUA Fact sheet for Recipients – Pfizer-BioNTECH COVID-19 Vaccine_FINAL).

Document Pfizer original 

 

Le document original « Pfizer » explique le pseudo vaccin et ses effets. Soyons honnêtes, les traiter de menteurs est un raccourci facile car, ils ne cachent rien. Voilà, un Big-Pharma transparent. Hélas, on ne peut en dire autant de la transposition en français du-dit rapport qui évite certains passages. La source de ce document est publique (sauf si elle est supprimée entre temps). Ci-dessous, l’acronyme FDA signifie « Food and Drug Administration » USA. En principe, c’est du sérieux: https://www.fda.gov/media/144414/download

 

Dans ce document de huit pages, on retiendra l’essentiel où le fabricant écarte toute concurrence par : « There is no Food and Drug Administration (FDA) approved vaccine to prevent COVID-19 ».

Cette phrase a deux sens. Il n’y a pas de vaccin approuvé par FDA et il n’y a pas de produit concurrent contre le COVID (sauf le leur).

 

Un peu plus bas, le document laisse le choix aux intéressés : « It’s your choice to receive Pfizer-BioNTech COVID-19 Vaccine. »

C’est-à-dire, contrairement aux fous furieux, les docteurs télé et les médias aux ordres,… vous avez le choix de ne pas vous faire vacciner. Là, il n’est pas question de vous forcer la main. Ainsi, les arguments des vaccinateurs-fous s’effondrent. Ils ne leur resteplus que des menaces, insultes et injonctions… ou le « passe sanitaire discriminatoire », « confinement » qui n’est rien d’autre que l’assignation à domicile de tout un peuple,… Pour comprendre le sens profond du passe sanitaire, il faut lire le livre de Philippe De Villiers, le Jour d’après. Autre lecture intéressante, 1984 de Georges Orwell. Il existe un lien parfait entre ces deux livres et les événements actuels ; c’est le début d’une surveillance généralisée de citoyens au profit des puissances privées. Les gouvernants reçoivent leurs ordres des GAFAMs, le Big-Tech et le Big-Pharma. Déjà, aux entrées des grandes surfaces ce sont des agents privés qui contrôlent vos pass donc votre identité ; alors qu’ils ne sont pas OPJ (Officier de Police Judiciaire). Les patriotes résistants ne se laisseront pas faire.

 

Plus loin une autre indication doit alerter les plus attentifs : « The Pfizer-BioNTech COVID-19 Vaccine may not protect everyone. »

Ce qui peut se traduire par « Cette injection ne protège pas chaque individu». Autrement dit, on en sait rien sur la protection et l’efficacité du-dit produit sur chacun d’entre nous. Donc, il ne sert à rien de vacciner tout le monde à l’aveuglette. Ceci corrobore avec l’argument scientifique qui commence à faire surface. Il y aurait un lien entre le génome (votre code génétique) et celui du virus. Dans certains cas, l’immunité naturelle propre à chaque individu protège mieux que n’importe quel médicament.

 

Le même document donne une autre piste intéressante : « People with COVID-19 have had a wide range of symptoms reported, ranging from mild symptoms to severe illness ».

Qui se traduit par : La personne ayant contracté le virus peut avoir des symptômes très légers (voire, rien du tout) jusqu’à développer des pathologies graves. Mais ce qui est intéressant dans cette phrase c’est « symptômes légers ». En clair, certains peuvent ne rien avoir du tout à part le nez qui coule, peut-être. Dans ces conditions, pourquoi vouloir vacciner tout le monde dont les effets secondaires sont décrits dans le même document.

 

Pfizer confirme qu’il s’agit d’une autorisation d’utilisation en urgence (EUA Emergency Use Authorization). Cette autorisation ne tient pas compte des effets à moyen et à long terme. En France, le ministre de santé raconte n’importe quoi lorsqu’il dit : « Maintenant nous avons assez de recul sur ce vaccin… ». Il confond le « nombre de vaccinés » et le « temps ». Le « temps long » n’est pas compressible et n’a rien à voir avec le nombre de vaccinés. Pour un esprit scientifique et afin de constater les effets sur plusieurs années, il faut « attendre plusieurs années ». Manifestement, l’homme n’a pas un esprit scientifique. Il a un raisonnement bâclé. La suite du document dévoile des effets secondaires assez graves et c’est une mise en garde sérieuse.

 

En gras et en gros, le document titre : « What should you mention to your vaccination provider before you get the Pfizer-BioNTech COVID-19 Vaccine ». C’est-à-dire vous devez signaler à celui qui va vous piquer les contresindications suivantes :

la liste est longue… faisons court,

Avant de vous faire vacciner, vous devez vous transformer illico presto en : un éminent Cardiologue, un Hématologue, un Allergologue, un spécialiste en Anatomie et Cytologie Pathologique etc. Si non, vous mourrez comme tous ceux qui sont morts dus aux effets secondaires. C’est tellement plus facile de jouer à la roulette Russe avec la santé des autres. Pendant que le piqueur attend la seringue à la main, le tube rempli d’un substance qui peut écourter vos souffrances de contribuable soumis à la bêtise humaine et votre passage sur cette terre, vous devez lui annoncer (ci-dessous, traduction condensée) :

– si vous faites des allergies… lesquelles ? comment les reconnaître ? quelles allergies? …

– si vous avez eu une myocardite ou péricardite et/ou des inflammations de votre cœur (un petit effort sur le Net et vous pouvez devenir un cardiologue émérite en quelques cliques…)

– si vous avez de la fièvre (ça c’est facile),

– si vous avez des problèmes de saignements ou de coagulation de sang (faites un auto-test avec un couteau de cuisine affûté),

– êtes-vous immunodéficient ou sous médication qui risque de réduire votre immunité (l’injection en ajoute une couche… de réduction d’immunité),

– si vous êtes enceinte ou comptez tomber enceinte(!),

– si vous avez déjà reçu un autre vaccin contre le COVID,

– êtes-vous déjà évanoui lors d’une injection,…

 

Le durée de protection vaccinale est clairement inconnue. Ensuite arrive le plat de résistance c’est-à-dire, les effets secondaires graves qui seraient dus à l’injection avec le paragraphe suivant : « What are the risks of the Pfizer-BionTech COVID-19 Vaccine ? ». Quels sont les risques de l’injection. Le document annonce clairement les effets suivants :

Le « vaccin » peut entraîner une réaction allergique sévère(!) qui peut apparaître au bout de quelques minutes ou bien plus tard(?). Le « vaccinateur » doit vous demander de rester sur place pour une surveillance médicale. En général, à moyen-long terme les symptômes seront :

– des difficultés à respirer,

– un enflement (œdème) facial,

– l’accélération du rythme cardiaque,

– des éruptions cutanées sur tout le corps,

– des vertiges et un état de fébrilité générale,…

 

Au bout d’un certain temps (combien ?), certains pourraient déclencher une myocardite (inflammation du muscle cardiaque) ou une péricardite (l’enveloppe qui entoure le cœur). C’est très peu probable, dit le document, mais vous devez immédiatement consulter votre médecin. Bon courage si vous en trouvez un de disponible. Les symptômes sont :

– des douleurs thoraciques,

– manque de souffle avec difficultés à respirer,

– accélération du rythme cardiaque,…

 

Toujours dans le même document, à la page 3, il y a une longue liste d’effets secondaires moins graves. Cela va de mal de tête, d’un état de fatigue généralisée, des douleurs musculaires, nausées, ne pas se sentir bien(!), diarrhée, vomissements,… à … veuillez consulter le document original, c’est long. Il existe une version française « épurée » de ce même document qui évite certains passages critiques surtout ceux qui évoquent à quoi il faut s’attendre si on se fait injecter. Les mêmes symptômes, nausées, vomissements, vertiges, diarrhée,… apparaissent chez certains lorsqu’ils entendent un membre du gouvernement déblatérer à la télé.

 

En conclusion, le document de Pfizer annonce clairement:

1. Se faire injecter ce produit est une décision personnelle.

2. Le virus du COVID peut ne pas vous rendre malade.

3. En cas d’injection, la protection n’est pas garantie à 100 %… mais,

4. Il faut s’attendre à des effets secondaires -parfois- très graves.

Une chose est certaine, compte tenu de l’agressivité et l’acharnement des pro-vaccins dans les médias, on peut d’ores et déjà affirmer que cette injection rend fou. Ils vocifèrent à qui veut l’entendre : «… je vais injecter ce produit dans ton corps… par la force s’il le faut… entre deux policiers, menottes aux poings… ». C’est proche de l’équilibre mental du docteur Maboule…. ou du Dr. Mengele… au choix. Or, la sagesse suggère : lorsque deux camps de « spécialistes » s’affrontent -pour ou contre- et, ceux qui sont contre sont réduits au silence, il y a anguille sous roche. Donc, il vaut mieux attendre. En attendant, les effets secondaires commencent à remonter à la surface en masse.

 

Quant à la protection « contre les formes graves de la maladie grâce à cette injection », on ne peut pas imaginer d’argument plus fumeux. Compte tenu des controverses depuis le début de l’épidemie, comment peut-on affirmer qu’une personne n’aura pas une forme bénigne sans être vaccinée. Comment peut-on affirmer que l’injection garantit la forme non grave de la maladie ? Ce sont des affirmations sans aucun fondement scientifique. De mutation en mutation ce virus finira par débarasser le plancher. Quant aux crétins pro-vaccin, c’est une autre affaire ! Le jour venu, il va falloir s’en occuper sérieusement.

 

 279 total views,  1 views today

image_pdf

15 Commentaires

  1. Beaucoup de questions se posent: est-ce que les gens ont des consciences d’enfants et croient les médias et les politiques (des parents de substitution) au lieu de s’informer par eux-mêmes (grâce à cet article aussi), ou bien est-ce qu’ils préfèrent croire les médias de propagande parce que ce mensonge justifie leur propres passions et les maintient dans leurs propres faiblesses (leurs petits plaisirs de consommateurs, leurs habitudes, leur envie de ne rien changer à leur vie, leur incapacité à réagir en résistant)???

    • Les autres vaccins dits classiques avaient nécessité des décennies avant d’être au mis point. La plupart de ces vaccins sont -presque- sûrs contre des virus -à peu près- stables. Or, le COVID semble muter rapidement. La technique ARNm utilisé dans le vaccin COVID est destiné à l’origine pour soigner les cas de cancers très graves. Le fait d’utiliser massivement contre une sorte de grippe sévère peut avoir des effets dévastateurs à moyen et long terme. Certains médecins affirment que Invermectine, HCQ et Azytromicine soignent également très bien. De deux choses l’une : ces médicaments ne soignent pas et la guérison des malades est spontanée ou bien ils sont efficace et ces médecins ont raison.
      Le fait d’avoir écarté d’emblée ces médicaments classique (A. BUZYN) en début épidémie pour attendre un vaccin miracle a entraîné des morts par dizaines de milliers. Refus de soins, interdiction de certains médicaments pour ce concentrer sur un « vaccin futur » pourrait être qualifié de génocide ou meurtre de masse devant n’importe quel tribunal. A condition que nous soyons dans un État de droit qui soit digne de ce qualificatif.

  2. ben moi je suis pas vacciné , dans mon pays en Belgique ce n est pas encore obligatoire sauf le personnel soignant , a Bruxelles en terre arabe ils commencent a vacciner dans les carrefours , va y avoir des muzz en moins

  3. PFIZER est multi condamné aux USA et ailleurs : mais il s’en moque totalement et continue sa trajectoire en arrosant l’UE de son poison aussi inutile que dangereux que les corrompus qui nous gouvernent s’empressent d’acheter pour mieux maintenir sous cloche leur population – c’est un « crime contre l’humanite » sans précédent

  4. Un ami a développé un zona ophtalmique suite à 2 doses AZ
    Traitement pour un an sans assurance d’amélioration.

  5. Marrant, etonnant, pour ces « vaccins » on aurait du recul bien plus vite, mais vraiment, que pour l’hydroxychloroquine.

  6. Un mot : REVOLUTION et tous ces salopards d’assassins qui nous gouvernent sur l’échafaud .

  7. Quand on connait les composants du produit, on comprend qu’ils se mettent à l’abri. Persister à injecter toute la population est bien un meurtre de masse.

  8. Rien qu’à lire cet article, on est terrifié ! Je ne suis pas vacciné et je le resterai!

  9. C’est un génocide et c’est voulu, par tous les guignols qui nous gouvernent. En fait ils ne gouvernent rien du tout, ils nous tuent. C’est le grand remplacement.

    • Cherchez qui est à l’origine de ce génocide ? ceux qui ont refusé Jésus comme fils de Dieu, ils veulent leur « messie » !!!!

  10. https://nouveau-monde.ca/la-microscopie-electronique-a-balayage-et-a-transmission-revele-la-presence-doxyde-de-graphene-dans-les-vaccins-contre-le-cov-19/
     toute la liste des dizaines d’ingrédients trouvés  bien sûr du graphème ….. il y a même de l’acier inoxydable…………. Et j’ai vérifier ces 3 ingrédients trouvés dans les vaccins et le sang des vaccinés
    Trypanosoma cruzi est l’agent de la maladie de Chagas, une parasitose mortelle pour l’homme qui sévit en Amérique latine. Ce parasite peut également infecter plus d’une centaine d’autres vertébrés. Il est transmis par des punaises hématophages (qui se nourrissent de sang), les réduves.
    polyéthylène glycol            Leur mode de fabrication peut en effet entraîner une contamination par l’oxyde d’éthylène considéré comme cancérigène. Par ailleurs, non ou peu dilués les polyéthylène glycols sont accusés d’être reprotoxiques, de diminuer la fertilité.5 j
    endogène d’exosomes………… file:///C:/Users/ADMIST~1/AppData/Local/Temp/27993.pdf L’impact des exosomes sur la viabilité des lymphocytes T CD4+ dans le contexte de l’infection au VIH-1 – 27993.pdf   , dans certain cas utiliser pour lutter contre le cancer ,,,mais aussi pour diminuer l’immunité pour favoriser les greffes et éviter les rejets ,,, mais aussi favorisent la multiplication des virus , herpès , VIH
    La figure 29 montre qu’ils sont composés de carbone, d’azote, d’oxygène, de silicium, de plomb, de cadmium et de sélénium. Cette composition de nanoparticules hautement toxiques sont des points quantiques de séléniure de cadmium qui sont cytotoxiques et génotoxiques [13] [14]
    https://www.lapresse.ca/actualites/enquetes/201709/12/01-5132442-les-tricheurs-de-la-science.php      Les tricheurs de la science | La Presse
    Ils devraient être des modèles de rigueur. Ils ont plutôt truqué leurs résultats, détourné des fonds, menti ou volé des écrits. Depuis cinq ans, près d’une centaine de scientifiques canadiens ont été punis pour malhonnêteté, révèlent des données obtenues par La Presse. Et ils sont de plus en plus nombreux à se faire prendre.

    De plus en plus de tricheurs démasqués   ça c’est que pour le canada …..mais ça n’arrive pas en france

Les commentaires sont fermés.