Vaccins COVID : nécessité, efficacité et sécurité, ce que dit la science

A ne pas manquer covid 19 dictature sanitaire Publié le 22 août 2021 - par - 37 commentaires
J’ai traduit ce texte de l’association docteurs4covidethics.org. Il contient énormément de faits prouvés par 51 références. 
J’ai bien apprécié entre autres l’étude de 10 millions de Chinois de la région de Wuhan pour confirmer que les symptomatiques ne sont pas contagieux. En février 2020, le prof d’immunologie à la retraite de Berne avait écrit que raconter que des symptomatiques (des cas PCR positifs sans clinique de maladie) transmettaient une virose était un illogisme immunologique, soit une absurdité.
J’ai parfois défini un terme et essayé que la traduction soit fidèle mais compréhensible pour des laïques de la médecine.
Pour moi c’est un excellent résumé plein d’informations et à jour.
Dominique Schwander
.

Vaccins COVID : nécessité, efficacité et sécurité

docteurs4covidethics.org

Résumé

Les fabricants des « vaccins » COVID-19 ont été exonérés de toute responsabilité légale pour les dommages induits par leurs « vaccins » qui sont en réalité des thérapies géniques prophylactiques. Il est donc dans l’intérêt de tous ceux qui autorisent, appliquent et administrent ces « vaccinations » COVID-19 de comprendre les preuves concernant les risques et les avantages de ces vaccins, car la responsabilité des dommages leur incombe.

En bref, les preuves disponibles et la science indiquent que ces « vaccins » COVID-19 sont inutiles, inefficaces et dangereux.

  • Nécessité: les individus immunocompétents sont protégés contre le SRAS-CoV-2 par une immunité cellulaire et une réponse anticorps de type mémoire. La vaccination des groupes à faible risque est donc inutile. Pour les personnes immunodéprimées qui tombent malades de COVID-19, il existe une gamme de traitements médicaux qui se sont avérés sûrs et efficaces. Vacciner les personnes vulnérables est donc inutile. Les groupes tant immunocompétents que vulnérables sont mieux protégés contre les variants du SRAS-CoV-2 par une immunité acquise naturellement et par des médicaments que par cette « vaccination ».
  • Efficacité: à ces vaccins Covid-19 manquent un mécanisme d’action viable contre l’infection des voies respiratoires par le SARS-CoV-2. L’induction d’anticorps transmis par le sang par cette « vaccination » ne peut pas empêcher l’infection par un agent tel que le SRAS-CoV-2 qui envahit les voies respiratoires. De plus, aucun des essais cliniques de ces « vaccins » n’a fourni de preuve que cette « vaccination » empêche la transmission de l’infection par les individus « vaccinés » ; inciter à cette « vaccination » pour « protéger les autres» n’a donc aucun fondement scientifiques dans les faits.
  • Sécurité: ces « vaccins » sont dangereux à la fois pour les personnes en bonne santé et pour celles atteintes d’une maladie chronique préexistante, cela pour  bien des raisons en particulier les suivantes: risque de perturbations mortelles et non mortelles de la coagulation sanguine, y compris troubles de la coagulation, thromboses dans le cerveau, accidents vasculaires cérébraux et attaques cardiaques, réactions auto-immunes et allergiques, aggravation de la maladie dépendant des anticorps, impuretés de ces « vaccins » dues à une fabrication précipitée et à des normes de production non réglementées.

Le calcul risque-bénéfice est donc clair: ces vaccins expérimentaux sont inutiles, inefficaces et dangereux. Les acteurs autorisant, exerçant des pressions ou administrant cette thérapie génique prophylactique expérimentale contre la COVID-19 exposent les populations et les patients à des risques médicaux graves, inutiles et injustifiés.

  1. Ces « vaccins » sont inutiles. De multiples axes de recherche indiquent que les personnes immunocompétentes présentent une immunité cellulaire (cellules T) « robuste » et durable contre les virus du SRAS-CoV [1], y compris le SARS-CoV-2 et ses variants [2]. La protection des cellules T découle non seulement de l’exposition au SRAS-CoV-2 lui-même, mais également de l’immunité croisée à la suite d’une exposition antérieure à des Coronavirus du rhume [1,3-7]. Une telle immunité  a été détectée jusqu’à 17 ans après des infections passées [1]. Par conséquent, les personnes immunocompétentes n’ont pas besoin de vaccination contre le SRAS-Cov-2.
  1. L’immunité naturelle des cellules T (ou lymphocytes T soit une catégorie de    globules blancs qui jouent un grand rôle dans la réponse immunitaire adaptative) offre une protection plus forte et plus complète contre toutes les souches du SRAS-CoV-2 que ces « vaccins », car l’immunité naturellement induite reconnaît plusieurs épitopes viraux (partie d’un antigène reconnu par un récepteur situé à la surface d’un lymphocyte) et plusieurs signaux de costimulation, et pas seulement la seule protéine de pointe (spike). Ainsi, les personnes immunocompétentes sont mieux protégées par leur propre immunité contre le SRAS-CoV-2 et tous les variants qui peuvent survenir que par la succession actuelle de ces vaccins.
  1. De nouvelles découvertes montrent qu’environ 99% des personnes sont déjà protégées contre la COVID-19 par des réponses anticorps de type mémoire. Des études publiées entre mai et juillet 2021 révèlent des réponses anticorps caractéristiques du type mémoire à la fois suite à l’infection par le SRAS-CoV-2 et suite à la vaccination COVID-19 [8-12]. Ces nouvelles découvertes indiquent que le SRAS-CoV-2 n’est pas immunologiquement un nouveau Coronavirus et que l’écrasante majorité des personnes sont protégées contre le COVID-19 par des anticorps dérivés de la restimulation de cellules immunitaires préexistantes. Cela reflète une immunité à réaction croisée d’une infection antérieure avec des souches respiratoires ordinaires de Coronavirus humain. Comme le but de la vaccination est de stimuler la production d’anticorps contre le SRAS-CoV-2, nous savons maintenant que cette vaccination n’est pas nécessaire. De tels anticorps peuvent et seront rapidement générés par pratiquement tout le monde au moindre défi viral, même sans cette « vaccination ».
  1. Dans la plupart des pays, la plupart des gens sont désormais immunisés en raison de l’exposition au SRAS-CoV-2 [13]. Selon leur degré d’immunité croisée précédemment acquis, ils ne vont présenter aucun symptôme, des symptômes légers et non spécifiques, ou des symptômes plus graves, incluant éventuellement une anosmie (perte de l’odorat) ou d’autres signes cliniques quelque peu caractéristiques de la clinique de la maladie COVID-19. Quelle que soit la gravité de la maladie, en cas de nouvelle exposition ils auront désormais une immunité suffisante pour être protégés contre une maladie grave. La majorité de la population ne bénéficiera pas du tout d’être « vaccinée ».
  1. Les vaccins ont été présentés comme un moyen de prévenir l’infection asymptomatique [14], et par extension la « transmission asymptomatique ». Cependant, la « transmission asymptomatique » est un artefact de procédures et d’interprétations de tests PCR invalides et peu fiables conduisant à des taux élevés de faux positifs [15–18]. Les preuves indiquent que les personnes asymptomatiques et positives pour la PCR sont des faux positifs en bonne santé, et non des porteurs. Une étude complète de 9’899’828 personnes en Chine a révélé que les personnes asymptomatiques testées positives pour CeOVID-19 n’ont jamais infecté d’autres personnes [19]. Au contraire, les articles cités par le Center for Disease Control [20,21] pour justifier les allégations de transmission asymptomatique sont basés sur des modèles hypothétiques, et non sur des études empiriques; ces modèles présentent des hypothèses et des estimations plutôt que des preuves. La prévention de l’infection asymptomatique n’est pas une justification viable pour promouvoir la vaccination de la population générale.
  1. Pour la grande majorité des gens (globalement ~ 99,8 %), le SRAS-CoV-2 n’est pas mortel [22-24]. Il s’agit généralement d’une maladie bénigne à modérément grave. Par conséquent, l’écrasante majorité des personnes ne  courant pas un risque en attrapant la COVID-19, elle n’ont pas besoin de vaccination pour leur propre protection.
  1. Chez les personnes susceptibles de faire une grave infection, la Covid-19 est une maladie traitable. Une convergence de preuves indique qu’un traitement précoce avec les médicaments existants réduit l’hospitalisation d’environ 85 % et réduit la mortalité d’environ 75 % [25–29]. Ces médicaments comprennent de nombreux médicaments anti-inflammatoires, antiviraux et anticoagulants éprouvés, ainsi que des anticorps monoclonaux, du zinc et des vitamines C et D. Les décisions d’industries pharmaceutiques et de gouvernements d’écarter ces traitements éprouvés par le biais d’un soutien sélectif à la recherche [26], d’un biais réglementaire et même de sanctions pures et simples contre les médecins qui osent utiliser de tels traitements de leur propre initiative ont été en décalage avec les lois existantes, les normes de la pratique médicale et la recherche. L’obligation légale de tenir compte des preuves du monde réel est tombée à l’eau [30]. Le déni et le dénigrement systématiques de ces thérapies efficaces ont étayé la fausse justification de l’autorisation provisoire d’utilisation d’urgence de ces « vaccins », qui exige que « aucun traitement standard acceptable ne soit disponible » [31]. En clair, ces vaccins ne sont pas nécessaires pour prévenir une grave maladie.

2. Ces « vaccins » manquent d’efficacité

  1. Au niveau mécaniste, conformément au concept d’immunité à la COVID-19 via l’induction d’anticorps, la vaccination COVID-19, est un non-sens médical. Les virus aéroportés tels que le SRAS-CoV-2 pénètrent dans le corps par les voies respiratoires et les poumons. Les anticorps induits par le vaccin eux circulent principalement dans le sang. Étant donné que la COVID-19 se propage et provoque principalement la maladie en infectant les muqueuses des voies respiratoires, ces « vaccins » manquent leur cible immunologique. Les documents soumis par les fabricants de ces « vaccins » aux divers organismes de réglementation ne contiennent aucune preuve que cette « vaccination » prévient l’infection des voies respiratoires, ce qui serait crucial pour rompre la chaîne de transmission. Ainsi, les vaccins sont immunologiquement inappropriés pour la COVID-19.
  1. L’efficacité du vaccin à moyen et à long terme est inconnue. Les essais de phase 3, à moyen terme et sur 24 mois ne seront pas terminés avant 2023; il n’y a pas de données longitudinales à moyen ou long terme concernant l’efficacité du vaccin.
  1. Les données à court terme n’ont pas établi la prévention des formes graves de la maladie. L’Agence européenne des médicaments a noté à propos du vaccin Comirnaty (Pfizer ARNm) que les cas graves de COVID-19 « étaient rares dans l’étude, et aucune conclusion statistiquement certaine ne peut en être tirée» [32]. De même, le document Pfizer soumis à la FDA [33] conclut que l’efficacité contre la mortalité n’a pas pu être démontrée. Ainsi, il n’a pas été démontré que ces « vaccins » préviennent la mort ou une maladie grave, cela même à court terme.
  1. La réduction du risque absolu est de l’ordre d’environ 1 %. Dans le journal médical anglais le Lancet [8], une analyse publiée des allégations d’efficacité des fabricants de ces vaccins a détaillé le fait que la réduction du risque absolu pour ces vaccins se situe entre 0,84% (Pfizer) et 1,3% (Astra Zeneca). Cela contraste fortement avec les 67 à 95 % revendiqués par les fabricants de ces « vaccins ». En termes clairs, avec les données de Pfizer comme exemple, cela signifie que lorsque l’ensemble de l’échantillon de l’étude est pris en compte – comme l’exige la signification statistique – l’efficacité déclarée du vaccin est de 95 % de < 1 %; c’est-à-dire 0,84%. Il est important de noter que la réduction du risque de 0,84% ne s’applique pas à la maladie grave ou au décès, mais seulement à l’incidence des résultats positifs du test PCR et à une gravité des symptômes bénins à modérés. En d’autres termes, il s’agit d’un résultat cliniquement insignifiant. De plus, afin de transformer le chiffre de 0,84% en 95%, 43 278 des 43 448 participants à l’étude ont été exclus de l’analyse. Il s’agit d’une pratique statistique erronée qui écarte toutes les considérations non seulement de signification clinique mais de signification statistique, dont le seul but est de déterminer si les différences entre les groupes d’étude reflètent de vraies différences ou simplement le hasard et une variation aléatoire. Pour que de telles déterminations soient faites, l’échantillon entier doit être pris en compte. Dit briévement, les données d’efficacité avancées par les fabricants de vaccins équivalent à des résultats nuls, à la fois en termes de signification clinique et statistique.
  1. Les corrélats de protection contre la maladie COVID-19 sont inconnus. Les chercheurs n’ont pas encore établi comment mesurer la protection contre  cette maladie Covid-19. Par conséquence, les études d’efficacité se déroulent dans le noir. Après l’achèvement des études de phase 1 et 2, par exemple un article dans la revue médicale Vaccine a noté que « sans comprendre les corrélats de la protection, il est actuellement impossible de répondre aux questions concernant la protection associée au vaccin, le risque de réinfection COVID-19, l’immunité collective et la possibilité d’éliminer le SARS-CoV-2 de la population humaine » [34]. Ainsi, l’efficacité du vaccin ne peut pas être évaluée car nous n’avons pas encore établi comment mesurer cette efficacité.

3. Ces vaccins sont dangereux

  1. Sur la base de principes fondamentaux connus, le tabagisme pouvait provoquer et était censé provoquer un cancer du poumon; de même tous les « vaccins » à base de gènes, sur la base de leurs mécanismes d’action moléculaires, peuvent provoquer des troubles de la coagulation sanguine tels que coagulation et saignement [35], Conformément à cela, des maladies de ce type ont été observées dans tous les groupes d’âge, entraînant des suspensions temporaires de vaccins dans le monde : ces « vaccins » ne sont pas sûrs.
  1. Contrairement aux affirmations selon lesquelles les troubles sanguins post-vaccination sont « rares », de nombreux effets secondaires courants du vaccin (maux de tête, nausées, vomissements et éruptions cutanées sur le corps » semblables à des hématomes) peuvent indiquer une thrombose et d’autres anomalies graves. De plus, les micro-thromboses diffuses induites par le vaccin dans les poumons peut imiter une pneumonie et peuvent être diagnostiqués à tort comme une COVID-19. Ces troubles de la coagulation sanguine qui reçoivent l’attention actuelle des médias ne sont probablement que la « partie émergée d’un énorme iceberg » [36]: ces « vaccins » ne sont pas sûrs.
  1. En raison de l’amorçage immunologique, on peut s’attendre à ce que les risques de coagulation, de saignement et d’autres événements indésirables augmentent à chaque « revaccination » et à chaque nouvelle exposition  au Coronavirus. Au fil du temps, qu’il s’agisse de mois ou d’années [37], cela rend à la fois cette « vaccination » et les coronavirus dangereux pour les groupes d’âge jeunes et en bonne santé, pour lesquels, sans « vaccination », la COVID-19 ne pose aucun risque substantiel. Depuis le déploiement de cette « vaccination », l’incidence de la maladie COVID-19 a augmenté dans de nombreuses régions où les taux de vaccination sont élevés [38-40]. De plus, plusieurs séries de décès dus à la COVID-19 se sont produites peu de temps après le début des « vaccinations » dans les résidences pour personnes âgées [41,42]. Ces cas peuvent être dus non seulement à une aggravation de la maladie dépendant des anticorps mais aussi à un effet immunosuppresseur général de ces « vaccins », ce qui est suggéré par la survenue accrue du zona chez certains patients [43]; une telle immunosuppression peut avoir provoqué la manifestation clinique d’une infection auparavant asymptomatique. Quel que soit le mécanisme exact responsable de ces décès signalés, nous devons nous attendre à ce que ces « vaccins » augmentent plutôt que diminuent la létalité de la COVID-19; ces « vaccins » ne sont pas sûrs.
  1. Par définition ces « vaccins » sont expérimentaux. Ils le resteront dans les essais de phase 3 soit jusqu’en 2023. Les receveurs de telle thérapie génique prophylactique sont des êtres humains ayant droit à un consentement libre et éclairé en vertu du Nuremberg et d’autres protections y compris la résolution 2361 de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe [44] et les conditions d’autorisation provisoire d’utilisation d’urgence de la FDA [31]. En ce qui concerne les données d’innocuité des essais de phase 1 et 2, malgré la taille initialement importante des échantillons, la revue médicale Vaccine rapporte que « la stratégie de vaccination choisie pour son développement ultérieur peut n’avoir été donnée qu’à 12 participants seulement » [34]. Avec des échantillons de si petite taille, le journal note que pour établir la sécurité « des études de phase 3 plus importantes et menées sur de plus longues périodes seront nécessaires ». Les risques qui restent à évaluer dans les essais de phase 3 jusqu’en 2023, avec des populations entières comme sujets d’expérience, incluent non seulement thromboses et anomalies hémorragiques, mais aussi d’autres réponses auto-immunes, des réactions allergiques, des tropismes inconnus (destinations tissulaires) des nanoparticules lipidique [37], des aggravations cliniques dépendant des anticorps [45-48] et l’impact de méthodes de fabrication précipitées, douteuses, mal réglementées [49] et apparemment incohérentes et conférant des risques d’impuretés potentiellement nocives telles que des résidus d’ADN non contrôlés [50]. Ces vaccins ne sont pas sûrs, ni pour les receveurs ni pour ceux qui les utilisent ou autorisent leur utilisation.

 

  1. L’expérience initiale pourrait suggérer que les « vaccins » dérivés d’adénovirus (AstraZeneca/Johnson & Johnson) provoquent des effets indésirables plus graves que les vaccins à ARNm (Pfizer/Moderna). Cependant, lors d’injections répétées, les premiers cités induiront bientôt des anticorps contre les protéines du vecteur adénoviral. Ces anticorps neutraliseront ensuite la plupart des particules virales du vaccin et entraîneront leur élimination avant qu’elles ne puissent infecter les cellules, limitant ainsi l’intensité des lésions tissulaires. En revanche, pour les « vaccins » à ARNm, il n’y a pas d’antigène protéique à reconnaître par les anticorps. Ainsi, quel que soit le degré d’immunité existant, l’ARNm du « vaccin » va atteindre sa cible soit les cellules de notre corps. Ceux-ci exprimeront ensuite la protéine de pointe et subiront par la suite l’assaut complet du système immunitaire. Avec les « vaccins » à ARNm, le risque d’événements indésirables graves est pratiquement garanti d’augmenter à chaque injection successive. A long terme, ces « vaccins » à ARNm sont donc encore plus dangereux que les « vaccins » vectoriels dérivés d’adénovirus. Leur préférence apparente sur ces derniers est préoccupante au plus haut degré; ces « vaccins » ne sont pas sûrs.

 

4. Points éthiques et juridiques à considérer

  1. Les conflits d’intérêts abondent dans la littérature scientifique et au sein des organisations qui recommandent et promeuvent ces « vaccins », tout en diabolisant les stratégies alternatives (en particulier l’immunité naturelle et les traitements précoces). Les autorités, les médecins et le personnel médical doivent se protéger des conflits d’intérêts en évaluant de très près les sources de leurs informations.
  1. Les autorités, les médecins et le personnel médical doivent également veiller à ne pas ignorer la littérature indépendante et crédible concernant la nécessité, l’innocuité et l’efficacité de ces « vaccins », compte tenu des décès en masse prévisibles et des dommages auxquels il faut s’attendre si la campagne de vaccination n’est pas arrêtée.
  1. Pour une raison, les fabricants de cette thérapie génique prophylactique se sont exonérés de toute responsabilité légale pour événements indésirables. Lorsque des décès et des dommages liés à ces « vaccins » se produisent, la responsabilité incombera donc aux personnes responsables de l’autorisation, de l’administration et/ou des pressions à se faire « vacciner » via les passeports vaccinaux, alors qu’aucune de ces mesures ne peut être justifiée par une analyse risque-bénéfice sérieuse et fondée sur des preuves.
  1. Afin de se protéger, tous les acteurs politiques, réglementaires et médicaux impliqués dans cette « vaccination » COVID-19 doivent se familiariser avec le code de Nuremberg et les autres dispositions légales.

5. Addendum (juillet 2021): le nombre croissant de décès

Ci-dessus, nous avons cité l’avertissement du Dr Sucharit Bhakdi selon lequel les premiers rapports sur les incidents et les décès liés à la coagulation n’étaient probablement que la « partie émergée de l’iceberg ». Cet iceberg est maintenant bien en vue. « America’s Frontline Doctors » a annoncé qu’en juillet 2021, près de 55 000 décès liés au vaccin étaient survenus aux États-Unis seulement. Sur la base des déclarations sous serment en leur possession, cette organisation indépendante à but non lucratif a déposé une demande d’injonction pour révoquer l’autorisation d’utilisation d’urgence pour tous ces « vaccins » [51].

Compte tenu d’un nombre aussi impressionnant de victimes, il peut sembler que toutes les normes éthiques ont été suspendues et qu’une vie humaine n’a plus d’importance. Finalement cependant, l’équilibre mental et la raison se réaffirmeront eux-même et le jour du jugement viendra. Assurez-vous que vous êtes prêt pour ce jour-là. Si vous êtes médecin, infirmier, pharmacien, éducateur, employeur ou toute autre autorité impliquée, écoutez votre conscience et ne vous impliquez pas dans cette folie collective.

References 

  1. Le Bert, N. et al. (2020) SARS-CoV-2-specific T cell immunity in cases of COVID-19 and SARS, and uninfected controls. Nature 584:457-462
  2. Tarke, A. et al. (2021) Impact of SARS-CoV-2 variants on the total CD4+ and CD8+ T cell reactivity in infected or vaccinated individuals. Cell reports. Medicine 2:100355
  3. Grifoni, A. et al. (2020) Targets of T Cell Responses to SARS-CoV-2 Coronavirus in Humans with COVID-19 Disease and Unexposed Individuals. Cell 181:1489-1501.e15
  4. Mateus, J. et al. (2020) Selective and cross-reactive SARS-CoV-2 T cell epitopes in unexposed humans. Science 370:89-94
  5. McCurry-Schmidt, M. (2020) Exposure to common cold coronaviruses can teach the immune system to recognize SARS-CoV-2.
  6. Palmer, S. et al. (2021) COVID-19 hospitalization rates rise exponentially with age, inversely proportional to thymic T-cell production. J. R. Soc. Interface 18:20200982
  7. Sekine, T. et al. (2020) Robust T Cell Immunity in Convalescent Individuals with Asymptomatic or Mild COVID-19. Cell 183:158-168.e14
  8. Olliaro, P. et al. (2021) COVID-19 vaccine efficacy and effectiveness-the elephant (not) in the room.
    Lancet Microbe 2:e279-e280
  9. Ogata, A.F. et al. (2021) Circulating SARS-CoV-2 Vaccine Antigen Detected in the Plasma of mRNA-1273 Vaccine Recipients. Clin. Infect. Dis.

pastedGraphic.png pastedGraphic_1.png pastedGraphic_2.png pastedGraphic_3.png pastedGraphic_4.png pastedGraphic_5.png pastedGraphic_6.png pastedGraphic_7.png pastedGraphic_8.png pastedGraphic_9.png pastedGraphic_10.png pastedGraphic_11.png pastedGraphic_12.png pastedGraphic_13.png pastedGraphic_14.png 

  1. Amanat, F. et al. (2021) SARS-CoV-2 mRNA vaccination induces functionally diverse antibodies to NTD, RBD and S2. Cell
  2. Wisnewski, A.V. et al. (2021) Human IgG and IgA responses to COVID-19 mRNA vaccines. PLoS One 16:e0249499
  3. Nielsen, S.S. et al. (2021) SARS-CoV-2 elicits robust adaptive immune responses regardless of disease severity. EBioMedicine 68:103410
  4. Yeadon, M. (2020) What SAGE got wrong.
  5. Drake, J. (2021) Now We Know: Covid-19 Vaccines Prevent Asymptomatic Infection, Too.
  6. Bossuyt, P.M. (2020) Testing COVID-19 tests faces methodological challenges. Journal of clinical epidemiology 126:172-176
  7. Jefferson, T. et al. (2020) Viral cultures for COVID-19 infectivity assessment. Systematic review.
    Clin. Infect. Dis. ciaa1764
  8. Borger, P. et al. (2020) External peer review of the RTPCR test to detect SARS-CoV-2 reveals 10 major scientific flaws at the molecular and methodological level: consequences for false positive results.
  9. Mandavilli, A. (2020) Your Coronavirus Test Is Positive. Maybe It Shouldn’t Be.
  10. Cao, S. et al. (2020) Post-lockdown SARS-CoV-2 nucleic acid screening in nearly ten million
    residents of Wuhan, China. Nat. Commun. 11:5917
  11. Moghadas, S.M. et al. (2020) The implications of silent transmission for the control of COVID-19
    outbreaks. Proc. Natl. Acad. Sci. U. S. A. 117:17513-17515
  12. Johansson, M.A. et al. (2021) SARS-CoV-2 Transmission From People Without COVID-19
    Symptoms. JAMA network open 4:e2035057
  13. Ioannidis, J.P.A. (2020) Global perspective of COVID‐19 epidemiology for a full‐cycle pandemic.
    Eur. J. Clin. Invest. 50
  14. Ioannidis, J.P.A. (2021) Reconciling estimates of global spread and infection fatality rates of COVID‐
    19: An overview of systematic evaluations. Eur. J. Clin. Invest. 5:e133554
  15. Ioannidis, J.P.A. (2020) Infection fatality rate of COVID-19 inferred from seroprevalence data. Bull.
    World Health Organ. -:BLT.20.265892
  16. Orient, J. et al. (2020) A Guide to Home-Based COVID Treatment.
  17. McCullough, P.A. et al. (2020) Multifaceted highly targeted sequential multidrug treatment of early ambulatory high-risk SARS-CoV-2 infection (COVID-19). Reviews in cardiovascular medicine 21:517-530
  18. Procter, B.C. et al. (2021) Early Ambulatory Multidrug Therapy Reduces Hospitalization and Death in High-Risk Patients with SARS-CoV-2 (COVID-19). International journal of innovative research in medical science 6:219-221
  19. McCullough, P.A. et al. (2021) Pathophysiological Basis and Rationale for Early Outpatient Treatment of SARS-CoV-2 (COVID-19) Infection. Am. J. Med. 134:16-22
  20. Anonymous, (2020) Real-time database and meta analysis of 588 COVID-19 studies.
  21. Hirschhorn, J.S. (2021) COVID scandal: Feds ignored 2016 law requiring use of real world evidence.

pastedGraphic_10.png pastedGraphic_15.png pastedGraphic_16.png pastedGraphic_17.png pastedGraphic_18.png pastedGraphic_19.png pastedGraphic_20.png pastedGraphic_20.png pastedGraphic_14.png pastedGraphic_21.png pastedGraphic_22.png pastedGraphic_23.png pastedGraphic_24.png pastedGraphic_25.png pastedGraphic_26.png pastedGraphic_27.png pastedGraphic_28.png pastedGraphic_29.png pastedGraphic_30.png pastedGraphic_31.png pastedGraphic_32.png pastedGraphic_19.png pastedGraphic_16.png pastedGraphic_33.png pastedGraphic_11.png pastedGraphic_34.png pastedGraphic_35.png pastedGraphic_36.png pastedGraphic_37.png pastedGraphic_38.png pastedGraphic_6.png pastedGraphic_39.png pastedGraphic_6.png pastedGraphic_40.png pastedGraphic_41.png 

  1. Anonymous, (1998) Emergency Use of an Investigational Drug or Biologic: Guidance for Institutional Review Boards and Clinical Investigators.
  2. Anonymous, (2021) Assessment report/Comirnaty.
  3. Anonymous, (2020) FDA briefing document: Pfizer-BioNTech COVID-19 Vaccine.
  4. Giurgea, L.T. and Memoli, M.J. (2020) Navigating the Quagmire: Comparison and Interpretation of COVID-19 Vaccine Phase 1/2 Clinical Trials. Vaccines 8:746
  5. Bhakdi, S. et al. (2021) Urgent Open Letter from Doctors and Scientists to the European Medicines Agency regarding COVID-19 Vaccine Safety Concerns.
  6. Bhakdi, S. (2021) Rebuttal letter to European Medicines Agency from Doctors for Covid Ethics, April 1, 2021.
  7. Ulm, J.W. (2020) Rapid response to: Will covid-19 vaccines save lives? Current trials aren’t designed to tell us.
  8. Reimann, N. (2021) Covid Spiking In Over A Dozen States—Most With High Vaccination Rates.
  9. Meredith, S. (2021) Chile has one of the world’s best vaccination rates. Covid is surging thereanyway.
  10. Bhuyan, A. (2021) Covid-19: India sees new spike in cases despite vaccine rollout. BMJ 372:n854
  11. Morrissey, K. (2021) Open letter to Dr. Karina Butler.
  12. Anonymous, (2021) Open Letter from the UK Medical Freedom Alliance: Urgent warning re Covid- 19 vaccine-related deaths in the elderly and Care Homes.
  13. Furer, V. et al. (2021) Herpes zoster following BNT162b2 mRNA Covid-19 vaccination in patients with autoimmune inflammatory rheumatic diseases: a case series. Rheumatology
  14. Anonymous, (2021) Covid-19 vaccines: ethical, legal and practical considerations.
  15. Tseng, C. et al. (2012) Immunization with SARS coronavirus vaccines leads to pulmonaryimmunopathology on challenge with the SARS virus. PLoS One 7:e35421
  16. Bolles, M. et al. (2011) A double-inactivated severe acute respiratory syndrome coronavirus vaccine provides incomplete protection in mice and induces increased eosinophilic proinflammatory pulmonary response upon challenge. J. Virol. 85:12201-15
  17. Weingartl, H. et al. (2004) Immunization with modified vaccinia virus Ankara-based recombinant vaccine against severe acute respiratory syndrome is associated with enhanced hepatitis in ferrets. J. Virol. 78:12672-6
  18. Czub, M. et al. (2005) Evaluation of modified vaccinia virus Ankara based recombinant SARS vaccine in ferrets. Vaccine 23:2273-9
  19. Tinari, S. (2021) The EMA covid-19 data leak, and what it tells us about mRNA instability. BMJ 372:n627
  20. Anonymous, (2021) Interview with Dr. Vanessa Schmidt-Krüger.
  21. Anonymous, (2021) AFLDS files lawsuit seeking immediate injunctive relief revoking the emergency use of COVID-19 vaccines based on disturbing new mortality data.
Print Friendly, PDF & Email
37 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Argo
Argo
il y a 2 mois

Et pendant ce temps-là, les médias, les médecins de toutes disciplines continuent à nous affirmer que les vaccins sont totalement inoffensifs, avec zéro effet secondaire benin ou grave, zéro victime, zéro décès. Je me demande si l’on a pas acheté le silence des journalistes par le biais de pressions et je trouve suspect que l’on abatte professionnellement les contradicteurs, que l’on prétende par le truchement d’assertions ridicules qu’il est plus dangereux de traverser la rue que de se faire injecter le vaccin. Les coupables devront payer un jour.

Theriaque34
Theriaque34
il y a 2 mois

Malheureusement beaucoup de ces références datent déjà ou sont douteuses.
Tout ce travail de compilation pour en arriver à affirmer que nous allons atteindre l’immunité naturelle et que finalement la covid n’est pas dangereuse (malgré 200 millions de cas et plus de 4 millions de décès dans le monde…et on se doute que ces chiffres sont sous-estimés)…il faut avoir du temps à perdre!

Nitro
Nitro
il y a 2 mois
Reply to  Theriaque34

D’où détient tu les sources pour affirmer ces chiffres ? Cela doit t’occuper de venir apporter tes soit disant ( connaissances) sur les chiffres ! les collaborateurs à la vaccination , et vaccinés ne viendrons bientôt plus nous emmerder , car hospitalisés

Theriaque3dans le monde4
Theriaque3dans le monde4
il y a 2 mois
Reply to  Nitro

Les chiffres sont faciles à trouver si on veut s’en donner la peine au lieu d’avaler les données du premier venu…pour ce qui est des hospitalisés , une autre donnée, verifiable elle aussi, désormais la covid est devenue depuis peu la principale maladie nosocomiale devant les staphylocoques dorés et autres mycoses…..et dire qu’il y a encore des soignants qui ne veulent pas se faire vacciner…..ils seront remplacés bientôt par des afghans….si c’est cela que vous souhaitez!

Baba
Baba
il y a 2 mois
Reply to  Nitro

Bonjour Nitro.

Ne voulant pas répondre à un benêt qui prend ses informations sur BFM ou France Info, je préfère appuyer vos remarques par des chiffres indiscutables.
Toutes les données que nous pouvons consulter sur la toile en ayant un minimum de jugeote nous montrent que la mortalité mondiale en 2020 n’a pas surpassé la mortalité des année antérieures, compte tenu que les chiffres des décès Covid ont été largement surévalués, comme le reconnaissent la majorité des pays de l’OCDE. Evidement, la France fait exception comme d’hab.
De plus, les chiffres des contaminations mondiales sont aussi à réévaluer à la baisse; les tests PCR ayant été reconnus obsolètes et souvent volontairement trompeurs. Sauf en France évidement.
Si ces chiffres ne remettent pas les pendules à l’heure des indécrotables, il faut encore signaler que 4 Millions de décès ne représentent que 6% (ou 60/1000 pour ceux qui n’ont que des notions d’arithmétique élémentaires…) des décès approximatifs mondiaux. Sachant que les 2/3 (les deux tiers) sont consécutifs de comorbidités dues au grand âge et aux maladies qui en découlent, cette épidémie qui n’est pas une pandémie n’aura en effet que très peu d’influence sur la mortalité totale de la terre.
Evidement il y a tjs des cas qui ne ressemblent pas aux autres, ce qui fait que des décès ont été constatés chez des personnes jeunes sans comorbidités apparentes. C’est ce qui se passe également dans toute maladie. Certains vont mourir d’une simple grippe ou complication d’angine. C’est indéniable et désolant pour les familles, mais c’est comme ça et ce sera tjs comme ça.
Voila cher Nitro, une façon de vous soutenir envers une personne qui n’a pas pris la peine de mettre en travail le peu de bon sens qui lui reste après force lavage de cerveau médiatique et engagement dans une idéologie covidiste.

Dominique
Dominique
il y a 2 mois
Reply to  Theriaque34

Chiffres sous-évalués! Bien au contraire puisque même le CDC américain a affirmé que la mortalité aux USA avait été très très surévaluée.

Les études récentes comme celle ci-après confirment les graves dangers de cette thérapie génique prophylactique et les graves effets secondaires Par exemple cette aggravation iatrogène de la Covid-19 due aux anticorps post- thérapie génique prophylactique (ADE ou antibody dependent enhacement) est vraiment une bonne raison d’interdire ces « vaccins ».

https://www.journalofinfection.com/article/S0163-4453(21)00392-3/fulltext#relatedArticles

Vous avez pris le risque de vous faire « vacciner »? Je doute que le médecin responsable vous a orienté sur cet ADE donc vous n’avez pas donné un consentement libre et éclairé et votre médecin est un élève du Dr. Mengele pas d’Hippocrate.

Frejusien
frejusien
il y a 2 mois
Reply to  Dominique

j’ai vu la vidéo du Rabin en Israël qui comparait les vaccinateurs à des « gilgul » du Dr Mengele,
Il a bien détaillé tous les risques liés au vaccin et surtout les effets secondaires graves

Stéphane
Stéphane
il y a 2 mois

Au train ou vont les choses; les « Diafoirus de plateaux télé » préconiseront bientôt le retour à la saignée hebdomadaire et peut-être à l’usage journalier de la pompe à clystère …..

Chat Bleu
Chat Bleu
il y a 2 mois

J’ai pas tout compris, car c’est très technique, mais maintenant je suis sûr, que vu la démographie galopante, les élites veulent se débarrasser du peuple, et le remplacer par les migrants.
On est trop nombreux sur Terre. Avant le chaos final, il faut faire passer devant les victimes. C’est fou, comment on a basculé, dans un état policier.

Julie
Julie
il y a 2 mois
Reply to  Chat Bleu

Qu’ils s’attaquent à la véritable source de cette démographie galopante, alors, et qu’ils foutent la paix aux peuples occidentaux.

Christian Jour
Christian Jour
il y a 2 mois

Notre vie, ils s’en foutent, seul le fric les intéresse. Vaccins = fric. Plus ils en vendent, plus ils s’enrichissent et pour cela ils n’ont pas peur de détruire des vies, et l’économie des pays. Ces salopards sont des requins, ils en ont jamais assez.

grégory
grégory
il y a 2 mois
Reply to  Christian Jour

Les requins mangent à leur faim! Nos gouvernants ne peuvent être rassasiés, ils cachent leur méfaits en réprimant la population par des subterfuges de prestidigitateurs étatiques dont ils sont les seuls bénéficiaires, en lui faisant croire qu’ils maîtrisent la situation pour leur bien « ayez confiance les antivaxs sont le camps du mensonge nazifiant ». Mais dans ce scénario apocalyptique, la responsabilité finale sera supportée par les vaccinés qui acceptent et signent pour un statu permanent de cobaye « le don gratuit du corps à la science »!

faguet
faguet
il y a 2 mois

faites vous vacciner , c’est vachement efficace ,,,qu’ils disent
20 aout 2020 ; 4748 hospitalisés ,,380 en réanimation 30354 décès 0 vacciné , la vaccination a commencé en janvier 2021
22 aout 2021 ; 10463 hospitalisés ,, 2106 en réanimation 113 328 ; vaccinés 1 dose 47 041 160
vaccinés 2 doses 40 550 261

Christine Tasin
Administrateur
Christine Tasin
il y a 2 mois
Reply to  faguet

Merci à toi c’est en effet très clair et constitue une démonstration plus qu’efficace

Socrate@LV
il y a 2 mois

Un très grand MERCI, Dr. Schwander pour l’énorme travail que représente cet article.

J’admire également votre extrême diplomatie envers les politiques ayant pris parti pour les « vaxxins » dans leur très grande majorité, sans aucun recul, ânonnant leurs arguments marketing du haut d’un mandat politique qu’il réduisent à la fonction de porte-voix!

Vous citez la revue médicale Vaccine rapportant que « la stratégie de vaccination choisie pour son développement ultérieur peut n’avoir été donnée qu’à 12 participants seulement » [34]. Avec des échantillons de si petite taille, le journal note que pour établir la sécurité « des études de phase 3 plus importantes et menées sur de plus longues périodes seront nécessaires »

Il sera donc intéressant de connaître l’argumentation de ceux qui veulent au contraire donner à pfizer/moderna, plus rapidement que prévu…, une pleine autorisation de mise sur le marché:
https://legrandreveil.co/2021/08/21/fda-approbation-complete-pfizer-21-mois-avant-fin-phase-3/

Comment ces magiciens seront parvenu à comprimer le temps, en fait…

Bref, une seule constante: à chaque étape de cette « épidémie » on constate que c’est d’abord et en majorité celle du MENSONGE et du CONFLIT D’INTERET.

Et pour la bonne bouche, voici une question (jusqu’ici restée sans réponse) sur les contrats signés par le conseil fédéral avec pfizer/moderna: https://youtu.be/-kallssycNw?t=4293

Dominique
Dominique
il y a 2 mois

Vu les effets secondaires graves dont des décès, vu les études publiées depuis une année et vu les effets secondaires à moyen et long terme prévisibles compte tenu des bases de cette thérapie, je doute que ces « vaccins » soient autorisés. La relation coût bénéfice est bien trop mauvaise et de plus il existe des traitements qui marchent.

Julie
Julie
il y a 2 mois

Excellent travail, merci pour cet article.
Il est clair que les médecins, soignants, et autres politiques qui affirment qu’il n’existe pas de traitement sont criminels. Même ceux qui acceptent de soigner encouragent quand même les patients à la vaccination. Seuls quelques médecins à l’ancienne et proches de la retraite se disent prudents et déconseillent le vaccin. C’est fou.

Dominique
Dominique
il y a 2 mois
Reply to  Julie

Il faut être un solide retraité ou être un libre praticien vraiment indépendant et expérimenté ( de l’Etat, des assurances, de la hiérarchie…) pour oser s’opposer à ces « vaccins » et aux mesures contre cette soit-disant pandémie soit-disant pesteuse et mortifère. Les autres craignent pour leur poste et/ou le financement de leurs recherches et se soumettent au politiquement correct et à l’industrie pharmaceutique.

bb48
bb48
il y a 2 mois

La croyance selon laquelle la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres est disqualifiée 
par le simple fait qu’on peut, en toute situation, l’inverser :
 » La liberté de l’un de ne pas se faire contaminer s’arrête là où commence la liberté de l’autre de faire a ou b. « .
Une restriction justifiée par le rapport  » liberté supprimée / liberté obtenue « , il y a 6 ou 12 mois, n’est plus valable aujourd’hui.
Quand  » la vaccination générale  » devient une norme par la force, une nouvelle intransigeance naitra, exigeant qu’on s’écarte 
de la situation en place pour aller vers une nouvelle norme permettant encore davantage de limitation des risques.
Et de cette nouvelle norme naitra encore d’autres intransigeances…..
Un élément a changé complètement la donne : la thérapie génique qui semblerait réduire le risque individuel de décès de 95% ?
Pour exemple, le Royaume-Uni vient par exemple de connaître une vague de variant Delta avec un pic à plus de 50 000 cas quotidiens 
sans le moindre problème de capacité hospitalière ?
Le Covid devient donc désormais , comme la grippe (vaccination non obligatoire), un problème d’ordre individuel.
La simple affirmation que le PASS SANITARE et le port du MASQUE limiteraient les contaminations et inciteraient
à la vaccination devient insuffisante ?
Le même raisonnement justifierait la même mise en place des mêmes mesures restrictives contre la GRIPPE,
puisque le vaccin est aussi individuellement accessible à tous ?
Une pente glissante puisque cette idée légitimiserait la poursuite de restrictions à jamais ?
Il est grand temps de réintroduire la responsabilité individuelle face au risque.
Agir autrement serait l’acceptation de continuation du plan du Gouvernement actuel de la destruction de la LIBERTÉ INDIVIDUELLE.

indiana84
indiana84
il y a 2 mois

Je suppose que vous vouliez dire « asymthomatique » ?

Dominique
Dominique
il y a 2 mois
Reply to  indiana84

Oui bien sûr comme dans le texte traduit.
Avec mes excuses pour l’erreur de frappe.
Cela me fait plaisir que vous avez bien saisi cette arnaque des faux positifs et de la contagion.

GAVIVA
GAVIVA
il y a 2 mois

ces salopards ont prévu de bien retourner la tête des enfants pour que ce soit EUX qui réclament à leur parents de se faire pîquer….Ca tient sur 10 pages c’est encore PIRE que la propagande sur le genre, le mariage homo ou les clandos!!
https://eduscol.education.fr/document/7697/download

Dominique
Dominique
il y a 2 mois
Reply to  GAVIVA

Des irresponsables qui ont tellement pris l’habitudes d’endoctriner leurs élèves que devenus collabos ils militent pour la tyrannie.

Pierre Marionnet
Pierre Marionnet
il y a 2 mois

Dommage que la plupart de nos journalistes ne s’informent plus qu’auprès d’autres journalistes qui… et c’est comme ça que le niveau de confiance des Français envers les journalistes ne dépasse pas celui des politiciens qui est déjà au plus bas. Pauvre France !

Dominique
Dominique
il y a 2 mois

Ces journalistes s’informent auprès des attachés de presse du gouvernement et de l’industrie pharmaceutique. Ils se laissent être manipulés et ne savent plus conduire une investigation et faire des efforts.

Mauve
Mauve
il y a 2 mois

EudraVigilance (27 pays UE)
rapporte au 14 août 2021,
21 766 décès et 2 074 410 blessures d’injections expérimentales:

50% (1 021 867) sont des blessures graves .
Article détaille statistiques des blessures pour chacune des quatres marques d’injections.

health impact news . com
Traduction menu droit de la souris ou icône à droite sur la barre d’adresse

(Notez que l’étude Harvard Pilgrim commandée et approuvée par le gouvernement américain établit que les registres officiels des évènements adverses aux vaccins affichent moins de 1% du nombre réel des évènements adverses aux vaccins)

health impact news . com
Traduction menu droit ou icône à droite sur la barre d’adresse.

Brésil: 32 000 morts des injections expérimentales.
health impact news . com
Traduction menu droit de la souris ou icône à droite sur la barre d’adresse

USA: Les propres statistiques du CDC montrent une « pandémie chez les vaccinés » avec des blessures causées par le vaccin – 2 604 121 blessures de 571 831 personnes signalées. Liste exhaustive des blessures effarante.
Le Dr Vladimir Zelenko estime à 100 000 le nombre réel de morts des injections expérimentales survenues (court terme) aux USA?
health impact news . com
Traduction menu droit de la souris ou icône à droite sur la barre d’adresse

Site: www . truth for health . org
va bientôt publier des protocoles de soins des effets secondaires des injections. Ces soins ressemblent aux soins Covid car ce sont des protéines spike qui attaquent.
Traduction menu droit de la souris ou icône à droite sur la barre d’adresse.

Effets secondaires des injections expérimentales, voir aussi:
the covid blog . com, cas de Fred Pye.
Traduction icône à droite sur la barre d’adresse

Site du Dr Zelenko propose protocoles de soins du Covid en 22 langues. Fonctionne sur les vieux pleins de comorbidités.
Traduction du site menu droit de la souris ou icône à droite sur la barre d’adresse:
https:// vladimir zelenkomd . com/

Clinique USA propose protocoles de soins Covid en 23 langues et leur site entier en français. Indique où trouver l’ivermectine à l’international:
https:// covid19 criticalcare . com/fr/

Informations, protocoles de soins, recours légaux, newsletters:

americas frontline doctors . org
childrens health defense . org
truth for health . org
covid 19 critical care . com
vladimir zelenko md . com
health impact news . com
the covid blog . com
life site news . com
mercola . com
Trad. menu droit ou icône à droite sur la barre d’adresse

En 1976 les USA avaient stoppé une campagne de vaccination contre la grippe car les vaccins avaient causé 25 morts.

Les injections expérimentales provoquent une hécatombe de victimes d’effets secondaires graves et des morts en nombres équivalents à des populations de villes entières.
Une arme biologique, un jouet, un médicament, aussi dangereux seraient normalement immédiatement et par tous les moyens stoppés.

Corail
Corail
il y a 2 mois

UNE PREMIERE VICTOIRE AUX U.S.A. lorsque l’on sait que tout est lié:
« Le gouvernement n’a pas pris en compte les preuves des dommages, y compris pour les enfants, causés par la 5G et les rayonnements sans fil, juge la Cour. » 08/18/21
https://childrenshealthdefense.org/defender/le-gouvernement-na-pas-pris-en-compte-les-preuves-des-dommages-y-compris-pour-les-enfants-causes-par-la-5g-et-les-rayonnements-sans-fil-juge-la-cour/?lang=fr

« Dans un récent arrêt historique rendu dans le cadre d’une action intentée par Children’s Health Defense contre la Federal Communications Commission, le tribunal a jugé que les directives sanitaires de 1996 de la commission relatives aux effets nocifs non cancéreux de la 5G et des technologies sans fil étaient capricieuses, arbitraires et non fondées sur des preuves ».

« L’avocat principal de CHD pour cette affaire, Scott McCollough, a expliqué que “suite à cette décision, la FCC devra réexaminer sa détermination et, pour la première fois, affronter de manière significative et responsable la vaste quantité de preuves scientifiques et médicales montrant que les directives actuelles ne protègent pas adéquatement la santé et l’environnement.”

Corail
Corail
il y a 2 mois

« Nous n’avons jamais vu de blessures dues à des vaccins de cette ampleur – Pourquoi les organismes de réglementation cachent-ils les signaux de sécurité des vaccins COVID ? »
https://childrenshealthdefense.org/defender/nous-navons-jamais-vu-de-blessures-dues-a-des-vaccins-de-cette-ampleur-pourquoi-les-organismes-de-reglementation-cachent-ils-les-signaux-de-securite-des-vaccins-covid/?lang=fr

« En moins d’un an, plus de 500 000 blessures survenues après vaccination COVID ont été signalées au VAERS – près d’un tiers de tous les rapports accumulés au cours des trois décennies d’existence du système – et pourtant les organismes de réglementation restent silencieux.

En 1976, les autorités de santé publique ont été contraintes d’interrompre le déploiement d’un vaccin contre la grippe porcine rapidement mobilisé, après qu’une vague de publicité négative et quelque 4 000 événements indésirables graves – dont le syndrome de Guillain-Barré et des décès – soient devenus impossibles à ignorer.

Avec plus d’un demi-million de lésions dues au vaccin COVID signalées au VAERS et de nombreuses autres dans le monde entier, les événements actuels éclipsent la “débâcle” de 1976. »

Corail
Corail
il y a 2 mois

Bonjour,

Si vous voulez suivre en vidéo les dernières réflexions de l’avocat CARLO BRUSA, c’est ici:

https://crowdbunker.com/v/c6HoMm5roG8

Il reconfirme que les dits produits d’injection ne sont pas juridiquement des « vaccins » à tel point que l’OMS elle-même ne les aurait pas classés ainsi explique-t-il!

Nicolas
Nicolas
il y a 2 mois

Merci Dr Schwander pour ce travail intéressant et bien documenté. Il est déjà scandaleux que tant d’adultes capables de discernement soient soumis à une obligation déguisée, maintenant que les prochaines cibles sont les enfants il faut espérer que suffisamment de personnes instruites s’opposeront vigoureusement à cette thérapie génique appliquée à leur progéniture sans aucun fondement scientifique.

burno
burno
il y a 2 mois

_A_symptomatiques ne sont pas contagieux, corrigez !!!

Pascal JUNG-LEDOUX
Pascal JUNG-LEDOUX
il y a 2 mois

Je suis content d’avoir 60 ans et pas 6 ans…
Quel avenir pour eux???

Corail
Corail
il y a 2 mois

Bonjour, Une belle synthèse réalisée par une lettre novatrice:

https://www.sante-corps-esprit.com/tabou-plus-de-risques-apres-la-premiere-dose/

Corail
Corail
il y a 2 mois
Corail
Corail
il y a 2 mois

« Un rapport blanc sur la composition exacte des vaccins:
Ce rapport en anglais aborde notamment la question du graphène dans les vaccins »:

https://www.medicdebate.org/files/Scientist%20club12.pdf

LALY
LALY
il y a 2 mois

Le lien https://www.ethiccitizen.com/ semble déjà désactivé. La censure est de plus en plus féroce.

Jean-Paul Saint-Marc
Administrateur
Jean-Paul Saint-Marc
il y a 2 mois
Reply to  LALY

Fonctionne ! Refaire l’essai ! Eventuellement voir votre connexion ou votre micro !

Lire Aussi