Pourquoi la plupart des personnes qui meurent maintenant du Covid en Angleterre ont été vaccinées

covid 19 Publié le 30 juin 2021 - par - 19 commentaires
Dans ce monde de com’, comment faire passer un échec retentissant pour une réussite , Macron a montré son talent en la matière : depuis la campagne de vaccination (heureusement) ratée en France qu’il jugeait être un succès, celui d’une France généreuse qui refusait l’égoïsme et préférait être servie en vaccin la dernière pour que les autres vivent !
Jusqu’à sa sortie fameuse : « je ne dirais pas que c’est un échec, je dirais que ça n’a pas marché ».
Ici, on a mieux, infiniment mieux : la majorité des morts du Covid, en Angleterre, a été vaccinée : 60% au moins une dose, 43% ont reçu les deux doses. Enorme succès non ?
Et si, justement, c’était le vaccin qui, tuait (voir le sujet des ADE (anticorps facilitants) par exemple ou encore le scandale de la fameuse protéine spike, qu’on croyait à tort inoffensive et qui s’est révélée être la cause des thromboses mortelles :  https://www.lci.fr/sante/vaccins-anti-covid-l-origine-des-thromboses-decouverte-par-des-scientifiques-allemands-2187213.html ) ?
Bref, cet article ahurissant (traduction google ci-dessous) nous démontre que l’inefficacité (dans le meilleur des cas) du vaccin est, en soi, une très bonne chose :
Les journalistes anglais ont apparemment, dû être formés chez nous, par les mêmes écoles qui nous auront donné notre phénoménale Sibeth Ndiaye, et autres grosses pointures de la Macronie.
Pour ne pas avouer qu’ils se sont trompés et trompent la population sur toute la ligne depuis le début de la vaccination, ils se livrent à un numéro d’acrobatie épique.
Bien qu’ils aient crié Urbi et orbi dès le début de la vaccination qu’il fallait vacciner toutes les personnes fragiles pour les protéger… ils vous expliquent à présent que le vaccin ne peut pas être efficace à 100 pour cent, que ça dépend de l’âge, des comorbidités… bref, ils nous disent que, avec ou sans vaccin, on a plus de chance de mourir du Covid si l’on est vieux et/ou malade….

Le titre de MailOnline le 13 juin disait : « Une étude montre que 29% des 42 personnes décédées après avoir attrapé la nouvelle souche ont eu les DEUX vaccins. » Lors du briefing technique de Public Health England le 25 juin, ce chiffre était passé à 43% (50 sur 117), la majorité (60%) ayant reçu au moins une dose.

 

Il peut sembler inquiétant que la majorité des personnes décédées en Angleterre avec le variant désormais dominante Delta (B.1.617.2) aient été vaccinées. Cela signifie-t-il que les vaccins sont inefficaces ? Loin de là, c’est ce que l’on attendrait d’un vaccin efficace mais imparfait, un profil de risque qui varie énormément selon l’âge et la manière dont les vaccins ont été déployés.

 

Considérez le monde hypothétique où absolument tout le monde avait reçu un vaccin moins que parfait. Bien que le taux de mortalité soit faible, toutes les personnes décédées auraient été entièrement vaccinées.

Les vaccins ne sont pas parfaits. PHE estime l’ efficacité de deux doses contre l’admission à l’hôpital avec les infections Delta à environ 94%. Nous pouvons peut-être supposer qu’il existe au moins 95% de protection contre la mort de Covid-19, ce qui signifie que le risque mortel est réduit à moins d’un vingtième de sa valeur habituelle.

Mais le risque de mourir du Covid-19 est extrêmement dépendant de l’âge : il diminue de moitié pour chaque tranche d’âge de six à sept ans. Cela signifie qu’une personne de 80 ans qui est complètement vaccinée prend essentiellement le risque d’une personne non vaccinée d’environ 50 ans – beaucoup moins, mais toujours pas rien, et nous pouvons donc nous attendre à quelques décès.

Le rapport PHE révèle également que près d’un tiers des décès dus à la variante Delta concernent des personnes non vaccinées de plus de 50 ans, ce qui peut être surprenant compte tenu de la couverture vaccinale élevée ; par exemple, OpenSAFELY estime plus de 93% parmi les 65-69. Mais il y a des taux plus faibles dans les zones défavorisées et pour certaines ethnies et communautés avec une couverture limitée, continueront de subir plus que leur juste part de pertes.

La couverture et l’efficacité sont des chiffres importants pour évaluer les programmes de vaccination. Il est préférable de regarder les analyses froides des analystes, plutôt que les opinions chaudes sur les médias sociaux et autres.

David Spiegelhalter est président du Winton Center for Risk and Evidence Communication à Cambridge. Anthony Masters est ambassadeur statistique de la Royal Statistical Society.

Traduction google

https://www.theguardian.com/theobserver/commentisfree/2021/jun/27/why-most-people-who-now-die-with-covid-have-been-vaccinated

Print Friendly, PDF & Email
19 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
zipo
zipo
il y a 2 mois

C’est simple parce-que ce vaccin détruit vos défenses immunitaires !spike c’est la molécule que l’on injecte dans vos cellulles !Les non vaccinés vont devoir se protéger des vaccinés!
Cela ne va pas tarder!

vieux bidasse
vieux bidasse
il y a 2 mois

Il faut bien libérer la place, Les bateaux sont déjà en mer, et la production des remplaçants est en marche.

G1Avis
G1Avis
il y a 2 mois

Pikachu semble faire la même chose que ses adversaires : Faire des analyses sur des chiffres brutes sans chercher à les contextualiser. C’est idiot ou c’est de la mauvaise foi.
Le contexte principale à prendre en compte c’est que les personnes qui sont fragiles ont en grande partie été vaccinées, et que se sont justement celles là qui ont une (petite) chance de mourir d’une infection bénigne comme le C19.
Il faut donc chercher à comparer une population homogène vaccinée/non vaccinée avant de crier au loup.

Christine Tasin
Administrateur
Christine Tasin
il y a 2 mois
Reply to  G1Avis

C’est infiniment plus simple, ils ont vacciné les personnes âgées en affirmant doctement que le vaccin protégeait des formes graves… ce qui se passe est la preuve par 9 que ce n’est pas vrai

pikachu
pikachu
il y a 2 mois
Reply to  G1Avis

@G1Avis

merci de votre critique et je la trouve (partiellement) fondée. Je dis partiellement parce qu’en fait, elle est déconnectée du contexte.
Le contexte, l’épidémie du variant indien. Les morts dont il est ici question ne sont pas les morts du covid, MAIS les morts du variant indien du Covid.
Ce point est important : nous avons une population majoritairement vaccinées, une explosion épidémique. Ce qui signifie que le vaccin n’a, dès le départ, pas été efficace contre cette épidémie : on est vacciné et on attrape quand même le virus !!!
On est vacciné, et on transmet quand même la maladie.
Vous comprenez ?

On ne peut donc pas dire que le vaccin a eu globalement un très bon effet contre le variant delta, qu’il a su le maîtriser, mais qu’on a eu, malheureusement, d’inévitables ratés, comme dans toute guerre gagnée.

Ici, dès le début, la guerre est perdue et on ne peut plus parler de « ratés », de quota admissible. Le vaccin a foiré du début à la fin, le début étant la contagion qui fait la fiesta, la fin étant les morts qui passent elles aussi comme une lettre à la poste.

Autrement dit et pour résumer : pourquoi voudriez-vous qu’un vaccin soit inefficace, pour prévenir de se contaminer, qu’il soit inefficace pour empêcher de développer la maladie, mais qu’il soit, en revanche, efficace pour empêcher la mort ?

pikachu
pikachu
il y a 2 mois
Reply to  pikachu

Ceci pour dire, que l’article anglais est donc bel et bien un chef d’oeuvre d’enfumage : présenter un échec flagrant (la défaite absolue face au variant indien) comme une réussite en demi-teinte.

TEMPLIER
TEMPLIER
il y a 2 mois

Exclusif : l’entretien essentiel du généticien Christian Vélot, une information claire et raisonnable sur les vaccins et la pandémie.
 comment image?e=S95EvOD6Q0Jdz1KH1d6svvUA4_v6ZhQ1R8n5E2pESW46wFFUFRoP2mfzW6N4xNNtlJwnzFgrChouz6wiQu2_qHYJ6Iw8l7VKhDLpmPc2i31FhpzuOVdqSM9Pa9cq7VlBlGsxK1OOPk3i2wNRWXjT4oCmvphNW3x_miePGpS1FvIEVocJly0eeaa2DjkdegLdBiYZelN_KXSMY6q1wuhk7C75kiPXKjdjbhso1cW7MD5AKnDjBXjLJw1Cxp5A
 « Ne faisons pas un remède pire que le mal »
 Docteur en biologie, maître de conférences en génétique moléculaire à l’Université Paris-Sud, Christian Vélot dans un language très clair et pédagogique décrypte :
– Tout ce qu’il faut savoir sur les technologies vaccinales. 
– Les variants et mutations du virus.
– Pourquoi il est important que toute la population ne soit pas vaccinée.
– Pourquoi il faut agir sur les causes de cette pandémie et pas uniquement sur les symptômes.
Un entretien essentiel à diffuser et partager largement.
Voir l’interview
 

lyse
lyse
il y a 2 mois
Reply to  TEMPLIER

pour expliquer c’est le meilleur,je le conseille vivement.

jojo
jojo
il y a 2 mois

on sait très bien qu’en France ,le pays des « droits » de « gauches », on sait et on fait toujours mieux que les autres…….
malheureusement, l’exemple à suivre,est devenu la risée du monde……

Dominique
Dominique
il y a 2 mois

Cette étude expérimentale de phase III qui est prévue se terminer en 2023 est en passe de devenir un modèle de ce qu’il ne faut pas faire en médecine et en politique.

Christian Jour
Christian Jour
il y a 2 mois

Si ils voulaient nous tuer ils ne s’y prendraient pas autrement.

Argo
Argo
il y a 2 mois

Un certain Gourio, soi-disant médecin commentait sur RR, en nous traitant d’ignares à propos des vaccins. Curieux, il n’intervient plus.

GAVIVA
GAVIVA
il y a 2 mois

Fut un temps où les cobayes étaient avertis, plus ou moins « couverts » et surtout rémunérés.
Si c’est pas le casse du siècle c’est que le siècle est encore jeune!
https://www.fawkes-news.com/2021/06/moderna-admet-lors-dune-conversation.html

hello
hello
il y a 2 mois

on nous a vanté les mérites, et cité comme modèle à suivre, israel et la GB qui ont vaccciné à tout crin : or ces deux pays paient à présent le prix fort de cette folie – en france il est temps de s’élever contre cette dangereuse dictature vaccinale destinée uniquement à écouler les stocks en place, sans compter la contagion que représente les vaccinés pour les non vaccinés

PASCAL ALEVEK
PASCAL ALEVEK
il y a 2 mois

On voit bien que ce n’est plus le virus qui tue aujourd’hui mais le vaccin, ça devient une hécatombe.

Frejusien
frejusien
il y a 2 mois

et pourtant tous les crieurs macroniens ont affirmé une protection à 95%,
et ce soir, on se réjouissait sur TVmacron de la reprise des vaccinations

R.E.D.
R.E.D.
il y a 2 mois

Les vaccins protègent es formes graves du COVD mais ne protègent pas de la mort .
De la a dire que les vaccins tuent il y a escroquerie mentale. Si une personne âgée vaccinées il y a trois mois décède allez vous la compter dans vos analyses ?

Joseph
Joseph
il y a 2 mois
Reply to  R.E.D.

I – Comment peut on en mourir si le vaccin nous a protégé des formes graves?

II – Il semblerait qu’il y ait eu des morts par thrombose ou crise cardiaque après leur vaccination. Dans ces cas ces personnes n’ont elles pas été tuées par le vaccin?

III – Si elle meurt du Covid, oui évidemment.

pikachu
pikachu
il y a 2 mois
Reply to  R.E.D.

@R.E.D.

je rejoins sur sa réponse : comment peut on mourir du covid si l’on est censé être protégé des formes graves ?
La mort n’est elle pas une forme grave ?

J’entends souvent cet « argument commercial » : ce vaccin n’empêche pas la contamination, il n’empêche pas de contaminer autrui, il n’empêche pas la maladie de se déclarer, il n’empêche pas de mourir MAIS cadeau magnifique, il empêche(rait) les formes graves.
Ca m’a tout l’air d’être un mantra, sans plus : à une personne qui vaccinée qui aura contracté le covid et qui en aura souffert, on pourra répondre : « soyez heureuse, sans le vaccin, cela aurait été pire ». Bref, il me semble bien que ce ne soit rien de plus qu’une espèce de technique psychologique marketing sans contenu réel.

Quant au fait que ce vaccin tue, oui, cela a été démontré, par exemple avec le cas de l’étudiant Nantais :
https://www.ladepeche.fr/2021/05/01/etudiant-nantais-decede-apres-avoir-ete-vaccine-avec-astrazeneca-ce-que-revele-lautopsie-9520405.php

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le Danemark a renoncé au vaccin AstraZeneca : https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-19-le-danemark-premier-pays-d-europe-a-renoncer-definitivement-au-vaccin-d-astrazeneca-20210414

Lire Aussi