« Libération » du poil et « parité » dans la culture : les délires néoféministes et LGBTQ++

 

Depuis le retour des belles journées ensoleillées, les tenues féminines se font plus légères, pour le plus grand plaisir des yeux et des sens… masculins. En tant qu’homme et à l’ère du néoféminisme et des mouvements LGBTQ++ castrateurs et agressifs, puis-je encore le dire ?

D’ailleurs, en tant que représentant honni du patriarcat occidental, ai-je encore le droit d’avoir des préférences, des envies, des fantasmes et de l’écrire ?

Dans ma jeunesse provinciale des années 80, les jeunes filles et les femmes étaient généralement minces, blanches, blondes, rousses ou brunes avec des yeux de toutes les couleurs. J’aimais cette diversité de beauté.

Désormais, la gauche et la pub sous-entendent que j’étais grossophobe et raciste en ayant oublié les obèses, les métisses et les noires. Notre contributeur Richard Mil nous apprend que cette injonction à la « diversité » et au métissage obligatoire touche également la Pologne. Résultat, les catalogues montrent des filles pas vraiment représentatives de la population polonaise…

Le site Kalvin Klein Poland propose également une page… BLM et « pride » !

Mais, en France, Télérama fait pire car là aussi, il fallait que l’esprit gauchiasse déconstruise mon imaginaire en invitant les femmes à laisser leurs poils pousser sur leurs jambes et leurs aisselles : le magazine des bobo-intellos, appelle ainsi à « exploser les codes de la féminité » car « chacune fait ce qui lui plaît » au niveau de ses « poils, cheveux blancs et kilos ».

Et si vous préférez les jambes lisses des jolies femmes marchant en jupe ou en short dans la rue, c’est que vous êtes… raciste.

Qui est Jackie Reedson, la Française qui expose sa pilosité en Une de « Télérama » ?

[A noter que Madame Figaro ne montrera pas les jambes de Jackie Reedson – NDA]

Robe échancrée, chevelure blonde, souliers pointus, posture conquérante, pilosité apparente. La militante Jackie Reedson, immortalisée par le photographe Patrick Swirc, apparaît ainsi jambes nues, et non-épilées, en couverture du dernier Télérama. Dans ce numéro à paraître le 5 juin, le magazine fait la part belle aux femmes qui déjouent les codes de la beauté, entre kilos en trop, cheveux blancs et pilosité assumés.

«Je vois dans le diktat de l’épilation une domination patriarcale qui s’inscrit dans une logique raciste, s’indigne Jackie Reedson. Je considère mes jambes comme mon meilleur accessoire de mode et de beauté !»

La jeune Française, devenue doctorante en anthropologie à New York, se décrit comme une personne queer et trans féminine, lit-on sur le compte Instagram de Télérama. […] Jackie Reedson milite en parallèle pour les droits des migrants…

https://madame.lefigaro.fr/societe/portrait-jackie-reedson-la-militante-transgenre-qui-expose-sa-pilosite-en-une-de-telerama-020621-196722

.

A propos des transgenres, la Suède, un pays « progressiste » qui aidait les enfants très jeunes à changer de sexe commence à douter et à revenir en arrière : la « mode » de la dysphorie de genre et les conséquences de lourdes opérations définitives ont aggravé les pathologies mentales (autisme, anorexie, dépression…) et provoqué nombre de suicides…

En effet, améliorer la « visibilité » et faire la promotion des minorités sexuelles LGBTQ++ (associations, youtubeurs, publicités…) semble influer sur le comportement des adolescents : par exemple, dans cette enquête du Figaro, de jeunes filles souffrant d’anorexie et détestant leur corps souhaitaient devenir des garçons. A 18 ans, elles se font opérer les parties génitales mais… le regrettent à 25 ans.

https://www.lefigaro.fr/international/face-a-la-vague-des-transgenres-la-suede-commence-a-douter-20210614

En France, pas de retour en arrière. Au contraire, notre pays semble répéter les erreurs du « progressisme » suédois mais avec, en plus, les délires du néoféminisme intersectionnel, de la cancel culture à l’américaine et du communautarisme LGBTQ++ agressif et misandre.

La proposition du « génie lesbien » Alice Coffin de compter les femmes dans les spectacles pour décider de l’attribution des subventions en est un exemple frappant. L’influente élue EELV, conseillère de Paris auprès d’Anne Hidalgo, souhaiterait en effet des statistiques (de genre et ethniques) pour « plus de parité ».

Mais comment fait-on pour rendre « paritaire » une pièce de Racine, de Molière ou de Feydeau ?

Et puis, dans ce cas-là, ne devrait-on pas appliquer la parité partout : dans les professions essentiellement masculines (égoutiers, plombiers, mécaniciens, bûcherons, marin-pêcheurs…) ou, à l’inverse, en école d’huissier de justice, de magistrature ou vétérinaire (où la proportion de femme dépasse les 70-80%) ?

Les « machins » de gauche comme Alice Coffin, leur lesbianisme radical et leur haine des hommes, ou la beauté d’une trans poilue vantée par les bobos de Télérama s’avèrent, finalement, de vrais tue-l’amour. Le problème, c’est qu’ils ont le pouvoir (politique et médiatique) d’imposer des modèles dont la majorité de la population, sans être homophobe ou transphobe, ne veut pas.

Personnellement, n’ayant jamais croisé de « queer trans féminine non épilée » ni de journaleuses grosses, moches et poilues, je continuerai à admirer, en ce mois de juin ensoleillé, les nombreuses et  jolies Françaises légèrement vêtues.

 

À Paris, Alice Coffin veut compter les femmes dans les spectacles pour décider où vont les subventions

La scène se passe au tout dernier Conseil de Paris, mercredi 2 juin […] Au moment d’examiner la subvention de 620.000 euros qui doit être attribuée au Théâtre de la Bastille, Alice Coffin reprend la parole pour une vraie digression et un point méthodologique dans l’attribution des subsides de la Ville.

«Depuis un an, on s’attache avec le groupe écologique, particulièrement au sein de la commission Culture, à s’assurer que l’argent public alloué aux établissements culturels ne bénéficie pas qu’à une seule catégorie d’artistes : les hommes», lance-t-elle avant de se lancer dans des «exemples».

Le Théâtre Paris 14 «compte à ses postes de direction, deux directeurs» et affiche «une programmation avec huit hommes et six femmes. Passe encore». «Mais en ce qui concerne les auteurs des œuvres, nous aboutissons à un total de douze hommes et trois femmes soit 4/5e d’artistes hommes programmés», a-t-elle regretté.

Au-delà des exemples, Alice Coffin souhaite «une discussion» sur «les statistiques dont on a besoin», comme l’a fait «Aïssa Maïga lors de la cérémonie des Césars en comptant les noirs présents dans la salle »…

Alice Coffin a été désignée en octobre 2020 par le Conseil de Paris pour représenter la Ville dans trois conseils d’administration de lieux culturels majeurs de la capitale: le théâtre du Châtelet, l’Accor Arena Palais Omnisport de Paris-Bercy et Paris Musées, qui regroupe quatorze sites dont le Petit Palais, le musée d’Art moderne, le Palais Galliera, le musée Carnavalet et la Maison de Victor Hugo.

https://www.lefigaro.fr/culture/a-paris-alice-coffin-veut-compter-les-femmes-dans-les-spectacles-pour-decider-ou-vont-les-subventions-20210614

Alice Coffin ne délaisse pas que les hommes. Elle n’a, par exemple, aucune empathie pour… Mila

 252 total views,  1 views today

image_pdf

35 Commentaires

  1. je remercie le ciel d’avoir connu la sublime BB, Sophia Loren, Ava Gardner, et j’en passe. Nous avons eu de la chance. Je plains les jeunes, car comme dit la chanson : « Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître ». Tout part en vrille.Bientôt il faudra un certificat afin de connaître la combinaison : homme Femme, femme femme, homme homme, homme transgenre, femme transgenre, quoi d’autres, l’avenir nous le dira. Ajoutez à cela les bâchées et le « set » est complet. A quand les hommes enceintes, ça ne saurait tarder.

  2. Je reste persuadé que ce genre de cageot ( la Coffin), est DEVENUE gouine pour ne pas avouer que pas un mec ne l’a jamais ni draguée ni désirée. Alors à la vacherie des copines : T’as jamais eu de mec ? Non je suis lesbienne.

  3. Tout ça c’est la faute des grecs qui ne voulaient que des hommes sur les planches même pour les rôles de femmes.
    En même temps voir des ´ballerins’ en tutu danser le lac des singes…ça pourrait renouveler le ballet.

  4. Elle me fait bien rire, y a pas plus jalouse qu’une lesbienne. On devrait nous donner des statistiques de violences conjugales pour les couples lesbiens. On serait probablement surpris.

  5. Alice Coffin … une synthèse à elle toute seule.
    Ecolo… pas rancunière mémère parce que dame nature ne l’a pas ratée.
    Si elle veut se mettre à compter les femmes… les vraies… il ne va pas falloir qu’elle se prenne comme référence …
    Quant à sa haine des hommes… elle oublie un peu vite que c’est grâce à un homme qu’elle nous débite ses conneries au kilomètre aujourd’hui (qu’en pense papa ?)

  6. La coffine, un petit stage en immersion d’un mois dans la jungle de Calais devrait lui remettre la tuyauterie en place ….

  7. vu sa sale tronche … elle fait tout pourque l’on là remarque … si sont père n’avait pas baisé sa mère (( il aurait dut mettre une capote ce jour là )) elle n’existerait pas … on vit dans un monde de débiles …. il faut les envoyer en Corée du nord

  8. Éclats de rire assurés :

    Indignation à gauche après « l’ agression » et le « lynchage » d’Alice Coffin : un perturbateur lui a offert des fleurs en lui demandant pourquoi elle n’aimait pas les hommes (MàJ : Vidéo)
    https://www.fdesouche.com/2021/06/17/indignation-apres-lagression-dagnes-coffin-a-rouen-un-perturbateur-est-venu-lui-offrir-des-fleurs-en-lui-demandant-pourquoi-elle-naimait-pas-les-hommes/

    Voir les tweets de tous les « gouins* » est un régal.

    *masculin de gouine puisqu’on n’a plus le droit de p*d*.

  9. depuis tout petit ,j’ai remarqué que plus les gens sont moches et indéterminable plus ils en veulent au monde entier, qui pour la grande majorité n’y est pour rien, dans leur mal être ,même leurs parents auraient préférés qu’ils soient autres !! ces je ne sais quoi, sont aigris ,
    en veulent aux autres d’être ce qu’ils auraient aimés être !:

  10. 💥 Le lobby LGBTQ se doit d’être contrôlé car il est devenu dangereux et trop puissant. Il impose partout sa décadence ( films, publicité, télé-séries etc..) et prône la destruction de l’identité des genres qui a toujours prédominé dans notre civilisation ! Leurs dérives sont dangereuses pour les jeunes qui se cherchent à l’adolescence et leur volonté de vouloir nous imposer leur lubies plus décadentes les unes que les autres, déstabilisent les fondements de nos sociétés! Se sont des terroristes de la destruction des genres. Méfions nous! 🇫🇷

  11. Ces soi-disant féministes oublient que de tout temps, les femmes ont pris soin d’elles pour être belles. Qu’elles se renseignent sur les premiers moyens d’épilation, de quand ça date ! Personnellement, la seule chose à laquelle je refuse de me soumettre, c’est la teinture pour les cheveux. J’avais des cheveux très noirs malheureusement, dans ma famille, ils blanchissent vite. Je n’ai jamais voulu utiliser de teinture (ça abîme le cheveu) mais ça ne veut pas dire que je ne prends pas soin de ma chevelure (courte, d’accord, mais j’ai toujours eu des cheveux incoiffables !)
    Et puis, les poils sous les aisselles, c’est juste horrible. Les jambes, n’en parlons pas. Quand je n’ai pas le temps et que je vois la repousse, je ne supporte pas. Dès que mes jambes redeviennent lisses, je me sens bien mieux (et je ne suis pas un modèle de féminité, car plutôt lourdaude et maladroite, peu gracieuse. Snif…)
    Non, tous ces délires de ces féminazis sont juste anti-femmes.

    • @Julie

      Il me semble que les égyptiennes s’épilaient déjà. Dans certaines civilisations, le poil est jugé disgracieux. Ailleurs, les Japonais, par exemple, tout ce qui est émanations corporelles.

      Évidemment, c’est personnel mais si les cheveux blancs et quelques kilos en trop ne me dérangent pas, franchement, les femmes qui « montrent » leur pilosité parce que « on fait ce que l’on veut », sont de vraies tue-l’amour. Dans ce cas-là, je ne mets plus de déodorant, je ne me rase plus, je me gratte le bas-ventre devant elles, je rote et je pète à table « parce que je fais ce que je veux »

      Mais je suis quasi-certain que les journaleuses de Télérama, comme tous les gauchiste n’appliquant pas leurs préceptes, se pomponnent, s’épilent et dépensent des fortunes pour se faire belles.

  12. Indignation à gauche après « l’ agression » et le « lynchage » d’Alice Coffin : un perturbateur lui a offert des fleurs en lui demandant pourquoi elle n’aimait pas les hommes

    Des HOMMES pour la gogôche ultra sensible et borgne DES MILITANTS IDENTITAIRES

    _____________________________

    https://pbs.twimg.com/profile_images/1333155328951775235/IPP48D9h_normal.jpg
    Marie Durand
    @MarryDrnd

    Un homme a offert des fleurs à #AliceCoffin et ils ont déployé une banderole.

    Aucune violence. Aucune agression.

    Parlons plutôt des vraies femmes agressées : Mila, Zineb, les victimes de feminicide, les agressions sexuelles dans le métro, les viols, les mariages forcés…

    • Le gvt de traîtres ne fera jamais rien pour ces pauvres femmes car les pratiques muzz font parties de l’électorat convoité que les politiques affectionnent particulièrement !
      Sous une autre présidence, peut-être que la donne changera, avec des gouvernants intelligents ? !!

  13. On est dans un monde de fou. Ce qui me dérange c’est que les fous et les folles sont à l’honneur. On marche sur la tête.

  14. La DECADENCE EN MARCHE…….
    De beaux cadeaux venus tout droit de la race supérieure d’autre Atlantique. Cette fois, il ne faudra pas compter sur eux pour  » sauver le monde » à moins de se battre à coups de sacs à main et de mouchoirs.

  15. Une fois de plus, c’est la très estimée Élisabeth Badinter – le pire cauchemar de la bande au moustachu Edwy Plenel – qui est LE référentiel en la matière. Plaçant la citoyenneté française au-dessus de toute considération essentialiste, elle mène un combat sain visant à l’égalité homme-femme, même si la France ne peut plus réellement être accusée de patriarcat notoire. On parle ici de femmes battues, d’inégalités salariales criantes etc. Comme toute intellectuelle de grande envergure, Badinter est bien consciente des « anormalités » générées par Mère Nature mais sans pour cela construire de communautarismes de genre très profitables à la mercatique politique gaucho, c’est gros comme une maison close ! Ah, si nous prenions la peine d’appliquer les recettes de notre intelligentsia badintérienne…

    Quand j’étais petiot, je pensais qu’une sage-femme était l’incarnation féminine des Lumières et je retomberai tôt ou tard volontairement dans le monde de l’enfance, tant le monde des adultes m’aura déçu. À force d’écouter Macro-Radio et sa speakerine sexy Schiappa, on devient misanthrope ! À croire qu’au Palais Bourbon personne n’a même entre-aperçu l’Histoire de France des Éditions Larousse. Il existe même une version « Encyclopédie des jeunes » pour faciliter l’étude aux écolos insoumis à la pédagogie !

    François, il existe réellement un génie lesbien mais il relève ici de la partie charnelle et tous les mâles français en âge de virilité sont prêts à y jeter furtivement un coup d’œil entre deux fichiers Windows ExElle, si du moins la patronne est momentanément absente pour cause de surchauffe de chaudière, appelons ça gazon maudit.

    • @Richard

      Oui, Elizabeth Badinter s’offusque du dévoiement du néoféminisme. Mais bon, elle et son mari+PUBLICIS, c’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité. Ils sont quand même responsables de ce qui nous arrive (Publicis est actionnaire de Newsguard, un site luttant contre la « désinformation »… donc contre les sites de réinformation comme RR).

      Je ne suis pas contre le « génie lesbien » mais à condition que ce soit vraiment du génie, pas du Coffin !
      J’ai vu une scène d’amour jouée par Izia et Cécile de France, c’était très charnel, très photogénique.

      Très drôle Gazon maudit avec la sensuelle Victoria Abril et le pauvre Alain Chabat !

  16. Bonjour,

    Merci François pour cet article.

    Je te trouve très discriminatoire avec ton LGTBQ++.

    J’ai regardé un débat des régionales avec Pulvar : en quelques secondes, elle a énoncé LGBTQ++ avec au moins quatre ou cinq lettres de plus.

    Il y avait « I », « A » dedans je crois et d’autres lettres encore.

    Pulvar était très impressionnante dans sa virtuosité de la diction de ce sigle à rallonge …

    Bref, ils sont devenus complétement marteaux !

    • Merci @Antiislam

      En fait, je me suis arrêté au LGBT, le Q++ et le reste « non binaire », je n’arrive plus trop à savoir ce que c’est.

      Mais franchement, quel intérêt d’afficher sa sexualité ou son « genre » et de le revendiquer « fièrement » (et moi, dois-je avoir honte ou être fier de mon hétérosexualité ?)

    • En fait c’était AZERTYUIOP… elle essayait de se rappeler le clavier de son portable.

  17. Mais quelle horreur ces poils ,aisselles ,jambes,ça fait vraiment sale et négligé et avec la chaleur ,sous les bras bonjour l’odeur.mais plus c’est moche ,plus ca marche .et je viens d’en entendre une bien bonne ,le chausseur Louboutin qui vend des chaussures de luxe qui coûtent un bras vient de prendre assa traoré comme égérie lamentable .toutes celles qui ont les moyens d’acheter ces chaussures devraient boycotter .l

  18. Je plains la génération des hommes de ce début de siècle qui ne pourront avoir histoires d’amour qu’avec des yétis. Il faudra qu’ils aients réellement faim !
    Courrage à eux. Pour moi, c’est fini et, dans un sens, ce n’est finalement pas plus mal.

  19. vue sa tronche il faut être complètement bourré, a vous dégouter de l’amour ( quelle remercie les hommes pour être née )) ….10 ans dans le désert … et encore je préfèrerais le chameau

  20. Si ont la haine donc ça n’a rien avoir de la libération ou de l’émancipation plutôt des personnes qui sont dans le besoin d’un psychologue voire psychiatre .
    Pour moi chaque personne est libre de choisir dans la vie mais la nature c’est la nature et moi comme chrétien on peut pas être à l’encontre de la création divine évidement je vois ce gens qui sont dans l’obscurantisme qui essayent détourner la nature et la réalité en plus qui sont islamo collabos et cela me faire rire car ce type de gens dans le monde musulmans sont persécutés et de fois tués

  21. Les femmes des cavernes, comme les hommes, ressemblaient plus à des guenons et des gorilles qu’à des êtres civilisés. Aujourd’hui, en ce qui concerne le courant de cette madame Couffin ou je ne sais plus trop quoi, certaines femmes veulent en revenir au bon temps de la préhistoire, poilues, négligées, mal fagotées. Il ne leur manque plus que ne plus se laver, et la boucle est bouclée. De véritables viragos! Je partage entièrement l’avis de François des Groux, je préfère les femmes qui prennent soin d’elles! Cette Alice-là, c’est Alice au pays des merdailles! Qu’elle reste de l’autre côté de son miroir, d’ailleurs c’est ce qu’elle doit faire quotidiennement! Un conseil pour ses collègues hommes, toujours avoir une bombe de désodorisant sur soi, on ne sait jamais! L’été arrive!

    • Négligées, mal fagotées, c’est déjà le cas depuis un bon moment, nous sommes loin de la vraie jeune femme des années 60 qui savait s’entretenir physiquement et se vêtir avec le plus grand soin. Maintenant, il faut bien regarder pour faire la différence entre un homme et une femme, c’est le jean plus ou moins crado et le pull délavé beaucoup trop grand.

      • On reconnait les hautes civilisations à l’allure des femmes. J’adore regarder les peintures égyptiennes avec ces dames sensuelles et elles sont, on le sait, épilées et rasées, idem d’ailleurs pour l’empire romain.

      • Le jeans troué, aussi. Une de mes nièces portaient des jeans lacérés. Ma mère lavait le linge de la gamine, sa mère travaillant aux urgences de l’hôpital n’avait pas toujours le temps de le faire. J’ai bien ri lorsque ma mère reprisait tous les trous du jeans avec un grand soin. Fureur de l’ado, qui passait l’après-midi à reconstituer lesdits trous! Rajoutez à ça des pulls dont les manches dépassaient les poignets de vingt centimètres et des énormes godasses de sécurité! Dieu merci, à l’âge adulte elle s’est un peu ressaisie, un peu seulement.

  22. Ben déjà pour désirer la donzelle coffin faut se cuiter , parce que franchement même un âne n’en voudrait pas , c’est un tue l’amour cette bécasse !

    • c’est dingue !!!!!! on pense la même chose ………….. de la vient comme dirait ségo ,sa malitude !!! la pôvre c’est vrai qu’on aurait du mal a la caser !!

    • Ou alors faut être homo, parce qu’elle tient plus du routier que du petit rat de l’opéra.

  23. Le génie lesbien voudrait sans doute détruire notre culture en ajoutant des gens incapables de comprendre la pensée occidentale ?

Les commentaires sont fermés.