Oui, Israël est dans un extrême danger et Biden oeuvre de toutes ses forces à sa disparition

International Publié le 1 juin 2021 - par - 4 commentaires

En complément de notre analyse d’hier, un article de Guy Millière qui remonte à la racine des choses avec le rôle des « opportunistes méprisables » Avigdor Lieberman et Gideon Saar,   et qui évoque les rapports entre Israël et Trump, Israël et Biden… Fort intéressant. Et très instructif pour ce qui se passe chez nous, pour les réformes constitutionnelles que voudraient d’aucuns…

J’ai déjà dit dans des articles précédents que je pensais que le système électoral israélien devait être réformé, mais qu’une réforme serait très difficile à faire passer, dès lors que les petits partis qui émiettent la représentation politique israélienne n’ont aucun intérêt à la réforme. Je disais que la proportionnelle intégrale donne un pouvoir démesuré à des formations politiques très minoritaires et ouvre la porte aux tentations opportunistes de politiciens sans scrupules.

Je disais qu’avoir porté le seuil d’éligibilité à 3,25 pour cent ne constituait aucunement un remède au problème. Je disais que résultaient des gouvernements souvent fragiles, car constitués de coalitions dont les membres pouvaient avoir des visions différentes et, dès lors que des politiciens sans scrupules peuvent jouer un rôle, des intérêts personnels différents.

 

Je disais que la crise politique ouverte il y a plus de deux ans avait eu des conséquences graves, car elle avait retardé la présentation du plan de paix Trump et la signature des accords d’Abraham, et contribué à faire qu’Israël n’a pu faire passer sous loi israélienne la vallée du Jourdain et trente pour cent de la Judée-Samarie. Je disais que s’ajoutait à la crise politique une crise juridique tenant à la composition de la Cour Suprême israélienne, à la façon dont son rôle est défini, à l’absence d’effective Constitution en Israël, et à l’existence d’une nomenklatura juridique et judiciaire à même de pratiquer des abus de pouvoir. Je constatais que, alors que Binyamin Netanyahou est l’un des plus grands hommes d’Etat de l’ère actuelle, un stratège remarquable, un homme qui a fait immensément pour son pays, des campagnes de presse malsaines et diffamatoires, des attaques en justice indignes d’un pays censé être un état de droit, avaient conduit à un syndrome de dérangement mental anti-Netanyahou qui présentait des ressemblances avec le dérangement mental anti-Trump qui avait été l’un des composants menant à l’installation au pouvoir de l’imposteur Biden, et je constatais que tout était fait, depuis des années maintenant, pour abattre Binyamin Netanyahou, quelles que soient les conséquences pour le pays. 

Je constatais que, bien que la majorité de la population israélienne vote à droite, suite à quatre élections successives, Binyamin Netanyahou et le parti qu’il dirige et qui est le principal parti israélien, le Likoud, ne parvenaient pas à former un gouvernement, et je constatais qu’à chaque fois il en était ainsi parce qu’un ou plusieurs petits partis dirigés par des opportunistes adeptes de la basse politique s’étaient donnés pour mission de torpiller les efforts de Binyamin Netanyahou et du Likoud, quitte à nuire au pays. Je constatais que ces opportunistes, hélas, conservaient des électeurs.

Tout cela conduit à la situation actuelle, et cette situation est grave.

Si, lors de la première des quatre élections, le coupable était un opportuniste méprisable appelé Avigdor Lieberman (qui est resté un opportuniste méprisable depuis), lors de la quatrième élection, l’opportuniste méprisable s’appelle Gideon Saar, qui a créé un groupuscule aux fins de prendre des voix au Likoud et d’éliminer Binyamin Netanyahou, qu’il n’a pu supplanter quand il était au Likoud.

L’opportuniste méprisable appelé Gideon Saar, par sa haine de roquet envers Binyamin Netanyahou est parvenu à entrainer Naftali Bennett, et semble-t-il, Ayelet Shaked, qui montrent en ce moment qu’ils sont des opportunistes tout aussi méprisables que Gideon Saar, et s’efforcent de trahir leurs électeurs en constituant un gouvernement sordide et incohérent.  Comment, de fait, imaginer qu’un gouvernement pourrait défendre fermement Israël, dès lors qu’il comprendrait des gens censés être de droite, des gens de centre gauche, des gens de gauche et d’extrême gauche sans doute, et serait appuyé par les partis arabes qui ne cessent de montrer qu’ils sont résolument anti-israéliens et pro-Hamas ?

Si ce gouvernement prend forme, il n’aura eu qu’un seul rôle, faire tomber Binyamin Netanyahu : quel exploit au parfum puant de fange ! Ce gouvernement éventuel ne sera uni que par la haine anti-Netanyahu, ce qui est un lien vénéneux.

J’ose espérer sans pouvoir en être sûr qu’il mettra fin à la carrière politique de Gideon Saar, Naftali Bennet et Ayelet Shaked, car j’espère que leurs électeurs n’auront pas la mémoire courte, et les laisseront glisser vers l’égout, où ils seront à leur place.

Je considère que si ce gouvernement prend forme, il sera très dangereux pour Israël, en un moment lui-même très dangereux.

Pendant quatre ans, Israël a eu à la Maison Blanche le plus grand ami d’Israël à avoir été Président des Etats-Unis, Donald Trump, et la synergie Netanyahou Trump a été très féconde (elle l’aurait été plus encore sans politiciens de bas étage en Israël).

Israël est maintenant face à l’administration américaine la plus anti-israélienne depuis 1948.

 

Israël a subi une attaque du Hamas parce que l’administration Biden a fermé les yeux sur la fourniture d’armes au Hamas par l’Iran, et parce que l’administration Biden veut à tout prix passer accord avec l’Iran et lever pleinement les sanctions qui frappent le régime iranien, sans faire à celui-ci la moindre remontrance concernant ses intentions génocidaires envers Israël, et Israël va, dès lors faire face à un Iran qui va retrouver tous ses moyens, et réarmer non seulement le Hamas, mais aussi le Hezbollah. 

 

Israël a dû accepter un cessez-le-feu sous la pression intense de l’administration Biden, et sitôt le cessez-le-feu obtenu, Anthony Blinken est venu au Proche-Orient dire à Jérusalem que l’administration Biden allait reconstruire Gaza (ce qui signifie que le Hamas va retrouver vite toutes ses forces criminelles) et entendait réouvrir un consulat pour les “Palestiniens” à “Jérusalem Est”, puis il s’est rendu à Ramallah fraterniser avec Mahmoud Abbas et répéter que l’administration Biden veut un Etat “palestinien”. Il n’a pas reproché à Mahmoud Abbas de soutenir le terrorisme et l’assassinat de Juifs, et des millions de dollars ont repris le chemin des caisses de l’Autorité Palestinienne.

L’administration Biden s’efforce de déstabiliser l’Arabie Saoudite et les émirats du Golfe qui ont signé accord avec Israël, et Mohamed ben Salman, qui a compris que sa tête était mise à prix à Washington, et qui voit que l’administration Biden soutient les milices Houthi au Yémen, a rencontré récemment des diplomates iraniens à Bagdad.

Le but de l’administration Biden est d’assurer l’hégémonie de l’Iran sur le Proche-Orient (et l’Iran aura l’arme atomique, s’il ne l’a déjà), de pousser les pays arabes sunnites en direction d’une entente avec l’Iran, en redonnant, en parallèle, du poids aux Frères Musulmans, que l’Iran affectionne (Abdel Fattah al SIssi en Egypte est tout aussi menacé que Mohamed ben Salman, et Abdallah II en Jordanie va se rapprocher davantage des Frères Musulmans), et d’exercer des pressions intenses sur Israël pour qu’Israël retourne vers les lignes d’armistice de 1949, et pour qu’un “Etat palestinien” voie le jour en Judée-Samarie, avec “Jérusalem Est” pour capitale.

 

Il a fallu le génie stratégique de Binyamin Netanyahou, et sa connaissance de la politique américaine pour résister à Obama.

Israël est face à une administration plus délétère que les deux administrations Obama, et la perspective d’avoir en Israël un gouvernement inepte et paralysé (dépendre des partis arabes ne peut que paralyser) est une perspective de cauchemar.

 

 

C’est une perspective qui ne peut que satisfaire l’administration Biden (et je me demande si elle n’est pas pour quelque chose dans ce qui se passe : elle est un ramassis de crapules et on peut s’attendre à tout de sa part).

C’est une perspective qui ne peut qu’alarmer et indigner les amis d’Israël.

L’administration Biden entend faire le maximum de dégâts dans le minimum de temps, que nul ne l’oublie.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

.

https://www.dreuz.info/2021/05/31/le-grave-danger-qui-pese-en-cet-instant-sur-israel/

Print Friendly, PDF & Email
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Argo
Argo
il y a 23 jours

Israël est en danger, danger d’être anéanti, de disparaître ! L’arme nucléaire aux mains des Iraniens signera l’avènement d’un embrasement du moyen et Proche-Orient ! Nos dirigeants sont tombés sur la tête ! Je crains fort qu’une guerre de ce type n’amène des troubles graves chez nous, voire un soulèvement des musulmans! Avec !’artiste que nous avons à l’Elysée, s’il est reconduit pour un deuxième mandat, nous les Gaulois avons tout à craindre de pareils événements !🇫🇷🇫🇷🇫🇷🇫🇷🇫🇷🇫🇷🇫🇷

MOI DE FRANCE
MOI DE FRANCE
il y a 23 jours

la pire lachete a la fois de l occident et des bideniens le monde est infiltre de partout par ces islamistes qui ne veulent que chaos et destruction chantage et epuisement economique
napoleon revient !!

PASCAL ALEVEK
PASCAL ALEVEK
il y a 23 jours

Biden est un faible qui recherche une paix bien utopique car ce sont bien les pays musulmans qui sont à l’origine des confits dans le monde. L’Iran nucléarisé lancera dès que possible sa première bombe sur Israël car c’est géostratégique, il ne peut pas en être autrement.

Hagdik
Hagdik
il y a 23 jours

Préparons-nous à l’embrasement !

Lire Aussi