Les Anglais recrutent des agents de renseignement médiocres exprès !

L’université n’est pas faite pour tous»: le MI5 britannique recrute des agents parmi les ados.

Au lieu d’aller à l’université, les jeunes britanniques peuvent désormais devenir des agents du MI5 et lutter contre le terrorisme et l’espionnage, d’après les annonces publiées sur le site officiel de ce service de renseignement intérieur britannique.

Ils ont tellement peur de se faire souffler les meilleurs, susceptibles de les trahir en travaillant et pour eux et pour l’ennemi qu’ils vont former de bons techniciens dès la sortie du secondaire, donc avec juste ou à peine un bac ou son équivalent.

Le service propose entre autres des postes d’analystes linguistiques dont le rôle est d’«analyser les conversations interceptées dans le cadre légal» pour «des enquêtes prioritaires».

Les apprentis techniques travaillant pour le MI5, le MI6 (renseignement extérieur) et le service de renseignement électronique Government Communications Headquarters (GCHQ) vont acquérir «des compétences incroyables, de la création de nouvelles applications qui traquent les suspects terroristes, au développement de moyens innovants pour arrêter l’espionnage», promet le site.

https://fr.sputniknews.com/europe/202104261045520469-luniversite-nest-pas-faite-pour-tous-le-mi5-britannique-recrute-des-agents-parmi-les-ados/

Jusque-là, pourquoi pas. Il est évident que des gens brillants qui quittent l’école parce qu’ils ne sont pas faits pour ça peuvent devenir  des professionnels exceptionnels, l’histoire regorge d’exemples de ce genre. On aurait donc pu s’attendre à ce que le M15 mette en avant le repérage et la formation, très tôt,  de jeunes d’exception dans une espèce d’université préparant justement des agents de renseignement sortant de l’ordinaire… Pfff ! Ils avouent clairement que le but est effectivement de ne pas prendre le risque d’être trahis par des étudiants brillants…

Les agences de renseignement britanniques ont traditionnellement recruté parmi les étudiants universitaires brillants.

Mais il s’est avéré que certains d’entre eux ont aussi travaillé pour le compte de l’Union soviétique, c’était notamment ainsi pour les membres du fameux groupe d’espionnage Cinq de Cambridge – anciens étudiants de l’université de Cambridge.

Il s’agit donc de recruter et former de bons techniciens qui n’ont pas nécessairement inventé l’eau chaude…

La médiocratie en action partout en Europe, par peur des élites actuelles de se faire déboulonner par des petits génies comme le furent

-l’Américain Julius Rosenberg  qui avait  révélé plusieurs secrets nucléaires américains aux Soviétiques.

– la Française Violette Morris, invitée d’honneur d’Adolf Hitler lors des Jeux olympiques d’été de 1936, elle profita de sa présence pour livrer à l’Allemagne nazie une partie des plans de la ligne Maginot et une liste des points stratégiques de Paris5.

-le Français Georges Pâques  qui a transmis de nombreuses analyses au KGB

– les Anglais, dont notamment ceux qu’on a appelés les « Cinq de Cambridge », agents doubles travaillant au Royaume-Uni pour le compte de l’URSS .

-le Russe Vladimir Vetrov, connu sous le pseudonyme de Farewell, il a livré à la France des documents sur les activités du KGB en Occident.

 

Certes il s’agissait dans ces cas-là d’agents travaillant dans l’espionnage extérieur, mais en cette époque troublée où le terrorisme et l’espionnage industriel battent leur plein, on peut raisonnablement se dire que les Européens auraient besoin d’une élite dans les services secrets… 

Ils ont tellement peur de voir des gens doués et intelligents démasquer leurs manoeuvres, leurs trahisons…et/ou les remplacer  qu’ils se gardent bien de faire entrer le loup dans la bergerie ! 

Je doute que le Mossad, en Israël, fasse ce genre d’erreur de manipulation.

Et s’il n’y avait que les services secrets… Mais partout en Europe, on voit que les dirigeants mondialistes, ambitieux, sans éthique, sans amour de la patrie, à l’image de Macron, s’entourent exclusivement de médiocres comme Castex et de mauvais garçons comme Castaner ou Benalla, sans intelligence, sans envergure, mais prêts à tous les sales coups.

Merci à Marcher sur des oeufs qui nous a signalé l’article de Sputnik.

 

 

 35 total views,  1 views today

image_pdf

8 Commentaires

  1. Les agences de renseignement sont des usines à gaz étatiques qui vivent pour elles-même et qui compilent des masses croissantes d’informations. Le volume généré est tel qu’il est à peu près impossible de les analyser. Il faut déjà les trier et les classer, ça prend du temps. De plus, le flot charrie 99% d’informations inutiles, inexploitable ou déjà saisies. Les sources ou les capteurs ne sont pas toujours très bien orientés et ne recueillent pas toujours les informations les plus pertinentes. Les fonctionnaires en poste dans les ambassades et les attachés de défense récupèrent les coupures de presse et les ragots de coquetèle pour alimenter leur compte rendu hebdomadaire car ils ne sont pas cons au point de sacrifier trois ans d’affectation à 10000 euros par mois, repas compris en se faisant choper à jouer les espions de SITcOM pour glaner des informations dont tout le monde se fout. De plus, tous leurs déplacements et l’itinéraire doit être remis aux autorités locales. Donc, surtout pas de gaffe sinon retour à PARIS par VOL AIR FRANcE. Une fois par an, l’officier de la DGSE en charge du suivi de tel ou telle contrée exotique se fait payer un voyage sur place pour sortir du bureau et respirer l’air du pays et aussi voir la vrai vie dont il est assez éloigné. Mais quand le personnel de l’ambassade le voit rappliquer avec ses lunettes à la meninblack, il se dit au café. « putain, le mec de la DGSE il se la raconte grave, il va pas nous péter les couilles pendant une semaine. Qu’il se barre à l’hotel et fasse la tournée des putes locales. Qu’est-ce qu’il y connait au pays le JAMES BOND du boulevard MORTIER. Et, le mec repart et ça nous a coûté une blinde en frais de déplacement. De temps en temps, des officiers vont en TURQUIE avec des valises pleines de biftons (à non, ça, ç’était dans les années 2000 pour financer l’expression culturelle en SYRIE). Sinon, rien.

  2. Pourtant, sans l’admirer, je trouve Benalla plutôt intelligent. Ils s’en sortait bien pendant l’audition de la Commission du Sénat…

    D’ailleurs, j’imagine qu’il doit détenir un sacré paquet de secrets sur le couple Macron. Et on a toujours pas trouvé l’armoire « secrète »…

    • Bonjour,

      Oui, c’est vrai : sa prestation au Sénat était très bonne.

    • Quand on voit le casting de Macron, on est vite convaincu que la médiocrité s’est exportée chez nous! Je serais Benalla , je sortirais tout le linge sale trois semaines avant les élections, histoire de casser les pattes à Riquet à la Houppe! Ça permettrait de renvoyer madame mère et son rejeton au Touquet, ou ailleurs!

    • oui très intelligent mais pas universitaire, pas homme de dossier homme d’action, homme des basses oeuvres et de l’ombre, pas ministre

      • Oui, c’était un homme d’action ; il l’a bien montré en auxiliaire des forces de l’ordre, et en malmenant des manifestants! Comme quoi Macron trie ses partisans avec un tamis à citrouilles! Et on ne parle pas de Griveau et consorts, la député O’Petit, et autres, tous incompétents notoires. À mon âge, je pensais avoir touché le fond avec Hollande, mais là je vois que ce n’est pas le cas!

          • Mort de rire! Bien vu! Il met la main à la pâte, c’est le moins que l’on puisse dire! Le roi du poignet!

Les commentaires sont fermés.